BREDAZ et la rue de Bordeaux. (E-6 sur plan)

Publié le par DAN

Voici un « avant-après » double, car il concerne d'une part, les camions de l'entreprise havraise de déménagement Bredaz et Ténart, et d'autre part, la rue de Bordeaux où se trouvait cet établissement avant la guerre. A noter que la rue de Bordeaux sera renommée rue Louis Brindeau en 1936.

Le premier camion présenté est un Saurer, marque connue dès 1903. Le deuxième véhicule un Citroën. Après la guerre cette entreprise s'installera rue Turgot à côté de la gare S.N.C.F., puis boulevard d'Harfleur.


Bredaz ALGLe camion SAURER "Bredaz & Ténart" au début du XXème siècle, rue de Bordeaux. (coll P. Alinand)

 


Bredaz 2 rue Turgot (2)

Le camion Citroën dans les années 60. (coll JP. Langlois)


 

réclame 2

  Une "réclame" de cette entreprise, sise rue Turgot près de la gare S.N.C.F.


Bredaz 2 rue Turgot (3)Une autre publicité, l'entreprise a maintenant déménagé boulevard d'Harfleur.

 

**********

   Quant à la rue de Bordeaux elle sera entièrement détruite en 1944, comme en témoigne la photo du fond S.H.E.D.

Sur la carte postale nous pouvons distinguer tout au fond de la photo, bouchant la rue, l'église Saint Joseph. Nous retrouvons ses ruines sur la photo de 1944 désignées par une flèche rouge. A noter également, les arbres de la place Gambetta sur la gauche, que nous retrouvons aussi sur le cliché S.H.E.D.

 


rue de bordeaux ALGLa rue de Bordeaux au début du XXè siècle, notez la présence de l'église Saint Joseph dans le fond, et à droite l'entrée du cinéma GAUMONT "Empire".
(coll DAN)

 


rue de BordeauxLa rue de Bordeaux, (devenue Louis Brindeau en 1936), en septembre 1944, prise du même point de vue que la carte postale. Sous la flèche rouge, les ruines de l'église Saint Joseph. (photo fond S.H.E.D.)

 


Eglise St Jo

 Une photo où l'on voit mieux les ruines de cette église, à droite le clocher de l'église Saint Vincent.
En médaillon l'église telle qu'elle était avec en arrière plan la chapelle de l'externat construit par W Cargill.
(coll DAN)


 


le Havre brindeau La rue Louis brindeau aujourd'hui (ex rue de Bordeaux) prise du même point de vue que la carte postale et celle du fond S.H.E.D. (photo DAN)

 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.

 


Commenter cet article

JMH 06/04/2013 14:11


Bonjour


Après être monté aux archives :


 


Marcel Bredaz était né au Havre le 25 février 1894. Il fut président de la chambre syndicale du camionnage au Havre. Il fut membre du comité du cercle d'escrime du Havre. Membre de la
chambre syndicale du commerce automobile, Il fut mobilisé en 1914 et fit toute la campagne. il était titulaire de la croix de guerre et a vécu 18 rue Marie Talbot à Sainte-Adresse.

DAN 06/04/2013 15:52



Bonjour Jean-Michel,
Quelle précision, bravo et merci pour ces renseignements à propos de cet homme dont plusieurs générations de havrais on a pu voir le nom sur se camions.
  Bonnejournée Jan-Michel !



SHIPS-LOVER 12/03/2013 09:21


Je trouve ceci bizarre qu'a cette époque il y ai des sociétés de démmenagement, surtout que cela devait couter chere. Mais leur camion est d'époque et je les trouvent trés originaux.

DAN 12/03/2013 10:06



Bonjour Ships-Lover,
De tout temps on a déménagé, il n'y a que dans le monde rural où les déplacements étaient moins fréquent, quoique, l'attrait pour un métier dans l'industrie, florissante à cette époque, faisait
que beaucoup de paysans venaient travailler en ville, et pour ça il fallait bien qu'ils déménagent.
Bonne journée Ships !



Olivier Rault 15/02/2013 12:44


Bonjour, je viens de découvrir votre blog, quelle mine d'archives, c'est excellent ! Eh oui que Le Havre a aussi souffert, vile martyr comme Caen.


Je repasserai car il y a tellement de choses à voir sur votre site, un vrai régal. Bonne journée ;)

DAN 15/02/2013 13:06



Bonjour et bienvenu Olivier sur mon site.
Du Havre à Bayeux, voila un itinéraire que j'ai souvent fait, et vous ce sera donc de Bayeux au Havre avec mes nombreuses photos en noir et blanc en ce qui concerne les cartes postales. De quoi
vous réjouir vous un adepte du monochrome.
Bonne promenade dans le Havre d'antan Olivier, et bonne fin de semaine !



CyriLH 76 25/01/2013 11:19


Toujours aussi ravi d'apprendre autant de choses sur notre ville grâce à ce blog Bonne continuation
l'ami !!

DAN 25/01/2013 12:53



Bonjour CyriLH,
Ravi également de constater que tu viens me rendre visite.
Moi aussi je te souhaite une bonne continuation dans toutes tes occupations quelles qu'elles soient.
Bonne journée l'ami !



kevin 25/01/2013 00:03


Je ne savais pas qui il y avais une société de déménagement connu ici je vois souvent les déménageurs bretons et les gentlemans du déménagement, mais voici comme quoi il y a ici au Havre, une
entreprise bien cauchoise.


Pour la photo de la rue de Bordeaux, on peut dire que la rue est décalée comme toute la ville d'ailleurs, L'église saint joseph n'ai d'ailleurs pas au même emplacement que l'actuel. Je crois que
l'angélus (la cloche) de cette ancienne église à été transférer dans l'actuel édifice de notre bon cher architecte de la ville Auguste Perret. La chapelle voisine si j'en crois l'article dans un
livre été la chapelle du collège Saint-Joseph qui ce situe depuis l'après guerre vers la rue Felix Faure. Bonne soirée à vous...


 

DAN 25/01/2013 00:17



Bonsoir Kevin,
Eh oui, il y a eu de grande entreprises de déménagement au Havre, telles Bourlé et Lecourt. Aujourd'hui ce sont des déménageurs plus régionaux que l'on peut voir, et qui couvrent un territoire
plus vaste.
La nouvelle église Saint Joseph est en effet un peu décalée par rapport à l'ancienne qui, elle, était plus vers l'intérieur de la ville, mais la rue de Bordeaux n'a pas changée sauf de nom bien
entendu.
Pour la cloche alors là j'avoue ne pas connaitre son histoire, merci de l'avoir mentionné.
Quant à la chapelle de l'institut Saint Joseph, chapelle construit par W. Cargill, il s'agit bien celle du collège Saint Joseph appelé alors institut saint joseph, et qui, aujourd'hui est le
collège dit St-Jo de la rue Félix Faure.
Bonne journée Kevin !


 



Caroline.K 23/01/2013 08:33


C'est amusant Dan, enfin façon de parler pas du tout ces bombardements, mais dans le sujet que je viens de commenter, un des premiers de Nicéphore, il est aussi question de camion.


Je crois me souvenir de cette église, tu en as déjà parlé n'est ce pas ?


En tout cas, je me rejouis toujours de voir les images des réclames d'antan, il y'a de quoi s'inspirer : direct et simple. Mais pourquoi compliquons nous tout aujourd'hui  ?


Merci pour la promenade et  à bientôt


CaroLINE

DAN ET NICEPHORE 23/01/2013 08:48



Bonjour CaroLINE,
Ben oui nous les garçons aimons bien parler de camions, va savoir pourquoi
J'ai évoqué cette église en effet à l'occasion d'un article où je suis monté en haut du clocher ici, et là mais, dans ce dernier article, c'est l'ancienne
église que j'évoque.
J'ai travaillé un temps dans la publicité pour les rideaux "réclames", à cette époque on vantait le produit à vendre, aujourd'hui c'est le client qu'il faut caresser "dans le sens du poil",
qu'importe ce qu'on lui vend, assurément c'est une autre publicité ciblée plus sur la personnalité de l'acheteur plutôt que sur la qualité du produit, il faut dire qu'il y a tellement de
concurrence aujourd'hui que tous les produits se valent, à peu  de chose près.
Bonne journée CaroLINE ! 


 


Il faut dire qu'au Havre, les camions, acteurs indispensables avec les bateaux de l'activité économique locale, ont les connait bien ! Donc, il est normal qu'ils
fassent (parfois, mais pas plus que çà) l'objet de certains articles. Amicalement. NICEPHORE


 



eva 22/01/2013 22:34


ah ben voilà ! catastrophe ! les dimanches se suivent et ne se ressemblent pas ! Il y a une semaine, presque rien ne semblait avoir bougé, et cette semaine, tout a disparu sous les décombres (y
compris les camions d'autrefois) ! Enfin ! c'est la vie ! En tout cas, de belles cartes anciennes et de belles réclames ! Bonne soirée Dan !

DAN 22/01/2013 22:56



Bonsoir Eva,
Eeeh oui, parfois j'ai l'impression d'être le porte parole de la ville martyr, mais l'histoire est ainsi faite, je ne fais que la raconter par la photo, et elles sont si parlantes par moment
qu'aucune parole ne sauraient parler plus fort qu'elles  !
La première carte postale est vraiment belle, c'est à partir d'elle que j'ai construit cet article en recherchant des photos de la rue de Bordeaux, et les photos m'entrainent toujours dans des
chemins où parfois je ne sais pas où je vais débarquer, mais j'arrive toujours à bon port, normal pour une ville portuaire ! 
Bonne fin de soirée Eva !  



B58 21/01/2013 22:08


Bonsoir Dan, ce n'est qu'après avoir lu plusieurs fois ton article que j'ai eu le déclic. Ce nom de Bredaz met d'un coup revenu. C'est lui qui début 1964 a déménagé les meubles de l'ancien casino
Marie-CHristine qui se trouvaient au 113 Rue de Paris, pour les rapatirer dans la Nièvre. Ci-dessous, les lettres de cette avanture :











Etant donné les conditions météorologiques actuelles, je ne résiste pas à mettre également les lettres sur le dénouement de ce transport.






DAN 21/01/2013 22:57



Bonsoir B58,
En effet voila qui tombe à pic pour cet article, de plus les conditions météo et la période sont les mêmes, voila une coïncidence surprenante.
Ainsi donc c'est cette entreprise qui a effectué ce déménagement du mobilier du casino, comme on dit, le monde est petit.
Bonne fin de soirée B58 !



buddy2259 21/01/2013 17:17


Belle participation de l'ami Claude qui apporte sa pierre à l'édifice ...comme bon nombre de blogueurs!

DAN 21/01/2013 17:27



Bonsoir Patrick,
Ce blog est intitulé "DAN et Nicéphore", mais finalement il devrait s'appeler le blog de "DAN et Nicéphore avec ses lecteurs", car la participation de ceux-ci est importante, bien souvent ils
apportent un éclairage différent sur un article, Claude en est une parfaite illustration et c'est bien ainsi !
Bonne soirée Buddy !



louis 21/01/2013 11:33


Ah la vache ! Je ne sais pas ce que vous avez foutu en 44, mais quel bordel !


Super reportage comme dab.


Je cherche un blog comme le votre sur Lyon (tant qu'à faire, hein ?) mais bernique. Si un Lyonnais plus futé pouvaient m'aider.


bises mes petits assassins du dimanche !!!

DAN ET NICEPHORE 21/01/2013 12:19



Salut Louis,
Ce n'est pas nous, les havrais, qui avons foutu le "bordel" comme tu dis, mais ce sont nos amis d'outre-manche plus exactement.
L'éditeur de mon livre cherche aussi un blog comme le notre sur Caen, mais jusqu'à présent il semblerait qu'il n'en existe pas là non plus, alors pour Lyon là c'est un peu plus étonnant car c'est
une très grande ville aussi. Si ça continue je vais former des gens pour créer des sites sur leur ville en faisant des "avant-après aussi


Je me doute ce que me vaut le terme d'"assassins" ...
Bonne journée Louis le Lyonnais (tiens on dirait un blaze de polar)


 


Alors les Lyonnais, à vos claviers et APN ! votre ville est pourtant extrement riche d'un passé bi-millénaire ! Que de sujets et articles en perspective ! Même
la seconde guerre mondiale (O combien ! ) a été riche chez vous en évènements ! Je pense (entre autres) à l'épisode Jean Moulin et le guet apen de Calluire. Que j'aimerai voir ces lieux par des
avants-après. Dan ne vas tout de même pas s'y déplacer pour le faire !


Bien amicalement NICEPHORE


 



Otto Graf 21/01/2013 09:34


Tout à fait d'accord avec le commentaire de Nicephore.


Otto.

DAN 21/01/2013 09:42



Moi aussi, on n'est pas amis depuis 40 ans pour rien


Bonne journée Otto Graf !



Michèle Drieu 21/01/2013 09:18


Bonjour Dan,


Je viens de remarquer que l'habitude de donner des noms anglophones aux Bars n'est pas récente , car on note le "Brooklyn bar" derrière le camion de déménagement.....


Bonne journée; le temps semble meilleur


Michèle

DAN 21/01/2013 09:39



Bonjour Michèle,
Cette remarque est très pertinente ca, en effet beaucoup d'enseignes sont rédigé en anglais surtout les bars, mais il n'était pas rare, et même très courant, qu'il y est écrit sur une vitrine
"english spoken" et ce pour une bonne raison, il y avait beaucoup de marins dans la cité, ils représentaient une clientèle non négligeable, et bien entendu, les bars et autres lieux de
divertissement se devaient d'être bilingue.
Bonne journée Michèle ! 



Pierre 21/01/2013 08:13


Encore merci pour ces reportages qui nous permet de comprendre un peu mieux certaine chose sur la ville.

DAN 21/01/2013 09:33



Bonjour Pierre,
Merci à toi aussi de passer ici. Ça fait plaisir de constater que le Havre est mieux compris avec mes articles, car ce n'est pas toujours évident pour un visiteur de s'y retrouver entre le Havre
tel qu'il était et celui d'aujourd'hui.
Bonne journée Pierre ! 



l'père Cantoche 20/01/2013 23:38


si j'ai bien compris, l'Hotel de Bordeaux a pris la place du Cinéma Gaumont... ça je l'ignorais, tout comme les camions Saurer, Bredaz et Tenart n'ont point emménagé dans ma mémoire... par
contre, Bourlé et Lecourt ont déménagé les Cantoche...


Superbe reportage, Dan et Nicéphore... comme d'hab, du bon boulot...


Encore un article qui déménage...


Bravo  !

DAN ET NICEPHORE 21/01/2013 00:02



Bonsoir l'père cantoche,
Non non mon ami, l'hôtel de bordeaux actuel (devenu entre-temps hôtel des arts) n'a pas pris la place du cinéma, ce dernier se trouvait là où est aujourd'hui la place Perret, sur ma photo de
2013, la dernière dans l'article, ce cinéma serait à la place des arbres donc sur l'actuelle place Perret.
Quant aux déménageurs Bourlé et Lecourt, avec ses camions bleus pour ce dernier, je m'en souviens bien aussi. Je pense même que ces deux entreprises étaient plus connues des Havrais que ne
l'était Bredaz, mais tous ces noms sonnent comme des souvenirs à jamais enfuis comme dit la chanson.
Merci pour ton appréciation Thierry, bonne nuit et à bientôt j'espère !


 


Ha! j'adore, " un article qui déménage " Bravo thierry pour ce jeu de mots très pertinent ! NICEPHORE



Tic-Tac 20/01/2013 22:46


Bonsoir à DAN et à tous !


Belles images et belle nostalgie de ces anciennes publicités (oui on disait "réclames"...), et en plus je viens d'apprendre une chose amusante, c'est que le Volcan est surnommé le "Pot de
yaourt". Bien pensé à ce Pot, d'ailleurs, le jour de la mort d'Oscar.


Bonne soirée à tous !

DAN 20/01/2013 23:51



Bonsoir Tic-Tac,
Ce surnom de "pot à yaourt", est attribué à ce bâtiment depuis sa construction. Beaucoup et moi le premier, l'employons encore bien que le nom de volcan lui aille aussi très bien. Mais l'habitude
étant prise....
Oui on disait bien "réclame" et non publicité, bien que les deux termes aient été employé simultanément dans certain cas comme au cinéma, car ne disions-nous pas à l’entracte, tiens voila la
réclame de Jean Mineur publicité.
Nostalgie quand tu nous tiens ...
Bonne fin de soirée Tic-Tac !


 



Claude 20/01/2013 21:40


Beau "doublé" ce reportage consacré à la fois aux transports BREDAZ et ses beaux camions et en même temps à la rue de BORDEAUX.


Difficile à imaginer (sans la CPA) ce qu'était cette rue avant et sans les photos d'époque ce qu'elle était devenue suite aux bombardements.


Merci aux autres collectionneurs qui ont participé à la réalisation de cet article pour leurs clichés.


À gauche au coin de la place Gambetta sur la CPA on devine le célèbre "Café des Fleurs".


Je réalise moi aussi que le nom de l'Hôtel de Bordeaux n'avait  pas été donné par hasard.


Par ailleurs j'ai retrouvé moi aussi une "réclame" pour les transports Bredaz..elle date de 1949...je la joins..


 



DAN 20/01/2013 23:44



Bonsoir Claude,
Oooh que j'aime bien quand nos lecteurs apportent leur document ici, voila une "réclame" qui complète parfaitement celles déjà dans l'article.
C'est sûr que sans les cartes postales il serait très difficile d'imaginer ce que fut le Havre avant la catastrophe, remarque il est tout aussi difficile aussi d'imaginer la ville avec ses
remparts et ses maisons à colombages. On peut remercier tous ces photographes qui ont fixé à jamais ce Havre sûr pellicules.
C'est effet le café des fleurs dont on voit les deux dernières lettres sur la CP, cette place Gambetta devait avoir un charme fou avec ses établissements de boisson tel Tortoni, et avec ce grand
théâtre où, après le spectacle, les gens pouvaient prendre un dernier verre avant de rentrer chez eux.
Mais je m'aperçois que je cède à mon penchant pour la nostalgie, alors j'arrête là sinon demain j'y suis encore.
Bonne fin de soirée les amis et à bientôt peut être !



Otto Graf 20/01/2013 21:39


Cette vision de c-p ancienne du Havre se rattache à celles nous montrant l’aspect haussmannien de la ville. Le Havre avait alors de
l’allure.


D’ailleurs, la petite place actuelle, au même endroit,  dans l’ensemble Perret située
juste à l’angle de la rue Brindeau, face au pot de yaourt, a un aspect, à mon sens, assez aimable (disons :humanisé) et accueillant se démarquant un peu, malgré ses lignes et ses angles
droits, du reste de la ville neuve.


……………….


Le camion Saurer modèle 1903 présenté a, sauf erreur,  des roues à bandages (bande de
roulement plein en caoutchouc dur, précédant l’ère du pneumatique) et il me semble bien que les rayons de roues vues ici  sont en bois, ce qui était
courant à l’époque.


J’ai, moi aussi, croisé souvent des camions de déménagement  Bredaz dans les rues de la
ville..


J’ajoute pourtant que mes parents, entre 1930 et 1936 ont été déménagés 3 fois par Bourlé et moi-même par Lecourt en 1986. Des
entreprises bien havraises.


Il ne faudrait pas vieillir……………….


Otto.


 

DAN ET NICEPHORE 20/01/2013 23:33



Bonsoir Otto Graf,
La ville du havre avait cet aspect fin 19ème siècle du point de vue architecture, du fait de l’extension de la ville à partir de 1850 il n'est pas étonnant qu'il y ait une certaine homogénéité
dans cet urbanisme, toutefois il y avait ici et là quelques habitations sans caractère dont certaines à  vocation semi industrielle. Dans la rue de Bordeaux et près de la place Gambetta il y
avait peu de bâtiments à caractère semi industriel hormi les halles centrales non loin de cette rue d'ailleurs.
La petite place Perret, après avoir connu divers aménagements, a enfin trouvé son aspect qui lui convient le mieux à savoir être un espace ouvert et plat avec la possibilité les jours de beaux
temps d'étendre les terrasses des café proches.
Quant aux pneus du camion, là, je vous laisse la parole car je ne connais pas grand chose dans la manière de confectionner et habiller une roue, mais cela me semble être le cas, si j'en juge par
la bande de roulement plate des pneus.
Les deux entreprises de déménagement que vous citez me sont bien connues aussi, bien que n'ayant eu jamais à faire avec un déménageur il n'était pas rare de les voir dans les rue du Havre à,
faire leur travail.
Comme vous dites, il ne faudrait pas vieillir, mais personne n'a jamais trouvé comment faire autrement hélas !
Bonne nuit Otto Graf !


 


J'ajouterai quand même que beaucoup de maisons des quartiers proches de la rue de Bordeaux étaient misérables et n'avaient rien d'haussmanien. Le sordide et la
saleté y règnaient en maître. Bien sur, tout cela aurait sans doute été restauré de nos jours, mais gardons nous quand même d'un certain angélisme vis à vis de l'aspect du Havre d'avant guerre.
Bien amicalement. NICEPHORE


 



gerard 20/01/2013 18:00


Bonsoir Dan et Néciphor, Bredaz mais c'est bien sur, telle que l'adresse est Boulevard d'Harfleur, on peut penser situer sur le Boulevard de Léningrad. Merci d'avoir évoqué l'entreprise que
j'avais totalement oubliée.

DAN 20/01/2013 18:07



Bonsoir Gérard (impec ça re-fonctionne )
Je suis là pour "réparer" les oublis".
Plus sérieusement nous sommes beaucoup à avoir connu cette entreprise dans les années 60s, ce nom résonne familièrement à notre génération, car ce n'était pas rare de les voir sillonner nos
rues.
De rien pour l'évocation Gérard, et bonne soirée au coin du feu !



Randonnée et Nature 20/01/2013 17:29


Bonsoir les blogeurs havrais, un qui reste au chaud pour les commentaires et un qui brave le froid pour le plaisir de la photo... Duo parfait !


Votre article est magnifiquement illustré et les veilles cylindrées me font penser à celles qui emmenaient les touristes sur la route des grandes Alpes à la même époque.


Amicalement. C&B

DAN et nicephore 20/01/2013 17:42



Bonsoir Christine et Bernard,
Là pour le coup c'est moi qui était au créneau pour les photos et aujourd'hui en effet nous sommes deux pour les réponses aux commentaires.
Il y a eu en effet de vieilles cylindrées un peu partout en France, ceux présentés ici reflètent bien les véhicules de l'époque
Ceci dit être dans un tel véhicule avec des freins qui, à l'époque que tu évoques, ne devaient pas être assistés, c'était un risque certain d'aller dans le fossé en cas de coup dur, être
chauffeur de bus ou de camions à ces périodes là ne devait pas être une partie de plaisirs assurément !
Bonne soirée les amis ! 


 


Daniel, tu oublies aussi la direction non assistée de ce genre de véhicule. Il fallait surement avoir des muscles d'acier pour tourner le volant, un poigne de fer
pour passer les vitesses et un pied d'airain pour freiner ! Bref, tout ce que nous sommes plus, nous les chauffeurs du XXIème siècle !


Ben oui j'ai oublié aussi le coté assistance au volant, c'est vrai, mais faut bien dire que je ne conduisais pas beaucoup à cette époque





 



Papy Scham 20/01/2013 17:03


Bonjour Dan


Ah, ils sont beaux tous ces camions ! Et ces vieilles pubs. Vraiment j'adore. J'ai eu la même réflexion que jp76 à propos du photographe. Je pense que tout son attirail ne passait pas inaperçu.
Quant à la rue de Bordeaux, que de dégâts. Pour les travaux de déblaiement, je crois qu'on ne chomait pas. En tout cas l'endroit est méconnaissable. Toujours encore le même problème des voitures
dans cette rue L. Brindeau.


Excellent reportage et, comme on préfère rester au chaud aujourd'hui, on a le temps d'apprécier ton oeuvre. C'est un peu la petite Sibérie chez nous.


Bonne fin d'après-midi et excellente semaine.


Cordialement: papy Scham

DAN 20/01/2013 17:34



Bonsoir Papy Scham,
Le "droit-à-l'image" n'existait pas à cette époque, tout photographe était le bienvenu me semble-t-il. Sur beaucoup pour ne pas dire énormément de cartes postales les gens prennent la pose avec
fierté. Aujourd'hui t'as intérêt à faire gaffe à ce qu'il y a au bout de l'objectif car on pourrait facilement te faire un procès si tu divulgues publiquement une photo avec personnages.
Remarque bien, bien que cela ne ce voit pas, j'ai pris des "risques" moi aussi pour le dernier cliché de l'article, celui de l'actuel rue Brindeau. En effet impossible d'avoir la rue sans
bagnole, les seuls moments où je pouvais faire cette photo, était quand le flux était loin devant, mais se faisant un autre flux d'une rue perpendiculaire venait s'arrêter juste derrière moi,
j'ai eu beaucoup de coups de klaxon ce jour là !
Les travaux de déblaiement on non seulement demandé de la main d’œuvre, mais aussi du temps, c'était un boulot quasiment occasionnel pour certaines personnes tels les étudiants qui trouvaient là
de quoi arrondir leur fin de mois.
Bonne soirée dans ta Sibérie, moi c'est aussi au coin du feu quelle se fera !


 



phyll 20/01/2013 17:02


salut poto,


moi aussi je trouve que cette rue avait beaucoup plus de charme (et de vie) avant !!


quant au camion, tu n'aurais pas envie d'avoir le même pour en faire un camping-car ??!!....


pour finir, je fais également partie du club des "reste au chaud" !!!...


Bises à M.J., Poignée de main à Nicé et à + mon pote !!

DAN 20/01/2013 17:21



Salut Mon pote?
Ben oui, moi je voudrais bien en effet avoir un camion pareil, avec sa remorque, pour faire un camping-car, mais bonjour le confort et les dos d'âne en roulant grrr. T'imagines ce véhicule dans
nos rues et roulant sur un de ces µ#ù*~* dos d'âne, je ne te raconte pas, le matériel à bord aurait de quoi apprendre la valse lente...
Quand au charme des rues d'antan alors là inutile de m'en dire plus ça me fout le cafard...
Les "reste-au-chaud" sont nombreux aujourd'hui, de quoi nous tenir chaud ensemble justement  !
Bonne soirée Phyll et à bientôt j'espère !


 



jeanpaul76 20/01/2013 16:29


Pardon encore trompé  a plus

DAN 20/01/2013 16:39



Le mieux dans ce cas là, c'est de ne pas toucher à la mise en page et d'écrire directement dans la case sans vouloir mettre le lettrage en forme (en couleur, en gras etc.)
De toute manière j'ai retranscris ton commentaire (en rouge)  juste au dessus de ma réponse !
Bonne soirée Jean-Paul !



jeanpaul76 20/01/2013 16:08


Un exercice facile avec l'avant et maintenant, car entre deux ce quartier a été rayé
je situe mieux, l'avant n'était pas vilain;
Le peu d'appareil photo faisait que le photographe ne passait pas inaperçu je
suppose pied en bois et une chambre.
Je reviens au sujet de la semaine sur l'entreprise de déménagement j'ai une
résonance de Bredaz sans
trop de souvenirs mais, bon j'ai une excuse mon âge m'éloigne, en regardant le camion Saurer sublime panneau d'affichage mobile certainement l'oeuvre de ce que l'on appelait peintres en lettres
clin d'oeil tu vois ce que je veux dire non !
Voilà encore un sujet apprécié confortablement assis devant ma cheminée le plus
grave je n'ai pas de cheminée mais, j'aime bien rêver 
Voilà l'ami encore merci pour ce petit retour en arrière je vous souhaite une
excellente semaine  j'espère moins froide   

DAN 20/01/2013 16:22



 


Un exercice facile avec l'avant et maintenant, car entre deux ce quartier a été rayé je situe mieux, l'avant n'était pas
vilain;Le peu d'appareil photo faisait que le photographe ne passait pas inaperçu je suppose pied en bois et une chambre.Je reviens au sujet de la semaine sur l'entreprise de déménagement j'ai une résonance
de Bredaz sans trop de souvenirs mais, bon j'ai une excuse mon âge m'éloigne, en regardant le
camion Saurer sublime panneau d'affichage mobile certainement l'œuvre de ce que l'on appelait peintres en lettres clin d'œil tu vois ce que je veux dire non
!Voilà encore un sujet apprécié confortablement assis devant ma cheminée le plus grave je n'ai pas de cheminée mais, j'aime bien
rêver Voilà l'ami encore merci pour ce petit retour en arrière je vous souhaite une excellente semaine  j'espère moins froide


Bonsoir Jean-Paul,
J'ai restitué ton texte (en rouge) intégralement dans ma réponse, car ton commentaire était surligné en blanc et donc invisible aux lecteurs
C'est vrai qu'à cette époque là, les appareils photos n'étaient pas discrets, donc celui qui prenait des cliché était facilement repéré, et de ce fait, les gens prenaient facilement la pose comme
on peut le constater sur la carte postale.
Meeuuh non tu n'es pas vieux l'ami sinon je serais obligé de dire la même chase de moi …
Voui voui voui je vois parfaitement à qui tu fais allusion au sujet des peintres en lettres. C'est vrai que c'est un vrai régal de voir celles-ci sur le camion. Assis dans ton fauteuil devant ta
« non-cheminée » voilà bien du Jean-Paul pur jus, aller l'ami bonne fin de journée sinon devant la cheminée du moins à côté du radiateur ! 






tce76 20/01/2013 15:27


Seul un expert comme toi peut correler tout ça.


Je te fais confiance, même si là, il n'y a plus grand chose pour se repérer.


Quant à cette société, elle existe toujours?


Bon fin de dimanche.

DAN 20/01/2013 16:08



Bonsoir Thierry,
Avec les plans et divers photos des alentours, on peut se resituer parfaitement dans ce capharnaüm que représente la photo de 1944. Quand à savoir si cette entreprise existe toujours ma foi je
n'ai pas trouvé de Bredaz dans l'annuaire des sociétés Havraise d'aujourd'hui, mais peut être a-t-elle changé de nom depuis ?
Bonne fin de journée Thierry !



jeff 20/01/2013 14:11


 


Dans ce dernier reportage on pourra apprécier le respect de l'angle de prise de vue des photos proposées pour permettre un bonne comparaison de l'évolution de la rue de Bordeaux. Le nombre de
chiffres constituant un numéro de téléphone Havrais a évolué à la hausse au cours des décennies du siècle dernier. Dans les années 20's les numéros sur le Havre étaient à 2,3 ou 4 chiffres. Sur
la Pub Bredaz en vert on voit un numéro H2.27.85, le H peut indiquer un chiffre 4, comme il l'a été en vigueur à Paris avec les fameux Balzac,Odéon etc... Dans les pub's on doit se situer vers
les années 40's 50's avec des numéros à 6 chiffres. Le déménageur Bredaz et Ténart fera aussi du transport en commun. Nous sommes aussi sous 10cm de neige en IDF. Bonne journée.

DAN 20/01/2013 16:01



Bonjour Jeff,
C'est un peu mon "fond-de-commerce" que de respecter le plus fidèlement possible le même angle de prise de vue que celui des cartes postales.
Je n'avais pas songé aux numéros de téléphone pour dater une photo, voila un bon moyen de le faire. Quant à la publicité, celle concernant l'adresse d'Harfleur, est datée de 1960 ou de l'année
précédente, pour celle  directement au dessus avec le H 2 etc, elle est antérieure et il se pourrait qu'elle date des années 50s.
Quant au transport en commun je ne résiste pas, là non plus, à glisser la photo que vous m'avez envoyée par mail et que je publie ci-dessous : (si toutefois OB refonctionne normalement ce qui ne
semble ne pas être le cas aujourd'hui )



Bonne fin de journée Jeff et merci pour cette photo !


 



JMH 20/01/2013 13:44


Salut neigeux à Dan et Nicephore. 


Les trappeurs de souvenirs havrais sont à l'oeuvre sous la neige. En faisant une courte recherche, j'ai vu que cette société Bredaz respectait les règles du "syndicat du camionnage
havrais". 


En 1923, la société se trouvait 48 cours de la République. Marcel Bredaz ( qui l'avait peut-être fondée?) était diplômé de l'école de commerce du Havre ( promotion 1913). Dans les années 1920, la
société proposait des cars de 18 à 27 places pour des excursions ou des pélerinages. Son téléphone était 25 61. L'avocat de la société était Monsieur Levarey.


Une société de transport Ténart de Rouen organisait aussi des pélerinages et était fournisseur de l'archévêché. Il faudrait voir s'il y a une relation avec notre société havraise Les deux
fournissant des transports pour les pélerinages dans les années 1920... En regardant dans l'annuaire actuel il reste une société de déménagements Tenart à Bonsecours, près de Rouen, en 2012



Les voisins de cette société de transports, rue de Bordeaux, au Havre,  étaient des boulangers ( au 49 rue de Bordeaux) dont il reste de la famille.  


Amicalement.


 


 


 


 


 

DAN ET NICEPHORE 20/01/2013 15:51



Bonjour Jean-Michel,
Voila un complément d'informations au sujet de l'entreprise Bredaz tout à fait bienvenues. Les deux entreprises sont elles les mêmes  à Rouen et au Havre ? je pense que oui mais sans en
avoir la preuve, le nom seul tenterait à le prouver. Je constate également qu'elle a eu plusieurs adresses au Havre. Quant à la société Tenart à Rouen actuellement peut être s'agit-il là aussi
d'un descendant d'un des dirigeants de cette entreprise, qui sait.
En tous cas ça doit bien être pratique d'avoir un Micaux sous la main pour faire des recherches quant aux entreprises sur le Havre et de ses voisins. Merci Jean-Michel de nous avoir fourni ces
renseignements et bonne fin de journée neigeuse bien entendu !


PS : les photos de Jean-Michel :






 


Merci jean-michel pour ces précieux compléments. A bientôt NICEPHORE



François 20/01/2013 12:50


Belles photos originales !


C'est vraiment un quartier du Havre ou il ne reste vraiment rien du havre d'avant-guerre. C'est curieux de se dire que sans les bombardements je serais allé à Saint-Jo en bas au lieu d'aller rue
Félix Faure. Venant en vélo de Fontaine La Mallet la route aurait été un peu plus longue !

DAN 20/01/2013 13:05



Bonjour François,
Plus rien c'est le cas de le dire, sauf bien sûr ces témoignages photographiques que sont les cartes postales.
Certes la route aurait été plus longue, mais sportif comme je te connais cela ne t'aurais pas découragé, au contraire tu aurais été plus en forme encore pour commencer tes cours !


Bon dimanche François, et sans doute sans vélo vu le temps...


 



marcopolo76 20/01/2013 12:44


Bonjour Dan


Un très bon reportage sur cette fameuse rue et un rappel des déménagements BREDAZ...


Avant guerre cette rue devait être extraordinaire de part son architecture ...qui n'est pas terrible actuellement ...


J'ai également appris que le cinema Gaumont de l'époque était situé dans cette rue .. merci !


A+


Marco

DAN 20/01/2013 12:59



Bonjour Marco,
Je pense que le centre ancien devait être de la "même veine" s'agissant d'architecture.
Quand au cinéma Gaumont il ne faut pas confondre avec lui qui était boulevard de Strasbourg et qui s'est appelé comme ça aussi après s'être appelé Omnia et Colisée. Celui de la carte postale
était en effet une salle exploitée par la société Gaumont, mais le cinéma se nommait Empire.
Ce même nom qui, après guerre, sera redonné au cinéma de la rue Victor Hugo en dommage de guerre.
Bon dimanche Marco et sans doute au chaud toi aussi !


 



Mousse 20/01/2013 12:16


Bonjour cher Dan,
J'adore tes vieilles cartes il en ressort une douce nostalgie.
Je suis à chaque fois stupéfaite de ces bombes tombées sur le havre, on dirait qu'il n'y en avait que pour cette ville la pauvre.
Le premier camion, m'a bien fait rire.
Mon Dieu comme tout a changé !
Magnifique reportage.
Bon dimanche, mes amitiés.

DAN 20/01/2013 12:28



Bonjour Mousse,
Aujourd'hui encore on a du mal à comprendre de tels bombardements de la part de nos "alliés". Beaucoup d'hypothèses ont été émises à ce propos, mais aucune ne satisfait les historiens comme les
Havrais en général. Il faudra sans doute attendre encore pas mal de temps avant de savoir le "pourquoi" de ces opérations dites "militaires".
Quant au camion je n'ai pas résisté à le montrer ici en évoquant cette rue, il est tellement original avec tous ces lettrages et sa remorque qu'il aurait été dommage de ne pas le présenter
n'est-ce pas ?
Mes amitiés et bon dimanche aussi chère Mousse ! 


 



leblack 20/01/2013 11:30


Super reportage, très bien construit, on a l'impression sur ces cartes d'avant guerre, que la rue était bien plus vivante qu'aujourd'hui!

DAN 20/01/2013 11:41



Bonjour Leblack,
Ce qui est certain, c'est qu'il y avait beaucoup plus de piétons, par contre moins d'automobiles aussi, ce qui m'étonne toujours, personnellement, ce sont ces mêmes piétions qui regardent sans
doute le photographe et qui ne sont guère gênés par la circulation automobile, d'ailleurs on peut remarquer que le cycliste roule sur la gauche de la rue sur la carte postale, sans doute pour
éviter de prendre sa roue dans les rails du tram.
Bon dimanche Leblack  !


 



boboce 20/01/2013 11:28


Salut DAN


 


Je ne vois pas ce qui a changé, hormis les arbres qui sont passés de gauche à droite de la rue.


Je rigole, que de changement, on imagine pas que l'on est au niveau du pot à yaourt.


Belle collection de camions.


 


Bon dimanche de neige.


A+

DAN 20/01/2013 11:35



Salut boboce,
Exactement, nous sommes du côté nord du "pot à yaourt" * pour les arbres je ne sais pas si ce sont les mêmes je ne le crois pas, en tous cas des changements
ce n'est pas ce qui a manqué ici.
Bon dimanche à toi aussi au coin du feu je pense !


*expression employée par bon nombre de Havrais pour désigner le volcan, théâtre national, place Niemeyer  )



FAH 20/01/2013 10:55


Bonjour Dan,


Effrayant! quand on voit ces photos de destruction, il faut imaginer la quantité de bombes au mètre carré qui sont tombées!


De nos jours ce ne sont plus que des flocons de neige, mais certains les redoutent comme si c'étaient des obus...


Merci Dan et Nice pour cette nouvelle rétrospective.


Bon dimanche au chaud!


FAH

DAN et nicephore 20/01/2013 11:05



Bonjour Françoise,
Là l'expression "tapis de bombes" prend toute sa (mauvaise) valeur, on a du mal à imaginer ce que cela a pu être, j'imagine toujours le sentiment de nos parents quand ils ont découvert ce
désastre.
Ce n'est pas quelques flocons qui les embarrasseraient aujourd'hui, il est vrai qu'avec les autos se déplacer devient difficile, alors dans ce cas là on reste bien au chaud à la maison, et c'est
ce que nous allons faire tous les deux n'est-ce pas !
Bon dimanche Françoise, et au chaud donc 


Oh là là, quels sont ces gens qui ont peur de quelques misérables floconneaux, c'est justement le moment de sortir pour faire de superbes prises de vues ! A vos
appareils messieurs dames ! Bon, je plaisante car il ne fait pas très chaud quand même !


 



monnier 20/01/2013 10:44


MERCI !!!pour c'est beau souvenir prend toujours plaisir a regarder 

DAN 20/01/2013 10:48



Bonjour monsieur (ou madame) Monnier,
Merci à vous aussi d'être passé par ici, j'espère que vous trouverez toujours le même plaisir en venant ici.
Bon dimanche monsieur (ou madame) Monnier !



buddy2259 20/01/2013 10:04


Bonjour Dan et Nicéphore,


Cela fait du bien le dimanche matin de découvrir des reportages qui nous replongent des décénies en arrière.Un joli travail de recherche et de présentation de pièces rarissimes...Bravo
les amis!


Superbe la carte postale avec ce mythique camion de l'emblèmatique marque Hélvétique.


Bon dimanche!

DAN ET NICEPHORE 20/01/2013 10:14



Bonjour Buddy,
Par ces temps de froidure, rester au chaud à découvrir mes articles est une bonne occupation !
Je ne connais pas plus que ça les camions SAURER, il est d'ailleurs heureux que ce nom soit inscrit sur le radiateur sinon je n'aurais pas su quel fabricant l'avait conçu, quoique avec des
lecteurs tels que toi, on aurait bien fini par le savoir, et qu'il fut helvétique ça je ne le savais pas, tu vois qu'est-ce que je disais plus haut
Bon dimanche Buddy ! 


 


Bonjour Buddy, et l'helvétie tu connais bien n'est-ce pas ? Amicalement NICEPHORE


 



RORO 20/01/2013 09:42


Le camion Saurer est d'une classe incroyable, c'est vraiment l'imaginaire que je me fait des années 30.

DAN et Nicéphore 20/01/2013 09:49



Bonjour Roro,
Et là c'est même des années 1900-1920 dont on peut parler, car ce camion est à pneus pleins, alors que dans les années 30 il étaient avec chambre à air, ce qui devait d'ailleurs et sans nul doute
plus confortable !
Bon dimanche Roro !


Salut RORO, puisqu'on parle de cette marque de camion, aujourd'hui disparue, j'ai retrouvé l' image du 1er véhicule construit en 1903. Encore plus antédiluvien ! Il
fallait sans doute avoir une sacré maitrise pour conduire ce genre d'engin ! NICEPHORE





 



Michèle DRIEU 20/01/2013 09:02


Bonjour Dan,


Un superbe reportage sur cette rue de Bordeaux et cette entrprise de déménagements. Voilà enfin l'explication de la dénomination de "L'Hôtel de Bordeaux", situé dans cette rue.


Quelle évolution dans les camions!


Bonne journée sous la neige! pour rester au chaud et prévoir d'autres articles aussi intéressants.


Amicalement


Michèle


 


 

DAN 20/01/2013 09:45



Bonjour Michèle,
Eh oui, tout s'explique n'est-ce pas, ainsi la dénomination de cet hôtel de Bordeaux devenu aujourd'hui hôtel des arts, mais là je ne sais pas pourquoi.
Quant aux camions il est fort heureux qu'ils aient évolués car regardez, le camion SAURER est à pneus pleins, c'est dire si le, ou les chauffeurs, devaient être secoués...
Je reste au chaud en effet, et mon dimanche sera occupé à répondre aux commentaires, une activité que j'apprécie de plus en plus !
Bon dimanche Michèle !


 



GL 20/01/2013 08:51


C'est curieux, je n'ai aucun souvenir de ce nom de déménageur.


Et il y avait des lignes de tram partout.


La vision actuelle de cette rue est nettement moins esthétique qu'avant

DAN 20/01/2013 09:37



Bonjour GL,
On ne peut pas se souvenir de tout, ainsi ce déménageur et pourtant il semble avoir eu une longue carrière.
Quant au tram c'est exact il y avait des lignes un peu partout c'est ce qui était bien pratique à l'époque, le Havre était tissé d'un réseau de rails qui allait du cap de la Hève, jusqu'à
Montivilliers, sans oublier la ville haute avec Bléville, Sanvic et Aplemont, les bus aujourd'hui suppléent à ces anciennes lignes.
Quant à la vision des rues actuelles là tu prêches un convaincu... 
Bon dimanche GL !