Bijouterie Milliaud (plan en fin d'article)

Publié le par DAN

  La bijouterie Milliaud ayant été bombardée en 1941 ce n'est qu'après-guerre qu'elle reprit ses activités régulières. En attendant le nouvel immeuble pouvant l'héberger, c'est dans un baraquement provisoire qu'elle continua ses ventes. Nous pouvons voir cette boutique transitoire sur le cliché prêté par Marc Georges. Sur cette photo nous voyons également les jeunes filles défilant pour la fête de la jeunesse qui, durant les années 45-50, se déroulait au stade de la cavée verte.


img243 ALG signéeLa bijouterie (à droite) au début du XXe siècle. Collection DAN.

 


img244 ALG signéeLa bâtiment où se trouvait la bijouterie après les bombardement de 1941 : voir ici pour plus d'images .Collection DAN.



Rue Thiers MGeorges ALG SignéeLa rue thiers avec, en arrière plan en clair, le magasin provisoire de la bijouterie Milliaud au lendemain de la guerre. Les jeunes filles des écoles se rendent au stade de la cavée verte.. Collection Marc Georges.

 


Coty (Millaud) 5-2014 ALG signéeLa bijouterie en 2014 et toujours au même endroit. Photo DAN

 


img246 ALG signéeLe stade de la cavée verte où se rendaient les jeunes des écoles.  

collection DAN.

 


plan-.jpgLa situation de la bijouterie Millaud au Havre. Le rectangle rouge dans le cercle figure le stade de la cavée verte. (cliquez sur le plan pour l'agrandir)

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Merci de votre visite.

Commenter cet article

Christian Richer 17/12/2014 10:01


A noter qu'il n'y avait pas que les écoles havraises qui participaient aux Fêtes de la Jeunesse. Ecoliers d'Ignauval à Sainte-Adresse, nous avons fait notre gymnastique en blanc au stade
Deschazeaux au milieu des années soixante... Mais on ne défilait pas, on prenait le bus, hein... ;-)

DAN 17/12/2014 10:19



Bonjour Christian,
Ce qui prouve que cette fête était fédératrice de toutes les écoles des communes proches, et n'était donc pas exclusivement réservé aux seuls établissements havrais, voila un renseignement
d'importance.
Quant à prendre le bus pour se rendre au stade, là il faut bien reconnaitre qu'à pied vous n'auriez eu, vous les écoliers, plus assez d'énergie pour faire vos mouvements de gymnastique sur la
pelouse, c'est compréhensible, et ça devait bien vous arranger mine de rien 
Bonne journée Christian !


 


 



Jean-Pierre HUET 14/12/2014 21:47


Ah, les "Fêtes de la Jeunesse" : je n'en conserve pas, en réalité, un très bon souvenir. Le souvenir s'est amélioré depuis, mais à l'époque ...


J'y ai participé, dans les années 55. J'étais à l'Ecole Saint-Michel.


Ce qui ne semble pas avoir été relevé, c'est qu'il y avait DEUX fêtes de la jeunesse : ça parait inimaginable aujourd'hui, mais c'était comme ça. En réalité, il y avait une fête de la jeunesse
des écoles libres, puis, peut après (une ou deux semaines, ou avant je ne sais plus mais je crois que c'était après) la fête de la jeunesse des écoles laïques. Et c'était un peu la gueguerre.
Surtout sur les chiffres : il y avait, bien sûr, beaucoup plus de participants à la fête laïque. Je pense que cette double "fête de la jeunesse" était faite pour se compter, non ? C'était,
en ce qui me concerne, à la Cavée Verte. Et on défilait : pas question d'y aller en bus ! L'animation musicale était faite par les élèves de l'Ecole Saint-Nicolas d'Igny, si je me souviens bien.
Par contre, je ne me souviens plus du tout d'où partait le défilé.

DAN ET NICEPHORE 14/12/2014 23:20



Bonsoir Jean-Pierre,
Il semblerait que cette fête n'ait pas laissé de souvenirs très heureux auprès de ceux qui l'ont faite. N'ayant pas personnellement participé à ces rassemblements, je n'en connais pas l'origine
ni s'il pouvait y en avoir deux, aussi votre témoignage est très intéressant car il nous permet d'en savoir plus notamment que les écoles, privées et publiques avaient chacune leur fête. On
pouvait penser en effet que c'était un moyen assez simple pour «évaluer les forces en présence» et de connaître celle du privée ou du publique qui faisait la meilleure prestation.
Puisque vous avez fait le défilé pour vous rendre à la cavée verte, ceux-ci passaient devant chez moi dans cette rue, et en voici une représentation avec les jeunes en train de se rendre au stade
de la Cavée verte :

Bonne fin de soirée Jean-Pierre, et merci pour votre témoignage. 


Bonsoir, si je puis me permettre un avis sur le souvenir que m'a laissé la fête de la jeunesse ( j'y ai participé en 64-65) c'est non pas l'évènement en lui-même
qui était peu attrayant  pour l'enfant que j'étais mais plutôt les répétitions interminables à l'école pendant lesquels il fallait faire et refaire les mêmes mouvements, ceci durant des
semaines avant l'évènement. Amicalement. NICEPHORE



paris 02/12/2014 13:53


  super  cette semaine  entre la  bijouterie milhiau  qui  doit etre toujours a meme  endroit  et la fete  de la jeunesse  que de bons
souvenirs   ns  attendions  cela  cette fete  enfin moi lol  que   le monde a  change  et surtout la mentalite   mais bon a 
chacun  sa generation ns  elle etait  formidble     dites moi  Dan me  suis pas vu   defilant     rireeee  
merci ancore a  vous  de ns rappeller  notre jeune temps ( zut mais ns sommes encore  jeune )lol   bonne journee a vous  a tres bientot (dimanche prochain )

DAN 02/12/2014 14:01



Bonjour Danièle,
C'est en effet presque deux sujets en un, Milliaud d'un côté et la fête de le jeunesse de l'autre. N'ayant jamais participé à cette fête, mais l'ayant vu de nombreuses fois je ne sais pas si je
l'aurais apprécié à l'époque, mais comme j'avais une déformation de le colonne vertébrale je ne le saurais jamais.
Improbable que tu sois sur la photo car c'était en 1952, tu es bien trop jeune pour y figurer !
Bien évidemment que nous sommes encore jeunes, manquerait plus qu'ça en tous cas nous le sommes dans nos têtes !
Bonne journée Danièle !


 



louis 01/12/2014 22:28


Ah ahah !!! Qu'il est "croquignolet" notre Phyll en joli short blanc/


Où va ce blog si il faut envoyer nos photos d'enfants.


C'était qoi ces fêtes de la jeunesse ? Des fêtes du PC ?

DAN et nicephore 01/12/2014 23:09



Salut louis,
Si une photo personnelle illustre et correspond au sujet de mon article pourquoi pas


Pour résumé ce que furent ces fêtes de la jeunesse, et sans pouvoir entrer dans le détail vu que je n'ai pas étudié sa genèse, il s'agissait d'une fête rassemblant tous les élèves, garçons et
filles de toutes les écoles havraises, à participer à un rassemblement gymnique dont la "chorégraphie" avait été soigneusement répétée dans ces dites écoles. Le jour venu chaque école envoyait, à
pieds pour la plupart mais aussi en autocar, les élèves vers le stade de football où se déroulait cette manifestation. Du fait qu'il y avait une sonorisation dans ce stade il était plus aisé de
diffuser la musique sur laquelle les élèves faisaient leur mouvement d'ensemble.
Voila Louis, je ne sais pas d'ailleurs si cela se faisait partout en France, en tous cas ici au Havre cela a marqué les mémoires !
Bonne fin de soirée Louis ! 


 


Je suis un peu d'accord avec Louis, avec le recul, cette fête de la jeunesse avait un peu une  apparence de cérémonie à la mode dans les pays totalitaires.
D'ailleurs la tenue de cette manifestation n'a pas dépassé la fin des années 60, signe d'une certaine désuétude de la chose. ( la dernière en date a été en 1967, celle de 1968 a été annulée à
cause des évènements. Amicalement. NICEPHORE





 



l'père Cantoche 01/12/2014 19:08


Oh, l'Phyll en culotte courte ( les barbotteuses étaient déjà passées de mode ) c'est quand même quelque chose... les immeubles de Caucriauville en construction à l'arrière plan, là on est dans
le documentaire historique... rien émouvant !


Les " bijous d'famille " chez Milliaud... Baptème, Communion, mariage, noces d'or ( bientôt... aie, aie, aie... et les bijous qui vont jouer des castagnettes... )


La fête de la Jeunesse ( pour moi, bande de galopin... 1953/54/55, ouille, ouille, ouille ) c'était à Deschassseaux et c'est vrai que ça commençait à faire embrigadement, faut dire que notre
chair pouvait devenir " à canon " alors que certaines des filles qui défilaient, fières et nargueuses étaient plutôt " canon "... la france était en guerre en Indochine et ça
n'allait pas tarder à péter en Algérie...


Quand j'vous dis, Dan et Nicéphore, que vous faites Oeuvre d'Historiens...


M'enfin  !

DAN 01/12/2014 19:34



 


Boujou l'père cantoche,
Eh oui, il fallait bien que l'on voit de près comment était confectionné ces uniformes tout blanc que les jeunes portaient, alors notre ami Phyll s'est dévoué pour donner un exemple. Les années
que tu cites 1953/54/55, eh oui ça ne nous rajeunis pas, car, à quelques années près , nous sommes de la même génération, celle des «sénior» quel vilaine expression pour ne pas dire les vieux
hein ?
En plus de ça tu enfonces le clou avec bientôt tes noces d'or, au moins tu ne risques plus de rouiller toi qui a une santé de fer !
Quant à la «chair à canons» il faut bien reconnaître que la politique nataliste de nos responsables allait dans ce sens jusqu'à récemment, heureusement les mentalités changent et qu'avoir des
enfants n'a plus du tout la même signification aujourd'hui, en tous cas nous qui avons échappé de peu à la guerre, je parle de celle d'Algérie, nous ne voudrions pas que nos petits enfants soient
considérés comme tels de la chair à canon m'enfin !
Bon on développe demain si tu veux, alors bonne soirée et à demain Thierry ! 


 



jeanpaul76 01/12/2014 17:11


Salut Dan


un commerce incontournable enfin je le contourne, pour y passer tous les matins, j'ai remarqué une magnifique montre et réflexion faite je me suis fait plaisirs j'ai acheté que la trotteuse,
c'est évident il fait partie du décor du carré Thiers . il est aussi associé à un quartier . La fête de la jeunesse je ne me souviens plus où nous partions, l'arrivée oui c'était le stade de la
cavée .je ne vais pas trop m'étaler sur le bien-fondé de la fête je reste réserver par le défiler en uniforme.


voilà un reportage bien  ficelé comme d'habitude.


 bonne semaine

DAN 01/12/2014 17:28



Bonsoir Jean-Paul,
Moi aussi je le contourne, j'ai déjà une montre avec sa trotteuse, et puis on n'a plus de car à prendre n'est-ce pas  alors...
On peut souligner la longévité de ce commerce, il fait "partie des murs" comme ont dit, quand au défile du moment que ce sont des jeunes filles ça va, c'est quand ce sont des soldats que c'est
moin drôle !
Bonne soirée Jean-Paul et à bientôt !


 



tce76 30/11/2014 22:11


Salut DAN


Un lieu bien connu de tous les havrais.


J'y suis d'ailleurs allé encore le mois dernier. (25 ans de mariage obligent !)


Etonnante la proximité du stade de la cavée.


On n'imagine pas ça si proche.


Bonne semaine DAN 

DAN 30/11/2014 23:06



Bonsoir Thierry,
Ah oui quand même, 25 ans c'est bien, mes félicitations certes un peu en retards mais sincères.
La côte ne donne pas l'échelle réelle de la distance séparant Millaud et le stade, mais quand on regarde sur un plan c'est assez proche, sinon je pense qu'on aurait pris un autre chemin pour y
conduire les jeunes.
Bonne fin de soirée Thierry ainsi qu'à Fabienne !


 



François 30/11/2014 19:05


Salut Dan, Il est curieux de constater que la structure en béton du magasin soit restée debout alors que l'immeuble s'est écroulé. Il y a le même phénomène avec le garage Renault boulevard de
Strasbourg.

DAN 30/11/2014 19:25



Bonsoir François,
C'est justement parce que cette structure était en béton qu'elle a résisté, si on regarde bien les étages supérieurs sans béton, ils ont été complètement dévastés du fait de la fragilité de cette
construction faite de briques cimentées. Le béton a ceci de particulier c'est qu'il constitue un matériau homogène d'un bout à l'autre et qui plus est renforcé par de l'acier à l'intérieur. Les
briques, elles sont fixées les unes sur les autres sans d'autre lien que le ciment lui même ceci fait qu'il n'y a pas de solidité continue avec les briques, par contre côté esthétique elle gagne
sur le béton, mais ce n'est que mon point de vue bien sûr.
Bonne soirée François !


 



phyll 30/11/2014 17:47


salut mon pote,


la bijouterie MILLAUD !..... c'est ici qu'au tout début des années 60 mes parents m'ont acheté ma première montre !!!... que je possède toujours !!! (même si elle ne fonctionne
plus... hélas )


et ce doit être en 1964 que je devais participer à la fête de la jeunesse...... après moult répétitions (y compris au stade Deschaseaux) celle-ci fût reportée
puis annulée à cause d'une très mauvaise météo !!!... donc je n'ai jamais défilé dans les rues du Havre...... ensuite, je n'ai pas souvenir de voir cette fête !


bonne soirée et à mardi poto !!!

DAN 30/11/2014 18:14



Salut mon pote,
Cet article te touche à deux niveaux la bijouterie et la fête de la jeunesse. Si pour la première il soit tout à fait normal qu'un objet conçu par l'homme s'use, pour le second je pense que tu as
dû être plutôt satisfait d'échapper à cette "corvée", quoique après tout ces efforts de ta part et te connaissant tu aurais sans doute aimé aller jusqu'au bout du projet et ainsi avoir accompli
ton "devoir"  car je sais que tu aimes faire bien et jusqu'au bout, c'est ce qu'on nomme la conscience professionnelle.
Bon, on en reparle mardi, alors à bientôt Phyll


PS : et puisque tu m'y autorise, voici une photo de toi à Caucriauville , en 1964 où tu figures (à droite) et "déjà" en compagnie d'une fille dans la tenue qu'avaient les jeunes pour cette fête de la jeunesse .
Merci Phyll, voila un témognage illustré tout à fait intéressant !



 


 



B.O. 30/11/2014 16:44


Encore un superbe reportage. De plus il a fait naître un autre; les fêtes au stade de la cavée verte.


Bon fin de dimanche et à la semaine prochaine.

DAN 30/11/2014 17:04



Bonjour Olivier,
Du fait des réactions des lecteurs au sujet de la fête de la jeunesse, je pense que je vais me pencher un d'un peu plus près sur la question d'autant plus que j'ai des documents iconographiques
qui me permettront de l'illustrer. Alors a bientôt olivier et un bonjour à toute ta tribu



E.C. 30/11/2014 15:58


Bonsoir Dan:2 sujets fort intéressants;Millaud et son histoire qui a tout de même réussi à maintenir le magasin malgré toutes ses infortunes(et sans doute sa fortune un moment donné...)et la
"fête de la jeunesse"longtemps préparée à l'avance.Toutes les écoles ou collèges,laïques et religieux,étaient représentés,ce qui semble exceptionnel de nos jours;je me souviens que nous marchions
au pas sous l'égide d'un ancien militaire scout;très sympa vers 11/12 ans ,mais rapidement "casse-pieds"par la suite !Bon dimanche,et encore merci à vous .E.C.

DAN 30/11/2014 17:01



Bonjour monsieur "C"
Voila un témoignage d'un participant, comme je n'ai personnellement jamais participé à cette fête, et je ne sais plus pour qu'elle raison, j'ai par contre vu un de mes frères la faire. Détail
inconnu de moi, le fait que les écoles religieuses et laïques participaient ensemble à ces grands rassemblements, ce qui, vous le soulignez justement, est plutôt exceptionnel et impossible
aujourd'hui de refaire.
Autre détail non moins important le fait que pour un jeune adolescent ce devienne vite "casse-pieds" ça par contre c'est de toutes les générations et de toutes les époques


Bonne fin de journée monsieur "C" 


 



monnier claudine 30/11/2014 15:04


bonjour 


Merci pour les photos de cette bijouterie trés intéressant d'apprendre quelle exiiste depuis longtemps . Pour la fêtes de la jeunesse moi j'ai participer une année et c'était au stade
 deschaseaux en 1960 ou 1961 ont défilaient dans les rue avant (je me souvient du théme c'était les ballons et les foulards bon souvenir ......

DAN 30/11/2014 16:50



Bonjour Claudine,
Intéressant votre témoignage, car je ne me souvenais pas que ces fêtes avaient un thème particulier. pour ma part je n'y ai jamais participé, donc je n'ai jamais fait attention qu'elles furent
organisées avec un sujet bien précis.
Merci et bonne fin d'après-midi claudine



Papy Scham 30/11/2014 14:32


Bonjour Dan


Je remarque que tu ne te reposes pas sur tes lauriers puisque tu nous gâtes à nouveau avec cet article sur la bijouterie Millaud. Très impressionnants aussi ces défilé et rassemblement pour la
fête de la jeunesse. Merci pour le partage.


Je te souhaite encore un bon dimanche (chez nous sous le brouillard). Bonne semaine.


Amicalement: papy Scham

DAN 30/11/2014 16:45



Bonour Papy scham,
En effet je ne me repose pas sur mes lauriers, mais tu peux remarquer que ce reportage fait partie de mon livre, alors tout le travail fait en amont de celui-ci pourquoi ne pas en faire profiter
ceux qui ne l'ont pas et qui au vu de ce reportage voudrait l'acquérir 
La photo du défilé ici présentée est assez exceptionnelle pour ne pas dire rare, car le défilé se fera ensuite dans le sens contraire le stade où se rendaient ces jeunes ayant été restauré entre
temps.
Bonne fin d'après-midi Papy Scham, moi je t'avouerai que je n'ai pas beaucoup regardé le ciel aujourd'hui occupé que je suis à répondre tout en étant en famille !
Bonne fin de journée Papy Scham


 



C&B 30/11/2014 14:28


Combien de commerces sont restés au même endroit sur une durée aussi longue ?
Peu j'imagine...
Quant à la situation temporaire dans le baraquement...Difficile à imaginer aujourd'hui.
Bon dimanche. Bernard

DAN 30/11/2014 16:35



Bonjour C&B,
Certains commerces sont restés très longtemps en activités et au même endroit, parmis eux il y a surtout des bars et bistrots comme celui de la metallurgie dans le quartier de l'Eure et que tu as
peut être connu, non pas en tant que client (rire) mais du fait que tu habitais le quartier.
Il est vrai qu'aujourd'hui les petits commerçants ont tendance à disparaitre très vite quelque soit les marchandises proposées.
Bonne fin de journée C&B 


 



Jeff 30/11/2014 11:55


Merci pour votre réponse mais je replace le commentaire au bon endroit. Même le café bar aux carillonneurs semble être hébergé dans un bâtiment provisoire. Ce café devait être le bienvenu pour
ceux qui ont reconstruit le quartier. Il semble ne plus exister de nos jours. Le stade Deschaseaux avait subi des destructions au cours des bombardements de Graville, il ne devait pas être en
état pour accueillir les fêtes de la jeunesse. Quand elles reprirent à Deschaseaux mon souvenir est que nous défilions au son de marches militaires US dans une tenue blanche, du Rond Point au
stade, comme on le voit sur les photos, chaque école avait son porte drapeau en tête. Nous répétions les mouvements sous le préau de l'école. Sur la pelouse des petits carrés colorés indiquaient
les places que nous devions occuper. En 1957 ceux de Maridor dont j'étais arboraient les ailes de l'aviateur cousues sur leur chemise. Toutes les écoles allaient effectuer des mouvements
d'ensemble comme on le disait. Les plus grands montaient des pyramides. Quand était-il avant guerre, Cavée Verte ou Deschaseaux, et durant l'occupation ? Bonne journée.

DAN 30/11/2014 12:06



 


Re-bonjour Jeff,
Ici c'est le bon endroit, alors je vais moi aussi reprendre ma réponse afin que les lescteeurs puissent la lire :
Le café du carillon n'existe plus car il semblerait qu'il ait disparu lorsque ce pâté de maison a été reconstruit, mais je n'ai pas vérifié dans les archives.
Pour la fête de la jeunesse. En effet c'est suite aux dégâts subi par le stade deschaseaux que celle-ci se déroulait au stade de la cavée verte. Quand j'étais à l'école (Louis Blanc) les
répétitions se faisaient dans la cour de récréation, mais sans musique, seule la voix de celui qui guidait les jeunes se faisait entendre. J'étais bien trop jeune pour avoir connu ces fêtes au
stade de la cavée verte, par contre je me souviens qu'en effet les jeunes défilaient en empruntant la rue Thiers, aujourd'hui avenue René Coty et continuaient tout droit jusqu'à Deschaseaux.
Quant à savoir si ces fêtes se déroulaient avant guerre dans un stade ou l'autre ma foi je ne saurai le dire, par contre il n'y en a pas pendant la guerre, les havrais avaient d'autres
préoccupations à ce moment là.
Après que le stade deschaseaux eut été restauré la fête se déroulait dans un stade plein comme on peut le voir sur cette photo de la collection Nicéphore :



Bon dimanche Jeff !  


 



marcopolo76 30/11/2014 11:36


Comme a ton habitude , un article bien construit !


Je suis déjà arrivée à la page 129 !


Pour ces fameuses jeunes filles, elles avaient une sacré côte à grimper avant d'arriver au stade ...


A +  l'ami

DAN et nicephore 30/11/2014 11:58



salut Marco,
Déjà à la page 129, alors tu es au même endroit qu'ici .
J'ai recherché par quelles rues ces jeunes filles passaient pour aller au stade de la cavée verte, je pense qu'elles empruntaient la rue d'Etretat et Marical pour ensuite prendre la rue de la
cavée verte, mais ce n'est qu'une supposition car la pente est mois forte dans ces rues plutôt que par la côte d'ingouville. Il faudrait ici un témoignage d'une personne ayant fait cette marche
pour le savoir précisément !
Bon dimanche Marco 


 


Salut marco, il me semble me rappeler que vers les années 64-65, les intervenants dont je faisais partie étaient transportés en autobus
 vers le stade ( Dechaseaux en remplacement de la Cavée verte à ces dates) 





 



jps 30/11/2014 11:14


D'accord,  le rendez-vous n'est que dominical mais il vaut le détour et les images exercent encore sur nos cervelles agitées des passions qui nous émeuvent..le banal, le commun, le
quotidien, appuyés par ces témoignages visuels délivrent une énergie continuellement irrésistible et viennent réveiller les souvenirs endormis dans un coin de notre mémoire et l'on revit les
êtres, les choses en recherchant, inconscienment un visage, une odeur, un endroit, un parfum, un mot..et devant ces incomparables photographies, l'on demeure étonné, ravi car décidément tu
demeures le seul dont les articles continssent, sous leurs parfaites rédactions, la subsantifique moëlle d'un passé si peu lointain..quant au tohu-bohu des observations verbeuses, un régal
d'échanges ..oui, l'Havrhistorien sait encore illuminer nos dimanches et nous plonger dans la réflexion .. je retiens un sanglot en pensant à ma jeunesse disparue et me prépare à affronter, en ce
dimanche réchauffé par ton article, le monde du travail..GLARG !!  


Amitiés navraises ..................

DAN 30/11/2014 11:47



 


Salut Jean-Pierre,


Mince alors, je ne pensais pas ouvrir le robinet de la nostalgie de cette manière, mais tu es encore jeune, tu verras la nostalgie a un autre goût passé 60 balais, il est vrai aussi qu'il
n'y a pas d'âge pour la mélancolie. Je n'ai pas ton talent pour répondre de la même manière à ton commentaire mais de constater que mes articles te font réagir de cette manière talentueuse ne
peut que me ravir, et je sais des amis qui, comme moi, raffolent de tes écrits, alors continues comme ça c'est l'Havrhistorien qui en formule le souhait. Autre souhait c'est celui d'une bonne
journée mais si je comprends bien c'est encore le boulot qui va t'accaparer, décidément, comme tu dis, vivement le retraite ! 






otto graf 30/11/2014 10:52


Une bijouterie dans une baraque….ça fait rêver !


Cela veut dire que la vie continuait…qu’il y avait des baptêmes, communions et mariages dans
cette ville martyrisée. Qu’il fallait accompagner la renaissance.


Mais aussi…voyez-vous aujourd’hui une bijouterie dans une baraque ?...avec le vandalisme
ambiant dont on voit tous les jours les effets…


Les temps ont bien changé !


Quant à la démonstration gymnique à la Cavée, cela fait penser aux Komsomols de même
que le P.C. était puissant et influent au Havre ! comme ailleurs, à la fin de la guerre.


Otto.

DAN 30/11/2014 11:34



Bonjour Otto,
non franchement on n'imagine pas une bijouterie actuellement dans un baraquement en bois, c'est complètement inconcevable aujourd'hui !
Quant à la fête de la jeunesse, (c'est avec cette appellation que je m'en souviens) ça peut en effet évoquer les rassemblements de la jeunesse que la propagande soviétique distillait à une
époque, l'on ne pouvait ignorer le fait qu'en France à cette époque deux idéologies s'affrontaient, les américains d'un côté et les soviétiques de l'autre, c'est l'époque de la guerre froide où
il était "facile" de se positionner socialement parlant, aujourd'hui c''est un peu plus compliqué quoique il semblerait que les anglo-saxons soient en mesure de "gagner la partie". Mais là
j'anticipe et  ce n'est pas mon fort !
Bon dimanche Otto


 



HIREL 30/11/2014 10:34


Bonjour Daniel ,


Un quartier des "bijoutiers " , pour ma part  pour les "alliances " c'était chez  FRANCK sur le trottoir d'en face , quant à ma montre de communion ,un peu loin ,il me semble  à la
hauteur de l'hopital ,mais je ne me souviens plus du nom.....


Bon dimanche à toi

DAN 30/11/2014 11:26



Bonjour Gérard,
En effet Franck était juste en face. Pour celle près de l'hôpital là j'avoue que je ne vois pas, mais c'est vrai qu'il y avait beaucoup de bijouteries dans ce coin de ville, il y a aussi Lepage
un peu plus loin ,bref ce n'est pas ce qui manque, et on dit qu'on n'a pas de sous


bon dimanche Gérard !


 



François R. 30/11/2014 10:34


Bonjour,


Interessant (comme toujours) ce témoignage sur ces fêtes de la jeunesse, et les commentaires qu'elles suscitent.


C'est pour moi tout à fait incroyable de découvrir qu'il fut un temps -pas si lointain- ou l'on fêtait la jeunesse sous cette forme :


En défilant en rang, en uniforme et sans mixité !


J'espère que des personnes ayant connu ça, apporteront leur témoignage.


Bon dimanche

DAN 30/11/2014 11:20



Bonjour François,
Mon amie FAH a laissée son témoignage tout à l'heure, et un notre de mes amis (Jeff)  aussi mais ne l'a pas publié dans le même article. C'est en effet un extraordinaire qu'à cette époque
les jeunes puissent être encadré de la sorte, aujourd'hui je ne sais pas si l'on pourrait faire la même chose, le mentalités ayant par trop changés, mais ces fêtes faisaient que tous cette
jeunesse se retrouvait sur un pied d'égalité tous milieux sociaux confondus et c'est peut être ça qui serait impossible à faire aujourd'hui ?
Bon dimanche François !


 



FAH 30/11/2014 10:23


J'ai oublié de dire que moi aussi j'ai assisté au braquage de la bijouterie Millaud. Alors que les malfaiteurs étaient entrés, une mère de famille, surgie de nulle part, avec une poussette et
tenant un enfant à la main, est arrivée de nulle part, dans l'axe de la voiture. Je lui ai crié: "Pousez-vous, poussez-vous!!! et elle s'est éloignée vers le Printemps. Ils sont sortis 20
secondes après. La police est arrivée derrière moi, un policier a tenté de stopper la voiture, a tiré, mais ils ont démarré comme des fous. Une demi heure après j'en tremblais encore.


FAH

DAN 30/11/2014 11:13



Re bonjour Françoise,
Alors tu ne devais pas être très loin de notre ami Robert L C qui m'a raconté cette anecdote, en tous cas tu as eu de sacrés réflexes et tu n'a pas perdu ton sang froid. Dans ces cas là c'est
ensuite qu'on subi le contre-coup de ce qui nous est arrivé, et ça ne m'étonne pas que tu aies pu en trembler une demi-heure après !
Merci pour ce témoignage et bon dimanche Françoise


 



FAH 30/11/2014 10:17


Bonjour Dan et Nicéphore,


Merci pour ces images intéressantes, j'allais dire "belles"


En 1954 j'ai participé à la fête de la jeunesse, le costume était le même, mais dans l'autre sens, vers le stade Deschazeaux. En ce temps là nous n'avions pas peur de marcher du jardin St Roch au
stade, et retour! Je dois avoir quelques photos dans un coin...


Bonne journée à tous


FAH

DAN et nicephore 30/11/2014 11:07



Bonjour Françoise,
1954 en effet depuis quelques temps déjà cette fête se déroulait au stade deschaseaux, la caractéristique de cette fête était que tous les élèves de écoles convergeaient vers la stade, et pour
certains établissements scolaires la marche devait être longue, car venir de Saint Roch jusqu'à Deschaseaux représente, à vol d'oiseaux, 5,5 km, si l'on tient compte de la configuration des rues
on peut facilement tabler sur 7 km, ce qui était déjà pas mal, les jeunes avaient de belles gambettes à cette époque


Quand aux photos je suis impatient de les voir !
Bon dimanche Françoise !


 


Bonsoir françoise, dans les années 64-65 date à laquelle j'ai moi-même participé à cette manifestation, les élèves des écoles les plus lointaines
étaient transportés en autobus comme le montre cette photo :


 








 



Gédé 30/11/2014 09:20


Bonjour,


Je n'ai jamais mis les pieds dans la bijouetrie Millaud, dans ma famille, on était plutôt Lepage. Quant à la fête de la jeunesse, je n'y ai jamais participé, mes parents m'ayant scolarisé au
"petit lycée". Mais ça ne veut pas dire que ces sujets ne m'interesse pas !


En ce qui concerne la bijouterie Millaud, j'ajouterai qu'elle a aussi connu quelques malheurs plus récemment puisque victime de plusieurs visites d'individus mal attentionnés...


Bon dimanche


 

DAN 30/11/2014 09:50



Bonjour Gédé,
Pour ma part je n'ai mis les pieds dans une bijouterie que pour acheter une alliance, donc je les connais (de l'intérieur) très mal. Quand aux déboires récemment vécu, j'en parlais justement
cette semaine avec un témoin qui se trouvait à côté lorsque que la voiture bélier a défoncé la vitrine, outre le bruit que cela a fait dit-il, le principal était de se mettre à l'abri des balles
perdues, décidément le "gentleman" de la cambriole est bien loin...
Bon dimanche et à mardi Gérard 


 



boboce 30/11/2014 09:18


Salut DAN


 


J'ai vu dans les journaux ces rassemblements de la jeunesse. Je n'ai pas fait attention à quand cela c'est arrêté, c'est dommage car ça devait être un moment de partage, qui manque peut-être
aujourd'hui à cette jeunesse. Ca fait vieux de dire ça, mais j'ai fait la kermesse des écoles, que je détestait mais qui aujourd'hui est un bon souvenir. C'est dommage que ce genre de chose
n'existe plus et participe peut-être à cet individualisme latent. Toujours ce problème de moyen !!!


 


Bon dimanche


A+

DAN 30/11/2014 09:41



Salut boboce,
Les jeunes d'hier n'étaient pas si différents des jeunes d'aujourd'hui, car pour en avoir eu beaucoup de témoignages, cette fête de la jeunesse était vécu par eux comme une contrainte, la
différence vient peut être qu'à cette époque il n'était pas question de contester les décisions des adultes, alors qu'aujourd'hui.....
L'arrêt de cette fête s'est effectué pendant les années 60 je ne saurais le préciser exactement  travaillant depuis longtemps pour ma part, mais peut être qu'un lecteur s'en souviendra ?
Bon dimanche boboce


 



eva 30/11/2014 08:08


Une bijouterie bombardée ! aucun respect pour rien décidément !  (Je plaisante bien sûr !) Ce quartier du Havre
ressemble beaucoup à celui de Rouen où sont installées les Nouvelles Galeries. Bon dimanche Dan et Nicéphore

DAN 30/11/2014 08:52



Bonjour Eva,
La similitude vient sans doute du fait qu'à Rouen comme au Havre, les parties anciennes et nouvelles se mélangent.
Je comprends qu'une femme puisse être offusqué par la destruction d'une bijouterie, mais ne sont-elles pas des joyaux elles-même


Bon dimanche Eva ! 



GL 30/11/2014 06:58


un vrai bijou, ce sujet du jour !

DAN 30/11/2014 08:41



Ah ah ah ah ! Bravo Gérard, j'espère ne pas avoir fais de "perles" dans mon texte sinon...


Bon dimanche l'ami



buddy2259 30/11/2014 03:03


Un quartier qui a terriblement souffert et la bijouterie Millaud en est la démonstration . Mais elle est toujours là ...un commerce emblématique de ce quartier. Merci pour ce joli
reportage les photos parlent d'elles-mêmes.Très bonne initiative le "ici" pour plus d'images


Bon dimanche Dan et Nicéphore

DAN ET NICEPHORE 30/11/2014 08:39



Bonjour Buddy,
Cette partie de la ville est emblématique de ce qu'est Le Havre aujourd'hui, avec d'un côté ce qui reste d'avant les bombardements et de l'autre la reconstruction. Pour le lien j'ai préféré le
mettre plutôt que de republier les mêmes clichés, cet endroit a été beaucoup photographier à toutes les époques j'aurai pu en mettre plus mais je n'ai gardé que les plus significatives.
Bon dimanche Buddy !


 


De retour de la région parisienne ce soir, je t'adresse un bonsoir tardif, Buddy. Amitiés NICEPHORE.