Les bateaux du Havre, la traversée de la Seine. (2ème partie)

Publié le par DAN

  On ne peut concevoir ces traversées sans évoquer les passagers.

En fin d'article le compte rendu qu'un chroniqueur de la revue « Magasin Pittoresque », de juillet 1842, a fait d'une traversée. Son texte complète et enrichit la gravure du peintre M. Biard qui l'accompagne.
Peut-on imaginer qu'au XXe siècle toutes les traversées se passaient ainsi ? Sans doute que non, sur les cartes postales tous les passagers font « bonne figure » ou presque.
Voici quelques-unes des cartes postales éditées à ce sujet :

 


img047Il était courant d'envoyer une carte postale où l'on pouvait inscrire le nom du bateau en bas de la photographie, ici aucun nom n'est marqué. (coll DAN)



img045Sur le grand quai, les bateaux, ( ici l'Augustin Normand),  attendent leurs passagers. Chaque destination ayant un espace délimité, comme on peut le constater sur cette carte postale. (coll DAN)



img064Sur cette photo l'embarquement s'effectue par marée basse. Remarquez les femmes en jolie toilette certes, mais peu pratique pour un tel voyage. (coll DAN)


 


sur La TouquesLe beau temps aidant, tout le monde attend tranquillement la fin de la traversée ici, sur la "Touques". (coll DAN)

 

 

sur l'A NormandParfois c'était la chaleur qui incommodait certains passagers comme ici sur l"Augustin Normand". (coll DAN)

 


L'Hirondelle (1)Le débarquement des passagers de l'Hirondelle à Caen, sous l'oeil bienveillant du capitaine sur sa passerelle. (coll DAN)

 


le François 1er (1)La pente est très raide à marée basse pour débarquer, comme ici à Honfleur, devant le célèbre hôtel du Cheval Blanc. (coll DAN)

 



le HavreCette carte postale, éditée par une marque de chocolat, indique dans sa légende  le "Rapide", alors que les bouées de sauvetage sont au nom du François 1er. (coll DAN)


 

tarifVoici ce qu'il en coûtait, en 1912, pour faire une de ces traversées.

 


sur le A Normand 2-9-1934Photo plus récente, ici en septembre 1934, à bord de l'Augustin Normand (coll DAN)


 


le magasin pittoresque juillet 1842

  La Gravure de M. Biard, et, ci-dessous, le texte inspiré par cette gravure. (coll DAN)

 

«...les passagers atteints de cet horrible mal qu'on appelle le mal de mer, ne sont pas dans des dispositions joyeuses. Voyez en effet à quelles contorsions se livrent tous ces pauvres diables qui se sont embarqués pour aller en bateau à vapeur du Havre à Honfleur. Il ne s'agit que d'un trajet de quelques lieues : c'est une véritable partie de mer. Ils sont partis par un temps magnifique ; la mer était calme, l'air tiède : le bateau fend majestueusement les flots. Les uns lisent, les autres écoutent la romance d'un chanteur ambulant, ceux-ci boivent, ceux-là fument. Mais attendez un instant, la scène va changer : un grain menace tous ces joyeux navigateurs, il approche, il fond sur eux, les enlace de la tête aux pieds malgré tous leurs efforts pour s'en débarrasser, livre à leur estomac la plus rude bataille, et les jette sur le pont, pâles, à demi morts, en proie à d'horribles convulsions. Quel est ce mal qui change ainsi tout-à-coup en douleur la gaité la plus franche ? Moins que rien, vous répondra le capitaine du bord habitué à ces subites métamorphoses, c'est le mal de mer. Le mal de mer c'est à dire le mal le plus atroce qu'on puisse imaginer, le plus impitoyable et aussi le plus ridicule. Tout le monde doit lui payer tribut. Aussi, à l'exception de l'équipage et ce bon gros monsieur, protégé sans doute par la triple cuirasse de son embonpoint, il n'est pas un seul passager qui ne ressente ou qui ne ressentira bientôt les atteintes. L'uniforme n'en défend pas même le gendarme qui trébuche de la manière la moins belliqueuse du monde. Dans ce pêle-mêle, on oublie toutes les convenances ; c'est une véritable déroute : plus de distinctions sociales, plus de rang, plus d'âge, plus de sexe ; l'égoïsme se montre à nu dans toute sa laideur. Si la pitié trouve quelques cœurs compatissants, ce ne sera pas parmi les hommes, mais parmi les femmes. Plus courageuses, elles se roidissent contre la douleur, soutiennent les blessés, et prodiguent leurs soins sur le champ de bataille ».

 

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.



Commenter cet article

MissLN 24/02/2013 09:09


Je me souviens avoir fait , avec mon grand frère la traversée Le Havre / Trouville, en 1952 , cadeau de mes 17 ans .
On avait embarqué son vélomoteur Terrot, déjeuné à Honfleur continué jusquà Pont-Audemer et repris le bac de Quillebeuf, pour un retour au Havre, avec les fesses en compote.


Souvenirs, souvenirs !  ! ! !


 

DAN 24/02/2013 10:46



Bonjour MissLN,
Vous avez des souvenirs qui se rapprochent des miens, moi c'était avec le bac du Hode que je partais et revenais, je n'ai jamais connu la traversée de la baie de Seine en bateau, j'aurais bien
voulu.
Par contre les fesses en compote au retour ça oui j'ai connu car avec mon père et mes frères nous allions jusqu'à Cabourg à vélo, de quoi vous dégouter de faire ce sport.
En tous cas, vous comme moi, ça nous fait de bons souvenirs !
Bon dimanche MissLN 


 



tce76 18/02/2013 20:55


Salut DAN


Tout d'abord, excellente ta nouvelle banière.


Ensuite ton reportage me fait tout de suite penser à Titanic. Hormis le luxe et la richesse des lieux.


Je te souhaite une bonne soirée.

DAN 18/02/2013 23:08



Bonsoir Thierry,La bannière est l’œuvre de Guillaume Contremoulin, qui a pu faire ce cliché du haut du CCI où il travaille.
Pour le Titanic je comprends l’allusion, d'abord l'époque, début XXe siècle, ensuite les costumes des gens aisés de cette période. On retrouve tout ça dans certaines carte postales, illustrant
parfaitement ce que l'on a appelé "la belle époque", mais reste à savoir pour qui ?
Bonne fin de soirée Thierry !



Randonnée et Nature 18/02/2013 15:04


De la chaleur en Normandie ! J'hallucine !


Mais le plus étonnant est dans le dernier texte : "les femmes... se roidissent contre la douleur"  Je n'avais pas encore vu cette conjugaison de la forme pronominal du verbe "raidir".


Amitiés. C&B

DAN 18/02/2013 18:49



Bonsoir Bernard & Christine,
Mais oui mais oui, on a parfois des périodes de chaleur il ne faut pas croire, bon ça ne dure pas longtemps mais quand il fait bon, ça ne fait pas semblant.
Le verbe "raidir" était dans le vieux Français "roidir", comme le verbe être à la troisième personne de l'imparfait s'écrivait "il étoit". Cette chronique a été écrite en 1843, on peut penser que
les formes anciennes des verbes et autres adverbes se prononçaient encore de la sorte, j'ai d'ailleurs très bien connu une personne qui parlait ainsi jusque dans les années 90 alors...
Bonne soirée les amis !


 



jeanpaul76 18/02/2013 13:06


Bonjour 


Des traversées de tous les dangers je pense que cela à forcement changer une réflexion même pour une balade de détente la tenue vestimentaire était respectée digne même si le pire, arrive en tous
les cas il y avait une envie de découvrir nos amis de l'autre côté ou passer une journée agréable en famille une remarque de Makara la voiture permet de voyager mais, faut-il des accès en nombre
suffisant pour se garer et pourtant je ne rechigne pas sur la marche, je me rappelle quelques sorties en famille les grands prenaient une bouteille de cidre nous forcement le jus d'orange une
ferme sur le plateau de Grâce, à Honfleur petits c'était le voyage au bout du monde rigolo non !


Reportage excellent comme d'habitude fait nous rêver.


Bonne journée

DAN 18/02/2013 14:05



 


Salut Jean-Paul,
Les passagers devaient être en « habits-du-dimanche » comme on disait avant, de plus ils ne devaient prendre un billets aller-retour que s'ils étaient à peu près certain de n'avoir pas
de mauvais temps. Quant à l'envie de découvrir ceux de l'autre côté de l'eau c'est une tendance qui ne s'est pas démodée depuis le temps des cartes postales.
L'utilisation d'une voiture aujourd'hui, doit être subordonné à l'emplacement de parking en entrée de ville, car la principale difficulté réside dans les place de stationnement. Les villes dans
le futur auront toutes un grand parking à l'entrée de leur cité, d'ailleurs, si on regarde bien, c'est un peu comme ça qu'est aménagé Honfleur aujourd'hui.
Je ne suis pas allé souvent à Honfleur étant gamin, sauf une fois, à vélo, mais je n'avais fais qu'une étape dans cette ville où, à l'époque, on pouvait rouler sans problème dans le centre ville,
alors qu'aujourd'hui...
Bonne après-midi Jean-Paul !


 



Makara 18/02/2013 01:01


"c'est évident que la construction des deux ponts a condamné irrémédiablement la traversée  de la Seine en bateau ."


Bizarre ca, les Pont de Tancarville et de Brotonne n'ont pas condamné les Bacs. Celui qui est tous près de Pont de Tancarville, il y a un bac à Port Jérome.Quand j'étais jeune, je faisais une
ballade en vélo en traversant  " la Vallée de la Seine" du Havre jusqu'au Chateau Gaillard, cest la que j'ai vu il y a nombreux ports des bacs, malgré des ponts, il y a une dizaine de port
de bac.


Je ne savais pas qu'il y a une ligne Le Havre-Caen, et Le Havre-Trouville !!! Mon grand père ne m'a parlé que Le Havre Harfleur. JE vais le taquinner tiens !


Ca durée combien de temps la traversée de LH-Caen et LH-Trouville ?


Ce serait bien pour qu'on recrée la ligne Le Havre-Caen ( ou Ouistreham) et Le Havre Harfleur, pour raison tourisme et pour une raison simple : admirer les jolis vue sur l'Estuaire de la Seine et
les littoraux de Calvados, de l'Eure et de la Cap de la Hève. Attirer le touristes permet de redonner une autre image à la Ville du Havre plus positif....Même si je suis Lyonnais d'adoption, je
n'ai pas oublié la ville ou j'ai grandi.


Les Havrais ont réussi de donner une seconde chance aux Tramways !!! Alors pourquoi pas ces bateaux ?????  D'abord, ca m'arrange ! Je ne suis jamais allé à Honfleur et ca me gonfle d'y aller
en voiture ! J'ai eu mauvaise souvenir à Deauville et à Trouville, une petite ville ou il est très difficile de trouver la place pour se garer. o_o


Merci ces infos, c'est intéressant !


Makara

DAN 18/02/2013 09:29



 


Bonjour Makara,
Les ponts de Tancarville et de Brotonne n'ont pas condamné les bacs, pour plusieurs raisons, d'une part c'est afin d'éviter un détour pour certains habitants des rives de la Seine, prenez
l'exemple de Quillebeuf, celui qui travaille à Port-Jérôme serait obligé de prendre le pont soit celui de Tancarville, soit celui de Brotonne, ce n'est pas ainsi qu'on peut réduire les
déplacements par automobile, c'est ce qu'a bien compris le conseil général qui a pris en charge les bacs sur la Seine.


Le Havre avait, à cette époque, de nombreuses liaisons avec les ports de la Manche, ici je n'ai évoque que ceux de Honfleur Trouville Deauville et Caen, mais il y en avait aussi à Cherbourg en
Bretagne et dans le pas de Calais, toutes ces liaisons étant moins fréquente que celles avec « l'autre côté de l'eau ».
Refaire une liaison touristique serait souhaitable, et comme je l'ai écris dans un précédent commentaire, ces liaisons pourraient être proposées aux croisièristes qui, de toutes manières, vont en
autocars découvrir Honfleur la côte de grâce et la côte fleurie, alors pourquoi pas en bateau ?

Le temps de traversée était variable selon les marées et, bien entendu, selon la météo, mais il fallait compter plus d'une demi-heure dans les meilleures conditions. Les dépliants touristiques,
ainsi que les tarifs des passages, n'indiquent aucune durée, sauf pour Morlaix (16h) et Saint-Malo (12h), donc pour Honfleur on peut penser que le trajet se faisait entre 45 minutes et 1 heure 30
selon la météo.
S'agissant des tramways, certes ce moyen de transport fonctionne à nouveau, mais à bien regarder, voir le tram rouler dans le flux des voitures et des piétons piéton me donne un peu le frisson
parfois quand je vois le monde qui traverse malgré l'interdiction. Il y a eu déjà plusieurs « accidents » espérons que ce n'est qu'une « maladie de jeunesse » de ce moyen de
transport.
Difficile de se garer à Deauville ou Trouville, certes, mais aujourd'hui c'est partout qu'il est difficile de se garer, c'est la rançon du succès de la « bagnole », c'est pourquoi les
municipalité font toutes des efforts afin de dissuader les automobilistes d'emprunter leur véhicule, est-ce un bien...?
Bonne journée Makara ! 


 



Claude 18/02/2013 00:07


Merci pour cette 2ème partie de ce reportage sur ces beaux bateaux...et de leurs passagers..toute aussi captivante que la 1ère...ceci grâce aux textes
d'explications et surtout grâce à cette "somptueuse" collection de "CPA". !!!


Bonne semaine

DAN 18/02/2013 00:27



Bonsoir Claude,
Montrer des bateaux à quai à ceux qui les voient de haut, voila ce que je devais faire
Quant à ma collection de cartes postales, c'est vrai qu'elle commence à être "consistante", mais les garder seulement pour moi n'est pas mon but, aussi vaut-il mieux les montrer à tous,car ainsi
chacun peut voir comment vivaient nos grand-mères, voire nos arrières grand mère.
Bonne nuit les amis !


 



Maïa 17/02/2013 23:28


tant que j'y suis, je voulais te présenter un nouveau blog : j'ai voulu essayer la nouvelle plateforme d'OB (puisqu'elle va devenir obligatoire un de ces jours) pour m'entraîner. Il y a des
quantités de choses qui me chiffonent : par ex ils se proposent d'envoyer des mails pour prévenir des réponses aux com mais les liens ne fonctionnent pas ! Ensuite, ils n'ont pas prévu les album
photos comme sur l'ancienne, ensuite, on ne peut pas poser de compteur de visiteurs (ce n'est pas essentiel, mais c'est rigolo) etc... Bon, c'est moins convainquant que tes belles cartes
postales, comme tu peux le voir ! Bonne nuit tout de même !

DAN 18/02/2013 00:13



Bonsoir MaIa,
En effet, les nouvelles plate-formes d'over-blog ne sont pas au top, quant il y a quelque chose qui fonctionne, comme fonctionnait over-blog, ils trouvent le moyen de tout changer. Je suis soumis
à restriction sur ce site du fait que je n'ai pas voulu de publicité, la conséquence est que mon espace de stockage d'articles diminue de semaine en semaine. Et si je suis obligé d'arrêter, d'une
part à cause du trop plein, et d'autre part à cause de cette nouvelle plate forme, et bien c'est très simple pour moi, j'arrêterai purement et simplement de faire un blog.
Il y a la solution de fabriquer son propre blog moyennant une cinquantaine d'€uros pas an, mais j'ai suffisamment d'occupations autres pour ne pas reprendre ce travail sur l'histoire du Havre
avec internet. De plus, l'achat des documents grève mon maigre budget, alors pourquoi insister si en plus il faut faire un blog qui ne nous satisfait pas.
Quant à aller voir un autre hébergeur, là il n'en est pas question, car tant qu'ils comptabiliseront les réponses comme des commentaires, je ne cautionnerai pas ce système.
Aller bon courage et bonne nuit Maïa !


 



eva 17/02/2013 23:22


c'est toujours un plaisir de voir des cartes anciennes. Celles-ci sont bien amusantes ! et la description du mal de mer est réjouissante à souhait ! Merci Dan pour ce billet bien divertissant
!...

DAN 17/02/2013 23:55



Bonsoir Eva,
La description du mal de mer est en effet un morceau de choix, car cette indisposition démolit les barrières sociales, et c'est ça qui réjouit à sa lecture. Quant aux cartes elles retracent un
monde à jamais disparu c'est là aussi un plaisir de voir comment nos grand-mères, voire nos arrières grand-mères vivaient à cette époque.
Bonne nuit Eva !



louis 17/02/2013 18:04


Vraiment très chouettes ces cartes et on voyage peinard de notre salon sans mal de mer. Merci

DAN 17/02/2013 18:39



Salut Louis,
Peinard tout en dugustant un p'tit côte du Rhone évidemment .
Alors va chercher ton verre et trinquons ensemble !
Bonne soirée Louis !



marcopolo76 17/02/2013 18:01


Bonsoir Dan


En ce qui concerne le "mal de mer" de mon coté tout va bien jusqu'a présent...Ayant passé de nombreux jours ou bien heures en mer soit pour des balades nautiques  ou des régates .


Ta collection démontre également que le temps était meilleur à l'époque pas une tempête ou bien une bonne pluie pour ces passagers ...


Bonne semaine !


Marco

DAN 17/02/2013 18:36



Bonsoir Marco,
Tu m'aurais dis que tu avais le mal de mer, je ne t'aurais pas cru, toi l'homme capable de faire des photos sur un voilier en pleine vitesse par n'importe quel temps !
Tu sais pour le temps de l'époque il suffisait que le photographe monte à bord un jour de temps calme et il faisait ses photos sans problème. Il aurait été difficile pour lui de vendre ses
clichés avec les gens malades à bord !
Quant à la pluie, n'oublions pas que nous sommes en Normandie...
Bonne soirée Marco !


 



phyll 17/02/2013 17:29


salut mon pote,


un vrai régal ces cartes postales !!!..... je ne les regarde pas mais je m'y promène !!


et j'y retournerai car il y a plein de détails à observer !!


quant au mal de mer j'en souffre également, en plus du vertige !!.... mal barré le papy phyll !!!...


bonne fin de journée mon bon DAN et à + !!

DAN 17/02/2013 17:35



Bonsoir mon pote,
M... alors, tu souffre du mal de mer alors que tu as navigué sur la Seine ! Remarque à bord des "pousseux" ce ne devait pas bouger beaucoup du point de vue tangage ou roulis, et comme on dit
quand on est occupé avec ses mains on ne pense pas à son estomac et occupé tu l'étais.
Donc tu pourras revenir te promener à bord de mes photos où là tu ne risque rien !


Bonne soirée mon bon  Phyll !


 



Buddy2259 17/02/2013 17:10


Merci à vous deux les amis pour votre prestation du jour


Amitiés !

DAN ET NICEPHORE 17/02/2013 17:14



Bonsoir Buddy,
Tu sais, c'est toujours un plaisir pour nous, et si ce plaisir est partagé et c'est très bien ainsi .
Bonne soirée l'ami !


Enfin le mérite revient surtout à Dan, moi je suis là, à l'image des capitaines des bateaux de l'estuaire, pour veiller au grain ! NICEPHORE



Papy Scham 17/02/2013 14:37


Bonjour Dan


Impressionnant reportage à nouveau sur ces bateaux. Très riche collection de cartes postales. Je pense que le chroniqueur de l'époque était payé aux lignes pour nous donner sa définition du mal
de mer. On se régale. Pareil aussi dans le petit papier des tarifs. Des petits détails qui font sourire.


Bon dimanche et bonne semaine.


Cordialement: papy Scham.

DAN 17/02/2013 15:27



Bonjour Papy Scham,
Les chroniqueurs de l'époque étaient payé à la ligne, et plus le texte était long mieux cela valait pour eux. Aujourd'hui c'est un peu le contraire, plus le texte est court mieux c'est, enfin
pour les rédactions et les "sponsors".
Aujourd'hui c'est en caractère que l'on compte la taille d'un article, ainsi moi, chaque semaine j'ai une rubrique dans un journal local, et bien je ne doit pas dépasser 400 caractères, un
exercice difficile mais une discipline qui permet d'aller à l'essentiel.
Quant aux tarifs, décortiquons un tarif SNCF aujourd'hui, on se rendra compte qu'on a rien inventé en la matière
Bonne fin de journée Papy Scham, ici c'est soleil et froidure !


 



l'père Cantoche 17/02/2013 13:38


Le premier voyage en mer que je fis de ma vie, fut du Havre
à Honfleur. On m'avait tellement rebattu les oreilles du mal
de mer, que je fus réellement assez malade, lorsque, surtout,
quelques jeunes dames se furent mises, avec de grands maux de
cœur, à payer leur tribut à la mer. Plus tard, je me convain-
quis que l'imagination seule avait agi sur moi ; car, dans toutes
mes grandes traversées suivantes du Havre à Honfleur, qui se
faisaient, il est vrai, en une demi-heure à peu près, je restai
toujours frais et dispos comme un vieux loup de mer.
La traversée offre, presque d'une rive à l'autre, les vues les
plus belles et les plus variées. C'est d'abord la plage du Havre,
qui captive toute notre attention. De seconde en seconde, à
mesure qu'on s'éloigne, le trop grand voisinage de la ville ne
détruit plus l'effet général, et les rives présentent de plus en
plus un ensemble imposant ; jusqu'à ce qu'enfin, le Havre, la
côte d'ingouvilie, cette admirable terrasse avec ses milliers de
jardins et de maisons de plaisance, les rochers escarpés de la
Hève, et, entre ceux-ci et la côle, cette pelite vallée si paisible
de Sainte-Adresse, puis la mer et la Seine, tout cela réuni
vienne à se développer en un majestueux et vaste panorama.
Lorsqu'on se trouve au milieu du fleuve, qui est alors la
mer, et que l'on voit à l'horizon les coteaux des deux rives de
la Seine qui se donnent la main, celle-ci ressemble a une vaste
baie, tandis que, de l'autre côté, les regards se perdent dans la
pleine mer. Enfin, les montagnes de la rive gauche de la Seine
deviennent de plus en plus faciles à distinguer, et forment les
plus beaux et les plus riants coteaux, au pied desquels des ro-
chers taillés à pic et baignés par la mer, sont là qui montrent
de formidables dents de pierre, gouffres béants, qui semblent
vouloir faire reculer d'épouvante l'Océan, l'ennemi de la Terre.
C'est surtout par un beau jour de printemps, lorsque ces mil-
lions de pommiers et d'arbres fruitiers se sont parés de leurs
vêtemens de fiancés, que cette vue offre un aspect vraiment
magique.
Ce qui donne à ce voyage un charme bien plus grand encore,
ce sont les traditions qui se rattachent aux rives de droite et
de gauche, et souvent même aux places sur lesquelles le vais-
seau glisse en traçant un léger sillon, et que l'on peut lire dans
les descriptions des environs , ou bien recueillir parfois de la
bouche d'un paysan ou d'un marin bavard.


" Jours de repos et de voyage en Normandie "


      ( traversée du havre à Honfleur )


               par M.Venedey






DAN ET NICEPHORE 17/02/2013 14:17



Bonjour l'père cantoche,
Ah dis donc, si j'avais eu à faire une description d'une traversée et dans le cas où elle existerait encore, je n'aurai certainement pas eu une plume aussi talentueuse pour la décrire. C'est bien
simple on s''y croirait, il ne manque pas grand chose pour avoir la sensation de faire cette traversée aujourd'hui même, quoique, pour celui qui est au bord de mer il suffit d'ouvrir une fenêtre
pour sentir l'air du large.
Moi, d'où je suis, je n'entends que les goélands, comme poésie il y a mieux, mais c'est déjà un avant goût du large.
Bon dimanche Thierry et merci de nous avoir "dégoté" cet excellent texte !


 


Ha, j'pensais qu'cétait Thierry l'auteur de ces lignes ... ! A la lecture de certains de ses commentaires passés, çà n'aurait pas été étonnant ! Enfin, bravo
quand même pour avoir exhumé ce texte qui complète admirablement bien cet article. Bien amicalement  NICEPHORE


 



Mousse 17/02/2013 13:16


Bonjour cher Dan,


Je suis de nouveau baba devant ta collection impressionnante de jolies cartes, c'est un régal pour les yeux.


Tu as raison, les jolies toilettes n'étaient pas ce qu'il y avait de plus pratique, que c'était beau.


Le type du chocolat qui se trompe de bateau, il y a toujours eu des distraits, je vois que tu vois tout !


Je me suis régalée, encore un très joli billet.


Merci cher Dan.


Bonne semaine, mes amitiés.

DAN 17/02/2013 14:08



Bonjour Mousse,
Baba au rhum bien entendu , ceci dit les femmes étaient vraiment bien habillées à l'époque, mais
que ce devait être difficile à s'habiller comme ça chaque matin.
Quand aux erreur de légende sur les cartes postale, elle son légions, d'ailleurs un jour je ferai un article consacré entièrement à ces erreurs.
Merci  de ton passage chère Mousse et bon dimanche, j'espère ensoleillé là où tu es !


 



Tic-Tac 17/02/2013 13:03


Hello DAN, 


Je vois que le mal de mer est une chose très répandue et n'ai plus aucun complexe  Par ailleurs, l'on se
découvrait encore peu à l'époque.


Merci pour cette passionnante collection de cartes postales et pour les commentaires !


Très bon dimanche à tous, 


Tic-Tac

DAN 17/02/2013 13:13



Bonjour Tic-Tac,
Ca "console" un peu en effet, de savoir que beaucoup de gens son sujet au mal de mer, quand une "épreuve" est partagée elle a moins d'effet sur nous,  enfin on peut le supposer.
Eh oui, peu de têtes nues à cette époque, les chapeliers ne devaient pas connaitre le chômage semble-t-il !
Merci Tic-tac pour tes passages ici, et bon dimanche à toi aussi !



françoise B 17/02/2013 10:32


Bonjour Dan. Quel plaisir pour moi que d'avoir découvert la semaine dernière tous ces bateaux qui reliaient le Havre à Honfleur dont on parlait tant dans ma famille. Mon père et ma tante qui,
petits, habitaient au coin de la rue Saint Julien et du Grand Quai, ont souvent fait la traversée "de l'autre côté de l'eau" C'était en 1936, 1937. Il est probable que ma tante reconnaîtra
un de ces bateaux. Moi-même je me souviens avoir fait la traversée avec mes grands-parents, à l'âge de 4 ou 5 ans. Ce devait être en 1946 ou 47. Et cela m'avait marquée. Et aujourd'hui, voir les
passagers sur les bateaux, c'est les faire revivre ces bateaux. C'est magnifique! merci Dan pour faire revivre l'atmosphère maritime ou plutôt fluviale de notre ville. Bon dimanche ensoleillé.

DAN 17/02/2013 10:45



Bonjour Françoise,
Aaaah ça fait plaisir de te relire Françoise.
Je suis ravi de constater que cela évoque des souvenirs de discutions que tu as eu avec ta famille. En effet si ton père et ta tante habitaient rue Saint Julien ils n'étaient pas loin de
l'embarcadère. Il devait y avoir une ambiance à nulle autre pareille ici même sur ce grand quai. Peut être ta tante t'en reparlera en évoquant ses souvenirs.
Pour la traversée dans les années 46 et 47 ce devait être par une des vedettes du port qui faisaient ce service. Je n'ai jamais fait la traversée par bateau autre qu'avec le bas du Hode, mais
c'est autre chose.
Merci pour ton passage ici et bon dimanche ensoleillé aussi Françoise !


 



azoline 17/02/2013 09:49


beau voyage bien raconté comme d'habitude !


Il faudrait un bateau promenade entre nos deux villes l'été, ce serait agréable.


On fait bien à honfleur une promenade en mer jusque sous le pont et devant la palge. et au havre une visite du port. Ces 2 compagnies devraient chacune  inclure un voyage le
havre/honfleur  !

DAN 17/02/2013 10:06



Bonjour Azoline,
Ce serait tout à fait possible de faire une excursion par bateau entre les deux rives, il y a en effet et j'ai pu le prendre, un bateau qui va jusque sous le pont de Normandie, pourquoi pas
jusqu'au Havre ?
Mais il faut reconnaitre que les petits bateaux faisant cette mini-croisière prennent en charge les passagers à Honfleur et les débarquent peu de temps après au même endroit.
Alors est-ce envisageable de concevoir une traversée avec débarquement des passagers au Havre ? Seule, une étude sérieuse pourrait le démontrer. En attendant, il nous reste le pont de Normandie
qui fait de Honfleur une ville proche di Havre si ce n'est par les kilomètres mais surtout par le coeur.
Bon dimanche Azoline ! 


 



FAH 17/02/2013 09:01


Bonjour Dan et Nicephore,


Texte savoureux! encore qu'on imagine le contraire.


On avait donné à un voyageur de manger des pommes pendant la traversée. ce qu'il fit. Mais aux abords du Havre le bateau stoppa et se mit à "danser". Le voyageur "rendit" ses pommes à la
mer... (CP de janvier 1902).


A dimanche prochain!


FAH

DAN et nicephore 17/02/2013 09:28



Bonjour Françoise,
Il a dû y en avoir des repas "restitués" à dame nature et plus particulièrement à madame le Seine.
Les passagers devaient sans doute penser qu'ils n'auraient pas le temps d'avoir le mal de mer pour une si courte traversée mais que nenni, il suffit de peu de chose pour que tout bascule...par
dessus bord...
Bon dimanche Françoise  !


 


Bonjour Françoise, c'est sur que la traversée en bateau impliquait le risque du mal de mer, très désagréable pour celle ou celui qui en est victime. Inconvénient
inconnu en empruntant le pont.


Bon dimanche. NICEPHORE 


 



harfleur-histoireetpatrimoine 17/02/2013 08:46


Bonjour DAN


 


JMH parle de faire un jour une expo entre Honfleur et Le Havre.


Il y a un projet, actuellement, de classé la Baie de Seine au patrimoine de l'UNESCO. Il font appel à plusieurs associations dans plusieurs villes et de divers thèmes, afin d'organiser quelque
chose.


Se serait bien qu'il fasse appel à DAN, association à lui tout seul.


 


Bon dimanche


A+

DAN 17/02/2013 09:24



Salut "seb"
Classé la baie de Seine en patrimoine de l'UNESCO, pourquoi pas, mais je crains qu'à force de tout classer cette appellation ne perde de sa valeur. Déjà quand un bâtiment est inscrit au
supplément de l'inventaire patrimonial cela ne le protège en aucune façon, alors classé un paysage moi je ne suis pas contre, mais cela voudrait-il dire que nous ne pourrions pas installer les
éoliennes...? Affaire à suivre.
Bon dimanche "Seb"



DENIS 17/02/2013 08:40


article passionnant pour plonger dans une autre époque où tout voyage restait une "épopée" et les jours de tempête y avait-il des traversées??? car j'imagine la difficulté du voyage dans
l'estuaire


bon dimanche et à bientôt Dan

DAN 17/02/2013 09:16



Bonjour Denis,
Dans ce que j'ai pu lire sur ce sujet, il n'y avait pas de traversée les jours de très mauvais temps, ce qui est compréhensible, mais parfois ce mauvais temps survenait en pleine traversée ce qui
nous donne des récits épiques parfois, et n'oublions pas que certains vendeurs devaient se rendre souvent de "l'autre côté de l'eau" quelque soit le temps qu'il faisait, alors à moins de très
grosse tempête ces traversées étaient régulières.
Bon dimanche Denis ainsi qu'à Fabienne !


 



GL 17/02/2013 08:27


Vu les élégantes tenues, ces traversées devaient concerner une certaine classe sociale.  En tous cas à cette époque, les chapeliers avaient du boulot.

DAN 17/02/2013 09:08



Bonjour GL,
En fait ces traversées concernaient toutes les classes sociales, ici les photographes ont préféré les belles tenues pour faire leur cliché, mais ces traversées comportaient aussi des vendeurs
avec leurs marchandises qui pouvait aller des pommes à cidre au poulet fermier.
Ici ça se voit un peu, les bateaux avaient un pont supérieur où prenaient place les gens aisés, alors que sur le pont inférieur les passagers "ordinaires" étaient le plus souvent debout et au
soleil, on peut d'ailleurs constater que toutes les classes sociales se mélangeaient sur ce pont inférieur, et à bien regarder, ces photos sont prises surtout les dimanches, où chacune et chacun
tenaient à mettre leurs plus beaux habits.
Bon dimanche GL !


 



gerard 17/02/2013 08:19


de belles cartes postales qui évoquent bien les conditions du voyage.

DAN 17/02/2013 08:58



Salut Gérard,
Les photographes de l'époque se sont attaché à retranscrire les conditions de voyage de ces passagers, car ici il n'y a qu'une très petite partie des cartes éditées sur ce sujet.
Bon dimanche Gérard ! 



hirel 17/02/2013 07:46


Bonjour Daniel ,


Très interessante reptospective de ce moyen de transport


bonne semaine.............

DAN 17/02/2013 09:10



Bonjour Gérard,
Merci pour cette restrospectve et bonne semaine à toi aussi !



Buddy2259 17/02/2013 03:22


Bonjour Dan et Nicéphore,


Très belle présentation de ces diverses traversées  de la Seine par le biais de cette série de cartes postales.


Un beau témoignage du passé!...la gravure nos démontre que le voyage pouvait certaine fois être mouvementé.(petit souci pour lire le texte).


Je vous souhaite un bon dimanche!


 

Nicéphore & DAN 17/02/2013 08:26



Salut Buddy


Effectivement, il y avait même un gros souci pour lire le texte de bas de page. Voilà je pense avoir réparé l'inconvénient. Merci de l'avoir fait remarquer. Dan
pour cet article nous fait partager quelques fleurons de son immense collection de CPA. C'est superbe.


Bon dimanche à toi et merci encore. NICEPHORE


Bonjour Buddy,
Nicéphore a fait le nécessaire afin que tout le monde puisse lire ce texte, cela aurait été dommage qu'il soit illisible pour certain lecteurs, mais toute est rentré
dans l'ordre je pense.
Quant aux cartes postale, c'est par dizaine qu'elles ont été faites, je n'ai mis ici qu'une toute petire partie sinon...
Bon dimanche Buddy !






JMH 17/02/2013 00:36


Bonsoir. Belle série de cartes postales sur ce sujet. A quand une exposition qui se tiendrait au Havre et à Honfleur ? Cela constituerait un excellent thème qui réunirait les deux rives de la
Seine.


  A propos des traversées, la création du pont de Tancarville et de Normandie, plus tard, a changé la donne. La voiture l'a emporté (encore) sur le bateau.


Bonne soirée et bon week-end.


 

Nicéphore & DAN 17/02/2013 08:42



Bonjour jean-michel, c'est évident que la construction des deux ponts a condamné irrémédiablement la traversée  de la Seine en bateau . Mais combien de
navettes faudrait-il de nos jours pour absorber le trafic inter estuaire du XXIème siècle ? Il reste cependant quelques bacs en amont pour cette opération ( Quillebeuf, Duclair etc ...) c'est
sympathique et ... gratuit ! 


 


Amicalement NICEPHORE



Le bac de Duclair, l'hiver.


Bonjour Jean-Michel,


Pour une exposition de ce type ce sont les instances municipales des deux communes  qui devront se mettre au travail, car personnellement je n'aurai pas les
moyens nécessaires pour la faire.
Pour ce qui est de la traversée par le pont de Tancarville, n'oublions pas non plus le bac du Hode, qui, au cour de l'exode en 40, a joué un rôle.
Mais de tout ceci "Havrais-dire" y reviendra.
Bon dimanche Jean-Michel !