Le Dé d'argent et le café de Paris (F-6 sur plan)

Publié le par DAN

 

Le magasin "Au dé d'argent" a ouvert en 1859 et cessera son activité en 1918. (Il sera remplacé en 1928 par la maison Sigrand.) On y vendait du prêt à porter, de la lingerie et des vêtements de travail. A coté, au numéro 98, le café de paris. Le carrefour avec les rues : de Paris, des Remparts et Emile Zola, formait une place appelée Richelieu qui n'existe plus.  Dans ce quartier (mais pas seulement) la concurrence était rude entre les nombreux estaminets et autres brasseries. Pour lutter contre cette rivalité, l'établissement proposait des concerts en plein air sur sa terrasse.

Un schéma succinct vous indiquera mieux qu'un long exposé, les emplacements respectifs des deux commerces dans le Havre de 2010, car la configuration de ces rues a évidemment changé avec la reconstruction. Sa situation aujourd'hui serait approximativement au carrefour des rues de paris et Richelieu. Son emplacement d'origine est difficile à situer exactement, tout ayant disparu en 1944, et la rue de paris ayant été légèrement décalée lors de la reconstruction (à ce sujet voir ici  )

 

 

 

au dé d'argent rue de Paris juillet 1909La carte postale où figure le café de Paris et le Dé d'argent.


 

RICHELIEUSchéma de la disposition des rues et immeubles avant et après guerre. En hachuré les immeubles d'avant guerre. En mauve, avec le coeur, l'ancienne rue des remparts


 

(10 BIS redressée photo modèle )Le même endroit, ou presque, en 2010.

 


Rue de paris-carrefour Richelieu 9-10-2010 (10 (Travail 1Les deux commerces  dans le Havre de 2010, derrière l'ilot N 10 (à droite sur la photo) le café de Paris.


 

café de paris (original bis)Cette photo a été prise rue des Remparts figuré par le coeur rouge sur le schéma. Au fond à gauche le café de Paris rue du même nom, donc place Richelieu d'où la légende de la carte postale.


rue-de-paris-pavoisee-3-.jpgJour de fête rue de Paris, place Richelieu, avec le café de Paris (trèfle bleu) et le Dé d'argent (étoile verte). Au fond, l'hôtel de ville.

 


rue et café de paris ter avec rondLes ruines du café de Paris en 1944, et, encerclée,  les fenêtres de l'école Jean Macé que nous retrouvons sur la photo ci-dessous

 

 

école jean macé vue de la rue zola 2L'école Jean Macé en 2010, avec les fenêtres vues sur la précédente photo.

 

Merci de votre visite.

 

 


Commenter cet article

C@t 16/03/2011 13:56



(re) bonjour DAN,


Bel article, bien expliqué avec les symboles. J'ai pourtant arpenté la rue de Paris pendant mes années lycée, je ne savais pas qu'il y avait une rue Richelieu... J'aime bien lire les commentaires
des internautes, il y a ceux poétique comme celui de Didier, instructifs de nombreux lecteurs, ainsi que tes réponses et amusants comme ceux de Phyll, "Oh bah dè, on va aller au peurt", qu'est-ce
que j'ai pu l'entendre, lorsque je suis arrivée à Granville ! Maintenant, je ne le dis plus, mais lorsque je vais au Havre, le "dè" revient...


Boujou DAN !



DAN 16/03/2011 14:17



Boujou C@t. Oh ben dès rien, si tu reviens au Havre ton accent reviendra très vite, c'est comme le vélo ça ne s'oublie pas.


La rue richelieu a pris ce nom pour remplacé la place du même nom qu'il y avait ici.
Pour les commentaires, bien souvent nos lecteurs viennent compléter l'article lui même et c'est ça qui me plait dans un blog inter-actif, chacun y vient déposer ses
connaissances au profit de tous !


Aller, "boujou" C@t et bonne journée ! 



Loïs 23/02/2011 21:29



Bonjour!


La mercerie portant le même nom, située après guerre rue Victor Hugo en face de l'école de la Mailleraye, avait-elle un lien avec cet établissement?  Merci.



DAN 23/02/2011 22:37



Bonsoir Loïs. Ma foi je ne saurais le dire, ce qui est certain c'est que le magasin dont je fais mention dans cet article a cessé ses activité en 1918, peut être un
descendant de ce magasin a t-il repris le nom  "au dé d'argent", peut être un autre commerçant voyant que ce titre n'était plus utilisé l'a t-il ré-employé, il y a beaucoup de possibilités à
ce sujet. Ce que je peux faire, comme je me rends aux archives demain, c'est de consulter à nouveau les annuaires Micaux , et voir si les noms des propriétaires de ces deux commerces ont un lien
entre eux. Ces annuaires Micaux ayant été édités jusqu'en 1974, il se peut que je retrouve les noms et voir s'il y a concordance entre les deux.
Alors si j'ai du nouveau, je vous en ferais part directement sur cette réponse auquel je pourrai ajouter ces renseignements.
Alors à bientôt peut être !



(réponse du 24-02-2011 )


Je viens de faire des recherches aux archives, et je n'ai pas retrouvé le "dé d'argent" rue Victor Hugo. Comme c'était après la guerre, il se pourrait que ce
commerce n'ait pas fait l'objet d'une publication dans les guides Micaux, mais ce n'est qu'une supposition.
Quant au "dé d'argent" de la rue de Paris, j'ai constaté qu'il avait cessé son activité en 1918 et non en 1928. Donc il me semble improbable qu'il y eu un rapport
avec celui que vous mentionné vu les années les séparant.
Très bonne fin de journée loïs !  .



Caroline.K 29/01/2011 05:52



Dan,


Vous faites un travail de recherches absolument incroyable, les avant/après sont hyper intéressants. Préparez vous un livre ou c'est simplement pour votre plaisir ?


Ceci dit, j'ai oublié de vous le dire, mais votre bannière est SUPERBE


bises du samedi


Caroline



DAN 29/01/2011 10:31



Re-bonjour Caroline. Je voudrais bien que ces articles se "transforment " en livres, mais les difficultés de financement me font reculer, car j'ai quelques amis qui,
à compte d'auteur,  ont fait des livres sur les quartiers du havre et  qui ont été obligé de faire du porte-à-porte pour écouler leur stock, alors très peu pour moi, à moins qu'un
éditeur ne soit intéressé par ces articles et les édite comme on peut le faire pour la plupart des livres en librairie.
Sinon j'ai une petite rubrique dans le journal local qui reprend mes articles  chaque semaine, bien sûr tout ça bénévolement pour moi.


Pour la bannière c'est l'ami Nicéphore qui, en coulisse, a fait cette bannière, vos remerciements je suis sûr lui feront plaisir .
Bonne journée caroline



marc GEORGES 22/01/2011 14:04



Bonjour,


Du "DE D'ARGENT", je ne connaissais que les petits cartons publicitaires avec une image au dos, j'avais déjà regardé pour situer le lieu, mais je ne m'avais pas recherché de photos. Donc Merci.


A tous les lecteurs du blog.


Suite à la demande de recherche sur le cinéma qui a été lancée, je remercie les personnes qui me contactent, mais ce n'est pas moi qui ait fait cette demande, bien qu'une des photos de couverture
semble bien provenir de mes archives (celle du Cerveau déjà publiée dans CITE et OCEANE). La demande émane d'un journaliste parisien, ancien havrais. Si mon projet avance, il est loin d'aboutir
car je n'arrive pas à visionner tous les films tournés au Havre et n'ai pas retrouvé de photos de certains anciens cinémas, certains noms n'ont d'ailleurs pas été identifiés comme le "CRYSTAL
PALACE".


Cordialement.


Marc.



DAN 22/01/2011 23:52



 


Bonsoir Marc. Quand nous nous sommes rencontré rue de Paris nous n'étions pas loin du lieu où se trouvait ce magasin au « DE D'ARGENT », comme ç a tu
situes mieux.


Je pense que tu arriveras bien à visionner tous les film tournés au Havre, à moins qu'il y ai de trop ou que tu n'aie pas tous les films. J'espère néanmoins que tes
travaux aboutiront, ce n'est peut être qu'une question de patience, car du coté de la passion tu n'en manque pas.


Alors bon courage et tiens moi au courant de tes recherches, car si je peux t'aider ?


Bon dimanche Marc.



tce76 15/01/2011 13:44



Salut DAN


Seul un oeil averti sur la technique de recherche comme le tient, est capable de retrouver la même façade entre maintenant et au moment des bonbardements, et notament sur les deux derniers
clichés. Encore une fois, je te félicite! 



DAN 15/01/2011 13:50



Bonjour et merci Thierry. Je pense en effet avoir une bonne mémoire "photographique" et quand j'ai vu ce cliché je n'ai eu de cesse que de me rappeler où c'était, et
voila le résultat.


A tout à l'heure Thierry  ?



Claude 12/01/2011 22:59



Hé bien, encore un sujet traité avec brio...où on peut facilement grâce à tes explications très claires se resituer dans le temps et dans
l'espace.


C'est très intéressant et instructif à la fois pour nous qui n'avons pas connu notre "HÂVRE" sous cet aspect...avec comme très souvent des documents
photographiques inédits ou méconnus.


Merci et à Samedi...si vous le voulez bien..!!



DAN 12/01/2011 23:19



Bonsoir Claude.


Il n'y a vraiment que ceux qui ont vécus avant guerre qui puissent vraiment nous dire où était tel ou tel commerce. Nous, nous ne faisons que de le
"reconstituer" dans la mesure de nos moyens. Comme il y a de moins en moins de témoins de l'époque je m'efforce d'en garder la mémoire afin que les plus jeunes se rendent compte de ce qui s'est
passé.


A samedi Yllen et Claude ! (et comment que je le veux) 



jps 12/01/2011 11:27



Au rythme hebdomadaire de vos articles attrayants parfois entrecoupés de pauses publicitaires qui vantent des produits ou services d'un autre temps, je découvre un Havre inconnu, Havre d'une
époque dont on ne sait si elle fut meilleure que l'actuelle, un Havre que les plus anciens regrettent peut-être, un Havre cosmopolite agité par la foule des passants et autres badauds qui ne
connaîtront pas le fléau automobile du présent, un Havre de jadis comparable aux autres grandes villes de province..Ah oui, on prend bien du plaisir à situer, comparer, détailler ces divers
endroits de notre cité maintenant bétonnée en masse dans le grand centre balayé par les vents d'ouest mais reconnaissable désormais grâce à quelques constructions emblématiques..


Amitiés havro-havraises... 



DAN 12/01/2011 11:43



Salut JP. Si on me demandait de choisir une époque où j'aimerais vivre ou revivre et bien je choisirai de rester quand même dans notre époque actuelle, qui, malgré
ses nombreuses insuffisances ou faiblesses, reste une époque où (presque) tout le monde mange à sa faim, où la misère des taudis a tendance à régresser, où le travail, même s'il en manque à
beaucoup, hélas, ne condamne pas celui qui l'exerce, où la médecine nous permet de vivre un tant soit peu mieux que nos parents. Bref une époque qui est très très loin d'être parfaite sans doute,
mais qui nous permet, comme ici, d'échanger nos points de vues sur ce Havre qui qu'elle que soit l'époque, reste à jamais notre plaisir !


Amitiés havraisdiresques JP !



françoisedu80 11/01/2011 14:34



Re,


 Je vous remercie pour vos souhaits en vous envoyant de ma Picardie si proche et si cousine par son architecture de la gare (Perret) des choses
agrables à découvrir chaque jour et de bonnes réunions avec la bande de copains , dans un "rade sympa" ...bonne
après-midi (j'ai quelques contacts Havrais)



DAN 11/01/2011 14:43



De rien Françoise, et si vous voulez connaître ou voir tous ces Havrais qui font la "blogosphère" il vous suffirait de venir ce samedi, car nous avons rendez-vous
ensemble à 15h30 dans le Hall de l'hötel de ville. Cela vous permettrait de mettre un visage sur des noms ou des pseudos !


@ + Françoise ! 


 



françoisedu80 11/01/2011 13:08



Bonjour Dan ,


Il y avait un magasin du même nom à Amiens , ma grand-mère ,m'a raconté qu'elle se fournissait en blouses , mercerie et diverses bonneteries à l'époque ,
tout celà n'est plus ,la société de consomation veut de l'éphémère .Je vois au passage le café de Paris ,qui devait avoir un certain charme avec sa grande marquise.


 Bien à toi (suis un contact de Phyll)



DAN 11/01/2011 13:29



Bonsoir Françoise. Ce devait être un magasin franchisé, comme on dit aujourd'hui, c'est à dire ayant des succursales dans d'autre villes, et Amiens n'est pas si loin
(180 Km).


Il est certain que si l'on pouvait de nouveau avoir de tels magasins en France on serait surpris par leur offres diversifiées. Sans avoir connu celui-ci je me
souviens de petites merceries de quartier qui proposaient un foule de marchandises diverses.


Non seulement vous êtes un contact de Phyll, mais aussi du blog "SOMME-PHOTO" où vous nous avez donné la réponse à une énigme. Alors comme c'est notre premier
contact, je vous souhaite une excellent année 2011 !


 



phyll 10/01/2011 22:57



juste pour le plaisir, il me semble que, sur le cliché intitulé "jour de fête rue de Paris" je reconnais deux individus chapeautés,( à droite), qui auraient pu être nous à
cette époque !!........


à Samedi monpote !! ,o) 



DAN 10/01/2011 23:07



Ah dis donc, t'as raison monpote ! Serions-nous la réincarnation de ces messieurs ? Viens, on en discute à la terrasse du Café de Paris ! 


A samedi mopote ! 



Pierre 10/01/2011 20:33



Tout à fait excellent DAN. Il est vrai que faire la situation avant et après guerre n'est pas chose facile.


Tu as encore fait du beau travail.



DAN 10/01/2011 22:40



Bonsoir Pierre. Merci l'ami, c'est tout à fait exact que ce n'est pas facile du tout, mais toi qui me connais, tu sais mon attachement à cette ville et à son
histoire, alors facile ou pas j'essaierai toujours de trouver le lien entre l'avant et l'après !


Bonne fin de soirée Pierre !



Marcopolo76 10/01/2011 19:27



Comme d'habitude...le travail historique est excellent , en plus moi qui ne suit pas originaire du Havre, j'arrive à me retrouver dans toutes ces ruines..et dans les constructions d'aujourd'hui
...!


Marco


 



DAN 10/01/2011 19:35



Bonsoir Marco. Voila un compliment qui me va droit au coeur, car ce n'est déjà pas facile pour un natif du Havre, alors pour quelqu'un qui n'y est pas né c'est
encore moins évident. Cela veut dire que mes explications ne sont pas trop confuses alors !


Bonnes soirée et à bientôt Marco  !



Mousse 10/01/2011 17:12



Bonsoir cher Dan,


C'est toujours un plaisir de découvrir tes billets.


Tu fais un travail remarquable pour notre plus grand plaisir.


Cette maudite guerre a effacé trop de choses.


Grâce à tes recherches, on peut voir et avec nostalgie comment étaient certains endroits avant la guerre.


Bonne semaine.


Bien à toi.


 



DAN 10/01/2011 17:29



Bonsoir Mousse. Merci pour le travail. Si le lecteur a plaisir à venir regarder mon travail et de ce fait comprendre ce qui s'est passé au Havre au cours de son
histoire voila qui est satisfaisant. Je te remercie de ta fidèlité cela me fait très plaisir. Je pense que, hélas, beaucoup de ville en Europe ont subi les malheurs de la guerre. Il faut garder
la mémoire de tout ce qui nous est arrivé pendant cette période afin de ne plus jamais revivre ce cauchemard !


Bonne soirée, amitié mousse !



Didier 10/01/2011 11:22



Combien de rues de facades qui ne seront jamais dans nos souvenirs, on ne peut qu'essayer d'imaginer que par le biais de cartes ou de vieilles photos cette ville qui ne sera jamais totalement
notre.J'ai cette impression bizarre quelque fois, ma ville détruite, puis reconstruite, qui n'est pas vraiment vraie, est ce que le Havre sera un jour une ville sans y entendre sa destruction, je
ne crois pas, il y trainera toujours un spectre.


Dommage quand même qu'elle fut détruite, on y vivrait certainement différament, le parfum serait ennivrant, elle craquerait un peu, bref dans ma tête c'est déjà le début d'une histoire, tu sens
ce parfum de vase qui vient des bassins par un beau matin de printemps, cette brise qui court sur ton visage, et ces raies de lumière à travers les persiennes, et cette sirène, aujourd'hui c'est
jour de marché il va faire bon vivre au Havre tu le sais.



DAN 10/01/2011 12:24



Bonjour Didier. Tu sais traduire par des mots les pensées qui m'arrive d'avoir au sujet de notre ville, moi j'utilise plutôt les images qui, elles aussi,
parlent pour moi. Il est certain qu'ont y vivraient très différemment si elle n'avait pas été détruite. Il m'arrive de me promener dans la rue Pouyer dans le quartier du perrey, et d'y ressentir
cette atmosphère qu'il devait y avoir dans ce Havre à jamais disparu. Il suffit de se placer à un endroit précis pour ne plus voir le Havre reconstruit et ne voir que le Havre ancien, cela fait
une étrange sensation qu'il m'est difficile de traduire par des mots, sensation faites de sentiments de rancune envers ceux ayant détruit le Havre, et sensation d'entendre les fantômes du passé
me décrire cette partie de la ville comme elle était. Alors pour ne pas me laisser submerger je continue mes pas qui me conduisent vers des lieux où le passé a été bâillonné par le
présent.


Bonne journée Didier !



eva baila 09/01/2011 23:12



C'est toujours un choc terrible de voir les photos des résultats des bombardements. Je ne m'y habitue pas, et on se demande parfois comment tu peux faire la synthèse des reconstitutions et des
reconstructions, des transformations diverses... Toujours et encore bravo ! Bon Lundi Dan. 



DAN 09/01/2011 23:49



Bonsoir Eva. Bien que n'ayant pas connu le choc de 1944, il m'a été transmis, peu ou prou, par mes parents qui, eux, en ont subi l'horreur. Mon père me racontait
parfois la vie notament dans la rue de Paris, c'est peut être pour cela,, avec bien d'autres choses, que j'arrive à faire ces résumés sur l'histoire du Havre. Quant au travail de synthèse, c'est
une chose que j'ai apprise dans mes dernières années d'activité, je les mets en pratique ici ainsi que mes cours de reportage et metteur en page. Somme toute, Je continue à travailler, mais là
c'est pour vous tous et pas pour un "boss"


Bonne fin de soirée Eva !



jeanpaul76 09/01/2011 22:59



Salut


Encore un excellent ouvrage merci à vous deux cela donne l'envie de fouiner dans le secteur pour mieux comprendre bien sûr rien ne correspond mais, sentir l'endroit  ma mémoire me fait défaut pour le Dé d'argent le café
de Paris oui de nom je note un flux important sur les trottoirs le petit commerce était roi (il n'y avait
pas la concurrence) à noter je pense que la rue de Paris commence à changer l'atout de cette rue les commerces sont dotés d'arcades un bien par mauvais temps voilà une réflexion a froid


bonne soirée



DAN 09/01/2011 23:40



Bonsoir Jean-Paul. Tu feras comme moi quand je me balade en ville, tu regarderas les lieux, les rues, les maisons, enfin bref TOUT, et tu te demanderas comment
c'était à telle ou telle époque. Quant à la rue de Paris tu as raison ses arcades sont un atout important, je pense même que cette rue n'a pas la renomée commerciale qu'elle devrait avoir et que
pourtant elle a eut. c'est sans doute une question de commerces en eux même, il ne faudrait pas que des banques, ou des bureaux d'assurances dans cette artère, mais des commerces attirants le
plus grand nombre de personnes,  pour qu'elle retrouve son faste d'antan !


Je vois que tu vas mieux et c'est bien ainsi, alors bonne fin de soirée Jean-Paul !



clementine 09/01/2011 22:30



On voit bien le changement spectaculaire qui s'opère au fil des années.


bonne soirée


clem



DAN 09/01/2011 22:55



Bonsoir Clémentine et merci de ton passage sur le blog où tu as pu constater que j'ai beaucoup de travail concernant les changements spéctaculaires au Havre, car là
ce 'est qu'une partie de la ville rasée, alors t'imagines le reste !


Bonne fin de soirée Clem !



boboce 09/01/2011 18:35



C'est que ça ne doit pas être facile de retrouvé, quoi était où, après toutes les destructions de 44.


Comme dit Christian Richet, merci Perret pour les grandes artères. Mais le plus incroyable, c'est qu'avec des rues aussi large, on a réussit à faire une circulation similaire à celle du vieux
Rouen.


 


Bonne soirée.


A+



DAN 09/01/2011 18:47



Salut Boboce. Heureusement bon nombre d'archives, non publiées ici à cause de leur coté rébarbatif, m'aident beaucoup dans ces recherches. Ainsi les guides Micaux
indiquant les adresses et la raison sociale de ces commerces. Puis il y a les plans d'époque, les "réclames" etc, bref j'arrive à m'y retrouver. Le plus difficile étant quand même de comparer ce
qui fut de ce qui est. Il faut aussi aller sur place pour photographier à tout va, comparer les photos bref un travail que tu commences à connaître un peu maintenant !


Je ne sais pas si vraiment on circule si mal que ça au Havre, il ne faut pas prendre l'exemple en ce moment avec tous ces travaux; mais moi qui passe à Rouen de
temps à autre pour aller en famille je peux te dire que c'est un cauchemar de traverser cette ville et surtout de retrouver son chemin. Ici au Havre en temps "ordinaire" c'est quand même plus
aisé !


@ ++ et bonne soirée boboce !


 



Christian Richer 09/01/2011 17:22



Super boulot encore ! Votre blog est une mine, les amis ! Il sera bientôt, lui aussi, à verser au patrimoine de la Ville !


Quant à savoir ce que notre ville fantôme aurait donné aujourd'hui avec les autos, il suffit d'aller rouler au quotidien dans le centre de la Rive Droite de Rouen pour s'en faire une petite
idée... Merci Perret !



DAN 09/01/2011 17:34



Bonsoir Christian. Nous voila transformés en "mine", pourvu qu'il n'y ai pas de coup de grisou  !


Pour avoir rouler un peu dans le vieux Rouen, c'est vrai que les conditions de circulation ne sont pas aisées là bas, voire cauchemardesques à certaine période et
heure de la journée. Ici comme ailleurs on a trop donner la priorité à ce moyen de déplacement qui plus est, individuel. Difficile, non pas de revenir en arrière, mais de faire changer les
mentalités à ce propos !


Les faits,  je pense,  nous y obligeront !


Bonne soirée Christian !



françoise 09/01/2011 12:38



Bonjour Dan, ces photos sont superbes et très intéressantes, comme toujours et là elles nous plongent au coeur de la ville, si chaleureuse à cette époque! la comparaison est tristounette!! c'est
vrai qu'on aurait bien eu envie de s'attabler au café de Paris et regarder passer les badauds! c'est vraiment super de nous donner à voir notre ville telle qu'elle était autrefois. A chaque fois,
je me dis quelle belle ville c'était! sans parler de l'activité des transatlantiques! Je trouve également la présentation du blog formidable avec les deux mairies, l'ancienne et la nouvelle, qui
se succèdent et se superposent. Je trouve cela superbe comme idée, d'ailleurs là je trouve que les deux ont leur beauté respective. Bonne année Dan et merci pour tous ces moments de plaisir que
tu nous donnes. françoise



DAN 09/01/2011 12:59



Bonjour Françoise, et bien sûr bonne année 2011. Merci pour la présentation du blog, que nicéphore et moi nous nous efforçons d'améliorer au fil des mois.


Il ne faut pas comparer la ville d'avant guerre de la ville de Perret, car un élément a tout changé et cet élément c'est l'automobile. Imaginons que le Havre n'ait
pas été bombardé, il est certain qu'il aurait fallu l'aménagée pour recevoir ce flux d'autos, qu'est-ce que cela aurait donné ? Mystère.


Quant à regarder les badauds depuis une terrasse de café, si tu viens nous rendre visite un jour c'est ce que je te proposerai sans doute pour bavarder quelque peu !



Bon dimanche Françoise ! 


 


 



phyll 09/01/2011 11:41



salut mon pote,


un excellent travail une fois encore !!! ... j'ai tout compris !!!


il est vrai que, comme ici, l'orsqu'on supperpose les plans de l'époque et ceux d'aujourd'hui on comprend mieux la situation plus ou moins "improbable" de certains immeubles ...


sinon tout comme les commentaires précédents, c'est frappant de voir autant de monde dans la rue !! mais bon, les gens ne passaient pas leur temps libre à.....bloguer !!! :o) (quoique nous
sommes une bonne poignée à savoir mettre le nez dehors ...et si ce "café de Paris" existait encore, il serait un excellent point de rendez-vous !!!) 


à très bientôt !!



DAN 09/01/2011 11:53



Salut monpote. A bloguer ou...débloguer , c'est sûr qu'ils avaient
d'autres occupations à cette époque, occupations que parfois nous reprenons quand nous nous baladons en ville n'est-ce pas.


Pas toujours facile de se remettre dans les conditions d'avant guerre pour situer un lieu comme celui-ci, je suis obligé de prendre beaucoup de photos avant de
trouver le bon angle, heureusement les plans anciens m'aide beaucoup !


Bon dimanche mon pote !



pere cantoche 09/01/2011 10:23



C'était rien animé autour du " Dé d'argent " dé, et pi y'en avaiti du monde " Rue de Paris ", pas ! 


Super ton reportage, mon ami... comme d'hab !



DAN 09/01/2011 10:42



Bonjour père cantoche. Oh ba dès, c'est normal qu'il y ai du monde, les gens n'avaient pas d'auto à cette époque, tout le monde se promenait à pied même sur le
"peuuurt" et finissait leur balade boulevard Albert 1er. Pour la rue de Paris on peut dire à ce propos qu'elle en a perdu, rien à voir avec ce qu'elle fut, c'était un autre temps...


Bon dimanche Thierry !



FAH 09/01/2011 08:44



Tu as le chic, Dan, pour trouver des cartes postales que je n'ai encore jamais vues et qui nous replongent dans la vie avant guerre, si animée alors.


Bravo pour tes explications limpides, et merci à Nicéphore aussi.


FAH



DAN 09/01/2011 10:34



Bonjour Françoise. Pour les cartes postales, quelque peu rares, comme dit le dicton populaire, il ne faut pas avoir d'oursins dans les poches.


C'est une des caractéristiques de ces vieilles photos prises probablement les jours de congés, c'est qu'il y a beaucoup de monde, mais surtout... pas de "bagnoles",
et là ça change tout !


Bon dimanche Françoise !



buddy2259 09/01/2011 05:34



Bonjour Dan,


Excellent reportage et encore un gros travail de ta part sur un quartier qui a totalement disparu.Heureusement tu nous proposes  un schéma des lieux ,et l'utilisation de tes
différents symboles afin de compléter tes explications est judicieuse. Rappel utile le "ici" afin de redécouvrir ton reportage sur la reconstruction de la rue de Paris


De belles photos,de sympathiques cartes postales des explications utiles les conditions sont réunies pour  parcourir un reportage digne d'intérêt.


Merci l'ami passe un bon dimanche !



DAN 09/01/2011 10:29



Bonjour Buddy. En faisant cet article, je me suis rendu compte que j'y passais presque plus de temps qu'à faire un tableau... En tous cas pour celui-ci j'ai eu un
peu de mal à restituer exactement le café de Paris. J'ai d'ailleurs encore un autre travail à faire au même endroit puisqu'il s'agit de la limite des anciens remparts, alors j'y reviendrai
certainement un de ces jours.


Bon dimanche Buddy !