L'escalier roulant : "Un chef d'œuvre de l'histoire " (Édouard Herriot 1929 )

Publié le par DAN

Voici un résumé de l'histoire de l'escalier mécanique, qui, des années 30 aux années 80, a marqué la mémoire collective des Havrais. Arrêté en 1964, il eut un regain d'activité de 1976 à 1984, pour ne plus jamais s'ouvrir au public jusqu' à nos jours. 

Il sera classé monument historique industriel le 8 juin 1984.


escalier roulant intérieurL'intérieur au temps de son exploitation


 

L'origine du projet

 

L’étude conduite en 1922, par la Société des Chemin de fer de la Côte, aboutit au projet d'un escalier mobile, inventé par l'ingénieur Hocquart de Paris. Ce nouveau moyen de transport doit faciliter les déplacements d'une population toujours croissante, pour leur trajet quotidien, entre la ville haute, (Frileuse Aplemont), et basse, (Graville l'Eure).

Auparavant, ces déplacements  se faisaient uniquement  par la côte Pasteur, ou l'escalier de Montmorency.

Ce nouveau moyen de transport voit le jour le 17 mai 1928.

Unique au monde à l'époque, il est mis en exploitation par une société indépendante constituée à cet effet, la « Société havraise de transports en commun » .


roulant-article 7457L'entrée rue de Montmorency


Sa construction

Réalisé à Sedan par les établissements Grosselain, il est mis en œuvre au Havre par l'entreprise Thireau Morel.

Les travaux débutent le 2 février 1926, et s'achèvent le 10 octobre 1927.

Le 27 mai 1928 l'escalier mécanique est inauguré.


intérieur de l'escalier roulant 2Le bas de l'escalier mécanique

 


Son exploitation

 

La « Société havraise de transports en commun » gèrera cet établissement jusqu'en 1964.

Année après année, les clients sont de moins en moins nombreux.

En 1965, la C.G.F.T. (Cie Générale Française de Tramways) en reprend la gestion.

Pour cette entreprise, seules deux solutions s'offraient :

- fermer définitivement ou

- augmenter le prix de la montée, seule payante

C'est donc avec cette nouvelle donne que l'escalier reprend du service.

Mais le 14 septembre 1984, une panne importante du système bloque l'ensemble du mécanisme.

Outre cette panne, son exploitation était devenue déficitaire, en partie à cause de l'augmentation des nouveaux moyens de transport : vélo-moteur, et automobile.

 

numriser00328zmL'entrée supérieure à Frileuse

 

 

 

Coté technique

S’étendant sur 170 m, pour une dénivellation de 70 m, ce système permet la montée et la descente simultanées, en n'utilisant qu'un seul mécanisme logé dans deux galeries superposées.
L’ensemble de l’escalier roulant peut être comparé au système d’une drague. Les godets sont remplacés par des marches. Elles sont environ 300, d’une largeur de 0.90 m et d’une profondeur de 0.84 m ; cette profondeur, importante, permet le transport des voitures d’enfant, et des bicyclettes.
La station motrice électrique est souterraine et comporte 3 moteurs permettant des vitesses différentes. Le plus puissant, de 140 ch, permet aux heures d'affluence, un parcours accéléré n'excédant pas 4 minutes.

Les deux entrées sont dotées de guichets de perception.

En 1976 est installée une nouvelle machinerie qui consommera deux fois moins d'énergie.


intérieur de l'escalier roulant 2Une montée reposante

 

  Quelques chiffres

 

Longueur 170 mètres

dénivelé de 70 mètres

il pouvait transporter 6000 personnes à l'heure.

Vitesse 36 mètres/minute

il comportait 538 marches ? (300 selon d'autres sources)

830 921 c'est le nombre de voyageurs à la montée entre le 27 mai 1928 et le 15 mars 1929.

360 327 nombre de voyageurs à la descente pour la même période.

312 127 nombre de bicyclettes et voitures d'enfant toujours pour cette même année

210 000 voyageurs en 1972.

79 000 en 1983.


Escalier roulant esclier piéton (268 marches) rue de MontmLe site en janvier 2010


Témoignage de Marc Georges

 

Détail que vous ne connaissez peut-être pas les deux dames qui déchiraient les tickets dans les années 50 étaient sœurs et s'appelaient Dubure et Lamauve, elles habitaient pas très loin aux 198 et 200 rue de l'abbaye (devenue pour cette partie Salvador Allende). Le mécanicien assurant la maintenance était M. Grisel qui tenait également un café (café de la Treille) près des "300 marches".
L'escalier est aujourd'hui très dégradé et ne peut être remis en marche car des pièces du moteur ont été volées.
Il est regrettable que cet escalier roulant ne fasse pas parti de "La visite des escaliers" organisée par l'Office de tourisme.


l'escalier roulantUne partie du personnel en bas de l'escalier

 

 


Conclusion de J.M. Harel :

Vers la fin des années 2000, soit plus de vingt ans plus tard, l'escalier roulant se trouve dans la même situation d'abandon. On se doute bien que les dégradations en deux décennies lui ont causé des dommages de plus en plus importants. Une réouverture est-elle encore possible ou souhaitable ? Une restauration complète est-elle envisageable sans investir des sommes considérables ?

On s'orienterait plutôt aujourd'hui vers la création d'ascenseurs entre la ville haute et la ville basse. Il en existe notamment dans la commune de Luxembourg et c'est un système très efficace de transports dans des cités situées sur deux niveaux. Une innovation de ce genre n'impliquerait pas forcément la destruction de l'actuel escalier roulant. Si on ne se sert plus de l'escalier roulant comme moyen de transport, est-il utile de le maintenir comme lieu historique dont l'originalité de conception pourrait susciter l'intérêt ?

Jean-Michel Harel

JMH

 


Je remercie pour leur aide MM :

Laurent pour m'avoir faciliter mes recherches aux archives. 

Geo pour son autorisation à publier ses photos.

Jean-Michel Harel pour sa conclusion

Et Marc Georges pour son précieux témoignage.



PS: Malheureusement, notre plan n'est pas assez grand pour permettre de situer cet escalier mécanique. Il se trouve rue de Montmorency pour sa partie basse, et rue Salvador Allende, pour sa partie haute.


 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

manu 16/02/2014 15:25


merci de nous re-memorer ses souvenirs!! je n'ai jamais compter le nombre de fois que j'ai emprunter ces marches en etant gamins, que de souvenirs, MERCI!


le jour ou le havre est passé "patrimoine de l'UNESCO, j'avais esperer voir la remise aux normes des escaliers roulants et sa mise en service mais malheuresement cet edifice qui fait parti
integrante de l'histoire du havre n'a aucunes priorités pour nos elus locaux, quel domage :-(

DAN 16/02/2014 16:23



Bonjour Manu,
il est fort dommage que nos édiles n'aient pas un regard vers ce "monument historique" car s'en est un. Sans doute le français en général n'attache-t-il pas autant d'importance au patrimoine
industriel que artistique ou architectural, c'est dommage là aussi car si c'était Versailles en péril nul doute qu'ilaurait été restauré depuis longtemps, mais voila la crise étant là, les
budgets étant trop serrés, il n'y a aucune priorité à sauver ce patrimoine hélas.
Bonne fin de journée Manu.



elisabeth 27/03/2013 19:45


Aujourd'hui, en rangeant notre garage, mon mari a trouvé L'ILLUSTRATION du 11 août 1928 qui parle de cet escalier en page XVI. Je peux scanner l'article avec les 2 photos et vous l'envoyer par
mail si vous le désirez.


Bonne soirée.

DAN 27/03/2013 20:25



Bonsoir Élisabeth
Ce sera avec grand plaisir de lire ce que cette revue a pu écrire à ce sujet à l'époque.
Toutefois ne sachant pas si vous avez mon adresse mail je vous envoie un courriel pour vous le faire parvenir.
Merci beaucoup et bonne soirée Élisabeth ! 



Caroline.K 21/03/2011 09:59



Quand je pense Dan, que mon ami David a fait une formation de deux ans au Havre et que depuis que je visite ce blog, je lui pose des questions sur des lieux dont il n'a jamais entendu parler. Je
pense qu'il va faire des yeux tout ronds en apprenant l'existence de cet escalier. Parce que du coup, je le fais parler régulièrement de ce qu'il a fait et vu au Havre et malheureusement, il
semble que lui et ses congénéres de la formation marine n'ont pas beaucoup flaner dans votre ville. Je retourne à l'article qui m'a mené à celui-ci.


CaroLINE




DAN 21/03/2011 10:34



Bonjour Caroline. Beaucoup de Havrais ne connaissent pas toujours leur ville. Depuis que je fais ce blog j'ai pu m'en rendre compte. Moi même, quand j'étais en
activité, je ne connaissais pas très bien l'histoire de ma ville. La vie est ainsi faite que nous avons des préoccupations bien plus importantes pour chacun de nous quand nous débutons dans la
vie. Ainsi les études, la recherche d'un emploi, ou cet emploi lui même, ne nous permet pas toujours de nous penchez sur la question "histoire". Je me suis intéressé à cette histoire qu'une fois
le retraite sonnée. Auparavant mes loisirs étaient plutôt axés vers l'extérieur comme les voyages que j'ai pu faire sur les 5 continents ou presque.
Alors que ton ami David ne connaisse pas cet escalier n'est absolument pas surprenant. Et puis si tout le monde connaissait le havre mon blog n'aurait pas lieu
d'être (rire).
Bonne journée caroLINE !



Mousse 14/12/2010 18:20



Bonsoir cher Dan,


Article fort intéressant, il y avait du monde déjà à l'époque.


Cet escalier roulant a vu le jour à la date de mon anniversaire, pas la même année heureusement pour moi, je serais âgée.


Belle invention pour l'époque.


Merci pour toutes tes explications et ton travail.


Je te souhaite une bonne soirée.


Bien à toi.


 



DAN 14/12/2010 18:55



Bonsoir Mouse. Heureusement en effet que la date n'est pas la même, sinon tu serais plus que "vénérable" 


C'est une invention presque unique hormis celui qui est dans ton pays. Il faudrait à ce propos que j'aille  le voir, car si c'est le même mécanisme ça vaudrait
bien un voyage la bas !


Merci de ton passage et bonne soirée Mousse !


 



eva 05/09/2010 11:58



ça alors ! je croyais que les escaliers roulants n'existaient que dans les grands magasins ou dans les métros, ou dans les gares, en tout cas gratuits et sur une petite distance ! Quelle mine de
trésors ce blog !


Bon dimanche Dan



DAN 05/09/2010 12:33



Bonjour Eva. Cet escalier roulant faisait la fierté des Havrais, malheureusement nos représentants s'en sont complètement désintéressés, ce qui fait qu'aujourd'hui
ce "monument" est complètement à l'abandon. J'ai bien, avec l'aide d'un lecteur du blog, essayé de "mobiliser" les Havrais, mais rien à faire, ça n'interresse plus personne. Alors d'ici quelques
années, après que la rouille et le temps auront fait leur œuvre, il ne restera plus rien de ce monument pas comme les autres !


Bon dimanche Eva !



gard 20/02/2010 16:04


retour vers le futur, à voir cette photo, des fois, j'avais l'impression étrange d'etre déjà allée à tel ou tel endroit alors que je n'y étais jamaios allée!


DAN 20/02/2010 16:33


Bonjour gard. Votre commentaire commence par retour vers le futur, comme mon article sur les tramways. Peut être aviez vous voulu mettre votre commentaire sur cet
article ?
Mais je vais répondre d'une manière plus générale, il m'arrive également d'avoir cette étrange sensation d'être venu à tel ou tel endroit, alors que c'est la première fois que je m'y rends.
Maintenant c'est pire encore si je peux dire, j'ai parfois l'impression d'être venu à ce même endroit mais à une période antérieur.
Plus généralement, j'essaie de savoir comment étaient les lieux que je photographie, d'où l'idée de ce blog, ma collection de cartes postales et ma curiosité ont fait le reste.
Bon week-end !


marc georges 19/02/2010 19:13



Bonjour,
Merc pour m'avoir cité et cet excellent reportage.
L'escalier, je m'en souviens très bien puisque j'y ai passé une partie de mon enfance.
Ceux qui vécurent proche de ce monument ont encore d'excellents souvenirs.

PENDANT LA GUERRE :
Madame Irène Boulenger qui résidait rue de l'Abbaye, (depuis Salvador Alliende) se souviens que l'escalier servait d'abris pendant les bombardements. Vers la fin de la guerre,
au moment des bombardements intensifs, elle passa avec son mari trois nuits de suite à dormir sur les marches de l'escalier (qui ne fonctionnait plus). Une personne, sans doute très sportive,
venait régulièrement avec son vélo. Une femme et plusieurs de ses enfants arrivaient et pour les protéger leur mettait cuvettes et casserolles sur la tête.

Madame Boulenger a vu aussi, à la fin de la guerre, des colonnes d'allemends remonter les marches les mains sur la tête - certains résistants de la dernière heure les encadraient, le fusil sous
le bras -.

DANS LES ANNEES 50/55Beaucoup d'enfants du quartier jouaient dans ces marches. Nous avions tous des cerceaux, mais
pas des beaux en bois sortant des marchands de jouets, mais simplement des gentes de vélos que l'on faisait rouler avec un morceau de bois récupéré. Un jour, donnant trop d'élan à mon
cerceau, celui-ci parti dans les marches à une vitesse folle, sautant de marches en marches, faisant même des étincelles. Courageux mais pas théméraire, je me suis "cavalé", je n'ai jamais
retrouvé ou eu de nouvelles de mon cerceau

Certains soirs les jours de paie, on pouvait voir les dockers monter les marches - qui ne fonctionnaient pas la nuit - monter le vélo sur le dos et le croc à la main. Je pense que personne n'a
pris de photo de cette scène qui aurait témoingné d'une époque et fait un excellent cliché.

LITTERATURE ET CINEMA: Le roman policier "UN CRIME A SAINTE ADRESSE" de Didier Daeninck commence dans "les trois cents
marches".
Une scène du film "RUE DU DEPART" de Tony Gatlif fut tournée dans l'escalier roulant, qui ne fonctionnait déjà plus, avec Ann-Gisèle Glass et François Cluzet.

APPEL AUX SOUVENIRS:Dans une impasse parallèle à l'escalier MONTMORENCY, résidait un homme qui imitait CHARLIE CHAPLIN et je
l'ai vu parfois rentrer chez lui dans le costume de CHARLOT - d'où peut-être mon admiration pour le célèbre comique -. Il participait aux Corsos et diverses manifestations qui ce souvient de cet
homme ? Quelqu'un possède-t-il des photos de lui ?

Opinion :
Pas vraiment d'accord avec Monsieur HAREL, au Havre on dépense des sommes "PHARAONIQUES" (termes de la presse) pour construire certains monuments, alors dépenser de grosses sommes pour une
restauration d'un monument qui devrait être classé historique, ne me gène absolument pas. Ce sont les futurs projets qui m'inquiètent plus. Protégons notre patrimoine et volorisons les, mais
selon les propos de la mairie, repris d'Océane, "il vaut mieux regarder vers l'avenir que se retourner sur le passé". Pourtant ce passé, nous en sommes issus et Le Havre n'en possède pourtant pas
beaucoupo par rapport à certaines villes classées "ART ET HISTOIRE".

A titre indicatif, il y a une vingtaine d'années, la rénovation de l'escalier coûtait moins cher que la rénovation de la "Maison de l'Armateur".

Cordialement.
Marc Georges.



DAN 19/02/2010 20:17


Bonsoir Marc Georges. Voila des renseignements et témoignages sur cet escalier qui devraient ravir les passionnés de cette machine et ceux en faveur de sa
restauration, dont je fais parti.
Je me rend compte de plus en plus qu'il serait sans doute possible de le restaurer, sans pour cela le refaire fonctionner nécessairement.
J'ai déjà dit ici à propos du tourisme, que ceux-ci ne viennent pas seulement voir les dernières bâtiments construits, les nouvelles prouesse techniques etc. Mais aussi voir le passé d'une ville
avec toutes ses richesses. Et avec cette installation classée monument historique, ça m'étonnerait fort que bien restauré personne ne vienne le voir.
Pour ton appel aux souvenirs, et à ceux qui liront ce message, je peux leur dire que si un témoignage nouveau était écrit ici même, il serait non seulement lu mais retransmis à Marc Georges par
mail ou autre moyen de communication.
Je te souhaite une excellente fin de semaine Marc !



20bis 14/02/2010 21:17



La ville du havre avait lancé un marché public en 2007 (« Date d'envoi : 05/03/2007. Date limite de réception :
19/04/2007. L'escalier Montmorency datant de 1927 est classé aux monuments historiques depuis 1984. tr ferme : contrôle de l'existant - conditionnelle 1 : étude de faisabilité -
conditionnelle 2 : programme groupement conjoint souhaité : contrôleur technique + spécialiste en escalier mécanique »). La société Entreprise
T.I.M. 146 route de Grenoble 38830 St Pierre d'Allevard avait été retenue. J’avais signalé aux uns et autres l’existence à Anvers d’un escalier similaire, datant de 1932 et fonctionnant
toujours ! Cet appareil dessert, parallèlement à un ascenseur, un passage pièton-vélo sous l’Escaut. S’agissant de Montmorency, sans parler de remise en service, un accès, voire une
transformation en musée de quartier (St Léon, Soquence, Ste Cécile, etc…), avec pose de marches intermédiaires (elles étaient si hautes du haut de mes 5 ans…), serait certainement un bon
compromis. Peut-être que la ville, ne pouvant « déconstruire » à la manière du château de Montgeon, attend que tout s’effondre de lui-même ? Cordialement.



DAN et Nicéphore 14/02/2010 23:10


Bonsoir Julien. Apparemment, cette étude de faisabilité de remise en état n'a pas du aboutir. Ici il ne se passe rien, ni dans les journaux quotidiens (Havre Libre,
Havre Presse), ni dans le journal municipal (Océane) ne parlent d'une quelconque restauration de cet escalier mécanique.
Dans les archives il n'est même pas fait mention de cette étude, ni de la société T.I.M.
Pourtant comme vous le soulignez, il serait possible d'en faire un musée de quartier. J'ai fais allusion dans une de mes réponses, ici même, où je disais qu'il serait certainement possible d'ouvrir
ne serais-ce que que le week-end, cette installation sans qu'elle ne fonctionne, juste pour se rendre compte de ce que c'était.
Votre idée du musée de quartier est très intéressante, aussi j'en parlerais autour de moi, et en espérant également que ces lignes soient lu par un, ou des, responsable de la ville.
Mais , seul, "havrais-dire" ne peut faire grand chose si ce n'est relayé et concentré au travers sa fonction  "écrire un commentaire" les souhaits de nombreux Havrais, et même non Havrais,
pour la restauration, même minimum, de ce monument historique.
Pour avoir fait des photos aux alentours de cet escalier roulant, il est certain que sa dégradation empire de jour en jour. Peut être comme vous le pensez, que les instances dirigeantes attendent
que cette installation tombe d'elle même pour la raser complètement.
 Je ne le souhaite pas evidemment, mais je crains hélas que ce soit le chemin tout tracé de l'escalier à l'avenir.
Grand merci pour ce commentaire.
A bientôt peut être !

Bonjour Julien, très interessant commentaire. Leur nombre au sujet de cet article montre bien l'intérêt évident des havrais et non havrais pour  ce monument tellement particulier. Je partage
le sentiment de Dan quant au devenir de cet édifice. Rappelez vous le chateau de Montgeon et sa triste fin !
Bien cordialement
NICEPHORE


LGV 10/02/2010 11:58


magnifique reportage bourré d'informations utiles ! Alors 300 ou 500 marches ? Un grand débat qui nécessite une réponse claire ! Je n'ai malheureusement jamais eu l'occasion de l'utiliser, j'ai
hâte de voir les ascensseurs...
gros bisoux à tous du ski...


DAN 10/02/2010 12:06


Salut à la famille "Cédric". Moi, en ce qui concerne les marches "piétonnes", j'en ai compté 268, quand aux marches "mécaniques", les différentes archives consulté
ne citent pas le même chiffre, alors à qui se fier ?
Pour faire bien, il faudrait entrer à l'intérieur et les compter, mais ce n'est pas demain la veille qu'on pourra de nouveau y pénétrer, dommage...
Bonne descente Cédric !


philzoc 10/02/2010 11:32



Une bouffée de souvenirs m'envahie en découvrant ton (superbe) reportage ! Je sais j'ai du retard dans mes lectures ;-)
Je me souviens de la première fois que j'ai utilisé cet escalier, impressionnant avec ce long tunnel et  son coté un peu désuet . Par trop rassuré, mais il y avait un coté un magique (à
l’époque) dans cette téléportation !


Beau travail d'association d'inforamtion !!



DAN 10/02/2010 11:51


Bonjour Philzoc. Je constate que cette machine t'a "envoutée" également alors bienvenu au "club des nostalgiques"  de ce moyen de transport !

Ici, on peut lire  nos articles à n'importe quel moment, et les commentaires sont toujours lus et apprèciés.
Alors à bientôt Philzoc !


Jacky 10/02/2010 05:30


Re-Bonjour,

J'attendais depuis longtemps cet article.
J'ai pris moi aussi cet escalier roulant à maintes reprises. Il était impressionnant pour un gamin de 10 ans dans les années 60. Et souvenir oblige, un jour mon père m'a demandé de choisir entre
l'escalier sur le coté ou le centre, bravache j'ai voulu monter par le coté. Dur mais je vais recommencer, ( dès que j'ai arrêté de fumer), c'est excellent pour les jambes.

Les ascenseurs pour relier la ville haute et basse pourquoi pas.

Mais cette ville qui à tant souffert, mérite que son patrimoine soit préservé et valorisé.

J'aimerai bien savoir ce que prévoit la mairie pour développer son patrimoine historique.........

Merci encore pour ce reportage.



DAN 10/02/2010 08:08


Bonjour Jacky. Remonter l'escalier "manuel" (drôle d'expression ?) on n'a plus que ce choix aujourd'hui. Tous les "utilisateurs de cette mécanique, dont je fais
partie bien entendu , ont la nostalgie de ce moyen de transport pas comme les autres. Quant à arrêter de fumer rien n'est perdu, j'ai moi même arrêté en 2005 après 42 ans de tabagisme. Alors
courage.
Dans la décennie qui vient, on verra certainement un nouveau moyen de transport pour franchir cette côte, mais lequel ? Je ne saurais le dire.
Quant à savoir ce que fait, ou fera la mairie pour développer son patrimoine historique, j'ai bien peur, hélas, qu'elle ne fasse pas grand chose. J'en veux pour preuve cette "malheureuse" porte de
l'ancienne caserne Kleber, qui se dégrade de jour en jour, et dont certains éléments sont à terre et finissent de rouiller. J'ai déjà fait plusieurs article sur ce sujet, j'ai même, alerté la
presse local avec l'ami Phyll, mais depuis RIEN ! D'une part, parce que cette porte est sur le "territoire" de la D.D.E., et, d'autre part, je pense que nos élus pensent plus au "prestige" futur
(voir le projet Jean Nouvel), plutôt qu'à remettre notre patrimoine en état.
Peut être devraient-ils pensé que l'un ne va pas sans l'autre, mais ce n'est que mon humble avis.
Bonne journée Jacky


boboce 09/02/2010 10:37


salut DAN
Il est dommage que l'on ne puisse visité ce site lors des fêtes du patrimoine

Car je me suis toujours demandé où il se trouvait
et en fait je viens de comprendre qu'il était sous l'escalier piéton

A+


DAN 09/02/2010 12:46


Salut Boboce. Il est vrai que sa structure est principalement souterraine, seules les guichets d'entrées et sorties sont bien visibles.
Mais que deviendra cet escalier au fil du temps si personne ne se préocupe de sa sauvegarde ?
La question est posée mais la réponse tarde à venir !
Bonne journée boboce  !


Googoo 07/02/2010 17:47


Encore un bien bel article... Quel plaisir d'y venir quotidiennement et de découvrir une nouvelle surprise à chaque visite...

J'ai en ma possession une reproduction du "Génie ivil", revue générale hebdomadaire des industries françaises et étrangères, ayant pour sujet la construction et les détails de la mécanique de
l'escalier roulant.

Si celà t'interesse tu as mon mail, je te ferait une numérisation avec plaisir...


DAN 07/02/2010 18:07


Une malencontreuse manoeuvre de ma part m'a fait "effecer " ma précédente réponse.
Mais avec le mail que je t'ai envoyé tu sais ce qu'il est est exactement.
@ +


C@t 07/02/2010 16:20


Grâce au commentaire de Mouneluna, j'ai pu répondre à une question de Nagui, sur le nom donné au funiculaire de Lyon, "ficelle", funiculus signifiant petite corde.


DAN 07/02/2010 16:25


Bonsoir C@t. Eh bien voila un résultat complètement inattendu qu'occasionne cet article.
Bravo Mesdames et très bonne soirée ! 


Christophe FEREY 07/02/2010 11:02


C'est parfois très util !


DAN 07/02/2010 11:28


Bonjour Christophe. c'est très utile, oui
Bon dimanche !


Jany 06/02/2010 23:01


J aurai appris quelque chose,j ignorai complètement l éxistance de ce tapis roulant...Un magnifique reportage,je viens de passer un bon moment...Bon week end


DAN 06/02/2010 23:06


Bonsoir Jany. C'est normal pour un Picard de ne pas connaitre cette installation, et si mon article a permis de le faire connaitre au delà du Havre j'en suis
ravi.
Bonne fin de soirée Jany


Roro 06/02/2010 16:22


Les bras m'en tombent, je n'étais absolument pas au courant de cette histoire d'escalier roulant et j'aurais sans doute cru à une blague sans tout se support historique !


DAN 06/02/2010 16:43


Salut Roro. Non non, ce n'est pas une blague, ou alors DAN est un être "virtuel" puisque j'ai emprunté cet escalier roulant
Blague à part, je vois là l'utilité de notre blog pour les jeunes générations. Et je suis sûr (ou presque), que tu vas aller faire un tour du coté de la rue de Montmorency où est situé cet escalier
mécanique !
Bon week-end Roro ! 


C@t 06/02/2010 14:04


Encore un reportage intéressant ! On en apprend des choses ! L'escalier roulant je l'ai emprunté une fois, pour voir, quand j'étais gosse. Bon week-end. C@t


DAN 06/02/2010 14:46


Bonjour C@t. Je récolte pas mal de témoignages sur les personnes ayant pris ce moyen de transport, preuve qu'il a laissé son "empreinte" dans la mémoire des Havrais
ou d'anciens Havrais, suivez mon regard
Bon week-end C@t !


tce76 06/02/2010 11:57


Quelle communauté, ces bloggeurs Havrais!
Chacun contribue à apporter sa pierre pour ce superbe sujet. Merci à tous.
Personnellement, je n'ai pas vraiment de souvenirs, étant de Rouelles, d'avoir utilisé l'escalier roulant. Par contre, pour ce qui est des "300 marches", là pas de problème: on s'amusait même à
celui qui arriverait le premier en haut.
Face à mes frangines, je n'avais pas trop de mal à gagner...


DAN 06/02/2010 12:10



Bonjour Thierry. Cette "blogo", tu en fait partie cher ami . C'est vrai que cela "semble"
unique en France, enfin faut vérifier !


Sais-tu qu'il n'y a pas 300 marches à cet escalier mais 268 ! Eh oui, je me suis amusé à les compter, faut être un peu barge quand même, mais la précision
"historique" est une de mes marottes .


Et "battre" des filles t'as pas honte ! (rire)


Bon week-end Thierry, ainsi qu'à tes sœurs pour le coup 



B.O. 06/02/2010 08:32


Quel travail. Parfait. Je vais le montrer à mes enfants.
C'est superbe de comprendre ce qui nous entoure.
Bon WE.


DAN 06/02/2010 08:55


Bonjour Olivier. Que tu montres ça à tes enfants me fait très plaisir, c'est un peu pour eux, la génération montante, que nous "travaillons" afin que ces enfants
puissent dirent un jour "oui je connais ".
Comprendre ce qui nous entoure est une attitude tout ce qu'il y a de plus noble. J'ai 63 ans et c'est, pour moi, toujours le même plaisir d'apprendre, alors pourquoi s'en priver !
Bon week-end Olivier ! 


Mr Yak 06/02/2010 00:10


Ca c'est un beau travail d'équipe.
Je l'ai emprunté très jeune et depuis l'ai photographié de l'exterieur sous tous les angles. Grâce à cet article et les photos de l'album je sais tout maintenant, merci.
Je ne crois pas à sa réouverture et c'est bien dommage.


DAN 06/02/2010 00:27


Bonjour Yak. L'union fait la force c'est bien connu 
En tant que moyen de transport "pur" moi non plus je ne pense pas qu'il refonctionne mais, en tant que monument unique en France oui ce serait bien qu'il ré-ouvre. Il ne faut pas être utopiste
cette mécanique est trop vieille pour prétendre servir, mais si seulement sans parler du mécanisme on pouvait le remettre un peu en "ordre". Ce sont des choses qui peuvent se concevoir non ?
La tour Eiffel, à part servir d'antenne géante, à quoi sert-elle ? Elle est unique, notre escalier aussi !
Tout ça pour dire que j'aimerais bien y entrer de nouveau un jour et revoir toutes ces installations même si elle ne peuvent plus fonctionner.
Bon week-end Yak.


Arnaud 05/02/2010 22:44


Cela fait plus de 20 ans que j'attends la ré ouverture de cet escalier ! Dans les années 80 avant sa fermeture, habitant Sainte Cécile, c'était un bonheur de le prendre. Avec mon frère, nous
comptions les pièces gisant dans le cambouis à tracers le caillebottis des marches ..; Nan .. sans déc, c'est vraiment l'attraction à ré-ouvrir ... Au fait , n'était-ce pas une promesse électotare
de notre maire ?


DAN 05/02/2010 22:54


Bonsoir Arnaud. Les promesses n'engagent que ceux qui y croient, je ne sais plus qui a dit ça, mais concernant cet escalier roulant à mon avis il s'y rapporte
bien.
Tu fais partie de cette génération, après la mienne et celles de nos ainés, qui a emprunté cet escalier. Et les détails que tu en donnes sont intéressants, il prouvent que ceux chargés de son
entretien avaient quelques négligences, quant à la propreté de cette mécanique.
Et tu as raison de dire attraction, car même s'il ne fonctionne plus ce serait quand même très intéressant de la visiter, après tout, ce ne serait pas pour le boulot qu'on le prendrais, mais pour
le loisir, ce qui lui donnerait quelque "noblesse".
A bientôt de te revoir et bon week-end !


Mouneluna 05/02/2010 22:17



passionnant !!!

a lyon il y a la "ficelle" un funiculaire qui monte jusqu'à la colline de fourvière
bonne soirée



DAN 05/02/2010 22:44


Bonsoir Mouneluna. Oui j'ai pu le voir lors d'un séjours dans cette ville, que mon épouse et moi voudrions mieux connaitre. Cette ville fait sans doute partie des
villes à funiculaire. Il ya une association de ces villes possédant ce moyen de transport, et j'en avait discuter aux grottes de l'Aven Armand où un funiculaire nous fait descendre dans les
entrailles de la terre.
Alors , un de ces jours nous ferons un petit séjour la bas, sans oublier d'aller dans un "bouchon".
Bon week-end mouneluna !


Jeff 05/02/2010 22:01


Très bel Article
La presse Havraise du 3 février 2010 parle d'un téléphérique ou plutôt d'un tramway aérien. c'est une idée du conseiller municipal en charge des modes doux de transport.


DAN 05/02/2010 22:38


Re-bonsoir Jeff. Ce qui tente à prouver que ce moyen de transport avait sont utilité malgré son coût d'exploitation. Ce tramway "aérien" n'est sans doute qu'une
idée, Françoise aussi évoque un moyen de transport similaire.
On finira par trouver une solution au franchissement de cette falaise avec de nouveaux moyens de transport. Ces moyens devront tenir compte du coût d'exploitation et de l'environnement, ça ne va
pas être facile !
Bonne fin de soirée Jeff  !


Claude 05/02/2010 21:59



Encore  un beau reportage, réalisé avec la collaboration de differents intervenants.
C'est une belle illustration de la bonne entente qui règne au sein de cette blogosphère havraise unique en son genre elle aussi.
Chacun ayant apporté sa pierre pour la construction de cet édifice (je parle du reportage bien sûr).
Quant à ce monument (c'en est un) dommage de ne pas le voir remis en état de fonctionner ou tout du moins une restauration partielle permettant sa visite.
Comme beaucoup de ma génération, je l'ai emprunté bien des fois avec ma bicyclette ou mon "solex".que de souvenirs.....
  



DAN 05/02/2010 22:31


Bonsoir Claude. Oui la collaboration entre blogueurs est, ici évidente, et c'est pour le plaisir de tous.
Quant à avoir emprunter ce moyen de transport on est à peu près de la même génération, et toutes les personnes de notre époque regrette que cet escalier ne soit pas restaurer, ou, comme tu le
précises remis en état afin de pouvoir à nouveau le visiter, quitte à monter à pied l'ensemble de l'ouvrage.
Ce serait une idée intéressante puisque aucun élu ne veux prendre le risque d'une remise en état complète qui faut bien l'admettre coûterait fort cher !
Bon week-end à toi et Yllen !


buddy2259 05/02/2010 20:44


j'avais huit ans et avec Ma Grand Mère nous allions depuis Fontaine La Mallet au marché du rond point....le parcours Fontaine,rouelles ,montgeon à pied puis le trolley à la boucle de
Montgeon et enfin le fameux escalier qui nous amené pas très loin  du rond poind avec bien évidement un passage obligé chez le père la Brioche...Souvenirs souvenirs cela fait du
bien.Merci à Laurent,Geo,JMichel Harel,GL,Yannick,Marc Georges,et bien évidement Dan et Nicéphore pour ce très beau et très intéressant reportage


DAN 05/02/2010 22:23


Bonsoir Buddy Houla, les souvenirs remontent à la surface l'ami. Tu en faisais du chemin à pied dis donc, et la gourmandise n'était pas absente du parcours, il
fallait bien reprendre des forces n'est-ce pas
Même du bas de l'escalier jusqu'au rond-point il y a encore du chemin. chemin que nous pourrions peut être refaire un jour qui sait ?
Bon week-end Buddy  !


gl 05/02/2010 19:48


Concis et bien documenté, voici un reportage hommage à cet escalier roulant qui a marqué les esprit de beaucoup d'anciens.
Il avait une réelle utilité à l'époque où les usines étaient à Graville et leurs employés demeuraient à la côte et n'avaient comme moyen de locomotion que leurs vélos et leurs jambes. Aujourd'hui,
cette fonction transport ne pourrait jamais être rentable sauf à le rallonger jusqu'à Montmorency, et encore! , ou de créer des complémentarités pouvant justifier cette liaison.


DAN 05/02/2010 20:03


Bonsoir et merci GL, pour ce commentaire. C'est vrai que l'utilité de ce moyen de transport n'est pas à démontrer. Je me risque même à faire le parallèle avec le
funiculaire qui est un autre moyen de franchir cette côte. Il a eu  la chance d'être préservé, alors pourquoi ne pas en faire de même avec cet escalier.
Mais j'entends déjà ceux qui diront "trop cher", c'est vrai, mais si il y a plusieurs funiculaires en France, combien y'a-t-il d'escalier mécanique comme l'était celui-ci ?
Bonne week-end GL et encore merci pour tes plans.


phyll 05/02/2010 19:44


Salut mon pote,
superbe article et beau travail d'équipe !!
j'ai souvent emprunté cet escalier (entre 1965 et 1969) soit pour m'éviter de monter une côte à vélo, soit au retour du cinéma (Normandy) avec les copains et copines !! C'était toujours un moment
sympathique cette montée !!
et je me souviens aussi des "réclames" en fer émaillé sur les parois !...
bonne soirée ,o)


DAN 05/02/2010 19:56


Bonsoir "monpote". C'est vrai que, comme je l'ai dis, c'était un plaisr et un jeu d'emprunter cet escalier roulant. Quant aux "réclames" en fer émaillé, je ne te
raconte pas le prix qu'elles  vaudraient aujourd'hui si elles existaient toujours. C'est très prisé par les collectionneurs ce genre d'article.
Bonne soirée à toi aussi Phyll ! 


marcopolo76 05/02/2010 19:44


Bonsoir DAN
Un reportage très intéressant que tu nous livres ... N'étant pas originaire du Havre , je n'avais pas beaucoup d'information sur ce fameux escaliers roulant. J'ai pu découvrir qu'il était couvert à
une certaine époque ..chose que je ne savais pas .
J'ai trouvé judicieux ton aparté sur les gens y travaillant...!
Merci à tous!!!
Marco


DAN 05/02/2010 19:52


Bonsoir Marco. C'est vrai que tu n'es pas Havrais  d'origine, mais tu as sans doute entendu parler souvent de cette "mécanique" !
Les informations données ici sont un peu "générales", et ne font qu'effleuré le sujet, mais c'est tout l'intérêt du blog de suscité la curiosité en, ensuite, se renseigner pour en savoir plus.
On peut effectivement remercié Marc Georges pour son témoignage à propos des personnes y ayant travaillées. Et, bien sûr aux blogueurs m'ayant autorisés à diffuser photos et témoignages.
Bon week-end Marco !


Françoise Amiel-Hebert 05/02/2010 19:01


Bonsoir!
Au lieu d'un escalier (superbe reconstitution!) nous aurons peut -être des "oeufs" (journal du 3 février), bien que nous ne soyons pas encore en avril.
Je me souviens de l'avoir pris une fois, dans les années 1953-55. Ce qui m'avait étonné c'était la largeur des marches puisqu'une bicyclette y tenait à l'aise.
Un coup de chapeau aux gens qui descendaient et remontaient la côte, à pied, chaque jour.
FAH


DAN 05/02/2010 19:37


Bonsoir Françoise. Des œufs tiens tiens. Il faudra que je voie ça de plus près.
Je ne me souviens pas en quelle année j'ai pu l'emprunter, de toute façon c'était avec mon père et j'étais jeune.
Quand il l'on remis en route, j'aurais pu à nouveau le prendre, chose que je n'ai pas fait mais que je regrette beaucoup aujourd'hui.
Bon week-end Françoise !


Jeff 05/02/2010 18:57


Oui je me souviens avoir emprunté cet escalier roulant, aux heures de pointe il était rempli de travailleurs, bicyclette à la main avec la musette ou le sac marin sur le dos. Une autre rue un peu
plus loin vers Graville aussi pentue que sinueuse reliait la ville haute à la ville basse, la rue Montmirail. Elle est à présent coupée par la rue Pablo Picasso. Il en demeure une autre que j'ai
souvent gravie face au stade Deschaseaux, la rue de l'Abbaye. A luxembourg ville mais aussi à Bruxelles près du palais de justice un ascenseur relie les parties haute et basse de la ville. Beau
reportage.


DAN 05/02/2010 19:32


Bonsoir Jeff. C'est vrai qu'entre la ville haute et basse les chemins d'accès sont très pentus. Moi même j'empruntais la rue Georges Lafaurie, à l'époque rue de
Montivilliers, et que je n'ai jamais pu la monter en vélo tellement elle est raide. Et les rues que vous citez sont de la même veine.
Alors cet escalier mécanique était le bienvenu pour les travailleurs fatigués à la fin de leur journée pour remonter chez-eux.
Bon week-end Jeff !


françoise 05/02/2010 18:22


Bonjour Dan. Ton reportage est superbe comme d'habitude! je ne l'ai jamais pris moi même, cet escalier roulant, mais je me souviens que ma mère qui enseignait dans un collège technique pas
très loin de là, le prenait. Quelle performance cette construction. Et je ne savais pas qu'à l'époque il était unique au monde. Bonne fin de semaine.Françoise.


DAN 05/02/2010 19:27


Bonsoir Françoise. C'est vrai qu'il était unique au monde, et je pense même qu'il ne doit pas y en avoir beaucoup en service actuellement.
En fait, on a un "patrimoine" qui serait judicieux de remettre en état, ne serais-ce à cause de la rareté d'une  telle installation. 
Mais c'est toujours une affaire de gros sous bien sûr  !
Bonne fin de semaine Françoise !


Binchy 05/02/2010 18:19



Reportage TRES INTERESSANT ! Merci de nous faire découvrir tout cela !
Très bon week-end.
Amicalement.
Binchy.



DAN 05/02/2010 19:23


Merci Binchy. Je vous souhaite également une bonne fin de semaine !


denis 05/02/2010 17:56


article très intéressant
j'ai très peu utilisé cet escalier mais j'en ai tout de même le souvenir
j'ai beaucoup plus emprunté le funiculaire (géographique c'était plus dans mes axes de circulation)
bon week-end
Denis


DAN 05/02/2010 19:22


Bonsoir Denis. Moi aussi j'ai très peu utilisé cet escalier mécanique, mais il m'est resté en mémoire car c'était vraiment un jeu pour nous les mômes de l'époque,
de l'emprunté . Rien à voir avec ceux qui se rendaient au travail, avec leur bicyclette.
Bonne soirée à toi et Fabienne