Le comptoir d'escompte (E-7 sur plan)

Publié le par DAN

  Voici trois photos d'un même endroit à trois époques différentes.

Sur la carte postale ancienne nous voyons le comptoir d'escompte, une succursale de la banque de France. Ces établissements, voulu par Napoléon 1er, avaient pour but de favoriser le commerce, rôle que la banque de France ne remplissait pas complètement.
Ce secteur de la ville fut parmi les plus touché lors des bombardements de 1944. Nous sommes place de l'hôtel de ville au croisement de la rue Jules Siegfried, les photographies ont été prises vers l'Est.
Aujourd'hui cet espace nouvellement réaménagé, permet aux piétons de retrouver un lieu de promenade sinon agréable, du moins plus spacieux .


30-09-2012 (2)La carte postale du début du XXe siècle avec le comptoir d'escompte sur la droite. (coll DAN)

 

 

30-09-2012 (3)Le même endroit au lendemain des bombardements de septembre 1944. (photo Fornallaz)

 

 30-09-2012 (1) Toujours le même endroit en 2012, avec son aménagement récent.
(photo DAN). 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite

Commenter cet article

Caroline.K 24/12/2012 09:21


Bonjour Dan,


Une promenade un peu plus brève que la semaine dernière ce matin. Je trouve le contraste assez troublant entre la première carte et ta photo. J'ai eu l'impression d'un angle avec des bâtiments un
peu Hausmanien ou en tout cas dans ce style et aujourd'hui, ce n'est pas ce qu'il me semble, mais en même temps, je n'y connais rien en architecture.


Dans les images de destructions comme celle de la photo intermédiaire, je me surprends à regarder plus les personnes maintenant, comme si je cherchais à deviner leurs pensées, leurs histoires,
leurs destins...


Pour revenir un peu rapidement sur tes dernières réponses, je pense que tu as raison, ton blog sans la possibilité de répondre à tes visiteurs n'auraient pas le même sens. Il y'a une telle
richesse dans les dialogues ici. Merci de m'autoriser à te "bombarder" de questions, je ne me priverais plus désormais. Et enfin, j'ai compris le pourquoi du non anniversaire du blog.


Le long commentaire de B58 m'a ouvert des horizons.


CaroLINE


 

DAN 24/12/2012 11:22



Bonjour CaroLINE,
En effet, le style de l'architecture du XIXè était Haussmannien en ce qui concerne les immeubles de standing, c'était ainsi au Havre comme dans beaucoup d'autres villes de France d'ailleurs.
C'est tout à fait ce que moi aussi je me dit en voyant des personnages sur les photos de destruction, avec cette question restée sans réponse POURQUOI ! ! , mes parents se la posait, beaucoup de
Havrais se la pose encore
Quand auX réponses aux commentaires imagine que quelqu'un vienne à toi bras tendu main ouverte pour te saluer et te dire quelques mots gentils, et que toi tu restes les mains dans les poches à
regarder ailleurs, c'est exactement l'impression que je ressens parfois en laissant des commentaires sur d'autres blogs, alors je me suis juré de ne jamais laissé un commentaire sans réponse. Je
sais que ça peut paraitre idiot mais je suis ainsi fait, et celui qui pourrait me changer n'est pas encore né
Quant à B58, ses réponses et commentaires sont un vrai livre à eux seuls, et c'est, là aussi, le fait de lui avoir répondu les premières fois qu'il a pris confiance dans ce blog et qu'il nous a
confié ses documents, quelle meilleure réponse pouvais-je te donner à propos des réponses aux commentaires n'est-ce pas !
Bonnes fêtes CaroLINE !


 



eva 06/10/2012 16:14


ah pour sûr ! du point de vue de l'élégance, l'aspect d'aujourd'hui n'a rien à voir... Mais, les occupants ne sont pas de la même catégorie sociale j'imagine... aujourd'hui, ce sont des immeubles
"de rapport" non ?

DAN 06/10/2012 16:35



Les habitations "Perret" ont en effet la cote maintenant, et il est du dernier "chic" d'habiter dans ces immeubles.
Ceux qui habitent ici sont en effet plutôt issu d'un milieu social moyennement aisé. Je connais plusieurs personnes habitant ces appartements. Aujourd'hui ce sont en effet des constructions de
rapport, si on veut y acquerir un logement, soit en location ou pour un achat,  il est préférable d'avoir un revenu correct et régulier.
Mais de côté là je pense que dans toutes les villes il en est de même !
Bonne fin de journée Eva !



eva 06/10/2012 15:52


en volume, ça ressemble beaucoup ! 

DAN 06/10/2012 16:10



Bonjour Eva,
Exactement, et à l'époque les immeubles étaient plus nombreux, et plus tassés, il devait en résulter une plus forte densité d'habitations. Mais l'élégance était présente !
Bonne fin de journée Eva



buddy2259 04/10/2012 17:21


Bonjour Dan,


Je vais être bref ....comme le dit notre ami Claude les immeubles du temps passé avaient vraiment une autre allure!

DAN 04/10/2012 19:57



Bonsoir Buddy,
Là, comme on dit, tu prêches un convaincu, et encore ceux conçus par Perret ne sont pas dénué d'intérêt, mais les immeubles que l'on construit actuellement....
Bonne soirée Buddy !



Jean-Denis 04/10/2012 16:47


Bonjour,


Tous vos articles sont très intéressants et particulièrement celui la.


Savez vous de combien le niveau des rues a été surélevé à cet endroit. Le jardin de l'Hotel de Ville n'a vraisemblablement pas changé de niveau ce qui fait un remblai assez conséquent et
modifie la perspective de la place.


Continuez à nous faire découvrir l'évolution du Havre, et merci.


Jean-Denis

DAN 04/10/2012 19:45



Bonsoir Jean Denis,
pour connaître exactement le "nouveau" niveau à cet endroit, il faut regarder à deux endroits différent, l'un est place Charles de Gaulle, où le sol au monument de la Victoire est resté le même
qu'avant guerre. Ensuite il faut regarder le niveau du boulevard de Strasbourg, là au coin de la rue devant la banque du Crédit Mutuel on peut voir quelques marches qui vont en diminuant et qui
nous indiquent la différence de niveau entre la rue Siegfried et ce boulevard.
L'actuel jardin de l'hôtel de ville est légèrement en dessous du niveau d'avant-guerre, mais très peu, on peu le constater en descendant les quelques marches situées le long de la nouvelle voie
du tramway.
Il y a ainsi dans tout le Havre des "indicateurs" de niveaux anciens et nouveau, le meilleurs restant celui de la rue Durecu, où il faut descendre quelques marche pour se rendre au
rez-de-chaussée (ancien) des habitations.
Bonne soirée Jean Denis !



kevin 04/10/2012 15:36


Bonjour je vois que tu es revenue de tes vacances fort bien passées


bonne continuation à toi pour ton blog, à bientôt.

DAN 04/10/2012 19:32



Bonsoir Kevin,
Oui ces vacances se sont bien passées et ont été un peu "studieuses". Merci pour la bonne continuité du blog, voila des encouragements qui me font bien plaisir.
Bonne soirée Kevin !



B58 03/10/2012 19:09


Bonsoir Dan, comme tu le dis si bien, Le Havre est avant tout un grand port commercial et justement en disant cela tu as, à mon sens presque résolu tout seul ton énigme de l'implantation du
Frascati.


En effet, en 1827, l'emplacement de Frascati était le meilleur pour construire un tel établissement, il se trouvait au bord de la mer coincé entre les défenses côtières et la muraille mais
c'était l'endroit le plus facile d'accès par la proximité du port. Lorsque l'hôtel fait finalement faillite, deux projets s'opposent pour le remplacer : soit la reprise de Frascati ou bien
alors, la création d'un grand établissement de bains à Sainte Adresse. Le second projet est plus ambitieux et dispose d'un budget plus important, d'un million de francs. En effet, Charles Massas établit un projet d'établissement de bains avec casino et jardin anglais sur les éboulements de la falaise. Le bâtiment principal aurait eu deux étages carrés, avec ailes,
salles de jeu, cour d'honneur et terrasse semi-circulaire sur la mer, dans le style de la Renaissance et orné de statues. Mais le projet tarde à se concrétise alors que le projet havrais
avance vite.


De cette époque va naître une sorte de mouvement qui va faire balancer entre Frascati,le port et Sainte Adresse. Finalement, c'est la solution de la reconstruction de Frascati qui est retenue.
D'une part, car étant un hôtel de voyageurs, il est plus commode de le garder vers les quais de départ des transatlantiques mais surtout, cela permet d'avoir la vue sur le port.


Par la suite, le mouvement de balancier continue et à Sainte Adresse va ouvrir en 1946, les bains Geffray, ce qui deviendra l'hôtel des bains.


Les éléments s'enchaînent et les murs du Havre tombent ouvrant ainsi de nouvelles perspectives. Alors que le projet de remettre à neuf Frascati voit le jour en 1869, en 1871, une société propose
à la mairie du Havre de créer à l'emplacement du quartier du Perrey, une immense station de balnéaire haut de gamme avec un luxueux casino construit à la place de l'épi à Pin et un grand hôtel
moderne à la place du Frascati, le tout accompagné bien sûr de grandes avenues comme à Paris. Il est notamment mis dans le projet que "La ville du Havre si importante par son commerce et ses
relations universelles, si bien située en face d'une rade splendide et toujours mouvementée laisse à désirer sous le rapport du confortable, des embellissements". La rade et
son perpétuel mouvement était donc considéré en fait comme un atout pour attirer les touristes par rapport à Trouville qui n'a qu'un petit port. Finalement, cet ambitieux projet ne
voit pas le jour mais avec la création du Boulevard Maritime va naître le casino-club Marie-Christine. Félix Galipaux qui en fut directeur artistique en 1885 rapport dans une lettre :"


Quelle merveilleuse situation que celle de ce casino huché à mi-côte de Sainte-Adresse ! Quelle vue ! Quel site !
Cet adorable endroit joint aux plaisirs de la station balnéaire l'agrément de la grande ville qui est là, à ses pieds.
Et jamais monotone un port de mer !
Hier, j'ai été voir débarquer des cochons.
Ce qu'ils ... criaient !


Pas à la noce, ces compagnons de Saint-Antoine !
Placés dans une grande caisse, une grue les élevait et les déposait sur le quai.
Après tout, ça n'a rien d'extraordinaire des grues levant des cochons."


Le port était donc un véritable attrait pour les touristes qui pouvaient ainsi voir des choses qu'ils ne verraient ailleurs. Tout cela, Sainte Adresse ou Trouville ne pouvaient l'avoir et
Frascati était donc à l'avant garde jusqu'à ce que cette mode passe. D'ailleurs, pour étayer tout cela est ce qui monter l'effet de mode de la vie du port, est que la villa Mon Désir a été bâtie
pour faire face à la rade et ainsi des balcons, pouvoir voir l'activité des navires entrant et sortant du port.


Voilà Dan, je pense que tous ces éléments peuvent si ce n'est tout mais tout du moins en partie expliquer le pourquoi du site de l'emplacement Frascati et son maintien à travers les
époques.


 


 

DAN 03/10/2012 19:44



Bonsoir B58,
c'est vrai que le port peut attirer les touristes, et ce, à toutes les époques, et la vue sur la mer a toujours été un attrait, non seulement au Havre, mais partout ailleurs en France et à
l'étranger.
Alors qu'il y eu plusieurs projets de casinos ou de grands hôtel n'est pas pour surprendre. Seul le type de clientèle pouvait faire la différence entre les stations en basse Normandie, comme
Deauville et notre littoral Havrais. Car c'est bien du littoral dont tu me parles en citant ce balancement entre Sainte Adresse et Le Havre, le point déterminant aura été les passagers en
partance pour les U.S.A qui trouvaient en Frascati l'hôtel le plus proche et le plus confortable, deux atouts qu'il ne faut pas négliger.


Le projet d'une vaste station balnéaire ne verra jamais le jour en effet, pourtant les plans sont là qui nous indiquent que ce projet était bien étudié.
Merci pour le témoignage de Félix Galipaux, délicieusement rétro, mais il prouve bien que l'intérêt de l'activité du port était bien présent dans la mentalité des touristes de l'époque.
Aujourd'hui avec les conteneurs, rien de tel, le charme est rompu, et de toutes façons cela devient de plus en plus difficile d'approcher des quais et des bateaux avec toutes les mesures de
sécurité actuelles.
Bonne soirée B58 ! 



Otto Graf 03/10/2012 14:38


Pour répondre à CLAUDE  et DAN...


Malgré un certain équilibre et homogénéité des quartiers centraux « modernes » d’avant
guerre – en fait tous construits dans un temps « architectural » assez court dans la 2 ème moitié du XIX ème Siècle : d’où l’unité –  je ne pense pas vraiment que la ville serait aujourd ’hui au Patrimoine Mondial.


Evidemment, on ne le saura jamais. Et quelle importance ? Ce classement est aux prix de
tant de richesses et surtout de tant de vies ravagées….


J’ai toujours pensé, moi aussi, que le Vieux Havre, les quartiers ceinturant le Bassin du
Roy, s’il n’avait pas été rasé par les bombes, et s’il avait été réhabilité, pourrait aujourd’hui être un autre Honfleur. Et à ce titre, être classé, et touristiquement visité, autant, sinon
plus - en supplément, en tous cas - que la ville de Perret..


Un gros bémol : la côte d’Opale n’a jamais bénéficié de l’attrait mondain et parisien de la
Côte Fleurie – Etretat, si jolie pourtant n’est pas Trouville-Deauville avec leurs casinos, leurs hotels de luxe et leur champ de courses  - d’autant
que le franchissement de la Seine fut très longtemps dissuasif.


Le débat, sans solution, n’est pas fermé !....


Ce qui compte, vraiment, c’est le présent, et il est heureux que Perret y ait conçu une ville
moderne, à l’échelle humaine, spacieuse, aérée et homogène dont il n’y a pas d’autre exemple sérieux et rivalisant en France, dans cette ampleur,  en matière de « reconstruction »
réfléchie et planifiée.


Otto


 


 

DAN 03/10/2012 15:42



Bonjour Otto graf,
Il est vrai que le Havre c'était, et c'est, avant tout un port, la volonté de François 1er était celle-ci, un port militaire qui, au fil des
années s'est transformé en port commercial.
Je suis toujours étonné que l'on ai pu songer au Havre comme une station balnéaire avec ses grands hôtels et ses casinos, Frascati demeure pour moi une «énigme » à ce sujet car construire à côté
de chantiers de construction navals, petits, certes, et bien avant Augustin Normand, représente, pour moi, une aberration.
Sainte Adresse, me semble t-il, répondait mieux aux attentes de la riche clientèles des palaces, d'ailleurs Dufayel ne s'y est pas trompé à son époque.
Quand au franchissement de la seine, il n'est qu'à voir les très nombreux bateaux qui, jusqu'en 1939, franchissaient le fleuve depuis le Havre, pour comprendre que les stations balnéaires et
autres casinos de la côte bas-Normande, avaient plus la faveur des amateurs que celles du pays de Caux, même si Etretat a sut tirer parti de sa position.
Quant au Havre d'aujourd'hui, on « fait-avec» mais, pour avoir visiter d'autres villes reconstruites, telles Amiens, on peut légitimement être satisfait de ce que Perret a fait avec son
architecture.
Je vous souhaite une excellent fin de journée Otto Graf ! 



François 03/10/2012 13:48


Salut Dan,


Belles photos comme d'habitude !


Sais-tu pourquoi le comptoir d'escompte ne s'est pas réinstallé à cette place aprés la guerre ?


Mon grand-père avait travaillé chez Trouvey-Cauvin un peu plus loin dans la rue Jules Siegfried. Aurais-tu par hasard une photo de cette boutique avant guerre ?


C'est pas pour un article juste pour la voir.


Merci d'avance


François

DAN 03/10/2012 15:22



Bonjour François,
Je ne sais pas exactement pourquoi cet établissement ne s'est pas ré-installé à cet endroit, mais l'on peut supposer qu'il a préféré ouvrir une succursale dans une artère où déjà étaient installé
banques et autres établissement financiers.
Quant à la boutique Trouvey-Cauvin hélas je n'ai pas ça dans mes cartons !
Bonne fin de journée François ! 



Claude 03/10/2012 10:50


Bonjour Dan,


Je me dis en voyant la première photo que les immeubles du HAVRE d'avant avaient vraiment fière allure...et je me pose une question...!


Si nous n'étions pas passé par la douloureuse phase montrée sur la 2ème photo..pour en arriver à ce que l'on peut voir aujourd'hui (3ème photo)...Serions
nous classé au patimoine mondial de l'UNESCO...


" That is the question " ..!!! oui je sais tu préfères qu'on "cause" en Français...surtout que là il est en effet mal venu de "speaké l'english" quand on
sait ce que nous savons sur ces douloureux bombardements...


Bonne journée  et "merde à Vauban" ( je pense que tu comprendras !!
)

DAN 03/10/2012 12:35



Bonjour Claude,
Pour la citation pas de problème j'ai bien compris  ! .
Quant à savoir si nous aurions été classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, si la perfide Albion ne nous avait pas envoyé ses « pruneaux», on peut penser que oui, à condition, qu'après guerre,
nous ayons suivi l'exemple de Honfleur, entre-autres, où toute la vieille ville a été restaurée dans l'esprit de l'époque sans pour cela, sacrifié au « modernisme » avec ses maisons couvertes
d'ardoises, ou en colombage. Alors oui dans ces conditions on aurait pu être classé UNESCO, mais vu notre propension à tout démolir même sans « l'aide » d'outre manche, je ne pense pas que nous
l'aurions été. Mais impossible de répondre à cette question sans employer des SI, alors on se contentera de ce qui est en sachant apprécier cette ville qui malgré tout est lumineuse et aérée.
Bonne journée les amis ! 



l'père Cantoche 02/10/2012 22:04


Bien qu'éloigné du Havre, il ne fallait pas que tu escompte sur le fait que je ne lirai point ton article... que nenni !... bien au contraire, cela fait du bien de lire des choses aussi
intéessantes sur notre bonne ville lorsqu'on en est à 1100 kms...


j'y reviens dans une petite quinzaine pour te féliciter de vive voix (1) de la grande qualité de tes articles... tu es digne de figurer dans le Who's Who, le Domesday Book en compagnie de Sir
Markham V.Reynolds Jr...


 


(1) et autour d'un verre...


 


 

DAN 03/10/2012 00:00



Bonsoir l'père cantoche,
1100 km bigre, tu dois être au soleil avec cette distance  là, en tous cas merci pour l'article.
J'escompte bien, moi aussi, que l'on pourra en discuter de vive voix dans une petite (même une grande) quinzaine et autour d'un verre rempli d'un breuvage quelconque chaud ou froid, et tu pourras
ainsi me dire plus sur le Who's Who, mais en Français STP 
Aller, à bientôt donc Thierry, et le bonsoir, ou bonjour, à madame !



Mousse 01/10/2012 20:49


Bonsoir cher Dan,


Dis-moi, le havre était bombardé sans cesse !


Quelle tristesse.


Toujours des photos remarquables.


J'aime avant après.


C'était très joli avant, c'est bien dommage.


C'est certain, tu seras mon guide, quand je passerai au Havre, tu en connais un morceau, tu m'épates.


Bonne semaine, mes amitiés.

DAN 01/10/2012 23:02



Bonsoir Mousse,
Il est vrai qu'au cours de la guerre 39-45, le Havre a été constamment bombardé, mais c'est surtout en septembre 1944 que tout a été rasé. Plus rien ne subsistait sur des kilomètres carrés. Si un
jour tu viens visiter la ville je te montrerai l’ampleur du désastre et ce que cela représente sur le terrain lui-même.
Il reste quelques maisons bourgeoise (vraiment peu) qui témoigne de ce qu'était la ville auparavant, et ça aussi je te le montrerai.
Alors à un de ces Jours chère Mousse et bonne semaine !



jeanpaul76 01/10/2012 19:28


Surprenant l'on croit tout connaitre et non !  encore un conte de Dan il était une fois une gentille ville détruite
par des ... je vais commenter la première photo quand même c'était une belle ville j'aurais aimé m'y balader avec mon 'Kodak ' à soufflet pellicule 620 à gros trous j'arrête je me fais du mal
d'autant plus je redécouvre certaines façades du boulevard de Strasbourg des merveilles parfois la bonne convenance écologiques caches des trésors d'architectures merci tram bon j'arrête de faire
le Papi Mougeot ah oui je fais bien merci


Je vais bien mater demain matin merci


Bonne soirée 

DAN 01/10/2012 19:49



Bonsoir mon bon Jean Paul,
Détruite par des.. dis-tu, en effet on pourrait mettre quelques qualificatifs bien senti pour qualifié justement ce fait là, mais bon on ne va pas réécrire l'histoire.
Pour le boulevard de Strasbourg en effet la "bien pensante" morale écolo nous fait dire ce que l'on ne pense pas vraiment, mais c'est vrai qu'on voit mieux l'architecture des bâtiments ainsi, de
là à dire merci au tram voila un pas que je ne franchirai pas...
Si tu vas bien c'est l'essentiel mon ami, alors continue comme ça et à bientôt sur une terrasse au soleil à siroter un p'tit jus peut être ?



louis 01/10/2012 16:39


Toujours du beau travail. "Le Havre a été bombardé ? Mais quand ?" se demande mes potes. J'ai la honte !!!

DAN 01/10/2012 16:57



Salut Louis,
Alors là oui tu peux avoir honte , comment peuvent-ils ignorer ce fait d'histoire, ou alors c'est
toi qui ne leur à rien dis, ça m'étonnerais pas ça tiens  ! !


Aller bonne soirée louis !



LERAT JACQUES 01/10/2012 16:35


Ma grand'mére avait un coffre à cette banque et je me souviens d'un controle par l'occupant lequel saisissait les objets en or éventuellement mis là.Ces coffres ont résisté mais
l'incendie des ruines a consumé partiellement les objets ,j'ai un livre relié dont le dos est dans cet état.L'armature de fer se trouvant au centre de la photo n'est autre que les ruines de la
"Grande brasserie" devenue pendant l'occupation le restaurant municipal lequel était fréquenté par les employés du coin.La cour du V 36 occupe cet emplacement merci pour cette reprise du blog
Cordialement

DAN 01/10/2012 16:54



Bonsoir monsieur Lerat,
Merci pour vos précisions concernant cet article, je me demandais justement ce que pouvait bien être cette charpente métallique que l'on voit sur la photo du désastre. Je savais qu'il y avait un
grand établissement dans cette partie de la ville mais je n'étais pas sûr de son emplacement. Grâce à vous voila une chose d'élucider et en plus j'ai son "emplacement" actuel. Voila un but de
promenade et de photos que je ne manquerais pas de faire ici.
Lors d'une prochaine visite chez vous, vous me ferez voir ce livre en partie consumé.
Quant à l'occupant il n'est pas étonnant qu'il ait voulu contrôler un tel établissement, c'était pour eux, un but que de rechercher les "richesses" laissées ici par les clients de ce comptoir
d'escompte.
Merci beaucoup monsieur Lerat de vos précieuses informations.
Je vous souhaite une excellente soirée.



marcopolo76 01/10/2012 13:50


Bonjour Dan


Le temps s'étire indéfiniment ...voila pourquoi il faut savoir rapporter l'histoire en image  comme tu sais bien le faire !


Marco


 

DAN 01/10/2012 15:19



Bonjour Marco,
Nous ne sommes que les témoins d'un temps précis dans l'histoire du Havre, mais elle continue avec ou sans nous, je la met en page avec mes articles et toi avec tes photos, car, qu'on le veuille
ou non chaque photo fait partie du témoignage du temps qui passe !
Bonne fin de journée l'ami ! 



SHIPS-LOVER 01/10/2012 11:25


A voir tes reportages au fil de l'eau chaque semaine, on voit que le Havre a enormement souffert des bonbardement de la 2eme geurre. je n'aurai pas aimer vivre a cette époque car comme je dis ils
ont "morflées" ces havrais.


  Bravo a toi pour les photos, les recherches et ainsi de la mise en ligne de tes reportages, j'en suis ravis de découvrir l'histoire de notre Havre d'antan.

DAN 01/10/2012 11:58



Bonjour Ships,
C'est un peu pour ta génération que je fais ce "travail", car les jeunes ont tendance à oublier le passé de leur ville.
Alors que tu apprécies mes articles me fait très plaisir. Merci pour tes visites l'ami, et bonne journée Ships !



Pierre 01/10/2012 07:53


Encore bien du changement, même à l'époque actuelle.

DAN 01/10/2012 09:50



Bonjour Pierre,
Le havre n'est qu'un perpétuel changement, d'ailleurs je suis sûr que quand tu reviendras te balader ici tu trouveras encore du changement !
Bonne journée Pierre ! 



phyll 30/09/2012 18:20


Salut mon pote,


voici encore une superbe plongée dans le passé !!! et tu sais combien j'aime cela !


et en voyant ces rues anciennes, je me dis qu'elles étaient "piétonnes" avant l'heure !!...


bonne soirée


à bientôt poto !

DAN 30/09/2012 18:32



Salut à toi aussi mon pote,
Je nous imagine APN en bandoulière arpentant ces rues à la recherche de point de vues sur ce Havre à jamais disparu. Bon il nous faudrait quelques années de moins afin de ne point trop sentir la
fatigue, mais comme tu dis, sans bagnole ce devait très agréable de se promener.
Mais bon revenons sur terre et à notre époque qui a aussi ses plaisirs qu'il faut savoir apprécier !
A bientôt et bonne soirée Phyll !



tic-tac 30/09/2012 18:02


Merci pour cette émouvante plongée dans l'histoire....


Et tous mes voeux pour ton projet ! :-)


Très bonne fin de dimanche DAN !

DAN 30/09/2012 18:08



Bonsoir Tic-Tac,
Et toi merci pour tes visites et commentaires.
Pour mon projet il est terminé et j'en parlerai bientôt ici, alors à bientôt Tic-tac !



JMH - Vue du bâtiment 30/09/2012 15:11


Bonjour Dan. Merci pour cette carte postale. On est au coeur du Havre financier de l'époque avec la rue de la Bourse qui passait dans le secteur.


J'ai sous les yeux une autre carte du même bâtiment alors qu'il est pavoisé. On voit un large drapeau  devant. On remarque aussi qu'il y avait des statues de personnages sur cet immeuble. Il
existe aussi une carte postale avec le batîment vu sous un autre angle (elle est en lien). 


 En faisant une (longue...) recherche, on découvre qu'il y avait auparavant à l'emplacement du comptoir d'escompte  "le café du siècle". C'était très animé ( alcool, politique,
bagarres...).  La rue Edouard Larue s'appelait autrefois rue de la Chaussée. On fera attention, si on fait des recherches sur le "café du siècle " à bien vérifier de quel établissement
il s'agit car il n'est pas impossible que d'autres cafés aient ensuite utilisé le même titre au Havre.


Amicalement  


 


 

DAN 30/09/2012 17:01



Bonsoir Jean-Michel,
Il a été fait beaucoup de photo de cet endroit, et même des gravures, et qu'il ait été pavoisé n'est pas étonnant vu que c'était un bâtiment de l'état. J'ai en effet cette carte postale qui le
montre ainsi.
Je ne sais ce que représentaient ces statues, pour donner une idée aux lecteurs voici cette photo :

J'ai vu aussi l'autre photo du bâtiment avec la rue Larue, je connais ce cliché mais ne le possède pas hélas. Quand au café  "le café du siècle", là j'aimerai bien en avoir une photo
également.
En effet il faut sinon se méfier tout du moins faire très attention quand on fait des recherches sur un établissement, le nom de l'enseigne ne suffit pas, il faut aussi l'adresse et le nom du
propriétaire si c'est possible et c'est seulement là qu'on peut être plus affirmatif.
Le Havre est tellement en perpétuelle évolution que cela ne m'étonne pas qu'il y eut plusieurs établissements à cet endroit, d'ailleurs si l'on regarde bien, cela a toujours été le cas et à
toutes les époque, ainsi va la vie d'une ville.
Bonne soirée Jean-Michel !



Papy Scham 30/09/2012 14:41


Bonjour Dan


Impressionnant le deuxième cliché. Un vrai spectacle de désolation. Presque pas d'indices pour reconnaître ce secteur de la ville. N'empêche qu'il y avait tout de même de superbes bâtiments.
Quant à la photo de nos jours, le lieu est plus aéré, mais il manque tout de même un certain charme de ces vieilles bâtisses. Excellente reconstitution.


Bon dimanche et bonne semaine.


Amitiés; papy Scham

DAN 30/09/2012 16:42



Bonjour Papy Scham,
Les photos de Fornallaz se passent de commentaire tellement elles sont "parlantes", et tout le reste de la ville était dans cet état après 1944. Les constructions d'aujourd'hui n'ont certes pas
le charme le charme des habitations anciennes mais après un tel désastre  c'est ce qu'on pouvait faire de mieux pour les moyens de l'époque.
Merci te ta visite et bonne fin de journée Papy Scham !



Binchy 30/09/2012 11:21


Toujours très intéressants tes billets. Je reviens lire tout en détail tout-à-l'heure.


Je te souhaite un agréable dimanche.


Amitiés.

DAN 30/09/2012 12:32



Bonjour et merci de tes visites Binchy. ici ce blog est consultable à n'importe quel moment du jour du mois et de l'année. Il faut le considérer comme un livre où l'on tourne les pages au gré de
son plaisir, et s'il y a un commentaire sur n'importe quel article je le vois aussitôt et j'y répond comme si c'était l'article de la semaine.
Alors bonne visite Binchy et bon dimanche ! 



tce76 30/09/2012 11:21


Salut DAN


Seul un expert tel que toi est capable de reconnaitre les lieux et d'en faire le lien.


Encore un sacré travail!


Bon dimanche.

DAN 30/09/2012 12:29



Salut Thierry,
Expert est un bien grand mot, car avec de bons plans et les guides commerciaux de l'époque, il est assez aisé de retrouver cet endroit. Reste à faire le parallèle sur le terrain lui même, et
c'est là qu'est le plus gros travail parfois, mais ici cela a été "relativement facile"
Bon dimanche Thierry !



Otto Graf 30/09/2012 11:11


C’est une remarque que je fais fréquemment et je me rends compte que mon sentiment n’est pas
isolé.


En effet, voyant ces vieilles c-p du Havre, l’architecture qui y est présentée fait
immanquablement penser à une grande ville, une importante agglomération. On est proche en effet du style haussmannien, en d’autres mots proches de l’architecture des beaux quartiers parisiens de
résidence et d’affaires d’aujourd’hui.


Dans ces années d'avant 1914, Le Havre comptait parmi les 5 ou 6 plus gdes villes de
France.


Nostalgie…nostalgie….

DAN 30/09/2012 12:25



Bonjour Otto Graf,
En effet le Havre avec ses négociants et autres armateurs, était une ville importante, d'ailleurs beaucoup de ces négociants étaient d'origine Parisienne ou Rouennaise, et ils retrouvaient ici un
cadre de vie qui leur rappelait un peu leur ville d'origine.
Quant à être une grande ville, le port n'est pas étranger à ce statut que la Havre a eut et je pense, a toujours grâce à lui. Alors certes on peut être nostalgique (je le suis aussi assurément)
mais dans la continuité de l'histoire du Havre qui n'est pas terminée.
Bon dimanche Otto Graf !



Clem 30/09/2012 09:22


Comme d'hab au Havre, c'était mieux avant !

DAN 30/09/2012 09:41



Salut fiston,
Ah toi aussi tu préférais avant, décidément les chats ne font pas des chiens !


Bon dimanche Clem ! 



UnHavrais 30/09/2012 09:00


Bonjours Dan,


 


C'est vrai qu'il y avait quand même de magnifiques bâtiments :/


Pour répondre à FAH, je crois que c'est la structure métallique de la coupole de la Bourse que l'on voit sur la deuxième photo. 


Bon dimanche ! 

DAN 30/09/2012 09:39



Bonjour Unhavrais,
C'est exact à propos de la coupole de la Bourse, je vois que j’ai à faire à un connaisseur .
Quant aux bâtiments, ceux visibles sur la carte postale, ils me font penser à ceux du boulevard Haussmann à Paris, c'est un peu la même architecture contemporaine.
Bon dimanche Unhavrais !



gérard 30/09/2012 08:56


Cet immeuble sur la photo 1 avait de l'allure. Nous regretterons toujours quelque chose. Lorsque l'on innove, ce n'est pas bien, puis on s'y habitue, ensuite, on apprécie, puis on classe au
patrimoine.

DAN 30/09/2012 09:31



Bonjour Gérard,
Voila résumé ce que l'on peut dire à propos de l'architecture des bâtiments, moi j'ajouterais que les nouvelles architectures sont mieux appréciées par quelqu'un qui nait avec, alors que ceux qui
ont connu les précédentes les regrette toujours un peu.
Je dois être à ce sujet un cas à part car, bien que n'ayant pas connu ces anciens immeubles, je les préfère à ceux d'aujourd'hui, mais d'aucun te diront que je suis un "vieux ronchon" alors...

Bon dimanche Gérard ! 



FAH 30/09/2012 08:08


Bonjour Dan,


A ton avis, quel pouvait être l'édifice dont on aperçoit le reste de ce qui ressemble à une coupole sur la photo 2? De même, crois-tu que les arbres qui ont subsisté sur la photo 2, sont encore
en place de nos jours? j'irai voir...


Très bonne journée!


FAH

DAN 30/09/2012 09:25



Bonjour Françoise,
Cette coupole était le toit de la bourse rue Jules Siegfried. A cette époque la Bourse était construite directement au ras de cette rue, l'espace formant une place était du côté sud vers le
bassin du commerce. Avec la reconstruction, cette bourse a été reconstruite au ras de la rue appelée quai George V, et l'espace nord est aujourd'hui un parking pour le casino.
Quant aux arbres je me suis posé la même question, est-ce ceux qui sont sur les photos anciennes ? Je pense que non vu la taille des troncs actuels mais je ne saurais l’affirmer, pour cela il
faudrait connaitre le coefficient de croissance annuelle de cet espèce d'arbre pour répondre précisément à la question et comparer avec ceux d'aujourd'hui  !
Bon dimanche Françoise !



Jeanmi 30/09/2012 07:52


Oui mais cependant: "Un jour, de l'uniformité, naquit l'ennui" 

DAN 30/09/2012 09:15



Bonjour jeanmi,
Tout à, fait d'accord avec vous, l'uniformisation d'une ville peut la rendre ennuyeuse à visiter, c'est dans la diversité que l'on trouve ce plaisir des découvertes à chaque coin de rues, ici
rien de tels, une fois que l'on emprunte une rue on sait d'avance qu'elle sera pareille d'un bout à l'autre, mais la faute à qui ? A l'architecte qui a conçu cet urbanisme ? Ou aux bombardements
alliés qui ont tout détruit...?
Bon dimanche et merci de votre visite Jeanmi !




GL 30/09/2012 07:26


A cette époque, on construisait un immeuble à coté d'un autre sans trop se soucier de l'harmonie générale de l'ensemble.  La destruction sauvage et la reconstruction auront au moins permis
une homogénéïté d'ensemble avec personalisation discrète et cadrée des enseignes.

DAN 30/09/2012 09:07



Bonjour GL,
C'est exact, les constructions n’étaient pas planifiées, et chaque architecte pouvait donner libre cours à son imagination, mais s'agissant de la reconstruction d'après-guerre, là il a bien
fallut un "chef d'orchestre" afin d'homogénéiser l'ensemble.
Quant aux enseigne j'ai appris dernièrement, de la part du responsable du patrimoine Perret, que les enseignes seraient reconsidérées afin de les mettre aux "normes" Perret, nous verrons dans
l'avenir ce que ce terme peut recouvrir, mais je crains que ce ne soit uniformisé hélas !
Bon dimanche GL !