Le réhaussement des rues du Havre 1/2

Publié le par DAN

  Dès le lendemain des bombardements, et avant que ne commencent les travaux de déblaiement, les havrais tentent de récupérer ce qui peut l'être dans les ruines de leur maison.

Une polémique eut lieu à propos de ce déblaiement : ainsi peut-on lire dans le bulletin du parti communiste de 1945 :

"L'administration des ponts et Chaussées voulant avant toute chose déblayer totalement le Havre proposait (et commença) le comblement des bassins de la Barre et du Roy... On les draguera après !..."

(Je reviendrai sur cette polémique à propos du comblement des bassins qui fit rage dans la presse havraise au lendemain de la guerre..)

Mais dès la décision prise on commence à dégager les rues encombrées par les gravats. Ce travail a été fait en grande partie avec des bulldozers américains, mais aussi manuellement aux endroits difficile d'accès ce qui permis également de récupérer des matériaux encore utilisables telles les briques.

Une fois les rues nettoyées, l'équipe d'Auguste Perret put tracer les rues selon un nouveau schéma reprenant dans les grandes lignes l'ancien tissu urbain.
C'est ce que nous verrons la semaine prochaine.

 

 

fond will ALGLes havrais à la recherche de quelques biens dans les ruines de leurs maisons. ABM fond will .

 

 

 


Réhaussement (10)Les bulldozers en action autour de Notre Dame. Coll S.H.E.D.

 


Réhaussement (10 bis)Le même point de vue en 2014. Photo DAN.


 


Réhaussement (5)Le même travail au bulldozer, ici boulevard François 1er, en arrière plan les ruines du Théâtre place Gambetta.  Coll S.H.E.D.



Réhaussement (5 bis)Approximativement le même point de vue en 2014. Photo DAN.

 

 

 


HPresse 1994Le nettoyage des briques un travail énorme, une source de revenus pour de nombreux Havrais dont l'entreprise est détruite .  

Photo Le Havre Presse du 3 septembre 1994.


__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Merci de votre visite.

 



Commenter cet article

louis 02/03/2014 18:58


J'ai du retard ! Images terribles.

DAN 02/03/2014 19:12



Bonsoir Louis,
Il n'y a jamais de retard ici, la porte du blog est toujours ouverte.
Des images terribles en effet et que l'on aimerait ne plus jamais revoir et dans aucun pays !
Merci de ta visite et bonne soirée Louis ! 



Elisabeth 01/03/2014 17:25


C'est un travail très impressionnant que cette note (qui aura une suite que j'attends avec impatience). Je ne suis pas restée assez longtemps l'année dernière pour pouvoir dire quoi que ce soit
là-dessus mais c'est vrai que j'ai un peu remarqué des niveaux différents au Havre. C'est sûr qu'on sent la "reconstruction". Tout cela "remue" au fond de nous ! Merci et bon week end.

DAN 01/03/2014 19:16



Bonsoir Elisabeth,
En effet demain matin je publierai la suite de cet article, et les lecteurs pourront comprendre ce que fut ce travail titanesque, mais aussi voir dans le Havre d'aujourd'hui où l'on peut
constater facilement ces différences de niveaux. L'histoire du Havre est inscrite non seulement dans ses murs, mais dans on sous-sol également.
Alors à demain Elisabeth !



Michèle Drieu 01/03/2014 10:44


Bonjour,


Quand mes grands-parents et mes parents sont revenus devant ce qui restait de l'immeuble de trois étages dans laquel se situait leur appartement rue de Paris, ils n'ont retrouvé qu'une boîte en
fer contenant des lettres et c'est tout ce que les bombardements leur ont laissé d'une vie. Ces lettres je les ai retrouvées parmi leurs affaires après leur décès.


Michèle

DAN 01/03/2014 11:11



Bonjour Michèle,
Voila un témoignage émouvant concernant ce triste épisode de la recherche de quelques bien restés intacts, et ici ce sont des biens intimes de leur vie passée, certes c'est bien maigre et vos
grands-parents ont du éprouver une bien grande amertume en voyant et constatant ce désastre.
Ces lettres représentent pour vous tout ce qui reste de vos grands-parents et j'imagine que vous les gardez précieusement;
Merci Michèle pour votre témoignage qui est plus qu'un commentaire.
Je vous souhaite une excellente fin de semaine.


 



B.O. 28/02/2014 18:23


Votre travail (sur ce blog) permet de comprendre les différences de niveaux dans cette ville basse toute plate et aux rues bien droites.


Il permet également de se rendre compte de la situation de notre ville, il y a 70 ans.


Une vue qu'il ne faut pas oublier pour éviter qu'elle se reproduise. L'actualité montrant trop souvent qu'il ne faut pas grand chose pour que cela réarrive.


Et la menace écologique (montée des eaux) souvent évoquée dans les commentaires est une autre menace qu'il ne faut pas sous-estimer.


B.O.


 

DAN 28/02/2014 18:52



Bonsoir Olivier,
Merci pour mon travail, celui-ci est orienté, entre-autre mais pas seulement bien sûr,  vers la jeunesse afin qu'elle sache ce qui s'est passé réellement au Havre au cour de son
histoire.
Quant à la menace écologique celle-ci est préoccupante en effet, espérons que nous en prenions conscience à sa juste mesure afin d'y remédier si on le peut.
Bonne soirée Olivier et le bonsoir à toute ta "tribu"



l'père cantoche 25/02/2014 10:35


La ville rasée du ciel par les bombardements des citoyens de la perfide Albion ne devait-elle point être surélevée de quelques mètres pour éviter à l'avenir d'être submergée par un Tsunami
dévastateur provoqué par un tremblement de terre dont l'épicentre serait situé dans les eaux territoriales britanniques... inouzenveulent ces gars là, faut s'méfier  !


Bon, l'délire très mince passé... trêve de plaisanterie d'mauvais gout, celui du porridge aux flocons d’avoine suivi de la traditionnelle panse de brebis farcie chère à Jacques
Bodouin ( www.youtube.com/watch?v=1aMm3RkQaFE )‎


... revenons à nos moutons ! Mais non, pas les frisés qui broutaient les vertes prairies Cauchoises qu'ils ont occupé frauduleusement pendant 4 ans, mais revenons, plutôt à votre magistral
article ( comme d'hab ) sur ce cataclysme qui a détruit notre ville... Quel courage il a fallut à nos parents et grands-parents de reprendre vie sur ces ruines à perte de vue, de
survivre à ce traumatisme provoqué par ce spectacle de désolation... re-démarrer après avoir tout perdu pour beaucoup d’entre eux. Le Commerce de Quincaillerie ( quai Notre Dame
), acheté par mon grand-père Robert Cantel  à un certain Monsieur Leroux et tenu ensuite par ces deux fils Pierre et Jean ( mon père ), fut totalement rasé et reconstruit Quai de
Lamblardie ( non sans un long séjour, qui se voulait provisoire, dans des baraquements en tôles ondulées situé en face des bureaux des Douanes )


Vos terribles photos, chers Dan et Nicéphore, témoignent de l’ampleur du désastre.


Les commentaires suscités sont toujours aussi remarquables et autant de choses vécues par des Havrais. Tout cela conjugué donne ses lettres de noblesse à ce blog qui, je l’ai déjà dit, mais je me
répèpète, ... ce blog qui, dois-je encore le souligner du trait de l’admiration... bref, soyons brefs... ce blog qui est un passage obligé, incontournable, pour tous les Havrais qui
sont “ rien Havrais “... ça y’est,  je l’ai dit  !

DAN 25/02/2014 11:17



 


Bonjour l'père cantoche,


Eh oui, on peut dire que la perfide albion nous en a voulu et ce, pendant des siècles, car en matière de bombardements ce n'était pas leur coup d'essai. Bon heureusement qu'il n'y a pas
que ce plat, la panse de brebis farcie, pour nous réconcilier avec eux, heureusement d'ailleurs si j'en juge par le célèbre sketch de Jacques Bodoin, il y a en a bien d'autres choses fort
heureusement comme la crème anglaise qui aurait mes faveurs.


Il a fallu beaucoup du courage en effet pour redémarrer la vie après cette catastrophe, et ta famille est TRES bien placé pour l'avoir vécu, car travaillé comme elle l'a fait dans un
baraquement puis au quai Lamblardie ne devait pas être facile tous les jours. Ah il n'y avait pas les 35h à l'époque !


Quant a dire que notre blog est incontournable c'est rien bien oh ba dès !
Bonne journée Thierry et merci pour ton commentaire !



tce76 24/02/2014 18:48


Salut DAN


Je veux bien croire que le réhaussement des rues n'est pas une mince affaire.


Par ailleurs, je suis toujours bouleversé à la vue de ces clichés historiques de destruction de notre ville.


Bonne soirée.

DAN 24/02/2014 18:53



Bonsoir Thierry,
Cette photo a été prise par les témoins de l'époque, ici Wil mais il y en a eu beaucoup d'autres tout aussi prenantes.
Quant au rehaussement des rues la semaine prochaine on verra l'immense chantier, et donc travail, que cela a représenté !
En attendant bonne soirée Thierry !



jeanpaul76 24/02/2014 13:28


Salut amis 


L'éternel dilemme qui n'est pas spécifique à notre ville, la reconstruction après une destruction massive, des paramètres surgissent très vite, l'urgence de reconstruire avec des critères non
négligeables allez vite très vite et le bon choix .


l'histoire nous démontre que parfois nos sages de l'époque ont pu prendre ou avoir eu des idées dites farfelues, une époque aussi peu de moyens performants, une main d'oeuvres blessée .


la première image est très riche imaginons ou plutôt ce couple le jour " moins 1 " réuni en famille et le lendemain suite au bombardement debout sur leur maison grave quand même .


Quelles que soient les décisions prises il faut retenir l'urgence.


j'aimerais dire vrai plus jamais ça....


beau n'est pas approprié  mais un reportage poignant

DAN 24/02/2014 14:24



Bonjour Jean-Paul,
Il y a certaines villes qui ont aussi reconstruit dans l'urgence, je pense à Amiens par exemple, et le résultat est plus que disparate. Ici, au Havre, malgré cette urgence, peut être même plus
"urgente" qu'ailleurs vu le pourcentage de destruction, on a quand même réfléchi à ce que l'on pourrait faire de mieux avec les données  et la technique de l'époque. Je pense que de ce point
de vue là on ne sait pas trompé.
Pour la première photo, celle-ci illustre parfaitement le désarroi des havrais au lendemain du désastre, et je pense que ce couple a du se réfugier dans un abri en attendant la fin de l'orage.
Mais voila, une fois passé c'est pour constater que cet orage avait détruit toute leur vie.
Merci pour ton passage l'ami, et bonne journée !


 



eva baila 23/02/2014 23:53


décidément, je ne peux pas me faire à ces photos d'après bombardement...

DAN 24/02/2014 08:19



Bonjour Eva,
Personne ne peut s'y faire Eva, enfin je l'espère, et c'est justement pour ne plus jamais voir ça que je les publie. Il faut que chacun sache qu'à partir d'une idée malsaine (le nazisme) on peut
en arriver là, ajoutons-y la bêtise humaine (pourquoi ces bombardements ?) et voila le résultat. Alors autant informer ceux qui auraient quelques mauvaises intentions, mais il est vrai aussi que
l'expérience est comme une lanterne qui n'éclaire que le chemin parcouru, alors j'essaie de mettre cette lanterne en avant!
Bonne journée Eva ! 


 



E.C. 23/02/2014 20:15


Bonsoir Dan,ces images rappelent quelques souvenirs,car je me souviens que ces tas de briques servaient de jeu pour mes frères et moi,et nos copains,encore quelques années après la fin de la
guerre,près de l'Hotel de Ville.La jeunesse,encore innocente, voyait là une opportunité de s'amuser,et oubliait la guerre.Merci pour ces explications et ces photos uniques.Bonne soirée.E.C.

DAN 23/02/2014 22:43



Bonsoir monsieur "C"
je comprends  fort bien qu'on puisse jouer avec ces briques dans ce Havre qui n'offrait que peu de distractions à cette époque.
Moi même mes meilleurs souvenirs d'enfance se déroulent dans les ruines d'un bombardement et dans le fort de Tourneville déserté, ou presque, à cette période, de plus les règles de sécurité
n'étant pas encore aussi sévères que celles d'aujourd'hui le havre en construction pouvait représenté un immense terrain de jeu pour les plus jeunes.
Bonne fin de soirée monsieur "C" !


 



JMH 23/02/2014 19:05


Bonsoir


Des sujets comme celui du réhaussement du Havre passent souvent à l'arrière-plan de l'histoire. Ils ne sont pas photogéniques, ne mettent pas en valeur des personnes, sont presque
impersonnels et assez techniques. Comme beaucoup, c'est assez tard que j'ai appris que Le Havre avait un niveau d'avant-guerre et d'après-guerre. N'est-ce pas le parvis de la cathédrale
Notre-Dame qui retrouva très tardivement un parvis avec son niveau initial?  


Cette différence de niveaux reste pourtant un moyen très simple de comprendre qu'il y eut un avant et un après. D'après ce que je me rappelle, Perret avait même prévu de faire une ville où
tout ce qui aurait été technique ( gaines, cables...) se serait trouvé en sous-sol. On trouve des idées de ce genre avec des "villes nouvelles" où une dalle  est réservée aux piétons
tandis que les voitures circulent en sous-sol. On a perdu cet espoir, cette utopie d'un nouveau style de ville. C'est bien dommage ! 


Cette question de niveau de ville est passionnante. Elle prendra peut-être de l'ampleur avec le niveau de la mer qui monte. Aura-t-on un nouveau réhaussement ?


Amitiés.


 


 


 


 


 


 


 

DAN 23/02/2014 19:17



Bonsoir Jean-Michel,
J'ai aussi eu cette sensation que la question du rehaussement avait été mal ou insuffisamment traitée dans les livres d'histoire. Certes on évoque bien souvent la rue Durecu ou les jardins de
l'hôtel de ville pour en parler, mais sans vraiment appronfondir la question.
Je me suis donc mis à l'ouvrage pour présenter cet article en deux parties.
Le parvis de Notre-Dame autrement dit l'ancien tracé de la rue de Paris, n'a que peu changé depuis cette reconstruction si l'on observe les hauteurs à l'entrée de la Cathédrale entre aujourd'hui
et ce que l'on peut voir sur les cartes postales d'avant guerre.
Perret avait voulu en effet faire une ville à l'air libre avec ses rues piétonnes et ses commerces, et une ville souterraines avec toutes ses servitudes et bien entendu la circulation automobile.
Mais le budget de ce projet aurait été faramineux, et de plus beaucoup plus long à réaliser. Donc il a été "enterré".
Quant à un nouveau rehaussement des rues du Havre, ce sera une question qui occupera la, ou, les générations suivantes à la notre.
Bonne soirée Jean-Michel ! 


 



Mousse 23/02/2014 18:57


Bonsoir cher Dan,
Un billet de désolation !
C'est fou ce que le Havre a été touché.
Ces pauvres gens qui cherchent ce qui peut encore subsister.
Cela été terrible. Les photos montrent bien l'ampleur des dégâts.
Merci pour cette page d'histoire, on n'oublie jamais ces choses-là.
Bonne soirée et bonne semaine, mes amitiés.

DAN 23/02/2014 19:03



Bonsoir mousse,
Je dois bien avouer que cette période me passionne est-ce parce que mes parents l'ont vécu ou que j'en ai vu les conséquences toujours est-il qu'elle a été terrible pour la génération précèdent
la mienne.
Mes amitiés aussi chère mousse et bonne semaine ! 



marcopolo76 23/02/2014 17:46


Bonsoir Dan et Nicé


Une facette de l'histoire du Havre qui restera douloureuse pour bon nombre de personnes...


On ne peut en conclure que la reconstruction de Perret a été faite sur une table rase mais elle reste néanmoins une oeuvre d'archecture , c'est mon avis personnel ..!


Bonne soirée

DAN 23/02/2014 17:55



Bonsoir Marco,
Je ne sais pas combien il faudra de générations avant que cette cicatrice ne se referme, toujours est-il que les générations futures verront ce Havre de Peret et qu'il pourront toujours
s'interroger sur le pourquoi de cette architecture, qui, comme tu le soulignes est une oeuvre colossale, sans oublier toutefois celle de Colboc pour le quartier Saint-François
Merci Marco et à bientôt ! 



phyll 23/02/2014 17:00


salut mon pote,


le réhaussement des rues !!..... un sujet souvent inconnu ou (et) mal compris par bon nombre de Havrais !!! et dans mon quartier le phénomène est très visible car parmi les nombreuses
reconstructions, il reste encore beaucoup d'anciens bâtiments ! d'où des rues en légère pente ou carrément des "trous" comme la cour de l'école Edouard Hérriot tout près de chez moi .....


quant au comblement des bassins (nous avons évoqué le sujet vendredi dernier) heureusement qu'il n'en est rien !!!


bonne fin de journée mon bon DAN 


à bientôt !! 

DAN 23/02/2014 17:09



Salut mon pote,
Oui la cour de l'école près de chez toi, boulevard François 1er, a sa cour légèrement en contrebas, et dans ton quartier les maisons miraculeusement préservées témoignent aussi de cette
reconstruction et des niveaux différents qu'il y a eu dans ce quartier, j'invite les lecteurs, non pas à aller chez Phyll (quoique  ) mais à parcourir ce quartier qui recèle bien des surprises entre le Havre ancien et celui
d'aujourd'hui.
Quant au comblement si tu voyais toute la "littérature" qu'il y a à ce sujet pffff j'ai encore du boulot... !
bonne fin de journée Phyll ! 


 



François V 23/02/2014 16:47


Dan,


C'est vrai que le Havre a été trés touché par les bombardements mais il ne faut pas oublier des villages comme Fontaine qui ont été rasés à 100 % mais pas trop mal reconstruit.

DAN 23/02/2014 16:57



RE François,
Oui bien entendu, mais si je me concentre uniquement sur le Havre c'est simplement pour une question de temps personnel, je ne peux étudier toute la région de la même manière que j'étudie le
Havre, mais tu as raison un de ces jours je ferais un article relatant les rapports entre les communes environnantes au Havre et des conséquence que la guerre a eu sur elles.
Merci François à bientôt ! 



Jeff 23/02/2014 15:20


 


Pour la reconstruction, j'ai le souvenir de travailleurs italiens. Les italiens ont connu des difficultés économiques après guerre, et ils sont venus nombreux en France chercher du travail en
participant à la reconstruction des nos villes détruites en grande partie par nos alliés. La main d'oeuvre Française n'aurait pas suffi à rebâtir les villes dévastées. A Graville, un voisin de
mes parents, était de ces Italiens soldats prisonniers. Maçon il participa à la reconstruction de la ville, avant d'épouser une Havraise et de fonder une famille. Dans la base Persée une étude
faite par Sylvaine Vallet Normand de l'université de Caen sur le sujet de la participation des italiens à la reconstruction de LH indique leur présence dans les entreprises non locales appelées
en renfort, comme les entreprises Levaux, Gagneraud, Dodin, Leon Grosse. Les ouvriers Italiens étaient maçons pour l'essentiel, mais aussi plâtriers, peintres, cimentiers boiseurs et carreleurs.
Ils logeaient dans des baraques, comme celles de la place Gambetta, du quai Lamblardie, du Bd François 1er etc. Leurs logements étaient précaires, comme pour le reste de la population Havraise.
On parle de 80 à 85000 de sans abri en 1944. Mes parents jeunes mariés d'après guerre ont occupé des logements étroits et anciens, cours de la République, puis rue François Mazeline, dans le
quartier du Rond Point devenu alors le nouveau centre ville, avant de se loger en 1955 dans un immeuble de la reconstruction dont nous avons apprécié l'espace et le confort. Les matériels
américains et anglais ont largement été utilisés pour les travaux de reconstruction comme les Dodges, Bulldozers, GMC. Il est émouvant de penser que les briques des maisons écroulées sous
lesquelles de nombreux Havrais ont perdu la vie ont été employées à rebâtir les habitations des survivants. Bonne journée.

DAN 23/02/2014 15:57



Bonjour Jeff,
Excellent votre témoignage sur le monde ouvrier de cette époque , il y avait en effet beaucoup de travailleurs non français qui venaient travailler à cette reconstruction. La description que vous
faites  du parcours d'un ouvrier italien est significative, moi même j'ai connu des  nord-africains ayant fait ce même parcours de travail et d'intégration à la société de l'époque. Ils
logeaient dans le fort de Tourneville où le père d'un ami s'occupait d'eux, mais, au contraire des italiens qui étaient principalement maçons, ceux que j'ai connu étaient terrassier, travail
harassant s'il en fut.
J'ai connu également les noms des entreprises que vous évoquez, j'en citerais une qui fut elle aussi une entreprise où bon nombre d'ouvriers travaillaient, il s'agit de Thireau-Morel.
Quant au matériel américains le plus connu des camions de cette époque, et que les forains utilisaient pour leur travail et déplacements, étaient les fameux camions GMC, qui ont marqué toute ma
génération.
Merci pour ce témoignage Jeff et bonne fin de journée ! 


 



Gédé 23/02/2014 10:57


Bonjour,


Encore des documents très intéressants sur cet aspect de la renaissance du Havre. C'est effectivement devant la cathédrale qu'on constate ce phénomène de surélévation.


A propos de la récupération des matériaux, ça me rappelle cette anecdote :Habitant boulevard François Ier en face de la rue de l'abbé Herval (N22) il y avait sur la gauche de cette rue un
emplacement qui avait échappé à l'oeuvre d'Auguste Perret. Dans ce terrain vague, avec quelques copains, nous nous esquintions les genoux en jouant au foot entre les pierres et les trous. Et, de
temps en temps, de nos fenêtres, nous voyions un homme, y venir avec sa brouette qu'il remplissait de briques qu'il trouvait sur place. D'où venait-il ? Où allait-il ? Je ne l'ai jamais su... Il
y a peut-être, quelque part au Havre, une construction en briques (le nombre de briques récupérées n'est sans doute pas assez important pour une maison) édifiée avec des matériaux récupérés aux
alentours du boulevard François Ier

DAN 23/02/2014 11:20



Bonjour Gédé,
Il n'y a pas seulement devant la cathédrale où nous pouvons constater ce rehaussement, mais en effet c'est un bon endroit où on peut le visionner.
Beaucoup de havrais à cette époque récupéraient des briques à l'endroit que tu cites c'est à dire du côté du boulevard François 1er, c'était là que les briques de récupérations étaient empilées,
qu'il y en eut quelques-une restées ici lors de la reconstruction n'est pas surprenant, d'ailleurs voici une photo de la collection Martin Ben qui montre bien cet empilement très spectaculaire il
faut le reconnaitre !



Bon dimanche Gérard et à bientôt j'espère !


 



Joël 23/02/2014 10:52


Merci de rappeler que personne ne doit oublier cette période sombre...J'aurais aimé voir le Havre (et Ste Adresse aussi d'ailleurs...) avec toute cette architecture que l'on peut voir notamment
sur les cartes postales. Bombardé par les alliés en plus...


Petite question...sait on maintenant pourquoi ce bombardement ? D'après ce que j'ai lu c'est pas clair du tout... & cela reste une énigme de la seconde guerre mondiale...


Merci Dan !!

DAN 23/02/2014 11:05



Bonjour Joël,
Eh oui, avec ces bombardements on nous a "volé" notre passé, il ne reste que les photos et les cartes postales pour nous en souvenir.
Quant à la question pourquoi ces bombardements, aujourd'hui encore amateurs et historiens de profession se posent la question. Nous avons été invité il y a quelques temps lors d'un congrès à
l'université, a assisté et participé à un colloque tenu par monsieur Andrew Knap (excusez si ce n'est pas le bon orthographe).
Au cours de la discution entre nous tous et cette personne (anglaise je précise) rien n'est venu éclairer d'un jour nouveau cette question. Nous sommes reparti sur notre faim sachant seulement
que la décision de bombarder le Havre fut une énorme bêtise que beaucoup d'anglais eux-même n'ont pas compris. Cela fait parti des mystères de l'histoire où seul le temps pourra nous apporter une
réponse..peut être !
Bon dimanche Joël !


 



boboce 23/02/2014 10:36


Bonjour DAN


 


On sait de combien, en moyenne, la ville a été réhaussé.


Est-ce qu'ils ont lissé la ville ou ont-ils suivi les bosses.


 


Bon dimanche


A+

DAN 23/02/2014 10:50



Salut Boboce,
Tout n'a pas été rehaussé à la même hauteur, à certain endroit cela peut être de presque 2 mètres, à d'autre quelques centimètres. Ce qui est certain c'est que toutes nos rues ont été nivelées
afin qu'elles soient toutes ou presque au même niveau et en tenant compte de l'ancien relief.
Nous verrons la semaine prochaine cet aspect des choses.
Alors à bientôt boboce !



François 23/02/2014 09:34


Bonjour,


Encore un passionnant reportage. J'ignorais le comblement des bassins avec les gravats, merci de nous faire partager ces informations.


Tous les havrais de toutes générations ne peuvent êtres qu'émus devant ces images de désolation. Il y a tellement d'histoires ou d'anecdotes vécus par ces habitants.


Bon travaille d'enquête !


Bon dimanche

DAN 23/02/2014 09:48



Bonjour François,
Devant ce désastre il est normal que certains havrais de cette époque aient pu penser à combler les bassins devenu inutilisables, mais heureusement cela ne s'est pas fait et grâce à de nombreux
défenseurs du havre ancien tel Georges Priem, mais je reviendrai plus tard sur cet aspect de l'histoire du Havre.
Pour ce qui concerne les anecdotes liées à cette période désastreuse, le livre de Max Bengtsson "un été 44" en raconte beaucoup toutes plus
poignantes les unes que les autres. Un livre que ne saurais trop conseiller à ceux qui veulent en savoir plus, et en détail, sur cette catastrophe.
Bon dimanche François !


 



el-jihem 23/02/2014 08:59


Bonjour Dan,


Merci pour cette lecture du dimanche matin. Les photos de ce qu'était devenu le Havre sont toutes plus incroyables les unes que les autres. Quand je fais visiter la ville, (ça m'arrive ;-) )
j'aime à expliquer cette histoire de hauteur de rue par rapport aux jardins de l hotel de ville. Chaque fois, j ai droit au même étonnement quand j'explique. Moi même, j avais été surpris quand
on me l avait appris.


Vivement la suite de l article....


Bon week end


 


jean michel

DAN 23/02/2014 09:21



Bonjour jean-michel
Merci à vous de commenter mes articles, quant à expliquer ce que fut le Havre à vos visiteurs voila un "travail" que je fais moi aussi quand il m'arrive de faire visiter la ville à des
non-havrais, et tout comme vous j'ai été surpris  d'apprendre que le niveau des rues était plus bas avant guerre.
La semaine prochaine je mettrai l'accent sur cette particularité, vous aurez ainsi encore plus d'arguments et d'endroits à monter au Havre où ce "phénomène" est toujours bien visible.
Bon dimanche el-jihem !


 



FAH 23/02/2014 08:58


Bonjour Dan,


Tu expliques que les déblaiements ont eu lieu beaucoup à la main, et surtout pour trier les matériaux réutilisables. J'ai vu dans les dossiers aux Archives, une note demandant que 1000
prisonniers allemands y participent. Sais-tu si cela a réellement eu lieu?


70 ans déjà!


Bonne journée à tous


FAH

DAN et nicéphore 23/02/2014 09:14



Bonjour Françoise,
J'ai pu lire en effet que des prisonniers allemands furent "utilisés" pour certains travaux dans le Havre détruit, mais je ne sais lesquels exactement, aussi j'ai préféré m'en tenir aux articles
parus et aux témoignages de ceux ayant vécu cette période. Il se pourrait que ce soit pour des travaux de déminages et autres du même type qu'ils furent employé, et ce serait intéressant d'en
savoir plus à ce sujet alors maintenant que je sais qu'il y a des documents aux archives je pourrais donc m'informer plus avant sur ces évènements.
Bon dimanche Françoise !


 


Bonjour françoise, le sort des prisonniers de guerre allemands au niveau national est relaté ici dans l'excellente
emission de france-inter "la marche de l'histoire. On y apprend, entre autre, qu' ils ont été presque aussi nombreux que les prisonniers francais en allemagne après 1940 et que leur captivité à
parfois duré jusqu'en 1949.


Nicéphore, fils d'un prisonnier de guerre francais qui a passé 6 années en allemagne.



G.L. 23/02/2014 06:48


Et on se rend compte ici devant Notre Dame, la hauteur du remblais sur lequel a été reconstruit Le Havre, tout comme au jardin de l'hôtel de Ville. Quand à la dernière photo, le théatre parait
très proche, sans doute un effet de la focale utilisée.

DAN 23/02/2014 08:20



Bonjour Gl,
J'ai d'autres photos montrant la Havre au cœur du désastre, et la hauteur des ruines est très impressionnante. Quant au théâtre visible ici au loin il s'agit bien sûr de la focale utilisé, mais
également le fait qu'il n'y avait plus rien entre le boulevard et ce théâtre et que ce dernier était très grand aussi, tout ça combiné donne cette impression.


Bon dimanche Gérard !



buddy2259 23/02/2014 03:22


De bien tristes photos pour votre reportage de ce dimanche et un travail de titan que le déblaiement de la ville après ces monstrueux bombardements. Pour "l'affaire" du comblement des
bassins de la Barre et du Roy j'attends avec impatience la suite de votre article dimanche prochain.


Impressionnants ces documents photographiques qui nous permettent de mieux comprendre l'intensité de cette catastrophe.


Bon dimanche Dan et Nicéphore...! )

DAN 23/02/2014 08:14



Bonjour Buddy,
Difficile d'évoquer l'histoire du Havre sans évoquer cet épisode tragique de son histoire, il a tellement influé sur ce que nous sommes aujourd'hui qu'on ne peut faire l'impasse sur cette
période.
Quant à l'article sur le comblement des bassins je travaille dessus en ce moment et il devrait paraitre en cours d'année, car je dois lire une quantité très importante d'articles à ce sujet et ça
représente plusieurs jours de travail, mais ne t'inquiète pas ce sera fait promis, tu ne perdra rien en attendant la semaine prochaine où il y aura du nouveau !
Bon dimanche l'ami Buddy !