Les émigrants deuxième partie (C-9 sur plan)

Publié le par DAN

  Nous avons vu, ici, les conditions d'hébergement que rencontraient les émigrants au XIXe siècle avant leur départ pour les U.S.A.


le ChicagoLe chicago de la CGT, construit principalement pour les émigrants.

*************

Aujourd'hui nous allons voir comment ils étaient reçus au début du XXe siècle.
C'est à partir de 1910 que les conditions d'accueil s'améliorent avec la construction de l'hôtel des émigrants qui occupait un périmètre compris entre les rues de Phalsbourg (Gabriel Péri aujourd'hui), Anatole France et D'après Mannevillette.


 

 

émigrants (2)L'hôtel des émigrants en 1912, ici rue de Phasbourg, G. Péri aujourd'hui. (coll DAN)

 


émigrants (5)Le même endroit en 2012 avec le groupe d'immeubles conçu par Henri Daigue, et qui occupe l'emplacement de l'hôtel des émigrants(photo DAN)

 


émigrants (1)La limite nord du périmètre de l'hôtel des émigrants, ici la rue Anatole France A droite, la rue Gabriel Péri. (photo DAN)

*******

Il pouvait accueillir 2000 personnes avec des prestations collectives. Il facilitait également les contrôles sanitaires obligatoires et la «quarantaine » de 5 jours, exigés par la législation américaine.

Le « crack » de wall-street, en 1929, touchera les services d'émigrations et l'hôtel fermera ses portes en 1936.


*******

FL005683 ibpVisite médicale des émigrants au Havre avant embarquement.

photo collection association French Lines. Tous droits réservés (FL005683)

 


FL001111 ibpRéfectoire de l'hôtel des émigrants. 

photo collection association French Lines. Tous droits réservés (FL001111)



FL012143 ibpRéfectoire de l'hôtel des émigrants.   

photo collection association French Lines. Tous droits réservés (FL012143)

*********


Difficile aujourd'hui de s'imaginer ce que furent les conditions d'hébergement dans cet « hôtel », néanmoins l'association «French-Line »  nous en donne une idée plus précise grâce à la maquette de l'hôtel et aux nombreuses photos que je vous présente ici.

Aujourd'hui le bâtiment principal de l'hôtel n'existe plus, les bâtiments attenants ont été démolis ou transformés en habitations et entrepôts. Seule une porte qui n'a pas changée depuis la démolition de l'hôtel permet de nous le situer.


*********

 


émigrants (8)Le périmètre qu'occupait l'hôtel des émigrants avec ici, en 3 les services sanitaires (douches etc). collection association French Lines. (Photo DAN)



émigrants (6)En 1, le refectoire et en 2 une partie des dortoirs. collection association French Lines. (Photo DAN)

 


émigrants (7)L'hôtel des émigrants en 1910, notez ce que désigne la flèche rouge. collection association French Lines. (Photo DAN)

 


émigrants (3)Nous retrouvons la porte (flèche rouge), "vestige" de cet hôtel.

(Photo DAN)

 

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.

 


Commenter cet article

jps 22/11/2012 21:33


Excellente deuxième partie de cette histoire des émigrants..des liens à foison, des anecdotes personnelles, que demander de plus ??  je vois aussi que la French Line possède de bons
documents, faudra que je m'intéresse un jour à l'histoire de ces bateaux d'une autre époque, histoire beaucoup plus poignante que celle des banals porte-conteneurs aux minces équipages, le petit
plus étant la présence de clandestins (de moins en moins nombreux) !!  un article que je salue et recommande hautement ..Grand merci pour l'épisode...


Amitiés migratoires ........

DAN 22/11/2012 22:46



Salut Jean-Pierre,
La French-Lines a des trésors pour un historien, et elle m'en a fait profité comme tu as pu le constater. Tu as raison l'histoire maritime est très intéressante et j'ai un ami qui m'a demandé une
bonne partie de mes cartes postales représentant des Transatlantiques pour illustrer son livre en préparation.
Les bateaux de nos jours n'ont rien à voir avec ceux des époques plus lointaines, quant aux passagers clandestins là je pense que toutes les époques les ont connu, seul peut être leur nombre
diffère aujourd'hui, mais tous avaient un même but trouver un pays où travailler.
Merci pour ce commentaire JP et amitiés bourlingueuses...



eva 18/11/2012 00:13


la porte au moins, n'a pas changé !  

DAN 19/11/2012 07:52



Bonjour Eva,
Et heureusement qu'elle est toujours là, car elle m'a permis de situer avec précision cet hôtel mais aussi de confirmer mes recherches à propos de son emplacement. Car bien souvent, on
m'indiquait que cet hôtel était ici ou là, et bien souvent complètement en dehors de ce périmètre, d'où ma satisfaction de l'avoir retrouvé grâce à cet porte !
Bonne journée Eva ! 



SHIPS-LOVER 12/11/2012 12:16


Bonjour l'ami, un bien beau reportage sur cette deuxième partie des émigrants. En fin de reportage j'ai vu qu'ils avaient garder au moins un petit quelques choses de cet hôtel. Au moins cela nous
permet d'aller voir sur place et de redécouvrir ou été placer ce bâtiment.

DAN 12/11/2012 12:22



Bonjour Ships-Lover,
Eh oui, il reste un petit bout de cet hôtel, petit bout qui m'a d'ailleurs permis de resituer cet établissement, et si tu vas là bas en pensant à cet article tu pourras voir et surtout "sentir"
l'atmosphère qu'ont connu ces émigrants. Moi c'est comme ça que je ressens les choses quand je suis devant un reste du vieux Havre. Alors que tu puisses faire de même en te rendant sur ce lieu me
ravi au plus haut point.
Bonne journée Ships, et à bientôt j'espère !



philmess 12/11/2012 10:55


Ne connaissant pas la région je trouve cette série trés enrichissante      , photo avant aprés super joli travail Dan

DAN 12/11/2012 11:50



Bonjour Philmess,
Peut être un jour vos pas vous conduiront jusqu'au Havre, ce jour là je pourrais vous servir de guide sait-on jamais.
Merci pour mon travail et bonne journée Philmess!



boboce 11/11/2012 09:52


J'ai raté cet article, ça fait déjà quinze jours que tu as parlé du livre, que le temps passe vite.


Article très documentés et intéressant, de plus ce n'est pas très loin de chez toi. D'ailleurs c'est peut être la rue dans laquelle je me trompe lorsque je viens chez toi ??


Bon week end


A+

DAN 11/11/2012 10:12



Bonjour boboce,
En effet, si tu viens en voiture chez moi tu es obligé de passer par cette rue dans sa partie nord, sinon à pieds plusieurs chemins t'y conduisent. Tu n'as pas "raté" cet article, car tu es
certainement très occupé avec ton blog, mais ici, on peut venir à n'importe quel moment alors pas de souci, il n'y a pas oubli !
Eh oui le temps passe, déjà 15 jours que le livre est sorti et je n'ai pas encore commencé les dédicaces, alors ça nous permettra de nous voir bientôt, d'ici là, bon dimanche boboce !



Jany 09/11/2012 08:13


Magnifique reportage.Passionnant tout ça,on apprend beaucoup de chose...Bon week end.

DAN 09/11/2012 08:56



Bonjour Jany,
Merci pour ce commentaire, mais j'ai "oublié" de préciser une chose dans mon article, le paquebot "Chicago" a été un des premiers navires sur le lieux du naufrage du Titanic.
Bon week-end à toi aussi Jany !



tic-tac 08/11/2012 00:41


Hello DAN, 


Merci encore pour ce reportage très complet et pour les infos sur ton livre. Je vais aller voir cela, je reviens d'un voyage de quelques jours sans ordinateur, mais qui donnera lieu à quelques
billets futurs sur Reveillematin !


En attendant, bonne nuit et bonne continuation !


Tic-Tac

DAN 08/11/2012 07:52



Bonjour Tic-tac (ben oui je ne me couche pas aussi tard moi )
Ca fait du bien de se "déconnecter" de temps à autre, ça permet de recharger un peu la batterie, alors je suis sûr que tu vas pouvoir repartir sur les chapeaux de roues, alors bonne continuation
à toi aussi et bonne journée Tic-Tac !



Michèle Drieu 07/11/2012 11:42


Bonjour Dan,


Je fais partie des descendants de ces "faux émigrés", de ces gens qui sont venus au Havre avec l'idée de franchir l'Atlantique, mais qui n'ayant pas assez d'argent pour payer le voyage, ont
trouvé du travail au Havre, puis rencontré l'amour et se sont fixés dans notre ville. Mon grand-père est venu de l'Yonne, en passant par Paris où il avait appris le métier de patissier-confiseur,
puis a trouvé une place dans une confiserie et s'est installé au Havre.


Il existe un site internet lorsqu'on veut retrouver un émigrant; en effet, les émigrants étaient accueillis à Ellis Island où ils étaient répertoriés, avec leur origine ,leur âge, leur profession
etc....


Bonne journée


Michèle

DAN 07/11/2012 12:56



Bonjour Michèle,
Formidable votre commentaire, rien de tel qu'un témoignage d'un des descendants des "faux émigrants"  pour démontrer cette hypothèse disant que certains d'entre-eux sont restés au Havre et y
ont fait souche comme votre famille.
Quant à ceux qui voudraient retrouvé une trace de leur ancêtres je ne savais pas qu'un site internet donnait des informations concernant ces expatriés. Mais il est vrai qu'avec internet de nos
jours on peut faire tellement de choses...
Bonne journée Michèle.



JMH 06/11/2012 23:09


Bonsoir Dan

De mémoire, un article de presse dans les journaux havrais ( 2009 ou 2010 ? ) où apparaissait Aymeric Perroy évoqua, pour la première fois, l'existence d'un "reste " de l'hôtel des émigrants dans
cette rue. Son avis sur le sujet serait intéressant.

Il existe un "reportage" sur cet hôtel des émigrants. Je le mets en lien. On y parle notamment d'un centre de sésinfection à Graville. je me pose du coup la question de l'endroit de ce lieu à
Graville. S'agirait-il des "bains-douches" assez connus ou d'un autre endroit?

De nouvelles recherches en perspective ! L'aspect ferroviaire de la question est primordial. L'hôtel des émigrants se trouvait à proximité de la gare.

Amicalement
-
JMH


 


La page où se trouve le reportage :


http://www.telerama.fr/livre/super-kisch-2,50473.php:super-kitsch

DAN 07/11/2012 00:19



Bonjour Jean-Michel,
Ce serait intéréssant de lire cet article de Aymeric Perroy paru en 2009 ou 2010, c'est déjà un premier axe de recherche.
Pour le lien hélas celui-ci ne fonctionne pas, quand je le fais, seule une série de chiffres apparait. Mais si cette personne évoque un centre de désinfection à Graville c'est qu'il a dû y avoir
quelque chose dans ce quartier, mais, personnellement, je n'en ai jamais entendu parler.
Je sais qu'il y avait un autre lieu à Sainte Adresse où les émigrants étaient accueillis. Ce centre constitué de baraquements existe encore en partie mais, malheureusement, est situé dans la
caserne de la CRS 32, inutile de te dire qu'on m'a franchement refusé l'accès à cet endroit quand j'ai demandé à un gradé si je pouvais réaliser quelques photos de l'endroit (oui je suis un peu
naïf parfois, mais qui ne tente rien n'a rien).
Quant à la proximité de la gare, je pense que la Compagnie Générale Transatlantique savait parfaitement ce qu'elle faisait en faisant construire cet hôtel dans cette rue.
Il y aura donc peut être un troisième volet à ce reportage des émigrants au Havre.
Bonne nuit Jean-Michel et à bientôt ! 



marcopolo76 06/11/2012 10:16


"Il était une fois Le Havre"... qui a servi de tremplin plusieurs fois à l'histoire des états d'amérique...


Ton article le rappel  et démontre bien que les autorités de l'époque savaient gérer..!


Bonne journée


Marco 

DAN 06/11/2012 11:10



Salut Marco,
En effet les autorités géraient bien ce flux migratoire, il faut dire aussi que ce flux représentait une manne importante pour eux, et donnait de l'emploi à ceux qui s'occupaient de leur transit
vers le Havre, ou qui les transportaient vers le nouveau monde, d'ailleurs c'étaient les mêmes le plus souvent. Alors il avaient tout intérêt à ce que ce soit bien organisé !
Bonne journée Marco !



jeff 05/11/2012 23:45


Un lien interessant sur les
émigrants Allemands au Havre. Rapide à lire !


Bonne soirée.


 

DAN 06/11/2012 00:04



Bonsoir Jeff,
Un lien très intéressant en effet, on comprend mieux, à la lecture du document, ce qui a motivé les candidats allemands  à l’émigration. Je ne vais pas tout reprendre ici, mais je conseille
aux lecteurs de cliquer sur ce lien afin d'en savoir plus sur cette émigration et pourquoi elle s'est effectuée au Havre.
Merci beaucoup Jeff, et, vu l'heure, je vous souhaite une très bonne nuit  !



tce76 05/11/2012 20:07


Salut DAN,


Encore un volet de l'histoire de ma ville que j'ignorais totalement.


Bien joué encore pour les explications, les indications. On reconnait en toi un véritable technicien méticuleux.


Bonne soirée.

DAN 05/11/2012 20:19



Salut Thierry,
Mes proches disent que je suis un "pinailleur" , je reconnais bien volontiers que je le suis, et
parfois au détriment du temps passé sur un article, mais que veux-tu à mon âge on ne se refait pas !
Bonne soirée Thierry !



Mousse 05/11/2012 20:04


Bonsoir cher Dan,
Encore un billet de grande qualité.
Tes photos sont toujours superbes, anciennes comme les nouvelles.
C'était une grande organisation, tout était contrôlé, ce qu'on devrait toujours faire et qu'on ne fait plus.
Ta ville est très belle.
Merci pour ce bon travail, on se répète.
Jamais déçu quand on passe chez toi.
Bonne semaine et mes amitiés.

DAN 05/11/2012 20:17



Bonsoir Mousse,
A l'époque des émigrants, surtout au  fin XIX et début du XXe siècle, il fallait en effet qu'il y ait une bonne organisation sinon ces personnes auraient vagabondé dans le havre et là on ne
sait pas ce qui ce serait passé sans cette organisation.
J'espère bien en effet ne jamais te décevoir quand  tu viens ici, et tes encouragements m'incitent toujours à faire au mieux, alors bonne semaine Mousse !



Caroline.K 05/11/2012 08:51


Je me souvenais de cet article sur les émigrants Dan, il faut dire que c'était assez inédit, j'en ai profité pour le relire. Excellent article comme toujours. C'est formidable d'avoir pu trouver
des photos qui donnent une idée des personnes réunis dans cet hotel. Je me demande ce qu'ils sont devenus ces émigrants ? Je sais bien que c'est un peu vain de le demander, mais je me demande si
certains sont rentrés ou si leurs enfants cherchent à connaitre le Havre ou la France.


Merci pour ce partage toujours si enrichissant. 


Bon lundi.


Comment s'organise cette dédicace ? As tu réussi à intéresser la presse locale ?


Bises amicales


CaroLINE


 


 

DAN 05/11/2012 09:55



Bonjour CaroLINE,
Vaste question de savoir ce que sont devenu les émigrants qui sont passés par le Havre. Comme tu peux le lire dans les commentaires, certains ne sont pas parti ayant trouvé au Havre de quoi
subvenir à leurs besoins vitaux. Pour les autres on peut imaginer qu'ils ont pu travailler aux USA, et, peut être pour certains d'entre-eux, y faire fortune. Mais beaucoup essaieront de revenir
en Europe suite à la crise de 1929, seulement voila, ce n'était guère mieux chez nous à cette époque, et on sait ce que cette crise a engendrée par la suite hélas.
Pour les dédicaces, c'est l'éditeur lui même qui les a organisées, de même qu'il a contacté la presse locale. En fait je n'ai rien d'autre à faire que d'être présent aux signatures et de répondre
favorablement aux rendez-vous qu'on me fixe.
Franchement je ne pouvais pas être mieux, car j'aime le contact avec le public (je m'en rends compte quand je fais mes tableaux dans le Havre). Alors le voir venir à moi ne peut que me réjouir
!
Bonne journée CaroLINE !



Pierre 05/11/2012 08:14


Merci DAN pour ce bout d'histoire. Bizarre cette porte avec son étroite façade qui sont restés tel quel.

DAN 05/11/2012 09:34



Bonjour Pierre,
Bizarre, mais en même temps elle m'a permis de retrouver cet hôtel dans le Havre de 2012, car c'est le seul détail tangible commun entre la carte postale et la photo d'aujourd'hui, hormis les
bâtiments derrières, mais comme il y en a beaucoup de pareil dans le Havre, seule cette porte est "unique"
Bonne journée Pierre !



Claude 05/11/2012 00:00


OUPS !!!


Il faut lire : " comme étant "( sans S à étant ) ...voilà ce que c'est de ne pas se relire avant d'envoyer...

DAN 05/11/2012 00:19



Pas grave Claude, on en fait tous quand on écrit avec le cœur !
Je reviens à mon livre sur lequel je ne t'ai pas répondu, je ne sais pas si ce sera un best seller, mais si s'en est un ce sera un peu grâce à vous tous qui en avez fait la "promo" !
Bonne nuit Claude !



Claude 04/11/2012 23:49


Bonsoir Dan,


Tout d'abord je salue en toi le brillant auteur du dernier "best seller" voué à un grand succès et en vente dans toutes les grandes librairies...


Alors te voilà revenu du "grand Nord" pas eu les pieds trop mouillés la haut avec toutes ces intempéries..?


Ceci dit merci pour ce nouveau reportage concernant les émigrants ( j'ai revu avec intérêt la première partie ) et même si je connaissais l'existence passée
de cet "hôtel" je ne savais pas du tout qu'il se situait dans ce périmètre.( On en apprend tous les jours ) et ceci grâce à toi.


Néanmoins ce secteur n'est pas sans me rappeler des souvenirs d'enfance ...en effet dans les années 50, dans l'un des bâtiments aux toits pentus que l'on
peut voir sur plusieurs photos et particulièrement la dernière où tu signales cette porte "vestige"..et à gauche de cette dernière .. celui qui me semble être de couleur ocre était le siège d'un
commerce de fabrication et vente de boucherie/charcuterie en gros qui fournissait les écoles,les grands magasins (entre autre les Nouvelles Galeries "quand celles-ci avaient encore un rayon
alimentation) et aussi un gros client privilégié..à savoir "la Transat"(on y revient) et ses paquebots "Liberté" et autres. Et la raison pour laquelle j'avais à l'époque l'occasion de fréquenter
très souvent ces lieux ,c'est que mon Père y travaillait.


Je réalise donc (à postériori) pour avoir vu à l'époque l'intérieur de cet endroit et après lecture de ton reportage qu'il sagissait bien en effet de la
subsistance des anciens locaux de cet hôtel ( la partie désignée par un document "French lines" comme étants les douches et sanitaires ) ...car effectivement je me souviens y avoir vu plusieurs
"cabines de douches" et je me suis toujours démandé ce que cela faisait dans un tel endroit...maintenant je comprends.


Maintenant, je vais parler de cet autre bâtiment au toit pentu...celui qui jouxte la "porte vestige" ...et bien toujours dans les années 50 c'était le siège
de la "coopé de la Transat" (encore la transat..!!) avant que celle-ci aille s'installer quai Casimir Delavigne au RDC de l'immeuble connu sous le nom de "Maison Sénéchal".


Je vais arrêter là mon bla-bla ( je me suis peut-être éloigné des "émigrants" ) mais je tenais à évoquer ces souvenirs  et je sais "Dan" que tu aimes
bien recevoir ainsi des témoignages "perso" .


Bonne nuit


(Et merci à l'association French Lines pour ses documents)

DAN 05/11/2012 00:09



Bonsoir Claude,
Oui je suis revenu de "là haut" où, en effet, la pluie a transformé certaines rues de villages ou proche de Boulogne en véritable rivière parfois même en torrent où toute circulation était
impossible.
Mais revenons aux émigrants.
Comme tu le dis on en apprends tous les jours ainsi tu témoignes de ce qu'il y avait dans ces bâtiments qui ont servi d'annexe à l'hôtel lui même, là, pour le coup c'est moi qui en apprends car
j'avais bien compris qu'il s'agissait d'entrepôt, (j'en ai connu d'autres dans ce secteur), et je me rend compte qu'ils avaient un rapport directe ou indirect avec la transat, cela peu se
comprendre si  cette compagnie voulait rentabiliser ses bâtisses où il était bien difficile d'y aménager des logements.
Il y a une partie de ton commentaire qui me va droit au cœur c'est quand tu évoques les cabines de douches, là tu me fait plaisir car j'aime bien répondre à une interrogation si "vieille"
soit-elle.
Alors moi aussi j'ai une interrogation, pas à propos de cet hôtel mais sur un autre sujet dans ce quartier, mais le mieux serait que je te contact par mail afin de t'envoyer des photos de "mon
interrogation", à moins que tes pas te conduisent un jour jusque dans mon quartier dans ce cas là c'est sur place que je te ferai voir mon "mystère".
Tu parles de bla-bla et que fais-je en ce moment hein, bon bonne nuit les amis et à bientôt
j'espère !



jeff 04/11/2012 20:07


 


Le 29 mars 1879 à minuit et demi Aimé Jay a pris le train de minuit et demi à Paris Saint-Lazare pour LH qu'il rejoint
à 6h au petit matin. Parti du Havre à midi ce même jour du 29 mars à bord du paquebot "l'Amérique", un navire de 120m de long, dans son journal de voyage "Atravers les Etats-Unis d'Amérique" l'auteur note : " A neuf heures arrivent cinq cents émigrants, la plupart Suisses, Allemands ou Alsaciens. On les entasse dans
l'entrepont, hommes, femmes et enfants, sur quatre rangs de couchettes superposées. C'est une puanteur à faire reculer le coeur le plus solide". Long Island est croisée le 10 Avril à 6h du matin,
soit après 11 jours de mer, Aimé Jay note alors "La santé monte à bord et fait défiler les cinq cents émigrants émergés des profondeurs de l'entrepont. Tout le monde va bien nous pouvons entrer.
C'est ensuite le tour de la douane.......A 10h nous touchons le quai" On voit que le contrôle des émigrants et les déclarations de douane sont faits à bord avant d'accoster. Les bagages sont
ensuite déchargés et visités pour vérifier la conformité des déclarations de douane faites à bord. On peut se demander pourquoi des émigrants Allemands, Suisse et Alsaciens ne partent pas
d'Hambourg ou de Brême. Les Italiens, Irlandais et Anglais ne devaient assurément pas transiter par LH. Quant à l'immigration économique Française elle s'est
faite bien plus tôt au 18ème, en particulier pour les Normands, Angevins, Nantais qui partaient s'installer au Canada, comme ce fut le cas dans ma famille.


Dan, encore une belle illustration d'une page de l'histoire du Havre, disparue. Le port, origine de la naissance de la
ville, a été, est et sera le moteur de l'évolution de la cité. Bonne soirée.


 

DAN 04/11/2012 20:30



Bonsoir Jeff,
Les conditions de voyage de ces émigrants n'étaient pas au mieux pour ces pauvres gens.
Moi aussi je me demande pourquoi certains d’entre-eux ne partaient-ils pas du pays où ils sont nés, où du port le plus proche ? Sans doute faut-il y comprendre que le prix du voyage ne devait pas
être le même, mais à tout prendre ne valait-il pas mieux payer un peu plus cher pour un voyage plus "agréable", car on peut imaginer que seul comptait le fait de partir avec toute la famille,
alors dans ces conditions c'était l'offre la moins chère qui avait la faveur des candidats à l'expatriation.
Quant à l’émigration Française c'est en effet au 18e siècle qu'elle a commencé après la révolution Française. Mais quelque soit le pays Européen, aucun n'a échappé à l'attrait du nouveau monde et
chaque pays a donc connu "sa" vague d'émigration.
Bonne soirée Jeff !


 



phyll 04/11/2012 17:24


Salut mon pote,


tiens !?!... un immeuble (l'actuel) qui me dit quelque chose !!!...


sinon, l'histoire de cet hôtel est très intéressante ! (comme tous tes articles !)


je te souhaite une bonne fin de journée et te dis à très bientôt !!


ps : je vais signaler cet article à ma fille et son copain !

DAN 04/11/2012 17:31



Salut mon pote,
ben oui tu vois, je t'avais dis que je parlerai de cet immeuble, voila qui est fait cela va, sans doute, intéresser qui tu sais. C'est quand même sympa de savoir ce qu'il y avait avant d'habiter
un appart, mais pourvu qu'il n'y ai pas de fantômes
Bonne fin de glan...journée Phyll



louis 04/11/2012 16:46


Bel article (pour une fois !!!) Est-ce que ces migrants comme ceux d'aujourd'hui, portaient les espoirs (et l'argent pour la bouffe et le voyage) de leurs familles et leurs villages ?


Ps Y'a pas que des Slaves à ce qui se dit sur le Net : On m'a parlé de Baltes

DAN 04/11/2012 16:57



Salut Louis,
Comment ça "pour une fois"
Il est très probable que ces migrants avaient dans leurs bagages toute leur vie et leurs économies.
Ils devaient laisser une partie de leur famille au "pays" avec l'espoir que si la vie était meilleure aux "States" ils la feraient venir pour les rejoindre.
Quant aux Baltes, il y a des romanciers qui écrivent des livres à leur sujet (suivez mon regard), alors pourquoi pas ?
Bonne fin de journée Louis !



jeanpaul76 04/11/2012 13:02


Il y a plusieurs formes du mot émigrants celle-ci est la moins avouable à mon sens la déportation importante
d'un peuple vers un autre lieu pour des raisons historiques de l'époque en tous les cas l'hospitalisation était de mises faire qu'en sorte rendre plus agréables des mises en quarantaines pour des
raisons sanitaires j'espère que nos dirigeants mats t-on blog bon ceci étant dit tu nous as fait un descriptif extrêmement détaillé à noter mon cher Daniel tus excelle très bien dans ce quartier
pour le connaître comme ta poche . Là je montre mon savoir mon côté faux-cul je rigole là la photo 1 est parlante dignité propre cravatée et aussi l'objet indispensable après un repas le piano à
bretelles.


Encore une fois, un constat je vis au Havre mais, en vérité je ne connais rien il faut dire que l'histoire y
est très riche c'est pour cela que tes articles interpelle de ne pas y penser ne veulent pas dire oublié compte sur moi pour regarder ce quartier avec un soin très particulier égard a-t-on
article là je fais fayot je le fais bien merci je vais continuer de suivre les commentaires ils en manquent encore mes bons, il faut se lever normalement il fait soleil sur notre ville d'accueil
alors, bonne promenade 

DAN 04/11/2012 13:21



Salut Jean-Paul,
Cette émigration était volontaire et surtout licite pour les dirigeants des États Unis, ce pays avait, à cette époque, un fort potentiel de développement, et il manquait de mains-d’œuvre pour le
travail que demandait ce développement.
Quant à l'hospitalisation c'était plutôt une mise en quarantaine afin de vérifier si ces émigrants n'avaient pas de bactéries indésirables dans le nouveau monde, et si au bout de cette
quarantaine la santé des personnes n'avait pas changé elles pouvaient légitimement aller aux États Unis.
En effet mon cher Jean-Paul, je connais bien ce quartier puisque j'y vis, mais cela ne m'empêche pas de de ne pas tous savoir, il y a encore bien des mystères que je voudrais bien élucider crois
moi.
Meuuu non tu ne fais pas le fayo, en tant que retraité ce n'est plus nécessaire , bon j'rigole
comme tu dis !
Et pour reprendre ce que j'ai dis plus haut personne ne connait complètement l'histoire du Havre, moi le premier, alors ne sois pas désolé  si tu n'en connais qu'une partie, moi c'est
exactement pareil.
Alors bon dimanche l'ami et avec du soleil si possible ! 
 


 


 



DENIS 04/11/2012 10:06


les photos de la french lines semblent "idylliques" par rapport au nombre d'émigrants accueillis.


En tout cas, c'est passionnant ce que tu en dis, comme quoi  ancien havrais je connais si peu le passé de cette ville et grâce à ton blog, on apprend beaucoup


bon dimanche Dan et à bientôt por une dédicace car j'ai hâte de découvrir ton livre

DAN 04/11/2012 10:29



Bonjour Denis,
L'histoire du Havre recèle tellement de faits divers, d'anecdotes, de chroniques et j'en passe, qu'il est difficile de tout connaitre de son passé. Comme toi j'en apprends tous les jours ou
presque en consultant des archives diverses
Ici je ne fais que retranscrire une partie de cette histoire, en la regroupant sur un même thème et en retrouvant les lieux exact où elle s'est déroulée.
Moi aussi j'ai hâte de te revoir à l'occasion d'une séance de dédicaces, alors à bientôt Denis !



l'père Cantoche 04/11/2012 10:04


tite rectif :


logés, kizétaient les émigrants... logés, pas " logis ".


m'enfin !

DAN 04/11/2012 10:14



Eh oui c'est logi..que


@ + Thierry !



l'père Cantoche 04/11/2012 09:58


Ben, moi, tous les Dimanche matins j'émigre sur ton blog, et chui jamais déçu, toujours bien reçu je suis... toujours une réponse à mon comm, alors j'y reste un ti moment pour bien lire tes
articles et les comms des Ami(e)s. Le vent souffle fort sur la mer en colère ce matin, alors, bien au chaud, on est bien ici à papoter en apprenant l'Histoire du Havre, de la France que dis-je,
du Monde... du Monde, qu'elle est l'Histoire, avec ces émigrants qui, tout compte fait, me paraissaient à la lecture et aux photos de cet article plutôt bien traités, logis et nourris ( les menus
paraissant copieux et bien équilibrés ) et c'est tant mieux... bon, m'en va émigrer sur d'autres blogs voir ce qu'il y a, ce matin, à se mettre sous la dent, mais je reviendrai, tant cet article
est intéressant, copieux et très équilibré, comme d'hab...!

DAN 04/11/2012 10:12



Salut l'père cantoche,
Le tout est de ne pas attraper une indigestion en venant ici
Bon, je ne suis pas nutritionniste pour juger de l"équilibre" de ce menu, mais franchement ça ne m'incite pas à passer à table .
Cela dit, il en faut pour tous les goûts dans la vie, l'essentiel est qu'ils avaient à manger, mais c'est le moins que les compagnies pouvaient faire je pense.
Quant à venir ici et au chaud le dimanche matin, il y a un café qui t'attend, avec ou sans sucre ?


Bon dimanche (au chaud) Thierry


 


 



FAH 04/11/2012 09:16


Bonjour Dan,


Superbes tes reportages, car il faut relire le premier avant.


J'ai trouvé dans un album de des Chargeurs réunis la "Nourriture des émigrants". Ils étaient nourris, effectivements, mais cela n'avait rien à voir avec les délices des grands paquebots:


Diner à midi: potage gras, boeuf frais, pain. Morue, pommes de terre, pain.Lard salé, choucroute, pain.  du dimanche au lundi


Souper à 6 heures: Potage maigre, ragout, pain. ou potage maigre, fromage ou haricot selon les jours, avec du pain. 46 cl de vin par jour. le dimanche: café noir après diner pour les hommes, café
au lait ou dessert pour les femmes et enfants.


NB: A la mer, lorsqu'il le jugera nécessaire, le capitaine pourra faire remplacer la ration de pain par du biscuit.


Et je pense qu'ils ne mangeaient pas dans la belle vaisselle que nous avons vu à l'Espace Graillot.


Merci Dan et Nicéphore pour ces morceaux d'histoire de notre Ville.


FAH


 

DAN 04/11/2012 09:25



Bonjour Françoise,
En effet ce n'est pas un menu 4 étoiles loin s'en faut, pourtant les compagnies de transport maritime, comme la C.G.T. dans mon article où les Chargeurs Réunis dans ce menu, ont fait leur
"choux-gras" avec le commerce des passagers émigrants aux États Unis. Quant à leur vaisselle s'il y avait eu le plastique à cette époque nul doute que c'est dans cette matière que la soupe avait
été servie !
Bon dimanche mais pluvieux je le crains !



gerard 04/11/2012 08:30


parmi ces émigrants, tous n'ont pu rejoindre les Amériques. Ils n'ont pu continuer faute de moyens. Certains d'entre eux sont restés au havre et  certains des  Havrais d'aujourd'hui
sont des descendants de ces émigrants. 

DAN 04/11/2012 08:48



Bonjour Gérard,
C'est exact, beaucoup ont trouvé ici de quoi vivre avec leur famille, alors pourquoi aller plus loin ?  C'est ainsi que l'on retrouve des noms à consonance slave au Havre, et s'il y sont
resté c'est qu'ils se sont plu dans notre cité !
Bon dimanche Gérard !



buddy2259 04/11/2012 04:26


Bonjour Dan , 


Encore un joli cours d'histoire en ce premier dimanche de novembre,le passage par Le Havre de tout ces émigrants qui souhaitaient se rendre de l'autre côté de l'atlantique afin d'y
trouver un monde meilleur!Un reportage d'une grande qualité très agréable à parcourir.


Si je passe devant le 42 rue Gabiel Péri... je pourrai dire merci Dan je sais ce qu'il y avait ici...il y a maintenant bien longtemps !


Bon dimanche et mes amitiés à l'ami Nicéphore.

DAN 04/11/2012 08:45



Bonjour Buddy,
Dès la découverte de l'amérique ce pays a toujours attiré les émigrants, sauf que ce pays avait déjà ses habitants, mais bon ceci est une autre histioire.
C'est surtout au XIX et XXe siècle que cette émigration prendra de l'ampleur avec l'emploi de bateaux à vapeur, mais du fait qu'il n'y avait qu'un voyage par semaine il fallait bien en attendant
le bateau, que ces gens trouvent refuge, et c'est en partie ici, car il y en avait aussi à Sainte adresse, que ces émigrants trouvaient gîte et couverts.
Bonne journée Buddy !