L'hôtel Frascati, première partie, les -1 et 2 - ( H-5 sur plan)

Publié le par DAN

1er FRASCATI

"La mode des bains de mer"

Les bains de mer prennent leur essor dans la première moitié du XIXe siècle. Au havre c'est à l'initiative du général Lamare, aidé du docteur Roussel, que le 1er établissement de bains de mer était créé en 1827. Les débuts sont difficiles malgré leurs installations neuves. Aussi décident-ils de nommer leur entreprise Frascati, nom à consonance italienne très en vogue à l'époque. Mais en 1831 c'est la faillite et l'établissement ferme.


frascati (3)Le premier Frascati, une auberge avec un parc à huîtres.

Gravure de Frey. Collection Merzisen. Photo Moyne.

 


frascati (2)Une autre gravure représentant le 1er Frascati en bois.



frascati (16)Photo reprenant, approximativement, le point de vue des gravures.

 

2ème FRASCATI

"De Jules Verne à Alexandre Dumas"

Malgré tout, la mode des bains de mer se développe. Au havre, en juin 1838, une société anonyme est fondée et rachète les terrains du bord de mer incluant le 1er Frascati. Un hôtel de 100 chambres est construit. L'inauguration a lieu le 19 mai 1839. Afin de ne pas répéter l'échec du 1er établissement, on conçoit des animations tels bals, concerts, théâtre, afin d'attirer la clientèle. Puis on lance une idée qui va faire florès puisqu'elle existe toujours, on crée les régates du Havre sous le sigle S.R.H. (Société des Régates du Havre).

L'hôtel voit passer de nombreuses personnalités; politiques comme A. Thiers, littéraires comme Alexandre Dumas, Jules Verne, ou musicales comme Rossini. Les années passant le bâtiment vieillit, en 1869 le nouveau propriétaire envisage de faire des travaux de modernisation et d'agrandissement.


 

frascati (4)Seule la partie centrale, face à la mer, est en briques. Les deux ailes sont en bois avec colombage.



frascati (5)Une vue «aérienne» du deuxième Frascati. L'artiste a représenté l'hôtel à la fois vers le sud, à droite, avec la flèche rouge indiquant la tour François 1er (aujourd'hui l'espace Graillot), et du côté gauche vers le nord avec la flèche bleue le cap de la hève, et la flèche jaune le clocher de l'église saint Vincent.

 

 

Tous mes remerciements à monsieur Philippe Valetoux qui m'a autorisé à m'inspirer de son texte pour faire ce résumé sur l'histoire de cet hôtel. Vous pouvez retrouver le texte complet dans les Cahiers Havrais de Recherche Historique numéro 67 -2009-

 

Suite la semaine prochaine...

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.

 


 


Commenter cet article

C@t 23/06/2011 12:05



Bonjour DAN,


Je suis surprise que les ailes de cet hôtel soient en bois, pour une construction en bord de mer, j'imagine que l'essence utilisée devait être autre chose que du sapin, à moins que la protection
du bois était très efficace... A l'époque les baigneurs devaient bien prendre un bain de mer plutôt qu'un bain de foule comme aujourd'hui... La dernière lithographie m'étonne, l'hôtel était "au
milieu de l'eau" ?


@ + DAN



DAN 23/06/2011 12:25



Bonjour C@t.Je ne sais pas avec quel essence de bois cette construction a été faite, certainement dans une essence exotique puisque le port du Havre, à cette époque,
importait cette "matière première". Je ne pense pas qu'il y eut autre chose que les vernis de l'époque pour sa protection. Il est bien évident que ce vernis n'a rien à voir avec ceux actuellement
fabriqué, mais te dire sa composition j'en serais bien incapable.
Les premiers baigneurs venaient aux bains de mer, non pas dans un but ludique comme aujourd'hui, mais dans un but plus axé sur la santé en général; et, bien sûr, pas
question de bronzer, à cette époque les peaux laiteuses était plus "sexy" aux yeux de le gent masculine qu'aujourd'hui


Quant à la dernière lithographie, l'artiste a sans doute voulu représenter tous les "attraits" touristiques autour de l'hôtel, sans tenir compte du tout de la
logique du dessin pur. C'est pourquoi nous voyons le cap de la hève d'une côté, et la tour François 1er de l'autre.
Bonne journée C@t à bientôt !



tce76 13/03/2011 17:40



Très impressionnant la vue en perspective. Ce n'était pas la petite affaire! Et qu'elle cours intérieure... Un vrai palais devrais-je dire.



DAN 13/03/2011 17:48



Salut Thierry. C'est une vue "d'artiste" comme on se plait à le dire, malgré les erreurs de perspective ce dessin nous permet de situer cet hôtel dans son contexte,
et après tout c'est ça qui importe !


Bonne soirée Thierry !



marc GEORGES 12/03/2011 17:18



Bonjour,


Si les visites gratuites du premier samedi du mois de mars ont été une castrophe (surtout quand on sert de guide  à des gens venus visiter LE HAVRE) : Hotel du bocage désert, Appartement
témoin qu'à certains horaires, Abbaye de Graville (cripte et abbaye fermées), Maison de l'armateur : trop de visiteurs dont fermée, revenez demain (en payant mais c'est pas préciser), espace A.
Gaillot (pourtant subventionné par la ville) payant même les jours de gratuité...... Excellente politique culturel et touristique.


COTE POSITIF : ne rattez pas l'exposition qui va ne durer que quinze jours, d'anciens documents sur LE HAVRE pour la sortie du livre de Y SIMON. Ecrivains et manuscrits, affiches,
documents sur la construction de la Maison de la Culture (qui puisque l'Eden est fermé devient une maison close), etc... Court, mais intéressant.


Bonne visite.


Marc.  



DAN 12/03/2011 17:31



Bonsoir Marc.


A lire ton commentaire effectivement la politique du tourisme au Havre est à revoir sérieusement Déjà je trouve que le "nouveau" musée de l'ancien Havre, maintenant
appelé maison Dubocage de Bléville, en a perdu beaucoup par rapport à ce qu'il était,  de même pour le muséum d'histoire naturelle. Quant à l'appartement témoins je ne l'ai pas encore vu,
comme on dit ce sont les cordonniers les plus mal chaussé !


Pour l'exposition des documents sur l'ancien Havre, pour la sortie du livre de Y Simon je ne la manquerais pas !


Bonne fin de semaine Marc ! 



Damien 12/03/2011 11:34



Un article fort intéressant avec des vues que je ne connaissais pas... Il va vraiment falloir que je lise l'article de Philippe Valletoux. J'ai le livre mais pas encore lu ;-)


Bon week-end à toi !



DAN 12/03/2011 12:07



Bonjour Damien. Il faut vraiment lire le livre de monsieur Valletoux, c'est un sujet assez vaste comme tu peux t'en douter, et ici je n'ai fait que résumer sont
excellent texte. Si ce résumé incite les lecteurs à lire ce livre, "havrais-dire" aura rempli sa "mission".
Bon week-en Damien !



jps 12/03/2011 10:37



je fais court pour pas manger tout l'espace qui vous reste..si vous êtes au bord du précipice et bien nous, on éprouve un malaise.. attendons la suite impatiemment..


Amitiés gigaoctesques...



DAN 12/03/2011 10:51



Salut JPS. dommage que tu fasses court, car un commentaire à la JPS vaut son pesant d'octets. C'est pas grave si le blog s'arrête, je préfère continuer sans
économiser l'espace restant plutôt que de faire mes articles  à l'économie et donc avec moins de plaisir.
Bonne fin de semaine JP et à mardi !



B.O. 11/03/2011 23:15



Je viens de prendre un bain d'histoire.


Merci



DAN 11/03/2011 23:51



Bonsoir olivier. C'est toujours mieux parfois qu'un bain de foule  !
Bonne fin de semaine Olivier ainsi qu'à la "petite troupe " !



Papy Scham 11/03/2011 21:05



Félicitations pour cet article  richement illustré sur l'hôtel Frascati. Toujours aussi passionnante cette page d'histoire de ta ville.


Dans l'attente de bonnes nouvelles, je te souhaite un excellent week-end.


En toute amitié: papy Scham



DAN 11/03/2011 23:49



Bonsoir Papy Scham. Merci pour le travail, et tu verras dimanche prochain du point de vue illustration quelque chose de très jolie également.
Pour le blog pour l'instant je "fais avec" peut être over-blog nous donnera t-il plus d'espace de stockage, mais bon on verra bien plus tard, pour le moment je te
souhaite un excellent week-end papy Scham !



GL 11/03/2011 13:50



Dis moi, ce n'est pas une bonne nouvelle que tu nous annonces là en évoquant l'arrêt de ton blog.  J'espère qu'il n'en est rien.  Il faut persévérer - Bon courage.


Gérard



DAN 11/03/2011 15:08



Bonjour GL. Moi je veux bien continuer il n'y a pas de problème, mais l'espace de stockage va vraiment en diminuant, donc à un moment ou à un autre il faudra
envisager cette hypothèse. Voici une photo représantant le % de stockage qui me reste, tu verras qu'il a dépassé le milieu il qu'il m'en reste moins. La seule chose à faire c'est qu'Over-blog
nous redonne un peu d'air, sinon ...
Voici cette image de mon administrateur :





@ + GL



Caroline.K 11/03/2011 12:44



@  DAN Réponse de  il y a 5 jours à 10h45

C'est sympathique de faire plus amples connaissances avec ton acolyte Dan. Merci pour ces compléments d'informations. Vous faites un tel travail de recherche et de documentation, que j'espère que
tout est bien sauvegardé en dehors d'OB.
Merci de me donner de découvrir Le Havre différemment.

Bon vendredi

Caro



DAN 11/03/2011 13:22



Oui tout est sauvegardé sur deux disques durs. Car l'aventure Over-blog va prendre fin d'ici peu à cause de la capacité restreinte qui nous est allouée,  et à
cause aussi de la publicité que nous ne laissons pas apparaitre sur nos pages. Ajoutons la faible fréquentation du blog et tu auras compris pourquoi ce blog s'arrêtera. Bonne journée Caroline




GL 10/03/2011 20:30



Etonnante cette lithographie, comme si l'hotel était sur une ile dans l'avant port.



DAN 10/03/2011 22:45



Bonsoir GL. Au premier coup d'œil on ne voit pas cette particularité, on pense à des fioritures pour embellir la lithographie. L'artiste a sans doute voulu donner
une impression de calme et d'isolation comme sur une ile tu as raison, pour signifier peut être, que l'hôtel était un endroit tranquille où il fait bon vivre !


Bonne fin de soirée GL.


 



Mousse 09/03/2011 20:23



Bonsoir cher Dan,


Je suis très contente, je peux enfin voir ces jolies cartes.


Je te félicite pour la qualité de ton billet.


C'est un plaisir de passer sur ton blog.


Bonne soirée.


Bien à toi.



DAN 09/03/2011 23:18



Bonsoir Mousse. Merci pour l'article, et à propos de jolies cartes il y en aura encore la semaine prochaine avec une très belle affiche, cet hôtel ayant inspiré
beaucoup de photographes et d'illustrateurs ! Alors patience jusqu'à dimanche !


Bonne fin soirée Mousse ! 



Claude 07/03/2011 23:53



Bravo pour ce nouveau et super reportage .


Merci à Mr Valletoux pour l'autorisation d'utiliser son texte et félicitations pour l'illustration à l'aide de gravures inédites....il fallait les trouver
.


En s'attardant sur la première on y voit les ailes des fameux moulins du "Perrey"...d'ailleurs une rue de ce quartier se nomme encore rue des
moulins.


Quant à la dernière : "l'aérienne" alors là chapeau je n'imaginais pas du tout cette configuration.


Attendons la suite......



DAN 08/03/2011 00:02



Bonsoir Claude. Oui un grand merci à monsieur Valletoux qui m'a permis de puiser dans son texte pour faire ce résumé présenté ici.  La gravure en couleur est
vraiment magnifique, elle a été diffusée dans les Cahiers Havrais de Recherche Historique, mais en noir et blanc, ce qui, à mes yeux, a beaucoup moins de charme (tu me connais )


Quant aux moulins il y aurait tout un article à faire à ce sujet, mais encore faut -il trouver la matière et les illustrations surtout, mais qui sait ...
Bonne fin de soirée Claude et Yllen  !



schepers chantal 07/03/2011 22:11



Un grand bravo pour cet article, quel travail de recherche et cette mise en page !


J'auria voulu en savoir plus sur la création de société des régates créée en 1838 tout comme la Société Havraise de l'Aviron (SHA) basée à Gonfreville, près du pont 8.


On se demande pourquoi un établissement aussi prestigieux au Havre, finalement la présence du transit pour prendre les transatlantiques et de la classe bourgeoise et riche havraise, toutes ces
personnes demandaient ce type d'établissement pour être à la mode !


Mais pourquoi, l'aviron est venu en premier,avant la voile, cette discipline a commencé en  1840 ?



DAN 07/03/2011 23:17



Bonsoir Chantal. A propos des régates, voici ce qu'en dit le journal du havre d'août 1839 :


"il est fortement question, en ce moment, d'organiser pour dimanche prochain une régata. Ce jeu maritime, d'un si puissant intérêt, et que nous voudrions voir se
répéter plus souvent dans nos ports, aura lieu en petite rade, devant l'établissement des bains Frascati. Il se composera de courses en canots, à la rame et à la voile, et des prix seront
décernés aux vainqueurs. Une souscription à ce effet, court la ville et se couvre de signatures."


le dimanche 13 août 1939, pour la première fois au Havre, des embarcations rivalisent sur l'eau et les marins essentiellement pêcheurs et professionnels, font montre
de leurs talents nautiques. C'est un succès extraordinaire et, bien que la compétition n'ait durée que deux heures, le public est si nombreux devant Frascati que la presse avance le chiffre de 12
000 spectateurs.


Très vite, le succès répété des régates amène le comité à se structurer car ses intérêts nautiques vont s'écarter de ceux des actionnaires de Frascati. En 1842, sous
l'impulsion de son 2ème président, Le Mercier de Boisgérard, la séparation administrative est consommée,entre le SRH et Frascati.


Voila Chantal des précisions quant à le Société des régates, précisions de monsieur Philippe Valletoux. Pour la société Havraise de l'Aviron, la SHA, je n'ai, hélas,
aucune information à ce sujet, notamment sur le fait que cette discipline soit apparu en premier avant la voile, sans doute faut-il voir là le fait que l'aviron était avant tout une discipline
sportive pratiqué par les "touristes", alors que la voile était pratiqué, au tout début bien entendu, par les pêcheurs.
Qu'il y ait eu un établissement aussi prestigieux au Havre, tiens au fait des progrès des moyens de transport tel le chemin de fer. Ainsi les parisiens, pouvaient-il
se rendre au Havre assez facilement pour y résider soit en touristes, soit en attendant le départ d'un transatlantique. Ce fut le cas pour beaucoup de personnalité artistiques ou politiques de la
France.


J'espère avoir répondu à votre attente !


Bonne fin de soirée Chantal !


 


 



Mousse 07/03/2011 19:59



Bonsoir cher Dan,


J'ai lu attentivement tes commentaires et j'apprends beaucoup de choses grâce à toi sur cette belle ville.


Malheureusement, j'ai un problème, je ne vois que la cinquième image.


Les autres,  je ne vois rien.


Ce n'est pas le premier blog, donc, ce n'est pas ton billet.


Le problème vient certainement de chez moi.


Je reviendrai demain, j'aurai peut-être la chance de voir les cartes.


Bonne soirée et mes amitiés.



DAN 07/03/2011 22:43



Bonsoir Mousse. Coté technique , hélas, je ne connais pas grand chose et je ne saurais expliquer les désagréments qu'il entraine. Ces dernières heures over-blog nous
a envoyé un message expliquant que nos  blogs risquaient de ne pas fonctionné correctement. On m'a déjà signalé la difficulté, pour certaines personnes, à mettre un commentaire. Espérons que
tout ceci ne dure pas trop longtemps et que tout rentre dans l'ordre.


Sinon je suis content que tu apprennes des choses sur ma ville, et suis ravi de te compter comme une lectrice du blog.


Bonne fin de soirée mousse !



jeanpaul76 07/03/2011 19:58



Bonjour


je connaissais Frascati de nom comme beaucoup par contre je découvre les photos elles donnent une vision précise outre que l'endroit était destiné disons à une élite Havraise 4 ans d'existence et
peu on se rend compte que le Havre est un bout du monde que souvent l'envie de construire était soldée par des échecs ou alors pas trop l'envie d'entreprendre une remarque qui n'engage que moi
nous sommes bien loin de la construction Perret


Bonne soirée



DAN 07/03/2011 20:07



Bonsoir Jean-Paul. A cette époque les bords de mer était surtout réservé soit aux marins, aux militaires ou aux divers métiers de la mer. Il est donc normal qu'une
nouveauté comme celle-ci au XIXe siècle ait eu du mal à trouver sa place et à s'imposer.


Par la suite tu verras que la volonté de construire ou reconstruire était bien présente. Mais je n'en dis pas plus car tu liras la suite la semaine prochaine!


Merci de ta visite et à bientôt l'ami !



Pierre 07/03/2011 15:27



J'imagine que cela n'a pas été facile pour retracer cette histoire en images. Avec les cartes postales et autre photos anciennes c'est plus facile de s'y retrouver qu'avec des gravures encore
plus anciennes.
Ceci étant dit, encore un grand travail de recherche. Bravo. 



DAN 07/03/2011 15:59



Bonjour Pierre. J'ai hésité longtemps avant de faire cet article devant le travail de fouille aux archives qui m'attendait. Et puis est sorti ce livre des Cahiers
Havrais de Recherche Historique qui m'a permis d'y voir plus clair dans l'histoire quelque peu compliqué de cet hôtel. La gentillesse de son auteur à fait le reste, ne restait qu'à choisir les
images illustrant cet article qui sont fort nombreuses, là aussi le livre de monsieur Valletoux m'a permis de classer ces images, car la plupart des cartes postales ne mentionnent que "l'Hôtel
Frascati", sans en préciser la date de prise de vue. Finalement cet article est plus  le résultat des recherches de cet auteur que de mon propre travail !


Et dernier petit détail, cet hôtel ne se situait pas très loin de l'endroit où tu as fait tes photos sur ta derniere parution sur ton blog !


Bonne fin de journée Pierre !



Patrice 07/03/2011 12:52



Bonjour,


Merci pour ces photos , et tous ces commantaires.


L'on y voit tout l'intérét que les havrais de souche ou pas , ont pour cette ville chargée d'histoire.


Lorsque je ne travaille pas le dimanche , je parcours le long de la plage , en pensant au passé , au présent et au futur de cette ville .


Je suis ravi d'avoir découvert ce blog !


 


 



DAN 07/03/2011 13:01



Bonjour Patrice. Et moi je suis ravi de vous compter parmi nos lecteurs et commentateurs qui plus est. Peut être qu'un jour nous rencontrerons nous sur les bords de
mer, je suis reconnaissable à mon chapeau, et là nous pourrons parler de cette ville à tous les temps, passé présent, futur !


D'ici là, très bonne journée patrice !



Jeff 07/03/2011 10:03



La petite plage existe-t-elle encore où a-t-elle été comblée par des blocs de béton comme semble le suggérer la photo couleur de votre article (c'est un Havrais expatrié qui s'exprime !) La vue
aérienne de l'hôtel est pour moi une nouveauté, je n'avais vu Frascati sous cet angle car les cartes postales montrent toujours la petite plage et la façade de l'hôtel. Ces bains devaient être
réservés aux Havrais fortunés, aux visiteurs de notre ville (équipes de foot visiteurs) ou aux voyageurs transatlantiques en transit. Pour ma famille dans les années 20's et 30's le bain de mer
se résumait à monter une tente de plage barriolée, revêtir des maillots couvrant le torse des hommes et la poitrine des femmes comme on le voit sur les photos familiales. Nous sommes impatients
de connaître la suite de cet article. Bonne journée. Jeff



DAN 07/03/2011 10:32



Bonjour Jeff. Effectivement cette petite plage n'existe quasiment plus, elle a été comblée avec des gros blocs de pierre afin de consolider le terre-plein construit
à coté du sémaphore. La plage en elle même du temps de Frascati, n'était pas exclusivement réservé aux seuls clients de l'hôtel, tout le bord de mer était accessible par tous, mais c'est d'eux
même que les baigneurs, ne faisant pas partie de la clientèle de l'hôtel, allait se baigner plus loin en direction du cap de la hève. A cette époque le mélange entre les classes sociales n'était
pas aussi rigide que maintenant, c'est une notion sociologique qu'il faut prendre en compte quand on fait des comparaisons avec notre époque beaucoup plus cloisonnée de ce point de vue.


Dans les années 50 quand j'allais avec mes parents à la plage, en général devant le casino Marie Christine (là aussi pas de plage réservée aux seuls clients du
casino), nous n'avions qu'une serviette éponge pour toute "cabine" ou tente, et il fallait que mes parents fasse un paravent avec cette serviette pour que nous changions de tenue.
Voici, ci-dessous, une photo de 2011, de ce que fut la plage Frascati représenté pas le X rouge  :





Bonne journée Jeff ! 



Yannick B 06/03/2011 20:08



Encore une fois j'en apprend sur notre ville et plus particulièrement sur les établissements qui ont fait le charme d'antan.
Car si j'ai bien évidemment entendu parler de l'hôtel Frascati, je n'ai jamais eu l'occasion de voir autant de détail concernant aussi bien son architecture que sa superficie, j'ai hâte à la
suite.



DAN 06/03/2011 20:12



Bonsoir Yannick. en effet qui n'a pas entendu parler de cet hôtel prestigieux. Dans la suite tu verras que c'est encore plus impressionnant question architectural,
voila un établissement qui a connu des transformations successives jusqu'à sa fin. Mais je n'en dis pas plus suite la semaine prochaine !


Bonne soirée Yannick  !



marc GEORGES 06/03/2011 18:52



Bonjour,


Hélas au même horaire, je serai à l'Hotel de ville pour une réunion moins sympathique. Ce monsieur Vogel a-t-il un lien de parenté avec Gérard VOGEL dont j'ai lu des articles dans le bulletin de
la SHED ?


Concernant Frescati, j'ai des photos des plongeoirs qui étaient pas très loin. Il semble que n'inspirant pas que les peintres, ils inspiraient les photographes (où alors c'est les demoiselle
en maillot de bain de l'époque).


Merci à la personne qui t'a passé ces superbes documents.


Merci à toi et ton remarquable travail. Ici, j'ouvre une parentaise dont la modestie t'empêche de parler. Il faut signaler à tous ceux qui vous lise que le blog "HAVRAIS DIRE" n'est pas
subventionné et coute de l'argent mensuellement à ses animteurs.


Il faut penser que les documents présentés sont achetés par les auteurs - parfois une bonne somme -  et qu'ils les mettent gratuitement à la disposition de nos yeux. 


C'est pourquoi, je trouve quelque peu indescent et sans gène, les iniateurs de livres qui ont l'idée, mais ne possèdent rien, de demander aux collectinneurs des prêts de documents pour les
rassembler dans un livre dont ils ne signeront que le texte - parfois fort erroné - . Leurs noms tronera sur la couverture alors que les collectionneurs seront crédités - quand ils le sont - en
fin d'ouvrage, noyés dans une "tone" de renvois ou de remerciements queconques. Toutefois ils hériteront d'un exemplaire, mais c'est l'iniateur du projet qui signera le livre et empochera les
droits.


Pour exemple, je suis collectionneur de lanternes magiques et de plaques. Récemment une compagnie de théâtre qui vient au Havre en étant rémunérée, m'a demandé de lui mettre à
disposition une lanterne et des plaques pour sa représentation - je n'ai pas entendu le mot location ou assurance - mais comme les plaques sont fragiles, on me demande d'initier le
comédien au maniement (je dois être trop C.... pour les manipuler moi-même).


C'est pourquoi, je pense qu'il faut être reconnaissant et remercier ceux qui font des "boulots" comme ceux d'Havrais-Dire.


Hier visite gratuite des musées, et ayant des invités, ce fut une catastrophe.


Je crois que la Mairie devrait un peu mieux organiser ces visites gratuites car on se fiche de la tête des visiteurs. (à suivre).


Marc GEORGES



DAN 06/03/2011 19:15



Bonsoir Marc. Pour la conférence tant pis, on ne peut être disponible à tous moments et je le comprends.
Je ne sais quel lien familial monsieur Vogel que je ne connais pas a-t-il avec Gérard Vogel. Je n'ai pas encore rencontré cet homme et ne le rencontrerai qu'à la
conférence.


Il y a énormément de document et cartes postales concernant l'hôtel frascati. Si j'avais dû mettre tout ceux en ma possécion cela aurait fait bien trop long et
finalement sans grand intérêt puisque la plupart des cartes postales reprennent le même point de vue l'une l'autre. Je pense que non seulement l'hôtel inspirait photographe et peintre, mais sans
doute les demoiselles également, ça c'est une chose qui ne change pas dans la nature humaine !


En effet, tu as raison, je ne parlerai pas ici de ce que ce blog me demande !


Pour le prêt d'affaires comme les lanternes magiques et leur plaques, je trouve effectivement indécent que ce ne soit pas toi qui les manipule. Car si il y a bien un
spécialiste de la question, c'est bien toi et tu pourrais répondre de ce fait à la curiosité des spectateurs !


Bonne soirée marc !  


 



boboce 06/03/2011 18:50



Salut DAN


C'était déjà un grnad batiment pour l'époque.


C'est un peu les prémices du club med au Havre.


Est ce qu'il existe un lieu qui pourrait correspondre, à notre époque, a ce que fut Frascati, dans la région.


Et j'en profite pour faire un peu de pub:


Dimanche 13 mars, une dernière projection d'un film d'une heure, datant de 1961, sur Harfleur, les ateliers de construction du Havre (ex Schneider) et sur
les Transatlantiques aura lieu à 16H au musée d'Harfleur.


Bonne semaine


A+


 



DAN 06/03/2011 19:01



Salut boboce. A la différence du "club med", qui était une chaine d'hôtel, Frascati est typiquement et uniquement  Havrais, et n'a jamais ouvert de succursale,
si on peut appeler ça comme ça, ailleurs.


Pour avoir un équivalent de Frascati dans la région il faut aller à Deauville ou Trouville avec leur casino et leurs grands hôtels. Je pense notamment à l'hôtel du
golf à Deauville où le prix d'une nuit dans cet établissement nourirais une famille entière pendant longtemps.
Quant à la pub tu as bien raison. On n'est jamais si bien servi que par soi même !


Bonne soirée Boboce !



marcopolo76 06/03/2011 17:23



Bonjour Dan


De magnifiques gravures pour ce premier numéro ...!


A l'époque , les bains devaient être assez insolites car les gens étaient habillés de la tête aux pieds , de nos jours une combinaison et hop à l'eau ...


Pour les établissements modernes maintenant ils ont des piscines chauffées , jacuzzi, hammam ...etc  pas besoin d'être en bord de mer ..!  


A+


Marco



DAN 06/03/2011 17:33



Salut Marco. C'est vrai que la tenue des premiers baigneurs et baigneuses avait de quoi prêter à sourire en regard de ce qui se fait aujourd'hui. Mais à propos des
bains de mer d'aujourd'hui avec piscine jacuzzi et autres hammam, ne crois pas que ce soit nouveau, car au XIXe et début XXe siècle, Frascati avait des locaux réservés à ce type d'activité avec
piscines chauffées eau salée ou eau douce, massage par des masseuses etc. Donc tu vois rien de nouveau sous le soleil. Les bains dans la mer elle même était qualifié de "bains à la lame", voulant
dire avec les vagues. Il est certains qu'avec notre climat, Frascati ne pouvait pas offrir les seuls bains de mer à l'année. Il faut des courageux comme toi pour prendre la mer aujourd'hui par un
temps plus ou moins hivernal ! 


Bonne fin de journée Marco



phyll 06/03/2011 16:44



salut mon pote,


merci pour cette première balade historique non loin de chez moi . A part le cap de la Hève dans le fond, on ne reconnait plus rien !! Il est vrai , comme le souligne Otto Graf, que la proximité
des chantiers navals n'était pas des plus "touristique"...Sinon pour les hotels de luxe d'aujourd'hui, ils n'ont rien à voir avec cet établissement et... ils ne sont pas en bord de mer
!!.....


à+


 



DAN 06/03/2011 17:06



Salut mon pote. Si j'avais une machine à remonter le temps je pourrai me rendre compte de l'environnement exact des débuts de Frascati. Car les bords de mer (le
perrey) n'étant pas constructible en dur pour raisons militaires, je me demande comment devait être cette façade maritime à l'époque. Dans les bouquins on parle de cabanes en bois, et de plus ou
moins de zone retirée avec ses hommes infréquentables. Alors établir un hôtel de luxe ici m'a toujours surpris.
Quant aux établissements de luxe d'aujourd'hui, plus ils sont loin de la masse populaire, mieux s'est pour eux semble t-il. Par le passé prolétaires et bourgeois
pouvaient vivre dans un même immeuble avec les chambres de bonnes sous les combles, autant aujourd'hui c'est par rue, voire par quartier que la population issue de divers milieux habite. Autre
temps autre mœurs !


Bonne fin de journée Phyll 



Otto Graf 06/03/2011 15:03



 


On ne peut en aucun cas comparer Deauville au Havre. C’est d’abord une question de population d’un nombre non comparable et de
destinées touristique et industrielle sans rapports.


Remarquons en passant que l’autoroute de l’Ouest et ses bretelles ont longtemps favorisé la côte du Calvados avant de relier Le Havre
à Paris, les décideurs parisiens ayant peut-être déjà et alors, fait leur choix : rejoindre les casinos et autres lieux de plaisirs mondains avant de développer l’accès au grand port.


Frascati pour les havrais d’avant 1940…c’était le top du top local. On y faisait les grands mariages, notamment. Il n’empêche que cet
établissement était tout proche des chantiers Augustin Normand, un voisinage insolite, pour le voyageur et pas vraiment engageant. Le tourisme industriel n’était pas encore en vogue à cette
époque et si le tourisme industriel existe aujourd’hui – et c’est bien ! -  c’est surtout dans un sentiment de nostalgie bien avant l’ attrait
architectural, avec cette question : comment pouvait-on vivre dans cet environnement d’usines fumantes et bruyantes ?.


On ne l’a pas vu renaître après la guerre 39-45 ce Frascati. Avait-il vraiment vécu juste avant ses dernières années dans ses décors
défraîchis  ?....puisqu'on peut penser que des dommages de guerre et une volonté de renaissance l'auraient permis.................


 



DAN 06/03/2011 16:46



Bonjour Otto Graf. Deauville créé en partie par le compte de Morny, s'est développé autour de son casino. Il voulait faire de cette station balnéaire "le royaume de
l'élégance".


Au Havre rien de tel, c'était avant tout un port, militaire au début, puis commercial ensuite. Qu'un établissement comme Frascati s'installe au bord de mer à coté du
chantier naval Augustin Normand, ou de l'entré du port, était voué à plus ou moins brève échéance à l'échec. Je n'ai pas compris l'obstination de ceux qui ont voulu faire de cet hôtel un
établissement de luxe. Il est certain que si le tourisme industriel était né à cette époque là oui la rentabilité était possible.
Nous verrons dans la deuxième partie que le port et ses passager pour les Amériques ont redonné un coup de fouet à cet hôtel.


Mon père me parlait de Frascati comme étant l'endroit où se réunissait le "haut du pavé". Il y avait comme ça au Havre des établissements à clientèle aisée comme le
restaurant le Guillaume tel, le Nice havrais bien entendu, et d'autres que j'oublie ici. Le transit entre France et Amérique y était pour beaucoup.
Quant à le faire  renaître après la guerre, je pense que le traumatisme de septembre 1944 a coupé les ailes de cet oiseau gigantesque, nous verrons la semaine
prochaine pourquoi je parle d'oiseau avec  la suite de cette histoire peu commune de cet établissement.
Bonne fin de journée Otto graf  



eva 06/03/2011 14:55



C'est sûr que ça devait bien fouetter le sang cet air frais ! rien qu'à voir les rouleaux dynamiques sur la 1ère carte postale ! on devait ressortir de là tout revigoré ! (sinon complètement mort
de froid !) Bon dimanche Dan...



DAN 06/03/2011 16:20



Bonjour Eva. C'est sûr que du coté température  il faut attendre juillet août, peut être un peu septembre aussi, pour avoir une eau à peu près "baignable",
enfin je parle pour moi le frileux. Plus jeune ce sont les mois où en famille nous allions nous baigner, rien à voir évidemment avec la cote Amalfitaine par exemple


Bon dimanche à toi également Éva ! 



Caroline.K 06/03/2011 10:33



Alors là Dan, je repartirais moins sotte de ce blog qu'à mon arrivée. Je n'aurais jamais associé Le Havre aux bains de mer, et je n'ai jamais entendu parler de Friscati avant. En relisant Dumas
père et Jules Verne peut-être y trouverais je trace de ce nom ou une évocation quelconque. En tout cas, bravo pour le travail de recherche et bon dimanche à vous deux, j'oublie souvent que vous
êtes deux derrière le clavier de cette aventure havraise. 


Bises


Caro



DAN 06/03/2011 10:45



Caroline. Pour les article je suis seul à les rédiger en général, par contre je les présente à Nicéphore qui corrige certaine tournure de phrase, ou certaines fautes
de Français. Par contre il a fait entièrement le travail technique de la mise en page de ce blog, sans ses compétences en la matière il n'y aurait pas de "havrais-dire".
Quant aux bains de mer au Havre, il faut bien admettre que ce n'était pas vraiment la vocation de cette ville, plutôt industrielle. Il n'empêche que le succès
populaire de la plage avec ses cabanes ne se dément pas pas depuis plus d'un siècle !


Bon dimanche Caroline ! 



JMH 06/03/2011 10:04



Comme les croissants chauds ou la baguette, un nouvel article est fourni ce dimanche matin ensoleillé. Sans avoir la nostalgie de ces grands hôtels, on peut se demander pourquoi l'hôtellerie
havraise ne comprend plus de palace de ce genre... Il en existe encore à Deauville. Malgré l'arrivée d'hôtels de haut de gamme ( Novotel, Casino), on n'a pas retrouvé cette splendeur. A noter que
le Marly rue de Paris va devenir un hôtel trois étoiles. 


Ah si les responsables du Frascati avaient laissé des mémoires, il auraient pu en raconter des choses  !



DAN 06/03/2011 10:25



Bonjour Jean-Michel. Le Havre, avec son port en particulier, n'a pas vraiment une vocation touristique que l'on retrouve à Deauville par exemple. C'est, ou plutôt,
c'était une ville à vocation industrielle avec ses nombreuses entreprises innovantes comme Breguet, Wingtinghouse, le Tréfilerie, Desmarais etc. Qu'un hôtel de ce type ait déjà vécu aussi
longtemps ici est déjà une curiosité.
Quant aux mémoires des dirigeants Frascati, il suffit d'aller aux archives pour se rendre compte qu'elles ne sont pas absentes, je dois même t'avouer que ça fait un
peu peur quand on voit la pile de liasses que ça représente. J'en ai , bien sûr, consulté quelques-unes, mais je suis loin d'avoir tout fouillé ! Et puis l'excellent travail de monsieur Valletoux
m'en a quelque peu  dispensé !


Bon dimanche Jean Michel ! 



pere cantoche 06/03/2011 08:40



à vrai dire, certainement l'un de vos meilleurs articles, Amis Dan et Nicéphore...et Dieu sait si tous vos articles sont superbes. Mes grands parents me parlaient beaucoup des bains et de l'Hotel
Frascati... mon grand-père Théo, celui du passage Eichoff, dont je vous ai parlé déjà à maintes reprises faisait partie des rares personnes qui savaient nager dans les années 1890... il ne
comprenait pas que mes parents ne savaient pas nager, que mon père en Juin 40 en pleine débacle ait pu traverser la mer entre le Havre et Ouitreham sur un rafiot bondé de
soldats dont beaucoup ne savaient pas nager non plus. 



DAN 06/03/2011 09:37



Bonjour père cantoche. On verra à la fréquentation du blog si cet article suscite la curiosité. Quant aux bains de mer cette "mode" ne remonte pas loin au regard de
l'histoire de l'humanité, mais au XXe siècle c'est devenu une véritable institution avec les congés payés.


Les grands parents de mon épouse, ainsi que d'autres membres de cette famillle, marins à Boulogne sur mer pour la plupart, ne savaient pas nager non plus. Quand on
pense à tout le "barda" qu'ils avaient sur eux, bottes en cuir graissées, ciré de toile également, on se demande comment ils pouvaient s'en sortir en cas de naufrage.
Alors ton grand père sachant nager est un peu une exception dans l'époque où il vivait !


Bon dimanche Thierry !



buddy2259 06/03/2011 05:31



 


Bonjour Dan,


Une très intéressante évocation des bains de mer au Havre et du Frascati,les gravures que tu proposes avec ton reportage sont vraiment superbes.Félicitations pour ta motivation qui nous
permet chaque semaine de découvrir une nouvelle page d'histoire de cette belle cité.


 A dimanche prochain pour la seconde partie du Frascati!!


Bonne journée!



DAN 06/03/2011 09:29



Bonjour Buddy. Pour cet article j'ai été plus qu'aidé par l'excellent livre de Phillipe Valletoux, qui se trouve être également un homme très gentil. J'avais
assisté, avec Phyll d'ailleurs,  à la présentation des Cahiers Havrais de Recherche Historique, à la Galerne,où ce monsieur avait présenté son grand article. Je lui avait déjà glisser deux
mots quant à l'éventualité d'un résumé su ce blog. Voila donc le résultat, et faire cet article m'a permis aussi d'en connaître beaucoup plus sur l'histoire du Havre !


Bon dimanche l'ami !