ADIEU JARDIN

Publié le par Nicéphore





ADIEU JARDIN

 

Il n' y a pas si longtemps encore, on pouvait

Voir ce joli potager où légumes poussaient.

Voisins des remparts du fort de Sainte Adresse

On s'y était installé près dl'a forteresse !

Dans cet espace de douce convivialité

Il y faisait bon jardiner et discuter.

Le terrain semblait appartenir à personne,

Ainsi que le temps, jusqu'à ce que, le glas sonne !

Car un jour, d'autres vinrent, aux pouvoirs étendus

Décidèrent d'y créer d'autres jardins....suspendus

Adieu, salades, poireaux, carottes et haricots

Espérons qu'la poésie reviendra bientôt ...


Nicéphore                      





Commenter cet article

M

Cet article me fait étrangement penser à un fait actuel qui m'attriste fortement.


Sur le bord de falaise, entre Dollemard et l'ancienne base de tir, ils existent des jardins ouvriers. La survie de ces jardins est actuellement entre les mains de la ville du Havre qui
souhaiterait les raser pour créer une "bande verte" le long du littoral.


J'ai grandi dans ces jardins, j'y ai passé mes week-ends et mes étés depuis mes 4ans (1986), je partage donc la nostalgie de ce jardinier. J'ai dans ce lieu des milliers de souvenirs d'amitiés,
de bavardage, de jeux, et surtout d'odeurs : la haie de cassissiers, le gout des grosseilles à marquereaux "volées" aux voisins ... bref toute mon enfance.


Merci pour cet article qui m'émeut !
Répondre
D


Bonsoir mybabygirl,
Eh oui nostalgie quant tu nous tient .


Les souvenirs d'enfance ont ce "parfum" à nul autre pareil, ils sont "inimitables" et non "reproductifs", il faut les garder précieusements car, d'un côté ils nous aident à vivre. En tous cas je
comprends parfaitement ce que l'on peut ressentir quand une partie de notre enfance disparait, et j'en ai vu tellement disparaitre de mon côté...
Bonne soirée mybabygirl


 



C

@ Dan


Non j'imagine que ce genre d'amitié existe et que le fait d'avoir la même passion la nourrit sûrement, alors vous l'avez trouvé cette solution pour scanner depuis ? Non je crois que les réseaux
sociaux ne sont que des reflets de ce que nous sommes dans la vie "réelle". Lorsque l'on est respectueux et attentionné au quotidien on ne devient pas par un coup de baguette magique superficiel
et grossier. Mais tu as raison, nous pourrions nous éloigner de ce jardin.


@ Nicéphore


Havrais-Nice, çà c'est une trouvaille, vous en avez déjà parler sur le blog ou dans le livre ? Oui je n'ai pas encore commencé à le lire, je vais bientôt faire une pause sur le net, et j'aurais
un peu plus de temps pour mes créations et aussi la lecture.


Merci à tous les deux d'être mon Havre de paix et d'apprentissage


CaroLINE
Répondre
D


Bonjour CaroLINE,
Pour ce qui est de facebook je ne m'étendrai pas d'avantage, car ce n'est pas vraiment le lieu ici et ça risquerait de prendre de la place, tout ce que peux reprocher c'est d'avoir une
présentation brouillonne, et d'avoir des publications continuelles 24/24h sur lesquelles on ne peut se concentrer faute de temps.
Oui, j'ai déjà évoqué le "Nice-Havrais"par exemple ici,
mais tu en trouvera bien d'autres. Avant de laisser la place à Nicéphore je te souhaite une excellente journée CaroLINE.
DAN.



C

@ Dan


Une amitié de 40 ans c'est presque aussi surréaliste pour moi que ce jardin, je vous envie dans le bon sens du terme, çà doit être reconfortant et en plus vous travaillez ensemble à un projet
intéressant, c'est formidable.


@ Nicéphore


Merci beaucoup, ah je vois qu'il n'y a pas eu d'abandon bien au contraire, cette photo me rend nostalgique de l'été et surtout casse l'idée selon laquelle il ne fait jamais beau au Havre.


Je vous embrasse bien amicalement tous les deux


CaroLINE
Répondre
N


Bonjour caroline et merci pour ces gentils propos. Le climat du havre, maritime, est même plutôt doux l'hiver. La ville, à l'abri du Cap de Hève, bénéficie d'une
exposition sud qui la protège des vents du nord (un quartier s'appelle même officiellement "Nice havrais" car l'ensoleillement, y est parait-il, comparable à la capitale des Alpes maritimes )
Bien amicalement. NICEPHORE


Bonjour CaroLINE
Non non, ce n'est pas surréaliste du tout comme tu peux le constater , il est vrai que de nos jours l'amitié est considéré comme un kleenex plutôt
qu'autre chose, et je me demande si facebook ne contribue pas en grande partie à cette indifférence générale, mais là je dépasse le simple cadre de ce blog.
En tous cas je peux te dire qu'hier encore nous avons passé une partie de l'après-midi tous les deux à chercher une solution technique de scanner,  et le plaisir d'être ensemble ne se dément
pas !
Bonne journée CaroLINE!


 



C

Ah les avantages du co-bloguage, je ne connaissais pas ce mot d'ailleurs, mais tout est découverte chez vous, et donc là, je découvre que Nicéphore n'est pas uniquement un technicien mais
également un poète. Bravo !


Dites moi amis co-blogueurs, ce jardin surréaliste toujours en 2013 ?


CaroLINE
Répondre
D


Bonjour CaroLINE,
Eh oui, il y a bien des avantages à faire un blog à deux, notamment, celui de pouvoir faire des articles sur le même thème, mais pour ça il faut un ami qui ait les mêmes idées que soi, et avec
Nicéphore c'est tout à fait le cas et ce, depuis 40 ans alors...
Quant au petit jardin, il n'existe plus, toutefois à sa place il y a des serres municipales où poussent tout un tas de plantes pour les jardins suspendus, (en fait un très grand jardin public
aménagé dans un ancien fort militaire). Alors pour une fois ce ne sont pas d'affreux immeubles que l'on a construit en lieu et place, mais c'est plutôt rare au Havre.
Bonne journée CaroLINE !


Bonjour caroline, sympa à toi d'exumer cet ancien article, écrit il y a plusieurs années déjà et que j'avais un peu oublié. A l'époque, nous ignorions un peu comment
allaient évoluer ces futurs jardins suspendus (suspendus audessus de l'estuaire de la Seine !) Nous sommes rassurés car ceux-ci deviennent de plus en plus beaux au fil du temps. Amicalement
NICEPHORE





 



E


Voilà donc le "jardin extraordinaire" ! depuis le temps que je le cherche !


Il existait un peu partout en France de ces "jardins ouvriers"... A présent, les jeunes ne savent plus jardiner (les fleurs oui, mais les légumes c'est dur il ne faut pas que de l'amour, il faut
de l'huile de coude !)


J'ai compris enfin que vous êtes tous deux en "co-blogage" ! Bonne soiré !



Répondre


Bonsoir Eva. Oui en co-blogage, car je suis parfaitement NUL en informatique. Heureusement que Nicéphore est là sinon "havrais -dire" n'existerait pas. Moi j'ai le
temps d'alimenter le blog, Nicéphore à la compétence de le maintenir techniquement . Et de temps à autre, nous nous relayons pour les articles !


Bonne soirée Eva !


 


Bonjour Eva,


C'est Nicephore, hé oui, ce jardin extraordinaire a disparu, dévoré par la civilisation. Ceci dit, ce qui le remplace (les jardins suspendus) n'est pas mal non plus.
Et, étant riverains de ce lieu, nous en profitons énormément ma femme et moi. Je vous invite a le visiter (si ce n'est déjà fait) Par les températures actuelles, c'est un lieu très agréable
surtout le soir (ouvert jusqu'à 20 h )


Bien cordialement     NICEPHORE



P
Etonnant cette serre sauvegardée en plein milieu du chantier ! C'est là d'ou vient le nom des jardins suspendus ;-))
Répondre
N


Bonsoir,
Excellent jeu de mots, il fallait y penser. Ceci dit, le projet des jardins suspendus a été d' une toute autre ampleur !
Merci et à bientôt.



Y
Je suis très surpris de cette dernière photo, ils ont tout rasé, fait une sorte de terrassement, et ce petit potager qui reste là seule au milieu de cette étendue !!!Un sursis ou une question de sauvegarde tout de même de cette structure ?
Répondre
N

Bonsoir yann
Tu n'es pas le seul à trouver la dernière photo surprenante, voire surréaliste. Tous les commentaires vont dans ce sens. En fait, tout devait être rasé simultanément, mais le chef de
chantier a gentiment  laissé un sursis au propriétaire afin qu'il puisse récolter la totalité de ses tomates.


C
Bravo pour ce texte et ce reportage tous deux très poétiques.C'est beau d'avoir su rendre compte de toute cette vie, de l'immortaliser, avant qu'on ne vienne la faire voller en éclat.Par contre l'histoire est un peu triste en fin de compte !
Répondre
N

merci Chromatic, c'est vrai que cette histoire est un peu triste, mais elle a le mérite, d'être absolument authentique. Je pense que les acteurs de cette
histoire sont loin de se douter de l'intérêt que leur porte les blogeurs havrais !


D
Adieu joli potager, jamais vu apparavant, du coup j'en profite pour vous rediriger vers ce blog, vous y verrez une vieille maison sanvicaise ainsi que son beau potager, et je vous donne à parirez que c'est pour bien peu de temps encore, et c'est tout à côté des jardin suspendu, mais peut être aussi connaissez vous.http://bloubeurd.canalblog.com/
Répondre
N

Bonjour didier,
Bienvenue sur la blogosphère havraise. C'est vrai, qu'on est déjà nombreux, mais tu connais sans doute le dicton : Plus on est de fous ... etc...
He bien non, je ne connais pas ce potager, mais il y en a énormément à Sanvic, et c'est très bien.
La maison à l'air sympa également avec sa couverture de vigne vierge.
A bientôt sur notre blog.


B
Trèes intéressant reportage,je dirais même un reportage de qualité !un poème superbe des photos magnifiques et l'avantage d'un blog tandem...encore un fois félicitations à vous deux .
Répondre
N

Bonsoir buddy,
Que répondre à tant d'éloges ! Simplement merci, et nous allons continuer encore d'essayer de vous faire partager nos réflexions et nos émotions. 


G
La dernière photo me rappel cette histoire récente d'une maison en Chine qui ne voulait pas être expropriée pour laisser la place au chantier d'un centre commercial. Du coup les ouvriers avaient creusé un immense canyon tout autour de la maison qui par la force des chose à été détruite.Vous souvenez vous de cette histoire ?
Répondre
N

Bonsoir geo,
Non, je ne connais pas cette histoire, mais elle est bien le symbole d'une société en complète mutation, où on fait peu cas de l'individualité. Ceci dit, ici, les ouvriers ont fait preuve d'un
certain tact envers les jardiniers, il faut le souligner.


P
Ce jardinier doit être bien triste de devoir déménager sa serre. Je pense que ça doit être tout une époque qui s'envole.
Répondre
N

Bonsoir pierre, en fait, c'est quelqu'un d'autre qui, voyant la pelleteuse s'approcher, a récupéré inextremis la serre pour la remonter dans son
potager, non loin dans le quartier. Belle histoire à rebondissements.


P
en plus, qu'il est bien sympathique ce "co-bloguage" et que Dan retrouve sa connection rapidement !en tous cas, bravo et merci à vous deux pour ce jeune blog plein d'articles intéressants !!!salut les amis, à bientôt !!
Répondre
G
De bien belles photos tout en poesie . La derniere montre sa derniere heure ?.Une triste peine alors !!!! demunie de son bac de reciperation des eaux , il etais voué a la mort !!!!A vivre d'amour et d'eau fraiche !!! cruelle utopie !!!! .
Répondre
N


Bonsoir Gerald,
J'apprécie bien ce commentaire aigre-doux qui traduit bien la situation. Ceci dit, il faut signaler la gentillesse du chef de chantier qui a laissé un sursis de plusieurs jours au jardinier,
afin qu'il continue de récolter ses tomates. Ce qui m'a permis de faire cette dernière photo, complètement surréaliste !



J
Adieu, veau, vache, cochon, couvée, finis les beaux rêves !...C'est vraiment dommage ...  
Répondre
N

Bonsoir jacques,
Tu ne crois pas si bien dire, en effet les jardiniers y faisaient de très belles récoltes et, si on manquait de place, il suffisait de défricher pour agrandir son potager.


Y
C'est un jardin extraordinaire...(c'était) hélas..!!!Bien tourné le poème...bravo.Et quel dommage d'avoir sacrifié un si paisible endroit...
Répondre
N

Bonsoir nelly,
Effectivement l'endroit était magnifique et immense, on en voit là qu'une toute petite partie. Ceci dit, des serres municipales (celles de l'extérieur du fort) ont remplacé ces potagers, on reste
un peu quand même dans le domaine de la nature.


T
Salut Nicéphore!Je comprend la tristesse et la nostagie en voyant l'ensemble des clichés!C'est ça quand on aime la terre.
Répondre
N

Bonsoir thierry,
Ceci dit, je n'étais pas le propriétaire de ce jardin, simplement un voisin. J'aurai aimé publier la photo actuelle du lieu, mais l'endroit n'est plus accessible. De toutes façons, le
quartier a subit une sacrée métamorphose depuis la création des jardins suspendus, parfois en bien, parfois en mal, et c'est pas finit !


P
Salut Nicé,joli poème plein de nostalgie et ça se comprend quand on vois tes photos !!ps: dis donc, je n'ai pas vu de commentaire de Dan sur les blogs aujourd'hui...serait-il souffrant ??
Répondre
N


Merci pour le compliment. Quant à Dan, rassure-toi, il simplement en panne de liaison internet, à son grand énervement  tu imagines ! Mais le spectacle
continue, c'est l'avantage du co-bloguage !