Une rue disparue, la rue André Caplet (C-7 sur plan)

Publié le par DAN

Tout d'abord appelée rue du canon, elle sera renommée en 1926, André Caplet, en hommage au musicien Havrais né en 1878 et mort en 1925. Aujourd'hui cette artère est complètement obstruée du fait de la construction de la ZAC Coty. Seule sa partie nord débouche en voie piétonne sur l'avenue René Coty.
Havrais-dire vous présente quelques photos de cette rue prises à différentes époques.
Un grand merci à ceux m'ayant Prêté leurs clichés pour faire cet article.
Un merci également aux personnes du service sécurité du centre Coty qui m'ont permis de faire des photos sur le toit du bâtiment.


Le Havre rue Caplet (3)Une vue de la rue A. Caplet telle qu'elle était en 1945. Sur la gauche, le reste du clocher de l'ancienne église Saint Michel. En face, le cinéma REX, là où est le magasin "Darty" aujourd'hui. (Photo : Collection Alinand)



Le Havre rue Caplet (1)J'ai tenté de retrouver le même point de vue, mais c'est impossible, aussi voici une vue approchante où l'on voit le magasin "Darty " en lieu et place du cinéma REX.

 


Le Havre rue Caplet (5)La situation de la rue André Caplet (entre les flèches rouges) avant la construction de la ZAC Coty (Photo : Collection F.A.H.)


 

Le Havre rue Caplet (8)Cette vue Satellite nous permet de voir le même endroit en 2007, j'ai replacé les flèches rouges au même emplacement que sur la photo précédente.



Le Havre rue Caplet (2)La partie sud de la rue A. Caplet qui débouchait rue Madame Lafayette, elle aussi raccourcie avec la construction de la ZAC Coty. (photo F.A.H 1997)



Le Havre rue Caplet (4)La partie centrale de la rue A. Caplet qui débouchait rue Madame Lafayette. (photo F.A.H 1997)


Le Havre rue Caplet (6)Vue vers le nord, la flèche rouge indique la rue A. Caplet. (photo F.A.H 1997)


 

Le Havre rue Caplet (7) Le même point de vue en 2012.


**********************************************************************************************************************************

Témoignage d'une lectrice ayant connu la rue Caplet, merci beaucoup Michèle.

 

 

La tante et l'oncle de ma Mère ont habité 10bis rue André Caplet, au 3ème étage gauche un deux pièces; enfin un 2 pièces d'avant guerre, il comprenait une pièce qui faisait office de cuisine, cabinet de toilette et salle à manger et une chambre à coucher. L'eau était au rez-de chaussée et je me souviens que l'eau était dans un seau sous le gaz à deux feux et que ma tante y puisait à l'aide d'un quart.

 

Quand l'eau est arrivée sur le palier ce fut une révolution et d'un "grand confort"; c'était bien sûr une bouteille de gaz car le gaz n'était pas à tous les étages comme le signalent encore de petites plaques apposées sur certains immeubles du Havre.

 

Les toilettes étaient au rez-de -chaussée et il y avait un seau hygiénique dans un coin de la chambre que l'on allait vider tous les matins. Au rez-de-chaussée il y avait aussi une buanderie pour la lessive et derrière la maison une minuscule cour pour faire sécher le linge.

 

Pas de sonnette à l'entrée, mais sur la porte en bas, un marteau et l'on frappait un certain nombre de coups correspondant à chaque appartement: je me souviens que pour ma tante il fallait taper 4 coups. J'ai passé là des repas en famille à 7 dans cette petite cuisine-salle, sans grande place mais beaucoup d'amour autour de la table, et aussi les "réveillons", qui consistaient en quelques tranches de galantines; puis les adultes jouaient à la manille et j'allais m'allonger sur le lit pour dormir et l'on me réveillait un peu avant minuit pour fêter le nouvel an autour d'une coupe de champagne.

 

Ma tante a vécu de nombreuses années dans cet appartement et y a été heureuse malgré ces conditions de vie difficiles et qui pour les jeunes paraîtraient dater des temps anciens, mais c'était seulement il y une cinquantaine d'années.

 

Au bas de l'immeuble il y avait un petit bistrot, fréquenté par une clientèle d'habitués et tenu par Mme Vadet.
Vous avez fait resurgir tous ces souvenirs enfouis dans ma mémoire, témoins de jours où l'on était heureux avec peu de choses
 

 

Cordialement
Michèle

 __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.

Commenter cet article

Caroline.K 31/10/2012 05:56


Toutes les photos sont parlantes Dan, mais j'ai été assez impressionnée par les vues aériennes qui donnent une autre perspective. Très émue aussi par l'adjonction en fin d'article du témoignage
de Michèle, j'ai eu l'impression à la lecture que vos parcours étaient assez proches, pour ce qui concerne l'enfance.


CaroLINE

DAN 31/10/2012 08:07



Bonjour CaroLINE,
En effet, Michèle et moi sommes de la même génération, et tous ceux qui sont nés après guerre ont connu peu ou prou les mêmes conditions de vie. Le Havre d'après guerre étant complètement dévasté
il fallait bien vivre et parfois survivre coûte que coûte.
A cette époque l'essentiel était important, aujourd'hui il est noyé dans le futile, mais peut être que la "crise" et l'écologie remettront tout à niveau ?
Bonne journée CaroLINE !


 



PATRICK LE BALC'H 22/08/2012 15:23


bonjoiur DAN


Je suis "fan " de ton blog depuis de nombreuses anée.........


Super reportage sur le rue Caplet anciennement rue du Canon.Concernant l'impasse du canon , je l'ai retrouvé il y a  près de 15 ans sur un plan du Havre datant de 1920, elle
se situait  au dédut de la rue Caplet coté rue Rene Coty.A l'époque , je m'étais essayé à la repérer de visu, et j'en avais déduit qu'elle se situait là  où les camion 
livraient  l'ancien Monoprix .


Concernant la rue des canons, les ancetres de mon amie y avait un atelier dans les années 1850 qui s'appelait Maison Pichard


Bonne jounée PATRICK

DAN 22/08/2012 15:56



Bonjour Patrick,
J'ai, depuis cet article, retrouvé sur un plan de 1920 où cette impasse est marquée, il doit s'agir du même plan à mon avis. Quant à la retrouver là c'est maintenant chose impossible hélas. voici
un extrait de ce plan l'impasse et la rue du canon sont en haut à droite:



Pour la maison Pichard, là on pourrait regarder dans les guides commerciaux des archives à quel numéro de cette rue ce situait ce commerce, on pourrait ainsi voir ce qui était fabriqué dans cet
atelier.
Merci de ta visite Patrick et bonne fin de journée !


 



jps 18/02/2012 11:04


Après fouinage furieux dans divers annuaires et plans, je découvre une impasse Rembrandt à la hauteur du n° 28 de cette rue A Caplet, marrant ça.. curieusement les residents de 10 bis de la rue A
Caplet ne sont pas nommés dans le Micaux de 1971 mais il restait encore en cette année 1971 l'imprimerie centrale au 9 (aussi dans l'annuaire de 1976), l'imprimerie ETAIX au 7 (aussi dans
l'annuaire de 1976), la maison de la presse/journaux au 36, l'Enclume (bimbeloterie) au 16, l'American Bureau of Shipping au 4, Joannez Compagnie au 4, un Hôtel meublé au 22, Linge de
maison/broderie au 24, charcuterie du printemps au 38 (aussi dans l'annuaire de 1976) et le café tenu par Mme Yvonne Vadet au 14: Le Bakoua.. par contre on trouve les noms des habitants du 10bis
dans l'annuaire de 1936: L. Lecarpentier (métallurgiste), B. Kornaez (navigateur), Chérencé (veuve), R. Perrot (navigateur), A. Havrileck..sur la photo de 1945 on voit "Electro-Rex" (R. Gandrey)
électricité pour l'automobile et l'industrie au n°9 et à côté cela doit être "Menuiserie, charpente, escaliers" (Ch. Terrillon) au n°11 puis au 15-17-19 il devait y avoir "A la boule d'or"
nouveautés, la rue se terminant au n°21 pour ce côté impair.. voilà un îlot qui a connu bien des chamboulements avec la création de la KotiZac au grand dam de ceux qui y habitaient
paisiblement..pi en fouinant un ti peu, on en trouve des choses, pas vrai (dire) ?? céti un défaut la curiosité ??


Amitiés tenaces...............

DAN 18/02/2012 12:06



Salut mon « fouineur préféré ». Cette impasse Rembrandt voilà ce que les archives municipales en disent : Entièrement détruite en 1944. Je pense pour l'avoir vu mentionné (mais pas figuré) sur un
plan de 1947 qu'il s'agit de l'ancienne impasse du «canon» qui, elle, figure bien sur les plans d'avant guerre.
Voici donc plus qu'un complément à cet article avec les commerces et habitants ayant travaillés ou vécus dans cette rue aujourd'hui disparue, mais une contribution à une meilleure connaissance de
notre histoire des petits commerces. Je suis sûr que les lecteurs ayant connu cette rue se régaleront à lire, ou relire, ce qu'il y avait dans cette rue sommes toutes très  commerciale,
certains se rapelleront que c'est ici qu'ils ont  acheté tel ou tel produit, ou, c'est ici que qu'ils ont travaillés. Alors considérer ces recherches et cette curiosité comme un défaut,
alors là je m'inscris en faux, et comme dit mon ami José Arthur, ce n'est pas la question qui est indiscrète, c'est la réponse, je pourrais en dire autant pour la curiosité !
Amitiés indélébiles !



tce76 25/01/2012 22:29


Salut DAN


Tu as encore été valgauder sur les toits... à ton âge! (lol).


J'ai du mal à m'imaginer un garage à cet endroit. Cette première photo est splendide.


 

DAN 25/01/2012 23:26



Bonsoir Thierry. Tu vois, on crois connaitre le Havre et finalement on découvre des choses inconnues, car je suis comme toi, je n'ai pas connu cette rue sous cet aspect.
Quant à monter sur les toits, et bien figures toi que j'ai encore monter sur l'un d'eux aujourd'hui même, et celui-ci sans garde-fou, comme tu dis "à mon âge", mais que ne ferais-je pour donner
du plaisir aux lecteurs...
Bonne fin de soirée Thierry ! 



Armide+Pistol 23/01/2012 20:38


Un monde qui disparait, c'est toujours triste, mais on recupere les photos qui permettent de ne pas oublier...

DAN 23/01/2012 22:48



Bonsoir Armistide+pistol. Il faut en effet ressortir ces archives afin de les faire connaitre à tous. L'outil informatique est excellent pour propagé la mémoire d'une ville sans entrer dans le
détail, ce qui lasserait les lecteurs devant leur écran
Au contraire d'un livre qui, lui, n'a besoin d'aucun support pour être consulté. Alors si ce blog pouvait donner goût à une lecture plus approfondie des livres d'histoire ce serait parfait
Bonne fin de soirée Armide+Pistol



B58 21/01/2012 21:59


Bonsoir, le hasard fait bien les choses, puisque en feuilletant certains documents sur le casino pour totalement autre chose, j'ai découvert que tout comme Michèle, j'ai aussi eu de la famille
qui a habité cette rue aujourd'hui disparue. Comme le montre cette lettre ci-dessous, il s'agit d'Albert Nion.





Albert Nion était le père de Jean Nion, qui s'est marié en 1946 avec ma grande tante, Denise. Sur la photo ci-dessous prise en 1949, Albert est au premier plan au milieu (avec ses lunettes) juste
derrière lui, il y a Denise, sa belle fille et encore derrière, (aussi avec des lunettes) son fils Jean.



DAN 22/01/2012 00:30



Bonjour B58. C'est extraordinaire de trouver des personnes ayant habités cette rue et de votre famille en plus. Voila un autre témoignage après celui de Michèle, qui très intéressant car là nous
avons en plus une photo de celui qui y a habité. Le plus extraordinaire en ce qui vous concerne c'est de trouver ce document au moment où je publie cet article. On dit souvent que le monde est
petit, mais , en l'occurrence ici c'est la rue qui l'est !
Bon dimanche B58 !



ships-lover 18/01/2012 14:19


Encore un beau documentaire sur une rue du Havre que je n'ai pas connu, malheureusement. Et bien sure un merci a Michele pour cette remontée de souvenirs que je pense a du en faire surgir
d'autre. Et egalement Dan tu a pu jouer sur le toit de cette ZAC COTY, grace a la compréhension du service sécurité. Merci pour ton travail et a trés bientôt.

DAN 18/01/2012 14:28



Bonjour Ships-lover. Merci pour le documentaire, effectivement vu ton âge tu n'as pas du connaitre beaucoup cette rue, quant à la compréhension du service de sécurité il faut le souligner en
effet car ce n'est pas évident de laisser monter, même accompagné, quelqu'un sur ce toit.
Le témoignage de Michèle est important car il permet de savoir comment on vivait il n'y a pas si longtemps mais aussi de faire comprendre aux futurs lecteurs qu'il pourront s'ils le souhaitent,
écrire à leur tour un témoignage sur un tout autre sujet et qu'il sera pris en considération.
Bonne fin de journée Ships-lover ! 



Didier 17/01/2012 15:50


ahhhh la rue A.Caplet, que de souvenirs, les petits pavillons, je m'y rendais pour y retrouver une jeune et jolie demoiselle, l'encens, les lumières tamisées par des foulards, des repas, qu'on se
dévorait des yeux, des caresses, bref l'amour jeune, c'était en 78.

DAN 17/01/2012 16:03



Salut Didier. Je constate que cette rue évoque d'agréables souvenirs pour toi, et c'est très bien ainsi car c'est le reflet de la vie même avec ses hauts et ses bas, pour toi c'est plutôt du côté
des bas...nylon si j'ai bien compris !


Bonne fin de journée Didier !  



Mousse 17/01/2012 06:14


Bonjour cher Dan,
Avant tout, j'ai été émue de lire le récit de Michèle, on ressent toute sa tendresse pour ce temps pas si lointain, cinquante ans, ce n'est pas si vieux
Quand je vois tous ces changements, c'est ahurissant !
Comme toujours un billet fait avec professionnalisme pour le plus grand plaisir de tes lecteurs.
Je te félicite, tu aimes le Havre je le ressens très fort.
Tu as raison, ta ville est magnifique.
Comme toujours de très belles photos.
Bref, un magnifique reportage.
Merci pour ton bon travail.
J'avais hâte de passer hier soir, j'ai eu un imprévu.
Je te souhaite une très bonne journée, mes amitiés.

DAN 17/01/2012 08:41



Bonjour Mousse. Le Havre mérite cet amour car elle a tellement souffert aux cours de la guerre. Pour le témoignage de Michèle je comprends ton émotion, elle décrit la vie de cette époque là vie
que, avec beaucoup de Havrais, j'ai connue.
Quant aux changements c'est tous les jours que la ville change, avec son cortège de démolitions et constructions.
Quant au "professionnalisme" là je laisse juge les lecteurs
Bonne semaine chère Mousse 



geo 16/01/2012 21:53


Pour ceux que ca interressent, j'ai commencé à rédigé il y'a quelques mois plusieurs articles au suje tdu 10 anniversaire du centre commercial Coty. Des articles rédigés grâce aux précieux
documents que m'a très gentillement offert Mr Jean Michel MORIN, qui était à l'époque adjoint au maire en charge du commerce, dans la première municipalité d'Antoine Rufenacht.


http://lehavrephoto.canalblog.com/archives/les_10_ans_de_l_espace_coty___restrospective/index.html

DAN 16/01/2012 22:22



Bonsoir Geo. Voila un lien très utile qui permettra à ceux ne connaissant pas cette histoire de s'en faire une idée. Quant à moi j'y ai vu mon commentaire de l'époque ce qui atteste de ma
précédente visite à propos de  ces articles !
Bonne fin  de soirée geo !



jeanpaul76 16/01/2012 17:34


A voilà pourquoi le fantôme Daniel rodait dans la galerie ma réflexion mais, que mijote-t-il ?
Ce quartier a effectivement subi un changement considérable par la démolition d'habitations mais, là pour . une cause de Restructuration cette fois-ci volontaire j'aime bien la décomposition des
photos je pense que pour certains c'est un moment douloureux comme l'évoque si bien Michelle .
Les différentes photos nous remémorent bien les étapes de la démolition ainsi que la vue satellite sur l'ensemble Zac Coty et quartier
Pour conclure je trouve la réalisation du centre commercial assez bien choisi ce n'est pas un mauvais choix peut être pas l'avis des petits commerces mais, bon ...encore un article sensible aux
coeurs des havrais


Bonne soirée l'ami

DAN 16/01/2012 19:27



Bonsoir Jean-Paul. Transformé en fantôme, tu m'auras tout fait toi   ! !
Ce quartier tu le connais bien pour le sillonner de temps à autre. La rue A Caplet a disparue certes mais le centre Coty a redonné de la vitalité et de l'animation dans ce quartier. Je me
souviens bien rue A France avant la construction de la Zac, la rue était rétrécie à un endroit en n'engageait guère à la promenade. Aujourd'hui il en est autrement et même si on regrette ces rues
là, il faut bien reconnaitre que le centre est agréable pour y faire ses courses !
Bonne soirée Jean-Paul !



Papy Scham 16/01/2012 16:05


Etonnant reportage sur un quartier complètement métamorphosé. J'aime bien la premmmière photo, ce garage, ce vieux tacot. Et la dernière postée par Nicéphore: impressionnante en tous points de
vue. Bravo à vous deux. Et félicitations pour tes privilèges auprès des services de sécurité. Tout cela est digne d'un grand reporter.


Bonne soirée et bonne semaine.


Papy Scham

DAN 16/01/2012 19:19



Bonsoir Papy Scham. Le Havre a cette particularité de changer sans arrêt, alors pour peu que l'on retrouve des documents montrant notre ville aux temps anciens, les générations nouvelles sont
étonnées de voir les transformations, quand à ma génération, parfois on ne se rappelle plus comment c'était avant.
Ce n'est pas un privilège d'avoir pu monter sur le toit, mais simplement le résultat d'une demande formulée avec gentillesse et politesse, et parfois, devant un refus, car ça m'arrive, je ne
perds pas ce sourire ni ma gentillesse sachant que cela fait partie du jeu si j'ose dire !
Bonne soirée Papy Scham



phyll 16/01/2012 08:56


le témoignage de Michèle, que tu as rajouté en bas de ton article, est rès émouvant !!! je pense que celui-ci va faire remonter d'autres souvenirs à tes lecteurs (comme moi) ayant vévu cette
époque !........


à+ poto !

DAN 16/01/2012 09:31



Salut mon pote. En lisant son témoignage j'avais l'impression de lire et voir en pensée ce que nous avons vécu toi et moi, dans notre enfance. J'ai été très touché par ce récit, et Havrais-dire
trouve là un des buts que nous nous étions fixés avec Nicéphore, à savoir pouvoir compléter par l'écrit ce que j'illustre par l'image et les cartes postales.
Les témoignges de lecteurs seront toujours les bienvenus et seront inclus dans l'article lui même, de même avec les photos comme dernièrement avec le bateau en ciment.
Bonne journée poto et à bientôt j'espère



eva 16/01/2012 08:31


La photo de Nicéphore est impressionnante ! Ce cinéma debout dans les décombres avec cette programmation surréaliste ! ça serre le coeur  quand on pense qu'il y a toujours (à l'heure où l'on
pianotte ici) des pays en guerre, des pays où les enfants et les adolescents, parfois même leurs parents, n'ont jamais connu autre chose que la guerre...


Bonne semaine Dan !

DAN 16/01/2012 09:20



Bonjour Éva. On a pu faire, hélas beaucoup de photos de ce genre au havre, et là je dois dire qu'après un bombardement le titre du film est en effet quelque peu surréaliste.
Quant aux guerres de part le monde depuis que l'histoire s'écrit elle n'a jamais cessée d'être. On peut espérer que quand tous les pays auront trouvé leur équilibre politique et économique cette
tendance à vouloir détruire l'autre n'aura plus de raison d'être, mais la question est de savoir QUAND ?
Bonne journée Éva ! 



B. O. 15/01/2012 22:25


Correspondant Havre-Infos :... après mon surnom Indiana Jones du Havre, voici le temps du Tintin du Havre .


Bonne semaine.

DAN 15/01/2012 23:16



Bonsoir Olivier. Eh oui après indiana me voici "correspondant" pour Le Havre-Infos, remarque que les deux ne sont pas incompatibles,... aller viens milou, je prends mon chapeau et tu dis au
revoir à Olivier 


Bonne fin de soirée Olivier !  



François 15/01/2012 21:21


Salut Dan,


Merci pour cet article illustré de photos inédites. je me rappelle bien de cette rue qui rejoignait les immeubles arrondis ou se trouvait la boutique écossaise. Il est tellement rare qu'une
rue disparaisse (presque) du paysage urbain mais ce n'est pas la première de l'aprés guerre il ya eu aussi la rue verte totalement détruite par l'agrandissement de l'université. Je tenais aussi à
signaler que le sieur André Caplet a fait la grande guerre au 129e RI.

DAN 15/01/2012 23:08



Bonsoir François. En effet, ce n'est pas la seule rue à avoir disparue, il y en eu d'autres et notamment dans ce quartier. Je suis en train d'étudier la chose pour pouvoir en parler ici, mais
c'est un dossier long à traiter.
Quant au sieur Caplet ayant fait la grande guerre au 129e RI, je reconnais bien là le spécialiste des questions militaires au Havre, et j'avoue que je ne connaissais pas cet aspect de la vie du
musicien m'étant concentré sur sa rue, mais je pouvais compter sur toi pour apporter cette précision.
Bonne fin de soirée François !



marcopolo76 15/01/2012 20:15


Bonsoir Dan


Cette fois , il s'agit d'un article que je redécouvre avec en plus tous les commentaires..!


Cette fameuse rue Caplet , fameuse parce qu'elle à suscité de ta part des recherches de photos anciennes, un montage et  un effort celui de pouvoir accéder aux terrasses du centre Coty avec
tes cartes de visites ... 


Bonne soirée l'ami !!!


Marco

DAN 15/01/2012 20:28



Bonsoir Marco. Ben oui tu as été un "privilégié" de pouvoir regarder cet article avant tout le monde . Ne te reste qu'à lire les commentaires, bien que j'ai rajouter en bas de page le témoignage de Michèle qui nous décrit très bien la façon dont on vivait dans cette rue il y a une
cinquantaine d'années.
Pour effort d'accéder à la terrasse c'est vrai qu'ici je n'ai pas précisé qu'à certains endroits il n'y a aucune échelle pour monter sur certaines parties cette terrasse, mais qu'on se
rassure,  même s'il n'y avait pas d'échelle, il n'y avait pas non plus de danger pour y accéder, seul mon physique renâclait un peu devant l'effort à fournir, mais c'est le prix (modeste) à
payer pour faire des photos, tu en sais quelque chose toi qui affronte la mer pour faire les tiennes et à tout prendre je préfère mes "acrobaties à ton tangage.
Bonne soirée Marco ! 



claymore 15/01/2012 19:31


Bonsoir Dan & Nicephore


encore une belle serie sur un coin de ville disparue


comme beaucoup, je n'avais plus trop de souvenirs de cette rue


bonne soirée


amicalement


J.Paul

DAN 15/01/2012 19:38



Bonsoir Jean-Paul. Il faut bien reconnaitre que cette rue n'était  pas très connue ni très empruntée. La zac Coty a tout noyé dans son architecture, mais il en reste un petit bout tout de
même de quoi pouvoir se repérer aujourd'hui. Moi par exemple quand je me place devant je revois toujours cette rue en face de moi, mais comme je suis un "malade" du vieux Havre, c'est normal que
j'agisse ainsi !
Bonne soirée Jean Paul ! 



FAH 15/01/2012 18:48


Bonsoir Dan,


Je ne me  doutais pas quand je photographiais la démolition des immeubles, pas tous vieux dans ce secteur, que j'aurais l'honneur d'être citée par toi. Il faut être vigilant au
Havre: on passe un jour devant une maison, le lendemain elle n'existe plus.


Quant à l'arbre, je signale à Jean-Michel qu'il est toujours en place près de la Bibliothèque, et que malgré sa mauvaise exposition il avait des fleurs magnifiques cette année.


Bonne soirée!


FAH 

DAN 15/01/2012 19:00



Bonsoir Françoise. Et bien tu vois tes photos servent à illustrer une grande partie de cet article, je te renouvelle mes remerciements pour celles-ci.
C'est vrai que, au Havre, il faut toujours avoir l'appareil photo à portée de main, car les démolitions vont bon train, et malgré ma "vigilance" il m'arrive parfois de passer dans une rue et de
constater qu'une maison, un immeuble ou autre hangar a disparu du paysage.
Pour l'arbre j'irai voir ça de plus près, dommage qu'il ne puisse parler, il aurait sans doute beaucoup de choses à raconter !
Bonne fin de journée Françoise !



Claude 15/01/2012 17:42


Bonjour,


J'ai comme de bien entendu (vu mon âge) bien connu cette rue avant que celle-ci ne disparaisse en grande partie dans le cadre de la construction du centre
Coty...Mais c'est bien de ta part Dan de nous la remettre en mémoire car on a tendance à vite oublier...


Bravo à toi d'avoir réussi à t'introduire dans ce lieu pas facile d'accès au grand public ..à savoir les toits de ce centre Coty...décidément rien ne
t'arrête...!!


Je n'ai personnellement pas de souvenirs particuliers attachés à cette rue...Si ce n'est que je me souviens de la présence de l'imprimerie "Étaix" et aussi
et sourtout d'un petit bar tenu par un Antillais où on pouvait se dépayser un peu grâce à l'ambiance tout en sirotant un délicieux "Ti-punch" et si je me souviens bien le nom de ce bar était le
"Karukera" (sauf erreur)


Bonne soirée et bonne semaine.

DAN 15/01/2012 17:59



Bonsoir Claude. On a tendance en effet à oublier les lieux et autres maisons surtout nous au Havre ville en perpetuelle évolution. On pourrait presque dire d'ailleurs que Perret a stopé cette
tendance tout du moins pour la partie reconstruite.
Pour l'accès aux toits en effet rien ne m'arrête, mais avec de la diplomatie de la politesse et un sourire on peut faire beaucoup de chose, de plus, c'est avec le "sésame" Le Havre-Infos que j'ai
pu obtenir cette autorisation.
Et bien voila encore un témoignage à propos des établissements qui pouvaient y avoir dans cette rue, personnellement je n'ai souvenir d'aucun d'entre eux, donc c'est bien de nous avoir indiqué
ceux là. Peut être un jour pourrais-je trouver une photo ou une carte postale avec ces enseignes, ce jour là je saurais les resituer grâce à toi !
Bonne soirée les amis  !



reveillematin-tic-tac 15/01/2012 13:51


Salut DAN,


Merci pour cet article et merci à tous pour les commentaires très intéressants sur cette rue du canon... Il y aurait certainement des histoires à écrire !


J'apprécie particulièrement les photos anciennes avec le cinéma REX et comme clin d'oeil, les titres des films à l'affiche !


Bon dimanche à tous !

DAN 15/01/2012 15:10



Bonjour tic-tac. C'est certain que si nous pouvions écrire tout ce qui s'est passé dans cette rue cela ferait sans doute le bonheur des scénaristes, il suffit de lire les journaux de l'époque
pour y trouver sources d'inspiration, surtout dans la rubrique "faits-divers".
Quant au cinéma Rex j'ai l'intention, avec un ami, de faire un article à ce sujet. Mais les photographies étant  très rares c'est difficile de le faire rapidement. Néanmoins je ne désespère
pas d'en trouver un maximum car à la "grande époque" du cinéma au Havre c'est plus de 20 salles que nous avions.
Bon dimanche tic-tac ! 



Geo 15/01/2012 13:50


EXCELLENT mon bon Dan. Tu connais mon attachement à ce quartier et ces photos sont vraiment exceptionnelles.


1998, c'était hier... difficile d'imaginer qu'il y'avait ce champ de ruines à l'emplacement d'un des endroits les plus annimés de la ville.  C'était semblable au quartier Danton
d'aujourd'hui, ou l'on débute la métamorphose du quartier.


J'aime beaucoup les anecdotes de Jean Michel. Je dois avouer que je suis sensible à ce genres de choses.


De mes fenêtres, de l'autre côté de la rue René Coty, un des rares immeubles à avoir traversé les époques, je m'imaginais se que les locataires précédents pouvaient voir de leur fenêtre. Le Havre
est une ville qui évolue très vite et les havrais on la chance de pouvroir vivre en une génération ce que d'autres pourraient vivre en 5 générations dans d'autres villes.

DAN 15/01/2012 15:03



Salut Geo. J'ai pensé à toi au début que j'ai fait cette étude, car si tu avais encore habité ce quartier je t'aurais sans doute demandé si je pouvais faire une photo de chez toi. Mais tu
habitais déjà en ville haute depuis longtemps.
Les commentaires sont ici, comme tu le sais, sources de renseignements et de témoignages, celui de Jean-Michel en est une parfaite démonstration.
Quant à dire que les havrais on eu la "chance" de voir en une génération les transformation de la ville là j'atténuerai quelque peu ce propos car cette transformation s'est effectuée assez
souvent au détriment de la conservation du patrimoine lui même. 
Certes les photographies nous permettent de suivre ces changements, mais je préfèrerais tout de même qu'on garde quelques exemples des architectures du passé, pas toutes bien entendu, mais
aujourd'hui on a l'impression que du passé, il faut faire "table-rase" comme le chantaient les révolutionnaire à la fin du  XIX siècle.
Alors je pense que tout est question de mesure entre le nécessaire renouvellement et la sauvegarde d'un certain passé.
Bon dimanche Geo !  



JMH 15/01/2012 13:09


Salut Dan, comme tu le mets sur ton article, la rue s'appelait auparavant rue du Canon. Elle a été " fréquentée par des fantômes et des loups-garous" selon Charles Vesque. On raconte, sans
certitude, qu'un enfant se noya dans le trou destiné à recevoir le canon autrefois... Le secteur est assez "marqué" dans ce domaine et il s'y produisit plusieurs faits sanglants. Les gens
ont vite tendance à oublier.  


D'après mes souvenirs, il y avait un très bel arbre dans cette rue qui ne fut pas abattu mais installé à côté de la bibliothèque municipale, rue Casimir Périer. Il fut, si je me
rappelle bien, déplacé, à nouveau, vers un autre endroit il y a quelques années. C'est un genre de détail qui semble tout-à-fait insignifiant mais un arbre dont les racines se
trouvaient dans un secteur que les fantômes aiment bien ne doit pas être perdu de vue !


Il y avait de vieilles maisons dans cette rue et elles furent remplacées au fur et à mesure par des terrains vagues cachés de la vue par de grandes et hautes parois en ciment.. Les
maisons attendaient parfois longtemps avant d'être détruites et étaient parfois squattées.Il y avait un hôtel ( propice aux rencontres clandestines...) dans cette rue. Une personne 
m'en a parlé mais je m'en souviens assez peu. Il faudrait vérifier.


 Une exposition sur le thème de la période "avant le centre-Coty" aurait certainement un grand succès.


 


Amicalement.


jean-Michel


 


 


 


 


 


 

DAN 15/01/2012 13:29



Bonjour Jean-Michel. Et bien voila des anecdotes, à propos de cette rue, tout à fait intéressantes. Cette rue du canon, après avoir perdu son nom au profit de Caplet avait une impasse qui, elle,
avait gardé le nom de canon. On peut imaginer cette rue et cette impasse lugubres à souhait, et les faits sanglants qui s'y sont déroulés ne sont pas étonnants.
Quant à l'arbre planté ici, je ne m'en souviens pas, et si ses racines ont touché à l'empire des morts, en effet il est à surveiller de près, si toutefois il est encore debout.
Par contre pour les maisons détruites au fur et à mesure des expropriation, ça, par contre je m'en souviens assez bien, car mes réflexions à ce propos ont toujours été de savoir pourquoi elles
étaient détruites sans  rien y construire à la place. Mais c'était sans compter sur la patience des promoteurs qui attendent patiemment le meilleur moment pour passer à l'action. On peut
encore le constater de nos jours.
Bon dimanche Jean-Michel ! 



ROLAND 15/01/2012 10:54


Salut DAN


C'est drôle que tu parle de cette rue , j'ai tant de souvenirs (professionnels!)dans ce coin avec des commerces comme "LA BRIOCHE CHAUDE" et "LA CHARCUTERIE DU PRINTEMPS" j'y ai passé des jours
et des heures aussi bien dans les caves que sur les toits!.J'ai regretté la disparition de cette rue donc de ces commerces, y ayant laissé beaucoup de mon énergie et de mon travail
.     


A+

DAN 15/01/2012 11:17



Salut Roland. Je savais bien que cet article allait suscité des souvenirs de lecteurs, c'est une rue qui a disparue il y a peu de temps finalement et elle à laissé beaucoup de souvenirs chez les
havrais. Je comprends que tu puisse regretter sa disparition, j'ai ressenti exactement la même chose quand on a détruit les ateliers Gallet, rue Paul Souday, pour y construire  le bâtiment
des ASSEDICS" .
Tout endroit qui a vu notre travail et nos peines s'y inscrire doit laisser ce genre de sentiment.
Merci de ton passage ici Roland,  et le bonjour chez toi 



boboce 15/01/2012 10:52


Salut DAN


 


Comme Phyll la première photo est superbe, elle nous montre bien un instant de vie sans mise en scène.


Je suis surpris de voir sur l'image satelitte comme une sorte de jardin avec un bassin à l'intérieur de Coty?


 


Je te souhaite un beau dimanche ensoleillé.


A+

DAN 15/01/2012 11:09



Salut boboce. La première photo reflète bien ce qu'était le Havre à cette époque, c'est un précieux témoignage de ce que fut notre ville.
Quant au toit de la ZAC il n'y a pas de bassin, c'est la grande cheminée d'aération qui, vu du satellite donne cette impression de bassin, sinon sur le toit lui même voila ce que cela représente
exactement :



Bon dimanche boboce !



NICEPHORE 15/01/2012 10:46


Voici une image, prise dans la rue Caplet dont j'ignore totalement la provenance
(probablement armée allemande)  et qui vient complèter le très bel article de Dan. Au premier plan, un Obergefreiter (caporal-chef) de l'armée allemande. Au second les ruines encore fumantes
du magasin "le printemps" bombardé et incendié pendant la nuit. Au fond, le cinéma "Rex" qui programme, ironie du sort, le film " Ceux du ciel " sorti dans les salles entre 1940 et 41.

DAN 15/01/2012 10:55



Salut et merci Nicéphore pour cette photo qui vient compléter cet article. on y voit en effet cet espace détruit que nous retrouvons sur la première photo de l'article avec, bizarrerie, des
bateaux "garés" à cet emplacement.
Quant au crédit photo si la personne à qui elle appartient se manifeste nous ferons le nécessaire pour qu'elle soit annotée comme telle.
Merci et bon dimanche Nicéphore ! 



phyll 15/01/2012 10:34


salut mon pote,


et bien, voilà un toit de plus à ton actif !!!


je dois dire que moi aussi j'avais oublié cette rue ! comme quoi la mémoire est sélective.... sinon, la première vue avec le garage de mécanique auto est superbe !!


allez, à+ !

DAN 15/01/2012 10:43



Salut mon pote. En effet cette photo est magnifique et c'est elle qui m'a incité à faire cet article. Ne restait, si j'ose dire, qu'à trouver le même point de vue comme à mon habitude, là c'était
pas gagné avec la zac Coty, mais j'ai trouvé des personnes compréhensives à ma démarche, j'ai même rencontré une personne avec laquelle nous avons des souvenirs d'enfances en commun , comme quoi
le bavardage ne doit faire partie des défauts humains mais des qualités humaines !
Bon dimanche Phyll ! 



Christian Richer 15/01/2012 10:05


C'est fou comme on s'habitue vite, j'ai du mal à me souvenir de cette rue que j'ai pourtant bien empruntée un paquet de fois lorsque j'habitais rue Maréchal Galliéni à la fin des années 70... On
me dit parfois que j'exploite mes sujets à fond, que dire alors du travail remarquable que tu fais là encore !


Pour l'info, le film "Le révolté" diffusé au Rex sur la première photo est un film américain de la fin des années 30 avec notamment Humphrey Bogart et Ann Sheridan (film d'action).

DAN 15/01/2012 10:12



Salut Christian. L'habitude est une seconde nature comme l'a dit Aristote, et nous en avons fait l'expérience avec cette rue que nous avons tout simplement "oublié" au profit de nouvelles
habitudes.
Quant au film alors là bravo, non pas que je le connaissais, mais justement parce que je ne le connaissais pas du tout, tu m'apprends quelque chose là, eh oui, on ne peut tout connaître n'est-ce
pas.
Merci, de ta visite en espérant que je puisse en faire de même chez toi bientôt !
Bon dimanche Christian ! 



pere cantoche 15/01/2012 09:55


C(l)ap(l)et... de plus en plus nul...  jm'enfonce

DAN 15/01/2012 10:05



Meuuuhhh non tu ne t'enfonces pas , tiens v'la ma main pour te retenir ! 



pere cantoche 15/01/2012 09:49


d'où l'expression " fermer son clapet ", mais oui, mais c'est bien sûr...


elle est très mauvaise, celle-là, mais fallait bien que quelqu'un la fasse, alors je m'y suis collé... maintenant, c'est fait !


Encore un superbe reportage avec notre Dan  montant sur les toits au péril de sa vie. Personnellement, je me souviens de cette rue, car après avoir un peu tourné dans le quartier, c'est là
que je trouvais souvent une place pour me garer dans cette rue.


bon, montigars, faut qu'on s'trouve un ti moment cette semaine pour aller kekpart trinquer à la nouvelle année, dans ce quartier ou alleurs... on s'bigophone.

DAN 15/01/2012 10:02



Salut père Cantoche, bon le jeu de mots est fait l'affaire est bouclée .
Au péril de ma vie dis-tu, peut être pas mais il ne fallait pas avoir le vertige quand même. Quant aux souvenirs ou anecdotes  liés à cette rue il y en a beaucoup j'en connais quelques-unes
mais je laisserais la priorité aux lecteurs de les raconter, comme tu viens de le faire.
Quand à se trouver un moment pour aller boire "un-ti-coup" décidément t'es toujours dans les crénaux, soit pour te garer, soit pour le trouver dans ton emploi du temps


Alors à très bientôt Thierry ! 



DRIEU Michèle 15/01/2012 09:15


Bonjour,


Que d'émotions à la lecture de cet article. Je connaissais très bien cette rue, car une tante de ma Mère y habitait et je suis allée de nombreuses fois au troisième étage d'un de ces petits
immeubles qui se trouvaient dans la rue; Enfant c'est dans cet appartement que je passais les réveillons du 31 décembre. La première photo de 1945 pourrait avoir été prise de l'appartement de ma
tante.


Merci Dan pour  cet article qui me replonge dans des souvenirs d'enfance.


Michèle

DAN 15/01/2012 09:35



Bonjour Michèle. Cette rue n'est plus que souvenirs, moi même je l'ai bien connu pour y être passé souvent. Ce serait en effet extraordinaire que la première photo ait été prise de chez la tante
de votre mère.
Je comprends aisément que cet article vous ait procuré cette émotion, car c'est toujours troublant de voir un lieu aujourd'hui disparu et où l'on a vécu une partie de sa vie.
Bon dimanche Michèle !



GL 15/01/2012 07:52


Voilà un secteur qui a bien évolué. Sur la première carte, ce n'était quand même pas très reluisant pour un centre ville.


Merci de nous avoir rappelé qu'il y avait une voirie bien différente dans tout ce secteur.

DAN 15/01/2012 08:55



Bonjour GL. Ce quartier n'était pas à proprement parlé le centre ville avant guerre, il est devenu très commerçant du fait de la cité commerciale qui a été construite non loin de là et qui
reprenait les principaux commerces du centre ville qui, lui, se situait plutôt du côté de la rue de Paris  et place Gambetta à l'époque.
Quant à la voirie et avec l'avènement de l'automobile cette rue A Caplet était devenu trop petite pour représenté un axe important, donc l'avoir supprimée n'a pas changé les habitudes des
automobilistes !
Bon dimanche GL !



buddy2259 15/01/2012 04:57


Bonjour Dan, Tu nous fait revivre le temps d'un reportage la rue  André Caplet...une rue dont je n'avais jamais même entendu parler.Un quartier qui a évolué énormement au fil
des années les photos présentées en sont la démonstration.


 Et je vois que tu as réussi à  soudoyer le service de sécurité du Centre Coty afin de pouvoir prendre des photos très intéressantes...bravo!


Je te souhaite un bon dimanche et mes amitiés à ton compère Nicéphore!

DAN 15/01/2012 08:47



Bonjour Buddy. Pour l'accès au toit du centre Coty j'ai simplement dis que j'étais correspondant du Havre-infos (ce qui est exact d'ailleurs), Le responsable de la sécurité a ensuite 
demandé à un de ses agents  de m'accompagner sur ce toit. Franchement je ne savais pas du tout ce que j'allais trouver là haut ni même si j'allais pouvoir faire quelques photos. Finalement
après bien des essais j'ai trouvé tant bien que mal l'angle adéquat correspondant , approximativement, à l'angle de l'ancienne photographie.
Quant à la rue André Caplet on ne peut pas dire qu'elle ait eu une notoriété extraordinaire, vu d'une part ses dimensions et d'autre part le fait qu'il n'y avait pas ou peu de commerces sur son
parcours.
Je reviendrai très certainement sur ce quartier qui a subi les dégâts de la guerre et qui a été reconstruit sans tenir compte de ses anciennes rues, et même en en créant de nouvelles.
Bon dimanche Buddy