L'hôtel Frascati, suite et fin, les -3, 4 et 5 - ( H-5 sur plan)

Publié le par DAN

  3ème FRASCATI

"Une hôte de prestige, Sissi l'impératrice"

Affiche de l'époque. (photo Philippe Valetoux)

 

frascati (10)Le troisième Frascati, avec ses deux ailes en briques rouges.

 

frascati (9)Sensiblement le même point de vue en 2011.

frascati (8)Sur la terrasse, où les belles élégantes rivalisent de beauté.

 

frascati (7)La plage Frascati. Vue avant que la jetée nord du sémaphore ne soit déplacée. 

(pour plus de précisions au sujet des digues,  voir ici  et )

frascati (6)Une vue approximative du même endroit en 2011. Le point de vue de la carte postale étant impossible à refaire du fait du recul, de la jetée nord du sémaphore au début du XXe siècle.

4ème FRASCATI

"De la base aéronavale à la C.I.M."

L'hôtel a été surélevé afin de donner une vue sur la mer au delà des digues nouvellement construites. La réouverture a lieu en 1911. Le succès est au rendez-vous, mais la guerre interrompt cette réussite. L'hôtel redevient un hôpital temporaire. En 1915 une base aéronavale est ouverte et le terre-plein se transforme pour y accueillir les hydravions avec des hangars pour partie en toile.

Après le conflit les affaires reprennent, mais le cœur n'y est plus. Devant le désastre financier Frascati loue ses locaux aux douanes pour un bail de 42 ans. En 1920 tout le mobilier : vaisselle, fourneaux, tableaux, décorations, est vendu aux enchères.
L'hôtel va végéter jusqu'en 1929, puis est racheté par la C.I.M. (compagnie Industrielle Maritime), qui le réaménage pour y loger les passagers en transit vers les U.S.A.

frascati (15)Les hydravions et les hangars provisoires, devant Frascati coté sud.

 

frascati (11)Cette même façade sud du 4ème Frascati.

 

frascati (12)Frascati non loin du sémaphore, à droite.

 

5ème FRASCATI

"De la crise au désastre"

Le 3 juillet 1929 l'hôtel est rouvert. Le 12 avril 1931 c'est l'inauguration du boulevard Clemenceau, qui coupe l'hôtel de son origine, le bord de mer.

Malgré de nombreuses animations censées attirer la clientèle fortunée, c'est le déclin. La seconde guerre mondiale place l'hôtel au cœur des tragiques évènements. L'hôtel subira de nombreux dégâts, mais ce sont les bombardements de septembre 1944 qui lui porteront le coup fatal.

A la libération, la plage Frascati servira de débarcadère aux américains avec leurs matériels. L'hôtel servira un temps à la croix rouge, puis servira d'abri provisoire à de nombreux havrais sans logement.
En 1953 les restes de l'hôtel sont livrés aux démolisseur
, mettant un point final à cette extraordinaire histoire d'un hôtel pas comme les autres.

 

frascati (1)vue aérienne de l'hôtel Frascati avec le goéland en figure de proue, le Bld Clemenceau n'est pas encore construit.

  Frascati CIM (3)Un bâtiment à fière allure.

 

frascati (17)Le Bld Clemenceau passe devant l'hôtel Frascati.

 

frascati (14)Les ruines de l'hôtel en 1944.

frascati (18)L'hôtel s'il était toujours parmi nous.

FIN.

Merci à monsieur Philippe Valetoux qui m'a autorisé à m'inspirer de son texte pour faire ce résumé sur l'histoire de cet hôtel. Vous pouvez retrouver le texte complet dans les Cahiers Havrais de Recherche Historique numéro 67 -2009-

Merci de votre visite et commentaire.n

Commenter cet article

B

Bonsoir, grâce au jugement du tribunal commercial du Havre du 23 mai 1922, qui s'est prononcé sur la responsabilité des administrateurs dans la faillite de la société, on apprend des
informations très intéressantes sur la faillite de l'hôtel Frascati en 1909. Étant donné que le jugement est très long, voici les principales informations. Sur la fin de son exploitation, les
admisnitrateurs de la société étaient messieurs Jean, Hugues, Régny, Potonet, Gouteix, Lefas et Ponsolle. Les commissaires aux comptes étaient messieurs David et Garet. Lorsque la faillite
est intervenue, un syndic a été nommé pour liquider la société. Il s'agissait alors de monsieur Savary.


L'origine même de la faillite se trouve dans les travaux effectués par la société de l'hôtel à partir de 1900, notamment les travaux effectués en 1907 et 1908. En effet, la société a réalisé
des travaux nécessaires àla survie de l'hôtel mais elle n'était pas en mesure de les payer car les obligations émises par la société pour un montant de 1.000.000 en 1906 et 1907 et devant servir
à apurer son passif et à financer les travaux n'ont été souscrite qu'à concurrence de 300.000. Lors de la faillite de la société, il restait 138.790 fr 45 encore dûs aux entrepreneurs. Se sont
ces derniers qui ont engagés les démarches judiciaires pour que la société de l'hôtel soit mise en faillite.


Ces éléments qui ont entraîné la faillite de la société ne sont en réalité que la conséquence de la situation délicate dans laquelle se trouvait l'hôtel. En effet, le jugement précise qu'
: "Attendu que les résultats de la gestion de l'hôtel Frascati, déficitaires au cours des années qui avaient précédé l'entrée en fonctions de Jean et consorts, ne se sont pas améliorés
durant leur administration ; que diverses causes telles que la fermeture du casino, la suppression des jeux et la création du Palais des Régates, notamment, ont porté une grave atteinte à la
société qui a été victime des circonstances, sans qu'on puisse en rendre responsables ses administrateurs qui, eux-mêmes, du reste, ont produit à la faillite pour des avances qu'ils avaient
faites".


Sur ce paragraphe, il y a plusieurs points importants, on voit que l'hôtel a mal supporté la concurrence, notamment avec le développement du Nice Havrais. De plus, il est mentionné
la perte du casino et de l'autorisation des jeux, bien qu'en 1909, le casino Frascati était toujours ouvert, il est très probable en réalité qu'il y ait eu un arrangement dans les années 1907 -
1909, lors de l'élaboration du projet d'un nouveau casino Marie-Christine, pour que la concurrence entre les casinos cesse. Monsieur Vivier, n'avait rien à perdre mais semble qu'il en a été
autrement pour l'hôtel. On remarque aussi que les difficultés financière étaient de longue date. Il pourrait se faire que se soit en partie à cause de l'hôtel et du casino Marie-Christine. Pour
preuve, voici un petit comparatif entre les deux casinos :


- En premier, voici un tableau comparatif des droits d'auteurs qui sont calculés sur la base de la recette brut de chaque théâtre et donne une idée de la différence de recette entre les deux
établissements


















Établissement




Exercices






1894 – 1895




1895 – 1896




1896 – 1897




1897 – 1898




1898 – 1899




1899 – 1900




1900 – 1901




1901 – 1902




1902 – 1903






Casino


Marie-Christine




7.140




7.770




8.490




8.040




6.690




6.570




6.870




6.150




6.900






Casino Frascati




6.415




6.040




6.290




7.990




6490




6.480




"




6.227,50




"






 


Ensuite, voici le classement des principaux cercles et casinos français selon leur produit brut des jeux pour l'année 1894


 











1




Casino Boulant à Biarritz




1.000.000






"




Villa des Fleurs à Aix-les-Bains




1.000.000






2




Casino municipal de Boulogne




800.000






3




L'international de Vichy




600.000






"




Les trois casinos de Royat




600.000






4




Casino de Luchon




500.000






5




Casino de Trouville




450.000






6




Casino de Royan




400.000






"




Casino de Cauterets




400.000






7




Casino de Cabourg




380.000






8




L'Eden de Vichy




350.000






9




Casino de Dunkerque




300.000






10




Casino Marie-Christine au Havre




200.000






11




Casino de Palavas




200.000






"




Casino de Dieppe




200.000






12




Casino Frascati au Havre




150.000






"




Eden de Trouville




150.000






 




Casino et Kursaal de Berk




150.000






13




Casino de Besançon




140.000






14




Casino de Fécamp




100.000






"




Casino des Sables-d'Olonne




100.000






"




Casino d'Arcachon




100.000






15




L'Alcazar et la Restauration de Vichy




80.000






16




Casino de Vichy (Écarté)




50.000






"




Casino municipal du Tréport




50.000






 


Avec ces éléments chiffrés, on voit bien que la suprématie du Frascati incontes
Répondre
D


Bonsoir B58
La gestion d'une société telle Frascati avec son casino, ne devait pas être chose facile si l'on se replace dans cette époque. En effet comment lutter contre la concurrence autrement qu'en
investissant dans la modernisation de l'établissement lui même et en proposant à la clientèle plus de service de qualité. N'importe quel gestionnaire aujourd'hui aurait vu que cette affaire
n'était pas viable sans une étude plus approfondie du marché hôtelier et des jeux, et sans une étude de marché prospectif.
Cette époque appelée « belle» a vu des réalisations gigantesques dans tous les domaines, ici ce sont les hôtels et les casinos, mais il y avait dans d'autres domaines des investissements tout
aussi « faramineux » tels les fameux grands magasins notamment ceux de Dufayel. Je rappelle également l'énorme projet de l'agrandissement du port du Havre, toujours à cette époque, qui a demandé
non seulement des financements hors du commun, mais également d'immenses travaux.
C'est à croire que la manipulation d'argent dans cette période ne faisait reculer personne devant les sommes colossales mises en jeu.
Intéressante aussi cette comparaison entre les divers casino Français. Certes les casinos havrais sont en dessous de la moyenne, mais finalement ils ne s'en tiraient pas trop mal, mais je suis
très mauvais juge s'agissant de comparatifs basé sur les revenus bruts des uns et des autres, car je ne suis pas très connaisseur dans le domaine économique.


Merci B58 pour cet aspect économique de la vie des casinos.
Bon week-end !



B

Bonjour, alors concernant l'incendie du casino Frascati et le report du public sur le Marie-Christine, certes à première vue, l'expression "le malheur des uns fait le bonheur des autres"
paraît être toute trouvée, mais en l'espèce, pour une fois, c'est l'exception qui déroge à la règle. En effet, Henry Vivier dès les années 1894 était administrateur au Marie-Christine, puis il va
racheter la société et en devient le directeur, mais comme le précise l'article ci-dessous, en novembre 1896, il rachète la société du casino Frascati (le bâtiment appartenait à la société de
l'hôtel mais l'exploitation du casino faisait l'objet d'une société à par). Ainsi, lors de l'incendie de 1900, le public quitte l'établissement de monsieur Vivier pour aller ... dans
l'établissement de Monsieur Vivier. Le seul à qui cela pose problème est la société du casino qui doit faire des frais pour reconstruire la partie incendiée. D'ailleurs, en ce sens, l'article de
journal montre bien que les deux casinos en réalité n'en faisait presqu'un puisque l'orchestre, ... alternaient entre les deux.



Répondre


Bonsoir B58. Oui là on ne peut effectivement pas employer cette expression s'agissant des conséquences de l'incendie au Frascati.
Néanmoins d'important travaux ont été fait pour accueillir les joueurs "supplémentaires" au casino Marie-Christine, puisqu'il n'y avait plus qu'un seul local pouvant les accueillir au Havre.
L'orchestre, quant à lui, n'avait plus à aller de l'un à l'autre pour exercer son art,  maigre consolation en regard de cet incendie.
Bonne soirée B58 ! 



B

Bonsoir, l'année 1900 n'a pas été une bonne année pour le Frascati déjà en difficulté. En effet, le 2 janvier, il est frappé par un violent incendie. Voici deux articles d'époque relatant
l'incendie et ses conséquences par la suite. Dans le 1er article, ce qui est intéressant est que l'on a une description du casino de l'hôtel.



Répondre
D


Bonjour B58. Deux articles très intéressants, notamment le premier où en effet on a une description du casino de l'hôtel Frascati. Une réflexion me vient à l'esprit quand je lis le deuxième
extrait de presse, celui-ci : "le malheur des uns fait le bonheur des autres", car c'est un peu ce qui s'est produit en renvoyant la clientèle sur le casino Marie-Christine, qui, à cette époque,
n'était pas encore celui de de l'architecte de Dufayel, Gustave Rives.
Merci B58 pour ces deux documents illustrant une partie de l'histoire de cet hôtel prestigieux !



B

Bonsoir, voilà quelques informations supplémentaire à propos du Frascati. Tout d'abord, voici une action du Frascati datant de 1896 et qui nous donne quelques informations précieuses.





Grâce à ces documents, on apprend que les statuts de la société anonyme ont été dressé à l'origine par Maître Eugène Marcel, notaire au Havre le 20 décembre 1854 (ou 34) puis ont été modifié par
Maître Duverdier notaire au Havre le 17 juillet 1896, sans doute pour permettre l'augmentation de capital. La société anonyme gérant l'établissement s'appelait donc la société du Grand Hôtel et
des bains Frascati et avait un capital social de 500.000 Francs réparti en 5.000 actions de 100 Francs chacune. A titre de comparaison, la société anonyme du casino Marie-Christine, aura elle un
capital social de 1.400.000 Francs. En 1888, le directeur de l'Hôtel était Monsieur Fotsch alors qu'à la même époque, comme on peut le voir sur l'affiche, les directeurs du casino étaient
messieurs Vincq et Chateigné. Ces messieurs seront remplacés en 1897 à la tête du casino par Henry Vivier qui dirigeait déjà le casino et l'hôtel Marie-Christine et qui gardera cete fonction
jusqu'à la faillite de l'hôtel en 1909. Chose intéressante lorsque l'on met en rapport votre article qui souligne le fait que l'hôtel a connu des difficultés de juin 1896 à 1909 et les actions
est qu'on peut facilement deviner que suite à ces problèmes financiers de juin 1896, une augmentation de capital ait été décidée pour pallier ces soucis, pour cela, il faut modifier les statuts
de la société, chose faite le 17 juillet de la même année et les actions ont ainsi été émise dans la foulée et sont donc en quelques sortes le reflet des difficultés de l'hôtel. Pour finir, voici
deux gravures du Frascati avec une aile ou deux en briques, trouvée aux archives.








 
Répondre
D


 


Bonjour B58
voilà des informations très intéressantes concernant cet hôtel, vous entrez dans le détail sous l'angle de ses statuts et de sa configuration économique, chose que, personnellement je n'ai pas
fait, de plus vous y ajouter des documents iconographiques complétant agréablement ces précisions. Il est certain que pour comprendre l'histoire de cet hôtel, comme d'ailleurs l'histoire du
casino, il est fondamental d'étudier leurs dossiers économique et commercial, et là je dois bien avouer que ce n'est pas du tout ma « spécialité », aussi je renouvelle mes remerciements pour
avoir apporter ces compléments d'informations.
Au sujet de la représentation en photos gravures ou dessins de cet hôtel, du fait de sa durée dans le temps, il a été maintes fois représenté, aussi m'a-t-il été difficile de faire un choix quant
à sa représentation sur ces pages, merci d'y avoir ajouté les vôtres.
Bonne journée B58. 



P


Ouf ! Encore un sacré dossier passionnant ! On ne peut évidement que regretter la disparition d'un tel hôtel , même si j'imagine mon impossibilité financière d'y pouvoir y loger une nuit !


D'ailleurs à t'on une idée des prix pratiqués ?


l'affiche est vraiment magnifique !! A bientôt Dan



Répondre
D


Bonjour Philzoc. C'est un dossier qui, tu peux l'imaginer, j'ai concentré le plus possible, car le livre de monsieur Valetoux est beaucoup plus étendu et explicite à
ce sujet. Quant à savoir le prix d'une nuitée dans cet établissement je n'en ai aucune idée, mais connaissant les prix pratiqué aussi bien à Deauville que sur la cote d'azur dans des palaces
similaires, je doute fort qu'on puisse se payer une telle nuit pour les citoyens "ordinaires" que nous sommes.
Quant à l'affiche, c'est monsieur Valetoux qui me l'a transmise via internet, et elle est vraiment magnifique, j'aurais aimé avoir l'originale !
Bon dimanche Philzoc !



C


Bonjour DAN,


Cet article est à la hauteur de ce majestueux hôtel, dommage qu'il ne soit plus là...


L'affiche est également très belle.


@ + DAN



Répondre
D


Bonjour C@t. Merci pour l'article, mais je le dois en grande partie à monsieur Valetoux, qui a approuvé lui aussi le fait de populariser ses écrits sur le net, et,
particulièrement sur ce site. D'ailleurs je l'ai vu cette semaine et il m'appelle gentiment "le fou furieux", le fait sans doute de répondre à tous les commentaires 
Et comme tu le soulignes, dommage que cet hôtel n'existe plus. J'ai d'ailleurs rencontré un homme qui, enfant en 1945, a habité avec ses parents dans cet hôtel en
ruine, la crise du logement était si importante que le moindre toit était pris d'assaut par les Havrais sans logis.
Bonne journée C@t ! 



Y


C'est avec, une nouvelle fois, grand intérêt que j'ai lu cette suite d'explication historique de l'hôtel Frascati.
A la vue de l'architecture, je me dis que ce bâtiement aurait encore de nos jours fier allure à l'angle de la chaussé John Kennedy, car à la vue de l'engouement de l'époque pour le lieu, je me
dis que l'endroit à aujourd'hui perdu son âme, comme à mon avis bon nombres de lieux.



Répondre
D


Bonsoir Yannick. Quand on va devant le musée Malraux et que l'on songe à tout ce qu'il y avait là auparavant, on regrette quand même un peu cet établissement, qui
devait animer plus qu'elle ne l'est aujourd'hui la chaussée kennedy. Je trouve que le musée est très bien là où il est, mais son aspect extérieur un un peu froid tout de même et n'a rien à voir
avec cette architecture Frascati !


Bonne fin de soirée yannick ! 



R


Un établissement digne de la croisette, très impressionnant !



Répondre
D


Salut Roro. Il a dû d'ailleurs faire face à cette concurrence de la cote d'azur, alors il valait mieux qu'il ait des atouts en mains !


Bonne fin de semaine Roro !



B


Bonsoir, voilà un aperçu de ce que pouvait être le programme des concerts au Frascati.








 


Voilà aussi une photographie assez insolite du Frascati.





Enfin, voilà un lien vers ce qui semble être une autre affiche du Frascati.


 
http://4.bp.blogspot.com/_htEdnVzrByE/TEdaVUt5rtI/AAAAAAAAHjU/CuiQXWUWjoQ/s1600/Frascati+Bal+Masqu%C3%A9.jpg


Répondre
D


Bonsoir B-58. voila un programme musical des plus éclèctique. Je vais essayer de retrouver certains passages  sur deezer afin de me rendre compte quel ambiance
musical il pouvait y avoir dans cet hôtel les jours de concert.
Je connais la photo de Doussineau sur son dromadaire, mais ne l'ayant pas dans ma collection je ne pouvais la mettre dans l'article, il est certain qu'en se faisant
photographier devant cet hôtel avec cet équipage il ne devait pas passer inaperçu.
C'est une très belle  affiche que vous nous proposez là, mais Frascati était aussi une troupe de théâtre exerçant à Paris aux folies bergères entre autres, je
vous dis ça parce que je vois que l'orchestre est celui de l'opéra et que ce spectacle était proposé tous les samedis, il serait étonnant que ce fut au Havre que cet orchestre exerce sa
prestation, mais il n'est pas impossible que cette troupe soit venue au Havre pour y donner un spectacle.


Très bonne journée B-58 ! 



P


@ JPS tout à fait !!! et cela nous permet de mettre en réserve le "passé récent " afin de le transmettre !!.....



Répondre
D


Il y a peut être un inconvénient, c'est le manque de place pour certain, vu le nombre de publications à l'heure actuelle, mais j'en garde aussi quelques uns quand
même !


@+ les "potavrais"



P


Encore un article mené de main de maître et richement illustré. Très très complet en tout cas. J'aime particulièrement l'affiche.


Bonne soirée et excellent week-end.


 



Répondre
D


Bonsoir papy scham. Cette affiche a fait beaucoup parler d'elle, il est vrai qu'elle est magnifique, et je sais qu'il y en a eu d'autres mais hélas je ne les ai pas
trouvé !


Merci pour le "main de maitre"  Papy Scham et très bonne soirée ! 



J


@ Claude et Phyll..


Est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ???


bien pratiques ces magazines..quand on les garde..n'est-il pas les garçons ??



Répondre


Tout à fait T... JP



P


@ Claude,


je confirme l'article paru dans Océanes n°100 !! (je viens de le relire suite à ton intervention !)


salut à tous !!



Répondre


On se croirait chez JPS dis donc, c'est sympa ça !   


P'ête que JP va passer d'ailleurs ?



J


Et bien le site a le mérite d'informer de rememorisé des oublies je ne connaissais pas le nom de Leonie Bathiat par contre je connaissais sous le nom de scène de la grande dame qui était Arletty
maintenant que je viens d'avouer mon inculture suis-je pardonné


boujou chez vous



Répondre
D


Salut jean-Paul. Je dis toujours  "il n'y a pas de honte à ne pas savoir, mais à ne pas vouloir apprendre", nuance donc, et bien sûr tu es tout pardonné mon bon
ami 


C'est vrai que cette grande dame est plus connue sous son nom d'artiste ARLETTY, mais aurait elle fait une telle carrière avec son vrai nom ? On peut se pose la
question !


Boujou à toi Jean-paul  ! 



C


@ Jps


Ref : magazine "Océanes" n° 100 de Novembre 2006 sans doutes ?


 


Atmosphère...Atmosphère...!!!



Répondre
D


Salut Claude. Là c'est JPS qui répondra à ma place ! 


@+



J


et voilà qu'en feuillettant fortuitement une revue, j'apprends que Frascati et la plage du Havre étaient les terrains de jeu de Léonie Bathiat (1898-1992), petite fille alors âgée de cinq ans qui
rendait visite à son oncle cuisinier dans le célèbre hôtel. Nul doute que pour elle, Le Havre était synonyme de grands départs pour l'Angleterre ou l'Amérique comme on disait à l'époque.
Frasques, ambiances, gaïeté des années folles..à jamais disparu tout ça ??


Amitiés arlettiennes..



Répondre
D


Salut JPS. La liste des personnalités venues ou ayant connu frascati est très longue et prestigieuse, et là tu m'apprends qu'Arlety y venait, très jeune certes, pour
rendre visite à son oncle cuisinier dans cet hôtel. Sans doute y est elle revenue en tant qu'artiste sous son pseudo d'Arlety, c'est fort probable.


Comme tu dis les années folles, la gaité les frasques, tout ça a disparu, quoique en matière d'années folles la décénie qui vient risque de nous prouver le
contraire, mais ce ne sera certainement pas dans les sens de la gaité !


Bonne fin de journée l'ami ! 



C


Bonsoir Dan,


Je terminais mon commentaire sur le précédent épisode par : "attendons la suite"...et bien cette suite tient ses promesses et nous ne sommes pas
déçus.


Tes explications sont là, et une bonne iconographie ( dont cette magnifique affiche ) nous permettent bien de suivre toute l'évolution et les changements
intervenus en ce qui concerne cet Hôtel et celà jusqu'à sa fin malheureuse.


(J'ignorais qu'au total il y avait eu cinq moutures de ce "Palace" ) On en apprend des choses ici ...grâce à toi et ton travail.


Pour ce qui est de notre conversation de cet après-midi et de ce que je voulais vérifier de visu sur le terrain et bien voilà :


sur une des photographies anciennes on y voit en arrière plan une maison (parmi d'autres bien sûr) Et bien il se trouve que cette maison du quartier du
Perrey rescapée miraculeusement du désastre est toujours présente de nos jours...La preuve en image ici :


http://storage.canalblog.com/99/97/359677/62842372.jpg



Répondre
D


bonsoir Claude. Alors là je suis sur le.. les fesses. C'est le genre de recherche que j'adore faire et toi tu me la sert sur un plateau, c'est fantastique. Je l'ai
photographié cette maison déjà plusieurs fois comme ici :





mais j'étais loin de me douter qu'elle figurait sur la photo aérienne de l'article. Merci beaucoup pour cette information, désormais je regarderai cette maison
différemment. D'ailleurs dans ce quartier cher à notre ami Phyll, il y a encore quelques maisons rescapées des bombardements, des témoins du passé quelque peu troublé de notre bonne
ville.
Bonne fin de soirée les amis !



M


Bonsoir cher Dan,


C'est toujours pour moi, un plaisir renouvelé de lire tes récits.


Une belle page d'histoire que tu nous expliques.


La belle Sissi chez vous.


Les images sont magnifiques


L'affiche me plait énormément.


Très beau billet, merci Dan et merci à monsieur Valletoux.


Bonne soirée.


Bien à toi.



Répondre
D


Bonsoir Mousse. On a du mal à imaginer que des tels personnages, tel Sissi, soient venus jusqu'au Havre pour profiter de l'air marin. Je n'ai pas fait de liste
exhaustive de toutes ces personnalités, mais il y en a eu beaucoup d'autres, comme Sarah Bernard par exemple.
Quant à monsieur Valletoux, ce billet aurait été tout autre et moins bien , s'il navait écrit son livre et autoriser à m'en inspirer !
Merci de ton passage et bonne soirée Mousse !



C


Formidable ! Je me délecte des images et apprend avec le texte mon "Havre d'avant" ! Que cette ville est mouvante, même si parfois l'Histoire accélère dramatiquement le mouvement !



Répondre
D


Bonjour Christian. Une ville mouvante, voila résumé en peu de mots l'histoire du Havre. Tu as parfaitement raison.


Voila un endroit, entre autres, où tu aimes flâner, prendre des clichés, où tes pas te conduisent si souvent en été , au bord de cette mer où tu fais de si
merveilleuses photos, alors de voir comment était ton "havre d'avant" doit te plaire j'en suis sûr.
Bonne fin de journée Christian ! 



C


Waoh Dan ! Plus çà va, plus c'est encyclopédique comme article et c'est finalement bien qu'il laisse une semaine parce que çà me donnera l'occasion de revoir et relire, voir ce qui m'a échappé la
première fois.


Je craque pour le 3, les salons de lecture, conversation etc...


bon mercredi


Caro



Répondre
D


Bonjour Caroline. Je me vois mal faire un article par jour vu le travail que cela demande, de plus tu l'a parfaitement dit, cela permet aux lecteurs de revenir
tranquillement sur l'article pour, éventuellement,  le commenter.
Toi aussi alors tu préfères le trois, comme beaucoup d'ailleurs. Moi aussi j'aimerai bien aller y faire un tour en terrasse un soir d'été face au coucher de soleil
comme parfois on en voit au Havre au dessus de la mer, et y faire la causette avec les personnages qui se trouvent là, mais réveillons-nous, nous sommes en 2011 !


Alors bonne journée Caroline ! 



D


Mais sinon c'est quoi la cheminée tout à côté?



Répondre
D


Salut Didier. Avec nicéphore on s'est posé la question, car les chantiers Augustin Normand étaient un peu plus éloignés de Frascati au début. Mais Il y avait là
aussi des petits chantiers de construction naval tel celui de florimond Grivel, citons également les chantiers Eudes, ainsi que les chantiers de la Hève. Mais tous ces petits constructeurs seront
absorbés par Augustin Normand au début des années1930 c'est donc probablement une extension des chantiers Augustin Normand vers le sud que l'on doit cette disgracieuse cheminée.


A tout à l'heure Didier ! 



M


BONJOUR,


A FESCATI, il y eu des projections de cinéma, mais peu de traces des titres et des dates. Il semble qu'il ne s'agissait d'une salle fixe, peut-être des exploitants de passage.


Chanson de Didier Blons sur des paroles de Yoland Simon sur Frescati.


Merci pour l'info des projections de films amateurs à HARFLEUR, ces séances reprendront sans doute en juin juillet. Assez bon film amateur sur Harfleur dans les années 60 et pour les nostalgiques
arrivée du France et départ du Liberté, par les cinéastes amateurs HAVRAIS.


On regrette que le tirage des films sur numérique qui devrait les améliorer n'ont pas été bien faits. Mais c'est le document qui prime.


A ne pas rater.


Si vous avez des films de famille qui traines dans vos armoires et greniers, NE LES JETEZ PAS !!!! Ils ont sans doute - avec le temps - un intérêt.


Amicalement.


Marc.



Répondre
D


Salut Marc. Il est fort probable qu'il y a eu des projections de films dans l'hôtel Frascati, comme il y en eu dans le casino Marie-Christine. Personnellement je
n'ai pas trouvé trace de ces projections, mais il y a aux archives des dossiers concernant cet hôtel et si tu as un peu, voire beaucoup de temps devant toi tu pourrais les consulter.
Pour l'info sur les projections à Harfleur c'est boboce qu'il faut remercier car c'est lui qui a donné cette information.


Si certains vieux documents sont copiés en numérique, la facilité à les regarder chez soit est importante aussi.


Quand aux films d'amateurs en super 8, alors là tu viens chez moi et tu en a pour très très longtemps à regarder tout ce que j'ai pu faire en 20 ans !


Bonne soirée Marc !



B


Bonjour, voilà un petit article de magazine avec à la fin un paragraphe sur le Frascati. En lisant cet article, on pourrait faire une remarque, en effet, le projet du Normandie a commencé en
1929, et le Frascati a retrouvé une nouvelle jeunesse la même année. Ainsi on pourrait penser que ce qui a certainement lancé la CIM a réouvrir le Frascati, aurait donc été la mise en service du
Normandie et l'afflux de touristes supplémentaires entraîné de ce fait.






Répondre
D


Bonjour B-58. C'est tout à fait exact, Frascati a été racheté par la C.I.M. En vu d'y loger une partie des passagers pour les U.S.A., les plus riches, une autre
partie de ces voyageurs, dits de 2ème et 3ème catégorie, seront logés dans des baraquements construits par la C.I.M. sur le plateau de la Hève à sainte adresse.


De ce fait, l'architecte Mitiflot donnera un cachet de grande classe à l'hôtel avec la construction d'un nouveau hall d'accueil de 22 mètres de coté, muni d'une
large marquise pouvant abrité les automobiles venant déposer les clients. D'autres aménagements intérieurs seront réalisé afin que l'hôtel soit parmi les plus huppé de France.


Bonne journée b-58 !



M


S'il en était resté quelques traces encore debout actuellement, comme le reste, nous nous serions empressé de les détruire.



Répondre
D


Salut Yak. Là je ne peux que t'approuver, avec la "démolite" aigüe" de nos élus, c'est sûr que les restes de cet hôtel aurait été vite déblayés, surtout que bien
souvent il n'y a pas besoin qu'un bâtiment soit en ruine pour le "déconstruire" !


Bonne journée l'ami !



B


Salut DAN


L'affiche est superbe, c'est vraiment typique des publicités et autres réclames de l'époque.


Je suis d'accord avec toi, quand tu dis, que tu préfères Frascati 3.


Le gros batiment construit au milieu du N°4, me rappelle la transformation de France à Norway. Agrandir ne veut pas dire embellir.


En parlant de France, j'ai vu des images sur C+ du prochain France, à sortir en 2015, il est à vomir.


 


Bonne semaine


A+



Répondre
D


Salut Boboce. Cette affiche est vraiment superbe pleine de couleurs chatoyantes et reflète bien l'ambiance de cette "belle" époque. Le bâtiment par contre,
présentait un mélange de style pas très heureux, surtout sa dernière transformation vraiment trop massive par rapport à l'ensemble de ce qu'il y avait déjà.


Il n'est pas toujours souhaitable de "relooker", soit un bâtiment, un paquebot ou autre, on doit forcément "casser" une ligne conçue au départ d'un seul tenant, lui
rajouter des éléments plus ou moins disgracieux l'enlaidi presque obligatoirement. L'exemple du France est là pour le démontrer, mais on pourrait en prendre d'autres .
Quand au "nouveau" France j'ai eu l'occasion de le voir en photo de synthèse là il faut bien reconnaitre que c'est un ratage complet, cela me fait penser à une
phrase dite par je ne sais plus qui à propos du Spitfire, il vole bien parce qu'il est beau. Pour le "nouveau" France espérons qu'ils s'inspirent de cet réflexion !


Bonne journée boboce !



P


Merci pour cet article intéressant.
Si cet hîtel serait encore en place ça nous ferait drôle ce mélange de style.
A bientôt DAN.



Répondre
D


Bonjour Pierre. On peut imaginer comme je l'ai fait avec les photos, mélanger les styles différents, déjà que l'hôtel Frascati était un mélange de styles, mais s'il
avait survécu c'est sûr qu'il aurait tranché par rapport au style Perret environnant !


Bonne journée et à bientôt  Pierre !



O


 


Ce sont les parisiens qui disent encore Le Hâvre ! en insistant sur l’accent circonflexe. Le Havre prononcé comme navre….ça m’a
toujours navré !


Par contre, les habitants ont toujours dit : Le Hav’, avec un A très ouvert. Ouvert sur la mer, ouvert sur l’horizon…..


………………..


Ce casino Frascati m’a toujours semblé aussi léger qu’un décor d’Hollywood et pas joli-joli, en plus ! Il me fait penser à une
grosse caserne. Par contre, me souvenant de Marie Christine, aimable édifice,  dans le style et les matériaux « Dufayel » je trouve sa disparition dommageable. Pas celle de
Frascati éternel cheval boiteux du tourisme havrais.


Otto.


 



Répondre
D


Bonsoir Otto graf. Pour le bâtiment par lui même, ma préférence va au 3ème du nom avec ses deux ailes en briques rouges et son salon central. Ensuite, avec
l'agrandissement il avait perdu de sa distinction pour gagner en volume, mais le casino Marie Christine construit par Gustave Rives en 1910 le dépassait largement en élégance. Sa disparition est
toujours un regret pour tous les Havrais dont je fais parti, l'ayant connu, et là ce n'est pas la guerre qui l'a fait disparaitre, mais une question de gros sous !


Bonne fin de soirée Otto Graf ! 



A


Quel majestueux édifice !



Répondre
D


Bonsoir Anne. N'est-ce pas qu'il était magnifique, j'aurais aimé le connaitre, j'aimerais qu'il soit encore là, de toute façon j'aime à en parler !


Bonne fin de soirée Anne ! 



L


Alors, c'est toi le moustachu sur l'affiche ?



Répondre
D


Salut Louis. Bigre, si c'était moi sur l'affiche, je me demande quel âge j'aurais aujourd'hui. En tous cas c'est un joli graphisme il 'y a pas de doute !


Bonne fin de soirée chez Roger ou ailleurs !



J


Après plusieurs tentatives pour remettre l'établissement en route la dernière guerre en a décidé autrement c'était un endroit fréquenté par la haute société un bord de mer très convoité de
l'époque encore une fois la superposition est excellente


Bonne soirée



Répondre


Bonsoir Jean-Paul. Quand on lit l'histoire de cet hôtel ce n'est que succession de fermetures et de ré-ouvertures, évidemment la guerre a mis un point final à cette
histoire. Quand au bord de mer  longtemps il a été considéré comme militaire avec interdiction d'y construire quoi que ce soit en "dur", ensuite, et comme partout sur le littoral Français,
le bord de mer a été très très convoité à tel point qu'il a fallu faire une loi pour que l'on préserve quelque peu ce dernier espace sauvage. Mais là je sort du sujet. Merci de ta visite l'ami et
à très bientôt j'espère !



T


Une histoire passionnante que tu viens de nous raconter ici, même si pour nous havrais, les grandes lignes ne nous étaient pas étrangères. Moi aussi j'aurai bien vu cette batisse encore à l'heure
actuelle sur notre frond de mer.


Merci, Dan, un excellent reportage comme tu sais si bien le faire.



Répondre
D


Bonsoir Thierry. En effet, quel Havrais n'a pas entendu parler de cet hôtel, quel que soit notre génération, mais il faut faire attention dans ce domaine, car les
choses désormais vont très vite , et on oublie très vite aussi. Alors de temps à autre il est bon de rappeler notre histoire !


Bonne soirée Thierry ! 



E


Là c'est vraiment l'histoire d'un hôtel à épisodes... Fascinant ! C'est vraiment formidable d'avoir pu reconstituer toute l'aventure de cet édifice. L'impératrice Sissi était une grande sportive,
elle devait apprécier l'air cinglant de la côte ! Encore un bel immeuble qu'il est dommage de n'avoir pas pu conserver, il devait avoir beaucoup de charme. Bon dimanche Dan et merci pour ces
retours en arrière dans ta ville.



Répondre
D


Bonjour Éva. Je te répond en écoutant "la" chanson de montant .


En voila un artiste qui aurait pu venir dans ce prestigieux hôtel si celui-ci était encore debout.
Je ne connais pas la vie de l'impératrice Sissi, mais si elle venait dans cet hôtel pour profiter de l'air marin, là elle était servi !


On aurait pu conserver cet établissement, encore aurait-il fallut que les bombardements ne le démolisse en partie, et s'il ne pouvait plus servir d'hôtel, il aurait
pu servir de musée. L'histoire en a décidé autrement !


Bon dimanche à toi aussi Éva !  



P


salut mon pote,


C'était vraiment un bel et imposant édifice !!


et bien entendu que j'aurais aimé déambuler dans cet endroit avec mes potes (chapeautés ou non ...) et à défaut de blogs, je pense que nous aurions souvent fréquenté les salons de
conversation !!!.......


merci encore et toujours pour tes articles de qualité !!!


à mardi !



Répondre


Salut mon pote. Pour en avoir parlé quelque fois ensemble, je savais que tu aurais aimé voir cette époque. Quant au salon de conversation, là il faut bien
reconnaitre que l'on a nul besoin d'un tel établissement pour la pratiquer, la rue peut très bien nous convenir ! 


Merci pour les articles et à mardi Phyll !



B


Bonjour, maintenant que le mystère du petit cahier noir des programmations est résolu, c'est le moment pour une fois de l'utiliser donc voilà la première page concernant le Frascati.


" />



Répondre
D


Bonjour B-58. Je pensais bien qu'à un moment donné vous interviendrez dans l'histoire de Frascati, histoire qui est fortement lié à celle du casino Marie-Christine
comme je ne vous l'apprends pas. Voila donc une archive de plus pour cet hôtel prestigieux, archive que nos lecteurs pourront ainsi voir grâce à vous, et ils apprendront pas la même occasion le
nom du directeur des deux casinos, car je précise à ceux ne connaissant pas cette histoire, que les deux casinos ont eu un directeur commun à une époque, monsieur Vivier ! 


Bon dimanche B-58 !



M


Salut Dan


Un regard encore fort bien reussi qui permet de voir et de comprendre ce que l'hôtel a pu représenter avant sa disparition total...!


L'affiche est excellente et prouve bien qu' à l'époque il était possible de réaliser des petits chef d'oeuvre ...!


Merci pour ces moments d'histoires !


Marco



Répondre
D


Bonjour Marco. L'affiche est un vrai régal, j'aimerais en avoir une reproduction en taille réelle mais bon ne rêvons pas.
Mon père déjà, bien que n'ayant jamais fréquenté cet hôtel, m'en parlait comme de quelque chose de grand et de typique au Havre, il a dû marquer les mémoires de nos
anciens, c'était tout de même un bâtiment parmi les plus grands  à l'époque au Havre.


Bon dimanche l'ami !



C


Sissi au Havre, la classe !


 


Et sinon, en quelle année et pourquoi on a abandonné l'accent circonflexe sur le A du Havre ? À moins que ça ne soit qu'une faute de frappe dans l'affiche.



Répondre
D


Salut Fiston. Eh oui Sissi au havre, mais il n'y a pas eu qu'elle, il y a eu aussi Sarah Bernard entre autres.
Pour l'accent circonflexe sur le "a" du Hâvre, ce n'est pas une faute de frappe sur l'affiche, mais bien l'orthographe du nom de la ville à cette époque. Notre ville
a connue plusieurs noms et orthographes, ainsi sommes nous passé de Franciscopolis, à Le Hâvre de grâce, puis le Hâvre Marat, sous la révolution, pour revenir au Hâvre avec l'accent, accent que
nous avons perdu progressivement pas l'usage pour écrire maintenant LE HAVRE tout simplement !


A toute à l'heure fiston !



P


Un grand Bravo à vous deux pour ce superbe reportage... ça avait d'la gueule, tout de même cet Hotel Frascati et cette " Belle époque " qui ne l'oublions pas se termina dans la boue et le sang,
la boue sanglante des tranchées de 14/18... tout a une fin... mais revenons à nos moutons et cette superbe affiche annonçant, notamment une prometteuse " Grande Sauterie "... Sissi, jl'ai lu...
et toutes ces belles se promenant sur les quais sous grands chapeaux et ombrelles accompagnés de messieurs avenants également chapeautés, comme nous mes Amis potavrais... et le spectacle de la
mer recouverte jusqu'à l'horizon de voiliers magnifiques... pas étonnant que ma Grand-Mère ait eu la nostalgie de cette époque au point de ne plus vouloir sortir de chez elle après les
destructions de la seconde guerre mondiale.


Bonne journée mes Amis et encore un grand Bravo pour votre remarquable travail...


 



Répondre
D


Bonjour père Cantoche.  Ah ça oui que ça devait avoir "de la gueule" un hôtel comme ça, mais tu rappelles que c'était aussi une époque où la boucherie n'avait
pas encore commencée. C'était, comme on l'a appelé, "la belle époque", mais certainement pas pour tout le monde.


Pour le terme "Grande Sauterie" , là aussi il faut remettre ce mot dans le contexte de l'époque, il est sûr que de nos jours voir une telle phrase aurait de quoi
interloquer. Je pense que tu es comme Phyll et moi qui aimerions nous promener (avec nos galures bien entendu) dans cette époque et voir toutes ces belles dames et beaux messieurs dans leur
costumes et robes chatoyantes.
Merci pour le boulot Thierry, bon dimanche  et à mardi !



J


Bonjour


L'affiche est magnifique et ses belles couleurs reflètent une véritable joie de vivre. On y lit même le mot "conversation". Quelle différence avec les hôtels de chaîne d'aujourd'hui. Il y
désormais des établissements où il suffit de mettre sa carte bleue et de repartir le lendemain sans avoir vu personne !


Je vous conseille le documentaire télévisuel sur l'hôtel Eden Roc à Antibes, un des derniers palaces ouverts en France qui rappelle cette "époque.


Amicalement


 


 


 


 


 


 



Répondre
D


Bonjour Jean-Michel. Moi aussi ce mot conversation ma "interpelé", aujourd'hui on ne l'utiliserait pas de cette manière, il voulait simplement dire qu'il était
agréable de parler entre clients de l'hôtel de tout et de rien sans doute, la convivialité n'était pas un vain mot à cette époque.
Pour retrouver cette "ambiance" grand siècle dans les hôtels, il est certain qu'il ne faut pas aller dans les hôtels où il n'y a pratiquement plus de personnel, mais
encore faut-il en avoir les moyens.
Pour le documentaire sur "l'Eden Roc", c'est noté !


Bon dimanche jean-Michel ! 



G


Merci pour cette remise en situation d'une époque inconnue pour nous.


Il manque vraiment un établissement de ce type en bordure de plage



Répondre
D


Bonjour GL. Quel dommage que le casino Marie-Christine ait été démoli, car voila le type d'établissement qui aurait pu remplacer avantageusement l'hôtel Frascati.
Mais le sort en a décidé autrement et aujourd'hui nous sommes plusieurs à regretter ce type de d"établissement au bord de mer !


Bon dimanche GL !



B


Bonjour Dan,


Excellente deuxième partie de l'histoire du Frascati avec une série de photos et cartes postales de choix... un coup de coeur pour l'affiche qui est superbe.Un reportage clair et net..
avec le "ici et là" un joli retour sur les digues qui aide à mieux situer l'endroit.


Merci à toi et à l'ami Nicéphore pour cette très belle présentation.


Bon dimanche.



Répondre
D


Bonjour Buddy. L'affiche est vraiment très belle, quand monsieur valletoux me l'a envoyé, j'ai tout de suite changé ma mise en page afin qu'elle se trouve en tête et
qu'elle apparaisse sur le sommaire.
Il était nécessaire que je fasse un retour sur l'histoire des digues, sinon pour ceux n'habitant pas au Havre et ne connaissant pas son histoire, il aurait été
difficile de comprendre certaines photos par rapport aux miennes.


Je te souhaite aussi une excellent dimanche Buddy ! 



B


Comme d'habitude, un article excellent.
Très bon dimanche.
Amicalement.



Répondre
D


Bonjour Binchy. Merci pour ton commentaire qui fait toujours plaisir, je te souhaite également un excellent dimanche, ensoleillé si possible  !