Du pain sur la planche

Publié le par DAN

Les détaillants ont toujours été synonymes de convivialité et d'échanges dans un quartier. Parmi eux, les boulangers, qui, j'ai pu le constater, sont les artisans ayant le mieux résisté aux changements d'habitudes des consommateurs.

Je vous présente celui du 69 rue Casimir Delavigne, bien que la devanture soit modernisée, le fond de commerce reste le même.


La devanture "d'hier".



La devanture en 2009.


L'assemblage des deux photos.

 

**********

Entre ces deux époques, représentées par la carte postale et ma photo de 2009, cette boulangerie a connu d'autres aménagements et propriétaires, voici deux photos aimablement envoyées par madame Isabelle Boisard-Hattinguais, représentant cette boutique en 1975 et 1982. Grand merci à cette lectrice pur son prêt.


boulangerie1975En 1975. Collection Isabelle Boisard-Hattinguais.

 


boulangerie1982En 1982. Collection Isabelle Boisard-Hattinguais.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.

 


 

 


 

 

 

Commenter cet article

L
Bonjour, je me souviens de la pâtisserie BEAUDOIN dès que l'on entrait on avait l'impression de se trouver au début des années avec une décoration toute rose, comme un bonbon. Beaux souvenirs.
Répondre
D
Bonsoir LE GAD,
Bien qu’habitant le quartier maintenant depuis pas mal de temps, je n’ai pas connu cette pâtisserie Beaudoin, et s’il s’agit des années d’antan (vous ne précisez pas la décennie) les décorations des magasins étaient bien différentes, mais avec du « rose bonbon » c’était la couleur toute trouvée pour ce genre de magasin si en plus le parfum de gâteaux s’en mêlait… ????
Bonne soirée LE GAD.

I

Bonjour, je découvre par hasard la vieille photo de la boulangerie. Je voudrais juste vous dire qu'entre ces 2 photos, il y a eu 2 façades différentes. Mes parents en ont été propriétaires entre
1968 et 1987. Que de bonnes années pour moi dans ce quartier ! A bientôt et merci pour ce partage.
Répondre
D


Bonsoir Isabelle,
Au moment où j'ai écris et diffusé cet article je n'avais que cette carte postale à ma disposition, aujourd'hui si j'avais les photos du commerce tenu par vos parents entre 1968 et 1987 je me
ferai un plaisir de les insérer dans cet article en précisant, bien sûr, leur provenance.
Quant au quartier du fait que j'y habite moi aussi, je rejoins votre point de vue à ce sujet.
Merci pour cette visite et commentaire et bonne soirée Isabelle.



F

Bonjour, J'ai été très heureuse  de faire votre connaissance hier, en "live".
Merci de contribuer à nous faire connaitre notre belle ville - oui, oui - n'en déplaise à certains.
Amicalement
FAH


Répondre
D

Bonjour Françoise. Le plaisir  de cette rencontre est partagé. J'ai, moi aussi, été très heureux de rencontrer une de mes lectrices.  Et comme vous je
continue à dire que le Havre est une très belle ville, et je ferais tout pour mieux la faire connaître aux yeux de mes lecteurs  et commentateurs.
Merci de votre visite et commentaire,  a bientôt j'espère  ! 


P

BRAVO Jacques !!!!!


Répondre

Salut mon bon Phyll. T'a vu ce qu'il a fait !  Formidable hein ! Sacré Jacques !
@+ poto


M

Bonsoir Dan
APrès reflexion je préfére le coté rétro de cette façade de boulangerie , dommage que les propriétaires n'y aient pas pensé..!
Marco 


Répondre

Bonsoir Marco. Je devrais , peut être, lui montrer ce reportage, l'ennui c'est que ce n'est pas mon boulanger, sinon je lui en aurait parlé tu penses. Mais beaucoup
de personnes sont  comme toi, si tu as lu les comm, tout le monde préfère l'ancienne devanture, et comme je suis aussi de cet avis...
Bonne fin de soirée Marco  ! 


J

Juste pour le plaisir ...
Comme je respecte la nature, j'ai remis l'arbre à sa place, et j'ai donné un petit côté rétro avec un effet sépia ...

 


Répondre

Voila le deuxième travail, tu as passé les couleurs en sépia, et avec l'arbre devant, qui confirme que tu maitrises à fond ton logiciel. ça fait vraiment "époque"
cette deuxième mouture.
C'est tellement sidérent ton "savoir-faire" que je n'en trouve plus mes mots.
Dommage que tu sois si loin, sinon tu m'aurais appris à faire ce genre de travail, j'en suis friand.
Je te renouvelle mes félicitations mon ami, du travail de MAITRE !
A bientôt !  


J

Bonsoir Dan, 
Je n'ai pas résisté !... Sans aucune hésitation je préfère (tu te doutes) l'ancienne façade de cette boulangerie... 

 


Répondre
D

Oh la vache, (pardon), mais dis moi, tu manies ton logiciel photos avec maestria dis donc. J'ai vu que tu en a fait deux sur les commentaires, je vais répondre à
l'autres tout de suite.
Là tu m'en bouche un coin quand même, je ne sais comment tu fait mais tu le fais très bien
A tout de suite !


P

Je crois (j'espère) que les boulangeries feront encore longtemps parties de notre décor ! Imagines une France sans boulangerie... un comble !
J'aime ton travail sur ces fondus, on a l'impression de faire un saut dans le passé et de comprendre un peu plus  notre ville d'aujourd'hui !!


Répondre
D

Bonjour Philzoc. Alors là, je suis comme toi, j'espère qu'il y aura toujours des boulangers comme aujourd'hui. Je ne conçois pas mon alimentation sans ces artisans.
Le pain constitue 100% de mon alimentation le matin, je suis inccapable de manger autre chose pour le petit "dèj" à part les croissants, mais ça revient au même.
Quand au saut dans le passé, j'aime  ça aussi, mais faut pas que j'en abuse, personnellement, je risquerais de rester bloqué dans le passé comme dans certains films
. Mais la "dure" réalité s'impose toujours à moi, alors pas de soucis de ce coté.Bonne journée Philzoc  !


P

Je trouve que les anciennes vitrines avaient un certain charme par rapport aux vitrines actuelles. A l'heure actuelle il y a certaines de ces dernières qui ne ressemble à rien. Et quelque part
c'est aussi une perte d'une partie d'un patrimoine.


Répondre
D

Bonjour Pierre. C'est vrai que ces anciennens boutiques font parti du patrimoine. J'avais un père qui était menuisier ébéniste et qui nous avait fait voir comment
l'on fabriquait ces vitrines du point de vu menuiserie. (guide Roubot pour les connaisseurs)
Un véritable travail d'art, et un savoir-faire que l'on ne retrouve plus dans les vitrines "modernes" c'est incontestable !
Bonne journée l'ami !


A

Bravo tout d'abord pour ce post (avec un nom que j'aime beaucoup ;o) ). Ca me rappelle une photo de mon arrière grand père qui tenait un commerce de vélos.
Pour les commerces de proximité, nous sommes responsables du fait d'aller faire nos courses dans des grandes surfaces, histoire de gagner du temps et de tout acheter d'un coup. J'ai la chance
d'avoir une boulangerie super accueillante, lieu de discussion.


Répondre

Bonjour Anne. Aller dans une grande surface c'est parfois bien pratique, il faut bien le reconnaitre, mais avec ton commentaire tu illustres parfaitement l'avantage
d'aller chez un petit commercant, on papotte on papotte, et ça, c'est irremplaçable ! Surtout pour un bavard comme moi
Quant à la photo de ton arrière grand-père, pourquoi ne l'a publies-tu pas ? Elle doit avoir le charme des photos d'antan non ?
Bonne journée Anne ! 


P

ben moi je visite tous les jours mes "blogs amis" !!!...hein ?? ça ne compte pas ???...même à 6h48 ???


Répondre

Salut OooH mon poto. 6h45 ! ! ! ! ! , là y'a pas à dire, t'es malade, je ne vois pas
d'autres explications, ou alors t'as oublié de porter un masque , ou alors tu n'es pas encore couché, bref dussais-je tout
remuer je trouverais bien l'explication de cette... heuuu comment dire...anomalie ? Nanméo
Bon ceci dit (non pas lui) bonne journée mon pote et ""soigne"" toi bien ! ! ! !  !


O

Je ne pense pas qu'il s'agit d'un problème de surpopulation dont, de tous temps, on a parlé.
Je crois qu'il s'agit d'un problème de cultures vivrières (ainsi que d'élevage) et de commerce international. Certains pays peuvent produire ou acheter en quantités suffisantes, d'autres
ne le peuvent pas, pour des raisons financières quand l'aridité ne vient pas compliquer les choses.
Certains peuvent échanger, d'autres ne le peuvent pas.
Faute de richesses naturelles soit en cultures soit en sous-sol, on crève, même ceux qui cultivent le pavot.
Ce qui n'empêche pas de constater l'enrichissement d'autochtones, en très petit nombre, qui vivent comme des nababs, soit de l'aide qu'il reçoivent, soit de la mise en coupe réglée de leurs Etats,
ou des deux. 
Les pays les plus riches  compensent par la charité internationale, notoirement insuffisante les autres ne le peuvent pas. ce n'est pas une critique, pas plus qu'une solution.
Je crois intimement que c'est sans espoir ! même si je voudrais espérer que la civilisation matérielle cède un peu le pas à celle du coeur et de la juste répartition, non pas en fonction des
mérites, mais des droits à la vie.
Mais attention ! qu'on ne touche pas à MA bagnole, à MES 200 m2 habitables, à MA piscine, à MES vacances au soleil , à MES week-end en Normandie (un si beau pays !)   
!!!..


Répondre

Sans espoir ! La tu es bien dur avec l'humanité. Il est vrai que l'on se donne "bonne conscience" avec la charité organisée. De toutes les façons, si je peux faire
quelque chose de concret Je le fais, si je ne peux rien faire j'essaie de ne pas me culpabilisé. Car beaucoup de gens faisant appel à la charité, vivent comme des rois, et nous culpabilisent, ça je
ne le supporte pas, pas plus que ceux vivent comme des nababs comme tu dis et vivant de l'aide internationale. Il y a quelque chose de pourri au royaume des hommes, et la civilisation matérielle
fera comme l'empire romain ou égyptiens, elle mourra de sa belle mort un jour ou l'autre, le problème pendant ce temps, c'est que beaucoup en crèvent, de cette situation et le problème est si vaste
qu'il en devient décourageant.
Mais j'arrête là sinon ça me fout le bourdon
@+ otto graf !


L

Mon bon DAN... c'est fini je n'emploie plus aucun qualificatif pour parler de ton génie de la manipulation et de l'art que tu as pour mettre en parallèle 2 images qui peuvent être différentes, mais
qui, grâce à un détail infime, fait que la superposition est parfaite ! Je ne dirai plus, non plus, que tu es le roi de l'observation et de la photo parfaite ! que... et puis que...
Un salut amical à NICEPHORE et DAN... et vice-versa !


Répondre

Bonsoir Laurent si si si, tu peux le dire je suis un peu "cabot" sur les bords et tous
compliments est pris pour moi comme une récompense de mon travail, sinon je ferais ça seul dans mon coin sans savoir si ça plait  ? Alors si ça plait faut le dire, et si ça ne plait pas, faut
le dire aussi d'ailleurs .
Et bien moi je te dis MERCI  et @+ NA !


G

Peu de changement et toujours une boulangerie . Espéront, encore pour longtemps une boulangerie .
Merci


Répondre
D

Bonsoir Gérald. Les boulangers, les épiciers, entre-autres  sont les commercants les plus "visités"quotidienement. Ils font parfois le lien sociale avec les
clients. Combien de fois ne voyons-nous pas les clients attendrent leur tour en discutant entre-eux.
Des professions à protèger absolument.
Bonne fin de soirée !


G

Un bien bel exemple de petit commerce qui à su traverser les époques et les tourmentes.

Désolé mon bon Dan de ne pas commenter plus souvent tes articles, mais en ce moment c'est à peine si j'ai le temps de m'occuper de mon blog ! Entre le travail à la CTPO et le travail à la maison,
c'est pas facile à gérer. Ceci dit, celà ne m'empêche pas de te rendre visite presque tous les jours.


@ bientôt,

Geo


Répondre

Bonsoir Geo. Un exemple qui devrait être plus soutenu, car les petit commerces font la vie d'une ville.
Je sais que ce n'est pas toujours "facile facile" quand on est en activité de passer régulièrement, le fait d'avoir un petit commentaire malgré ton
emploi du temps chargé est très sympa , on ne peut être tous en retraite n'est-ce pas ! .  Et le fait de savoir que tu compte parmi mes lecteurs me réjouis beaucoup.
Alors courage pour la suite et à bientôt !


T

Je suis tout à fait d'accord avec l'ami Buddy: tu excelles dans cet exercice, et j'imagine volontiers la difficulté sur le terrain avec tes cartes postales en main.
Il ne doit pas y a voir qu'une seule prise.....?


Répondre
N

Bonsoir Thierry. Comme tu le dis il n'y a pas qu'une seule prise. Parfois il m'en faut une dizaine pour arriver à quelque chose de correct. Le plus difficile reste
la focale par elle même. Par moment, sur la carte, on crois que c'est pris avec un grand angle et sur place ce n'est pas du tout ça. Alors je shoot je shoot comme un malade, je change de position
de focale, etc et à l'ordinateur je superpose pour trouver le bon angle. Parfois c'est asser simple comme ici, et parfois très compliqué. Du boulot oui, mais du boulot que j'aime alors...
 Bonne fin de soirée!


B


Heureuse blogosphère que d'avoir en elle le spécialiste de la superposition, un travail pas évident merci pour ton reportage Dan!



Répondre
D

Il n'y a pas de quoi Buddy, tout le plaisir est pour moi. Pour les superpositions celle-ci ne m'a pas trop posée problème. Il n'en est pas toujours ainsi. Et si mes
articles plaisent à un grand nombre, j'en suis le premier heureux. Alors rendez-vous au prochain article.
A bientôt Buddy !


L

C'est vrai Dan, notre Danton est un peu épargné, il y aussi les sex-shops qui fleurissent, mais tu l'a déjà dit dans un de tes nombreux et très bon articles...


Répondre

Oui il ressemble aux quatiers d'antan, mais cela n'empêche pas sa déliquescence. Les commerces de proximités restent de toute façon, plus chers que les grandes
surfaces, à cause (entres-autre) du prix d'achat des denrées qu'ils ne peuvent acheté en grande quantité. Donc cela se ressent sur le prix final.
Mais avec un tout petit peu d'effort et de raisonnement, on peut acheté à l'épicier du coin qui nous fait faire l'économie du déplacement. Et à l'heure actuelle ce n'est pas à négligé !
@+


O

Je pense que c'est plus une notion de productivisme et de rentabilité immédiate par la quantité que le désir profond de nourrir convenablement la planète dont plus d'un tiers a faim.
Mais il y a des moments où ça coince, on le voit en ce moment, en particulier, avec le lait, la viande, le poisson, que sais-je, sans pour autant rassasier mieux la Planète.


Répondre

Le problème numéro 1 de la planète est la surpopulation, le problème numéro 2 est que les pays dit "émergants" veulent consommer, et donc, manger de la même manière
que l'occident, mais pour cela il faut "produire industriellement", et produire de cette façon détruit l'unvironnement. Donc soit en baisse notre propre consommation de façon à partager avec le
reste du monde, c'est faisable, soit, on produit OGM (je suis contre) pour nourrir tout le monde
C'est un vaste problème qu'une scientifique Indienne a bien relaté et étudiée. Mais presonne ne l'écoute.... Alors
@+


L

j'aime cette place qui a su garder son esprit village ! par contre je déplore que de plus en plus nos boulangers, nos bouchers et nos fleuristes soient remplacés par des banques sans âme ! tout ça
parce que les banques font trop d'argent sur notre dos et parce que nos concitoyens préfèrent les grandes surface avec le tout en un !
merci Dan pour nous donner ce goût de bon pain à la bouche ! 


Répondre

Salut Cédric. Dans notre quartier, Danton, les boulangers et autres petits commerces ne sont , hélas, pas remplacés par les mêmes boutiques, ni par des banques
d'ailleurs. Je recense un peu ce quartier de ce point de vu, et je "l'écume" du rond point au centre coty. Malheureusement ces boutiques et commerces sont remplacés par, soit des garages, des
habitations, ou par rien du tout dans beaucoup  de cas.
Comme tu le dis les gens "préfèrent" les grandes surfaces, quoique je sens se dessiner un retournement avec les "mini-market" qui ramènent les consommateurs dans leur lieu de résidence. Il n'est
qu'à voir ces commerces fleurir un peu partout pour s'en convaincre.
A bientôt


O

Si ce n'est pas un évidence, c'est une (très) forte probabilité.
Et c'est bien dommage pour notre époque d'usage partout d'adjuvants de toutes sortes, du sol ensemencé jusqu'à la maturitédu produit récolté et conservé.


Répondre
D

Salut otto graf. Il est vrai que notre époque n'est pas avare de produits chimiques. Il y en a partout dans "presque" toute l''alimentation. Les adjuvants,
conservateurs  et j'en passe de toute sortes sont abondants dans nos assiettes !
Et si l'on remonte à la source, c'est à dire à l'agriculteur, là c'est peut être pire encore. Les engrais et autres pesticides ont eu été employés en trop grand nombre aussi.
Mais il faut nourrir une population de plus en plus nombreuses, alors quelle solution ?
A bientôt !


P

il est vrai que la boutique actuelle est sans âme !! mais si le pain est bon ....
j'ai remarqué (je ne dois pas être le seul) que de plus en plus de commerçants refont des vitrines neuves de type "rustique" ce qui, à mon avis, est plus accueuillant !! Et mon ami boulanger
me disait que ce phénomène de mode de "pain à l'ancienne" se répand de plus en plus !...sans doute avons nous envie de retrouver le bon goût d'antan ?!!
à bientôt mon pote !


Répondre
D

Salut mon pote Phyll. Oui c'est une "tendance" actuelle que de faire soit du "bio", soit du "terroir"ou encore  du "à l'ancienne".
Quand aux vitrines, c'est incontestables que les boutiques, telles que nous les avons connues, avaient beaucoup plus de charme que celles de nos jours. Quant à y retrouver le gout d'antan, tout est
question du "tour de main" de l'artisan boulanger !
A bientôt mon pote


F


Quelle bonne idée cette superposition de boutiques! je prèfère franchement l'ancienne boutique qui est pleine de charme! celle d'aujourd'hui est moderne mais vraiment quelconque! quel dommage! y
a-t-il encore des boutiques anciennes qui seraient restées en l'état, on en trouve parfois à Rouen ou à Paris.? Y a-t-il un livre qui répertorie ainsi les vieilles boutiques toujours
debout?           Bonne journée Dan



Répondre
D

Bonjour Françoise. Il y a les livres sur les quartiers de Max Bentson & Gilbert Betton, (édition de l'estuaire, ou, édition Bertout), qui relatent l'histoire
des quartiers Havrais, avec de nombreuses photos et témoignages de ceux y ayant vécu.
Mais le présent reportage est illustré avec une carte postale acheté chez un bouquiniste. Et dans les livres cités plus haut il n'y a pas de comparaison avec fusion de deux photos comme je le fait
!
Quant à préféré l'ancienne boutique tu n'es pas la seule à penser ainsi, à commencer par moi. Mais il faut vivre avec son temps dit-on, quoique "l'ancien" avait un sacré charme quand même !
Bonne journée Françoise !  


J

Peu de changement en effet. Ceux de la douane, comme nous autres, prenaient le pain chez De St Nicolas ou rue de Tourville ou encore chez Baril angle rue J Tellier. Bouh!!!! Epoque disparue à 
jamais...


Répondre

Salut JPS. Tu es un "gars du quartier" alors, tu as du, toi aussi, connaitre l'époque où dans ce quartier florissaient les petits commerces.
A l'heure actuelle je "recense" ceux qui restent, et les compare ( comme ici au 69, ) à ceux disparus, il y a de boulot crois moi !
Epoque disparue dis-tu,  je la recherche constament à travers ce qu'il en reste !
@+ JPS


O

Vous remarquerez que sur l'ancienne photo, la vitrine se veut futuriste, alors qu'aujourd'hui on rêve de pain fait à la main !..........Ce devait être le cas du pain fantaisie "à la commande".


Répondre
D

C'est vrai que le "passé" et le "terroir"fait mieux vendre. J'y vois là une nostalgie pour les produits anciens, qui, à nos yeux de contemporains, semblent être de
meilleurs qualité. Mais c'est à voir, ce n'est pas une évidence !
A bientôt !