La rue Faidherbe (2) G-8 sur plan

Publié le par DAN

 

Cette ancienne rue havraise, proche du port, était naturellement fréquentée par les marins mais également par les havrais venus trouver ici quelques distractions. C'est pourquoi au XIXe siècle et première moitié du XXe seront créées des salles de théâtre et cafés-concert. Parmi ces derniers celui d'Emmanuel Jacobs,«Le Star» en 1880, qui verra la visite de Toulouse Lautrec. Cet établissement cessera son activité pour devenir une brasserie.

Toujours dans cette artère, en 1886 messieurs Adderley et Wilson ouvrirent «la Gaité» avec un spectacle du type music-hall. Mais suite à différentes «nuisances» cet établissement devra fermer. Racheté et réaménagé par madame De Knoop, le local devint «La Scalla», dont la réputation se propagera au delà du quartier Saint François.

D'autres établissements, comme le «Tivoli» au 7, que nous pouvons voir sur la carte postale, ou le «Wilson» au 39, feront les beaux jours des noctambules fréquentant la rue Faidherbe. Aujourd'hui, après la période de la reconstruction, dont nous voyons une phase sur la photo de la collection Nicéphore, ce sont surtout les restaurants qui invitent les touristes et Havrais à venir dans cette artère.


Faidherbe ALG (3)La rue Faidherbe, vers le bassin du Roi, au début du XXe siècle. Collection P. Alinand.

 

 


Faidherbe ALG (2)Le même point de vue en 2014. photo DAN.

 

 


rue Faidherbe signéeLe Tivoli visible sur la gauche de cette carte postale (ici nous sommes dans le sens contraire des photos précédentes. collection DAN.

 

 

 

Bassin du Roi ALG signéePresque le même point du vue, mais de l'autre côté de l'anse notre-Dame  pendant la reconstruction. Photo Collection Nicéphore.

 


 

rue Faidherbe signée (2)Le même point de vue que l'ancienne carte postale, en 2014. photo DAN.

 


Faidherbe ALG (1)Un autre aspect de cette rue un peu plus loin que le "Tivoli". Collection P. Alinand.

 

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Merci de votre visite.

Commenter cet article

marc georges 05/12/2014 21:21


La SCALA était au 19 de la rue, pour LA GAITE, pas de numéro, mais mentionnée comme Rue ROYAL EN JANVIER 1889.

DAN 05/12/2014 22:58



Bonsoir Marc,
La rue Royal était un des noms qu'a porté l'actuelle rue Faidherbe, donc c'est bien dans cette artère qu'était situé la GAITE qui devint la Scalla.
J'ai regardé sur un plan ancien (environ 1920) et j'y ai trouvé l'emplacement de ces établissements comme ils étaient du côté impair et que sur les cartes postales la rotonde y est aussi, on peut
donc supposer que c'est bien La Gaité devenu  La Scala qui figure dessus. Voici l'extrait du plan cité plus haut :



Bonne fin de soirée Marc


 



marc georges 03/12/2014 18:09


Juste une question : je me demandais ; la retonde que l'on aperçoit, est-ce LA SCALA OU LA GAITE ?


Peut-être un autre établissement.

DAN 03/12/2014 19:57



Bonsoir marc,
Avant de te répondre j'ai regardé attentivement les photos de cette époque représentant cette rue, et sur aucune malheureusement on ne peut lire l'enseigne si toutefois il y en avait une, donc je
ne pourrais pas te dire si c'est "La Scala", "La Gaité" ou un autre établissement. De plus comme tu as pu le lire dans mon article, les établissements se sont succédés avec différents
propriétaires et sur plusieurs époques, résultat il faudrait rechercher dans un Micaux l'adresse avec le numéro précis de l'établissement en question, et voir sur des plans où ils se
situaient.
Voila, désolé de ne pouvoir en dire plus.
Bonne soirée Marc !


 



marc georges 02/11/2014 18:38


Je pense que c'est peut-être la rue la plus cinématographique du Havre, car après le pré-cinéma, on tourna aussi "LES PAUMEES DU PETIT MATIN" de Jean Rollin en 1981 devant le bar qui a le nom de
St Tropez aujourd'hui.


 

DAN 02/11/2014 18:47



Bonsoir Marc,
Alors ce doit être une de tes rues préférées si je comprends bien
C'est vrai que cette rue a vu beaucoup de tournage de film, il y en a un qui me vient en tête "Un homme marche dans la ville". Celui-ci je l'ai en DVD tellement il est formidable. Mais qu'il y en
eu d'autres n'est pas pour me surprendre.
Bonne soirée Marc


 



marc georges 30/10/2014 18:38


Après le pré-cinéma, le post-cinéma puisque l'on est en numérique, l'épisode 5 "LA NUIT DU NAIFRAGE" de la série "DEUX FLICS SUR LES DOCKS" a été tourné dans cette rue au bar faisant le coin,
face aux vendeurs de poissons. Pour "QUATRE GARCONS DANS LA NUIT" (du même réalisateur), le commissariat de police fut reconstitué dans l'ancienne VENTE AUX POISSONS, dont on espère qu'un jour on
en fera quelque chose avant de la raser. 


Pour les photos de tournage : voir JM HAREL.


Pour ceux qui n'y seraient pas encore allés, l'exposition sur 14/18 au Musee d'Harfleur se termine le 11 novembre, se renseigner pour les visites guidées car il y a des Bonus (dans le grenier).
On y apprend beaucoup sur le plateau de Caucriauville à cette époque.


Pour ceux qui achètent sur Delcamp, le vendeur dit pro "TOPGRAVURES" encaisse et n'envoie rien.


La grande collecte sur 14 à repris, se méfier car les documents prêtés et scannés tombent automatiquement dans le domaine public et n'importe qui peut se servir des docuements, sans en avertir
les propriétaires et donner un crédit. Mais chacun fait ce qu'il veut.

DAN 30/10/2014 19:00



 


Bonsoir Marc,
voilà beaucoup d'informations dans ton commentaire. Pour deux flics sur les docks j'avais remarqué qu'il avait reconstitué le commissariat dans le quartier de l'Eure, les images sont
significatives.
Pour le musée d'Harfleur c'est noté.
Pour Delcampe ma foi je ne connais pas ce vendeur et n'ai jamais eu à faire avec lui, de toutes façons cela n'aurait été qu'une fois s'il n'envoie pas la commande.


Pour la collecte sur 14-18, ma foi je suis partagé, il faut bien que les jeunes générations puissent se faire une idée précise de ce fait historique et ceci en entrant dans le détail, autrement
dit un diffusant les documents personnels que l'on peut avoir, de l'autre je n'aime pas beaucoup que certaines personnes puissent en tirer profit, là j'avoue ne pas savoir ce qu'il faudrait faire
pour satisfaire tout le monde car au final si c'est pour perdre tous ces documents lors d'une succession c'est pas une solution non plus, bref il faudrait réfléchir à la question. 


Merci pour toutes ces infos et bonne soirée Marc.


 



marc georges 29/10/2014 15:13


Puisque l'on parle des personnes sur les photos, il semble que le personnage au premier plan tient à la main un étui d'appareil photos : il s'agit peut-être d'un touriste ?


Concernant le "THEATRE-CONCERT LA GAITE", sur un document de 1889, à son entête, il est toujours mentionné "RUE ROYALE" sans numéro. En Janvier 1889, le directeur en est M. E. ROSAY (sauf erreur
de déchffrage).


A cette époque, il reçoit un spectacle conséquent de projection de LANTERNE MAGIQUE, animé par EUGENE-LOUIS DANGUY, sous le titre "DIAPHANORAMA" (il s'agit d'un système de projection à trois
objectifs qui permettent, par des fondus enchainés de donner l'illusion du mouvement). Cet excellent photographe et technicien sera le photographe officiel de l'enterrement de victor Hugo.


Ce spectacle (ancètre du cinéma) avait un grand succès, relaté par les journaux du Havre de l'époque.


Avec un autre programme,il  avait déjà été diffusé en 1882 et 1882 à 'ALCAZAR du Havre (rue Thiers).


Il s'agira, sans doute, de l'une de ses dernières prestations, car Dranguy décede la même année que sa représentation à "LA GAITE".


On s'intéresse beaucoup à certains photographes qui vinrent au Havre, mais ces prestations de spectacles (qui constituent pourtant le "Pré-cinéma" au Havre) semblent totalement ignorées.


 


 


 

DAN 29/10/2014 16:35



 


Bonjour Marc,
S'il s'agit d'un appareil photo que l'homme tient dans sa main, je n'avais aucune chance de le deviner, je pensais plutôt à un paquet de petits cigares.
La rue Faidherbe a changé et porté plusieurs noms dont celui de rue Royale, donc là il n'y a rien de surprenant. Par contre, et vu ta spécialité les lanternes magiques, c'est très intéressant de
savoir que ce monsieur Eugène Louis Danguy est venu faire des projection ici mais aussi à l'Alcazar rue Thiers. En effet les premiers photographes du Havre et leur photographie sont bien connus,
il nous manque un historien du 7ème art, aussi si un jour te prenait l'envie de raconter quelque peu cette histoire, mes colonnes te sont grandes ouvertes.
En tout cas merci pour cet éclairage concernant le «pré-cinéma» et à bientôt Marc. 


 



l'père Cantoche 22/10/2014 17:42


Moi, ce qui m'intéresse le plus, que dis-je, ce qui me fascine le plus en regardant ces photos, ce sont les personnages qui évoluaient dans un autre Monde, une autre époque et que ce Monde peuplé
de ces vivants aujourd'hui disparus existe toujours, lui, mais sous une autre forme, un autre aspect, avec nous comme vivants, également de passage, éphémères papillons qui quitteront aussi la
scène alors que le Monde continuera sans nous lorsque nous nous y serons brisés les ailes... ce Landru barbu et chapeauté devant ce tramway est plus vrai que nature, sans doute un négociant,
un commerçant, un notaire ou quelque riche homme d'affaire en goguette cherchant non point à brûler une victime féminine à moitié consentante mais plutôt une aventure coquine dans un
quartier propice aux plaisirs brûlants...


 

DAN 22/10/2014 19:07



 


Bonsoir l'père cantoche,
fascinant est bien le mot, j'imagine toujours me promener dans le Havre à la rencontre des fantômes qui le peuple, et ce qui me passionnerait ce serait de voir comment ces personnages vivaient du
point de vue social, comment se comportaient-ils comment parlaient-ils, bref comment vivaient-ils ? Peut être toi et moi connaitrons la réponse à nos questions, mais pas tout suite m'enfin, on
n'est pas pressé que diantre.
Ce que l'on peut dire sans trop se tromper à propos de ce «Landru» c'est qu'effectivement ce devait être un notable vu les vêtement qu'il porte, quant à savoir et connaître ce qu'il venait faire
dans ce quartier un peu «chaud», c'est bien connu, ce sont ces types de personnages qui venaient s'encanailler essayant d'oublier leur vie sans doute très occupé par leur travail !


Bonne soirée Thierry ! 


 



Papy Scham 21/10/2014 18:56


Bonsoir Dan


Grâce à tes superbes vues récentes, on peut s'apercevoir que certains quartiers ont littéralement changé. Les anciennes cartes sont intéressantes: beaucoup de marchands de vins, bière, des
cafés... remplacés de nos jours par des restaurants. On dit bien que "la bouffe", cela marche toujours. Excellent article à nouveau.


Bonne soirée.


Amitiés: papy Scham

DAN 21/10/2014 19:30



Bonsoir Papy Sham,
Ce quartier a en effet complètement changé, et ce qu'il y a d'intéressant avec lui c'est qu'il a gardé peu ou prou sa trame originelle, ce qui facilite grandement les comparaisons entre ces deux
époques que sont l'avant et l'après guerre.
De plus c'était avec le quartier Notre-Dame (à une encablure d'ici) le quartier le plus animé puisque proche des quais. Tout ceci se conjuguant pour donner à ces quartiers une animation qu'il est
difficile de retrouver aujourd'hui.
Bonne soirée Papy Scham


 



phyll 20/10/2014 15:27


Re,


bon, tant pis, j'le fais :


-" il vaut mieux une rue Faidherbe qu'un champ fait de goudron !! "


voilà...... j'te laisse méditer !!...... 


à+ poto !

DAN 20/10/2014 15:52



 


Je médite Phyll, je m'édite, c'est comme dans la rue Denfer Rochereau qui est pavée de bonnes intentions...bon je te laisser méditer à ton tour, car je ne voudrai pas me retrouver mes dix ans
sans méditation ! ! 


@ + poto !   



jeanpaul76 19/10/2014 22:31


Salut mes amis


un sujet ou plutôt un quartier que je photographie de jour comme de nuit, bon ! oui la nuit avec une méfiance légendaire . Voilà un quartier mal mené suivant les époques, maintenant
l'activité n'est plus au top des années dites glorieuses . ce quartier s'est orienté plus vers la restauration que le commerce de bar, soit dit en passant le cours de la république côté gare
subit le même sort non ! ces deux quartiers étaient voués à la vie nocturne et aux plaisirs, je vais me calmer ! il y a aux havres des quartiers catalogués peut-être justifié . merci pour les
commentaires apportés à ce quartier chacun comprendra pourquoi j'aime m'y balader, il y a des gens sympas, pêcheur et parfois Breton .


 Kenavo les copains 

DAN 19/10/2014 23:03



Bonsoir Jean-Paul,
Un quartier mal mené tu l'as dit, bien qu'ici on ait gardé quelques "spécimens" de l'architecture ancienne, et même que s'y trouve la plus ancienne maison du Havre datant du XVIIIe siècle rue de
Bretagne, sans oublier bien sûr la maison de l'armateur et celle des Dubocage de Bléville. Mais c'est vrai qu'au cours de la dernière guerre il a bien "morflé" aussi. Sa reconstruction diffère du
reste du Havre ce qui confère à ce quartier un aspect quelque peu différent de ceux reconstruit par Perret.
Tu as raison d'évoquer également le quartier de la gare, car c'était aussi un endroit un peu "chaud" au sortir du conflit mondial, toi comme moi lorsque nous étions enfants avons été "bercé" par
bon nombre d'histoires se passant dans ces deux quartiers, leur réputation n'était pas usurpé au contraire.
Et tout comme toi j'aime m'y balader ne serait-ce pour voir toutes ces maisons anciennes qui me plongent dans le passé que je n'ai pas connu, mais bon, on ne peut être et avoir été !
Kenavo Jean-Paul j'espère prochainement !


 



tce76 19/10/2014 21:31


Dan, salut


Que de changement d'enseigne dans tes explications !


C'est comme aujourd'hui, il faut voir le nombre de magasins fermés.


Bonne semaine.

DAN 19/10/2014 22:51



Bonsoir Thierry,
Finalement il n'y a pas grand chose de changé sous le soleil, les commerces et autre lieux conviviaux ferment les uns après les autres, tout comme ceux aujourd'hui, sauf qu'à cette époque sitôt
qu'un fermait un autre ouvrait, pas sûr qu'aujourd'hui on puisse dire la même chose des commerces fermés ?
Bonne fin de soirée Thierry !



Delerue 19/10/2014 20:28


Dernière photo : Landru au Havre  Bigre....

DAN 19/10/2014 20:45



 


Dommage que ce soit une photo en noir et blanc, sinon on aurait vu sa barbe bleue...



marcopolo76 19/10/2014 18:40


Salut Dan et Nicé


Une belle illustration de l'époque avec ces cartes postales et photos...


Bravo pour celle de 2014 avec la belle analyse de la perspective !


 

DAN ET NICEPHORE 19/10/2014 18:49



Bonsoir Marco,
Venant d'un photographe tel que toi, ta remarque au sujet de la perspective ne peut que me ravir. Il est vrai que je recherche le même point de vue que les photographes anciens, donc mon regard
est forcément influencé par le leur !
Bonne soirée Marc !


 


Bonjour à toi Marco et toujours au plaisir de te lire. Amicalement. NICEPHORE.



phyll 19/10/2014 18:25


salut mon pote,


voici une des rues les plus célèbres de notre cité !! avant, on y allait pour boire (plus ou moins selon les individus) et maintenant on y va pour manger (souvent plus que
moins !!...) 


quant à l'homme au chapeau, je pense comme toi qu'il doit tenir un étui à cigares....... car je ne pense pas qu'il s'agisse d'un "smartphone" !!!..... 


bonne fin de journée DAN, bises à MJ et à + ! 

DAN 19/10/2014 18:45



Salut mon pote,
Je n'ai pas pu m'empêcher de rire à la lecture de ton commentaire. En effet il aurait été très très bizarre qu'il y eu de smarphones à cette époque.
Comme moi donc tu penses qu'il s'agit d'un étui à cigares. J'ai agrandi la photo d'origine pour voir de plus près ce qu'il pouvait en être, mais rien à faire, aucun signe distinctif n'est lisible
sur cet "étui" donc on s'en tendra là pour le moment.
A propos d'y aller pour manger, voila une excellente suggestion que je met dans un coin de ma mémoire
A bientôt  Phyll !



E.C. 19/10/2014 17:39


Bonjour Dan ,encore une belle iconographie(merci aussi à Nicéphore).Je regardais dans le"dictionnaire historique des rues du Havre",l'historique de cette rue:elle s'est appelée rue
Royale,puis rue des Volontaires,puis ,à nouveau ,Royale,puis,successivement: Liberté,Volontaires,Royale...puis le 16/10/ 1889 rue.Gal.Faidherbe;que de changements de régimes
!Curieusement,je vois également que le 06/10/1889,la rue du Docteur Velpeau,à Sanvic,s'est appelée rue Faidherbe,redevenue Velpeau en 1956.Y aurait-l eu 2 appellations de rues Faidherbe en même
temps? Mais ceci n'a que peu d'intérêt par rapport à la vraie vie de la rue Faidherbe actuelle ,que vous expliquez.Merci et toutes mes amitiés.E.C.

DAN 19/10/2014 17:51



Bonsoir monsieur "C"
Cette rue a en effet changé plusieurs fois de noms, c'est une rue qui d'ailleurs semble détenir une sorte de record, mais ouf les choses sont figées dorénavant.
les noms changent et parfois les hommes sont oubliés, s'agissant de la rue Alfred Velpeau (la célèbre bande) sans doute ont-ils changé son nom pour celui de Faidherbe plus connu à cette époque et
peut être aussi plus prestigieux (quoique). Si en 1956 le nom est de nouveau changé, là c'est pour une question pratique, car en 1955 Sanvic a été annexé au Havre et, de ce fait devenait un
simple quartier de notre ville, alors il ne pouvait y avoir deux rues portant le même nom dans la même ville d'où ce changement d'appellation pour celle de Sanvic !
Bonne fin de journée monsieur "C" et à bientôt peut être ?


 



La serveuse du star par Toulouse-Lautrec 19/10/2014 12:57


Merci pour la chanson ! Je mets en lien le tableau de la barmaid du "star" par Toulouse-Lautrec : Miss Dolly. Le tableau se trouve au musée d'Albi. Il pourrait être utilisé par le
quartier Saint-François pour mettre en valeur cette partie de la ville !

DAN ET NICEPHORE 19/10/2014 13:08



Re bonjour Jean-Michel,
Extraordinaire ton lien, je te remercie vivement de nous l'avoir communiqué, les lecteurs curieux (ils le sont tous à mon avis) cliqueront sur le lien nous conduisant à cette page du musée
d'Albi. Là il pourront voir un tableau réalisé au Havre avec le talent de cet artiste qu'était Henri de Toulouse-Lautrec
Merci beaucoup Jean-Michel !


 


Le tableau a même fait l'objet d'un timbre dans les années 60, les amis Jacques et Bernard apprécieront ! Amicalement. NICEPHORE






eva 19/10/2014 12:43


ay ay ay ! il faut être havrais pour retrouver les lieux dans ces ambiances tellement différentes... Tes cartes postales anciennes sont bien belles, mais les nouvelles photos ne feraient pas une
carte postale à o,10ct !... bon dimanche Dan !

DAN 19/10/2014 12:58



Bonjour Eva,
C'est vrai qu'entre ce qui était hier et ce qui est aujourd'hui, est tellement différent qu'il est difficile de s'y retrouver surtout pour ceux qui, comme toi, ne sont pas havrais cela doit être
plus compliqué encore. Mais sans aller chercher plus loin le fait que je fais mes photos au même endroit que celles d'antan, montre bien les énormes changements intervenus entre-temps !
Je te souhaite un bon dimanche Eva, ici le soleil joue les timides !



otto graf 19/10/2014 12:32


 


 Ca carbure !!!.............


Ce mot « star » utilisé par MacOrlan dans ce joli poëme nostalgique m’a toujours beaucoup intrigué. Est il local ou plus
général ? Local, je pense.


Un sens a été donné à ce mot (que je n’ai pas non plus dans mon dico d’argot) qui tiendrait la route, sans pour autant le savoir
exact.


Dans l’argot militaire ou naval, une salle de police, une salle d’arrêt, bref, un endroit pénitentiaire provisoire (on dit
aujourd’hui, dans un sens voisin : salle de dégrisement) est appelé le star (comme on dirait aussi : le gnouf).


Par dérision, les navigateurs de l’époque pouvaient facilement faire une analogie humoristique entre les deux endroits où l'on
demeurait un temps assez long.


Une star est aussi une femme, dans l’argot du cinema, du spectacle, en général, devenu nom commun. Là aussi, un rapprochement de
signification est faisable.


Chacun sait que les cafés de nuit tenus par une femme ou des femmes sont plus fréquenté que les autres.


On sait aussi – de façon certaine -  que les serveuses de brasseries (à Paris),
avant1914,  étaient des personnes jugées « légères », même si seulement certaines pouvaient rendre d’autres services après le travail.


 

DAN 19/10/2014 12:49



Re-bonjour Otto,
J'aime beaucoup ce commentaire qui apporte une information au sujet du mot "Star" que notre ami Jean-Michel a mentionné. Votre explication me plait bien et est plausible, l'origine de certain mot
étant tellement bizarre parfois.
Moi je connais l'expression "Star" concernant les vedettes de cinéma , par contre je ne savais pas que les établissements tenu par des femmes étaient plus fréquenté, j'ai toute une éducation à
refaire me semble-t-il ? Quant à savoir ce qu'elles faisaient après les heures de  boulot
on ne peut leur reprocher d'arrondir leur fin de mois avec leurs... rondeurs !
Bon dimanche Otto


 


 



Christian Richer 19/10/2014 11:27


Epaté de voir, sur la dernière photo, que la Brasserie de Nancy existait déjà !

DAN ET NICEPHORE 19/10/2014 12:01



Bonjour Christian,
Là je t'avouerai que je ne savais pas qu'il y avait brasserie de Nancy actuellement, ceci dit est-ce le même établissement qui aurait perduré depuis cette époque ? Là, une recherche dans les
guides commerciaux sur un siècle s'avère nécessaire pour apporter une réponse exacte. Toujours est-il que si cela s'avérait vrai ce serait un des plus ancien établissement havrais encore en
activité !
Bon dimanche Christian !


 


Pas étonnant que Dan ignore la brasserie de Nancy, il a horreur de la bière ! Amicalement. NICEPHORE



otto graf 19/10/2014 11:17


Sauf erreur, les 2 véhicules, tram et omnibus hippo (à g.) appartiennent à la compagnie d’exploitation de transports publics.
L’omnibus fait penser aux « chars à bancs » faisant la liaison entre la Gare, à l’arrivée ou départ des trains,  et certains hôtels de
voyageurs.


Le modèle du tram’ est antérieur à celui que l’on rencontre sur la plupart des autres photos ou c-p. On est donc là autour de 1900, ou
un peu avant. On peut se demander ce que tient dans sa main gauche le monsieur au melon ? et s’il n’est pas un responsable dans la Cie en ajoutant ici l’hypothèse d’une prise de vue
pour la mémoire de l’entreprise. Il me semble que dans la tradition de la c-p on cherche plutôt à présenter des groupes, un peu éloignés de l’objectif,  plutôt qu’un homme en premier plan.


Sur ces c-p comme sur la plupart des autres, il est frappant de voir l’animation des rues. On en a parlé souvent ici autour de la vie
sociale du Havre (et d’ailleurs aussi).


Ce quartier vit maintenant la nuit, surtout, et on y a vu un certain nombre d’établissements ( bars + ou – discrets et sélectifs), plutôt minables.


Otto.

DAN 19/10/2014 11:53



Bonjour Otto, ravi de vous revoir ici,
Cette photo a du être prise peu avant 1903, année où les tramways adopteront définitivement la teinte jaune crème et ce jusqu'en 1951. A cette époque donc les compagnies d'omnibus et celles des
tramways coexitaient. Ici nous avons un omnibus de la Compagnie des Chemins de fer de l'Ouest, et un tramway de la CGFT (Compagnie Générale Française des Transports).
Quant à savoir ce que tiens la personne au chapeau melon, là j'avoue ne pas savoir, peut être s'agit-il simplement d'un paquet de cigarillos que cet homme s'apprête à fumer ? ? .
Quant aux cartes postales de cette époque il y avait ce que l'on nomme les cartes-photos commandées en général par un propriétaire de commerce et posant avec son personnel devant sa boutique.
Celles montrant les groupes étaient aussi très prisées, mais rarement on pouvait voir ce genre de photo avec un homme seul devant l'objectif. Connaissant la provenance de ce cliché de la
collection Alinand, je pense plutôt qu'il s'agissait d'un cliché pris par un particulier à son seul profit ou peut être au profit de celui que l'on voit sur cette photo. Mais saura-t-on jamais
l'histoire de cette photo ?


Quant à ce quartier il devait vivre jour et nuit avec les marins dans les bars et, le soir venu, touristes et havrais dans les lieux de distraction. Bref tout ceci faisait que ce quartier proche
du port devait être très animé et quelque soit l'heure !
Bon dimanche Otto


 



Gédé 19/10/2014 10:54


Une rue de Saint François, voilà pour moi l'occasion de rafraîchir ma mémoire er de ressortir le livre que j'ai sur ce quartier. Malheureusement, après avoir fait deux fois le tour des endroits
où sont entreposés mes livres, pas moyen de remettre la main dessur. Peut-être l'ai-je prêté sans l'avoir baptisé "Reviens". Néanmoins, je me souviens que ce quartier et sans doute cette rue
était autrefois le terrain de jeu des marins (bretons ou pas) en guoguette,  Il n'y avait pas seulement des théâtres et des café-concerts, il ya avait aussi des bars où un certains nombres
de noctambules (comme tu les appelles pudiquement) se sont perdus corps et biens.

DAN 19/10/2014 11:05



Bonjour Gédé,
Les marins ont fait la réputation de ce quartier ce sont eux qui étaient les premiers clients de ces établissement de distraction, les havrais et touristes de passage ne venant que compléter
cette clientèle. Les bars et autres cafés y étaient fort nombreux, c'était un peu la réputation de ce quartier où il n'était pas rare d'assister à quelques rixes entre marins une fois ceux-ci
quelque peu éméchés.
Sous le vocable "noctambule" on peut mettre ce que bon nous semble, bourgeois, marins, ouvriers, bien pratique comme terme non ?
Bon, je vais essayer de siffler pour voir si ton livre est dans le coin, sait-on jamais...
Bon dimanche Gérard !


 


 



C&B 19/10/2014 10:13


Cet article illustre formidablement bien "la vie" et l'évolution de cette rue !
On y voit de près le tramway de cette "belle époque", ainsi que la diligence (?) des chemins de fer de l'ouest.
L' animation est bien différente d'aujourd'hui, comme dans beaucoup de vos reportages havrais d'ailleurs !
Amitiés et bon WE. C&B

DAN 19/10/2014 10:30



Bonjour C&B,
Pas tout à fait des diligences, mais des omnibus, ces derniers étaient plus confortables que les premières, mais on devait être secoué quand même, surtout si l'on songe que les rues étaient
pavées à cette époque.
Quant à l'animation c'est certain, aujourd'hui imaginons une panne générale de télévision et d'internet on verra ce que cela donnerait du point de vue animation dans les rues !


Bon dimanche à vous deux !


 



JMH 19/10/2014 09:40


Bonjour


Merci pour cet article intéressant qui permet peut-être, de faire avancer la recherche historique havraise. En effet, l'écrivain Mac Orlan a parlé parfois des "stars" du quartier
Saint-François. 


Dans son poème très connu la chanson d'Margaret :


"C´est rue de la Crique que j´ai fait mes classes
Au Havre dans un star tenu par Chloé."


D'après Mac Orlan un star était un petit bar où on chantait et dont l'accès était facile. Ce mot est peut-être typiquement havrais car je ne l'ai pas vu pour l'instant dans des dictionnaires
d'argot. Est-ce l'implantation du star en 1880 à Saint-François d'où l'on peut tirer cette expression ? Je lance l'hypothèse...


Amicalement.


JMH





 

DAN ET NICEPHORE 19/10/2014 09:58



Bonjour Jean-Michel,
Ce ne serait pas étonnant en effet que le mot "star" ait été mal prononcé (l'accent havrais) et quelque peu "détourné" pour désigner un établissement de boisson ? Autre chose, tu remarqueras le
patronyme de certaines personnes cité dans cet article, elles ont un nom à consonance anglo-saxonne, alors il ne serait pas étonnant qu'elles aient employé cette expression dans un mauvais
français mélangé d'accent havrais (on imagine), maintenant était-ce du à l'implantation du Star dans ce quartier je ne saurais le dire mais l'hypothèse est séduisante !
Bon dimanche Jean-Michel


 


Comme d'habitude jean-michel émet une excellente hypothèse qui ne doit pas être loin de la réalité. Voici la chanson en question à écouter ici et dont voici le texte du refrain :





"Mon Dieu ramenez moi dans ma belle enfance


Quartier Saint François, au bassin du roi.


Mon Dieu rendez-moi un peu d'innocence


Et l'odeur des quais quand il faisait froid


Faites moi revoir les neiges exquises


La pluie sur Sanvic qui luit sur les toits


La ronde des gosses autour de l'église


Mon premier baiser sur les chevaux de bois "





 Amicalement NICEPHORE


 



boboce 19/10/2014 09:09


Salut Dan


 


Hirel parle de gaieté à l'époque et de restaurant fermé le dimanche de nos jours.


Pour aller plus loin, le vrai changement est qu'aujourd'hui, il n'y a personne dans les rues.


Si on se promène au même endroit de nos jours, je n'ai jamais vu autant de monde, comme sur tes cartes postales. Beaucoup d'endroits sont dans ce cas. Peut-être du à la disparition du petit
commerce?


 


Bon dimanche


A+

DAN 19/10/2014 09:48



Bonjour boboce,
Le fait est qu'il y a peu de monde dans les rues aujourd'hui passé une certaine heure, je pense que cela est du au fait que nous avons tout ce qu'il faut chez nous pour se distraire avec la
télévision offrant une pléthore de programmes sans compter internet où on peut passer un temps fou. Dans ces conditions pourquoi sortir alors qu'il fait si bon chez soi ? Mais c'est tout de même
dommage car rien ne remplace le contact direct avec les gens, soit dans la rue les restaurants ou les autres lieux de distractions. Signe des temps sans doute il faut s'y faire !
Bon dimanche boboce ! 


 



HIREL 19/10/2014 08:29


Bonjour Daniel ,


Par ces magnifiques illustrations , on imagine  la gaieté qui régnait dans notre ville à cette époque !!! ce qui n'est pas le cas  maintenant ,quand on voit les restaurants fermés le
dimanche entre autre .


Bon dimanche quand même.

DAN 19/10/2014 09:42



Bonjour Gérard,
Certes les restaurants, ou tout du moins certains d'entre-eux, sont fermés le dimanche, mais cela n'est-il pas du à notre manière de vivre aujourd'hui ? En effet quand il fait beau nous avons
tendance à quitté Le Havre pour d'autres plaisirs "campagnards", peut être que les restaurateurs ont compris cet aspect social de notre vie aujourd'hui et qu'ils ont réagi en conséquence ?
Toujours est-il que lorsque nous ne savons pas où aller manger immanquablement nos pas nous conduisent dans ce quartier car on y mange bien !
Bon dimanche Gérard


 



jean michel 19/10/2014 07:34

Bonjour Dan, Le Star, La Scalla, la Gaité......que de beaux noms, on se croirait à la capitale. Merci de faire revivre cette "belle époque". Même s'il a changé, je trouve toujours ce quartier très
sympa et atypique au Havre. Beaucoup de restaurants, oui, mais presque tous complets le soir. Il y a de la vie la bas Bon week end Jean michel L

DAN 19/10/2014 09:35



Bonjour Jean-Michel,
Les noms de ces établissements font immanquablement penser à ceux de la capitale, peut être y avait-il un lien de cause à effets d'ailleurs, car tous ces noms étaient déjà bien connus pour ceux
venant dans cette rue y chercher quelques distractions, alors on voyant ces enseignes il étaient presque certain de savoir ce qui se déroulait à l'intérieur.
Quand aux restaurants le mieux, c'est ce que je fais, c'est de réserver un peu avant ses couverts, ça prouve ces établissements "tournent" bien et que la nourriture y est excellente.
Bon dimanche Jean-Michel !


 



buddy2259 19/10/2014 03:13


Un nouveau volet très intéressant sur cette ancienne rue du quartier de Saint François après ceux de novembre 2012 et mars 2010.Effectivement les établissements de l'époque ont maintenant
été remplaçés par des restaurants qui font le bonheur de tous.Les cartes postales et photos sont vraiment superbes,


Bon dimanche Dan et Nicéphore.

DAN ET NICEPHORE 19/10/2014 09:26



Bonjour Buddy,
je me devais d'évoquer ces établissements de music-hall et autres cabarets, car même s'ils y en avait d'autres au Havre, c'est ici dans ce quartier et cette rue qu'ils étaient en plus grand
nombre. On peut facilement imaginer l'ambiance qu'il pouvait y avoir ici certains soirs.
Bon dimanche Buddy


 


A cette époque sans télé et internet , la seule possibilité pour se distraire était de se déplacer physiquement. De nos jours, St françois a gardé néanmoins une
forte attractivité due à ses restaurants qui pullulent littéralement dans ce quartier. Bien amicalement à toi. NICEPHORE