Rue d'Etretat (B-3 sur plan) Et de Bayonvillers

Publié le par DAN

Rue d'Etretat  

Havrais-dire revient sur cette rue très ancienne qui se nommait auparavant chemin de Sainte-Adresse et formait la limite entre Sanvic et Ingouville. Dans notre précédent reportage nous avions vu le bas de cette artère, aujourd'hui nous sommes à mi-chemin entre la rue de Sainte Adresse et président Wilson. Face à la rue Joseph Morlent.
Autrefois la rue d'Etretat courait depuis l'actuel hôtel de ville jusqu'au carrefour des Quatre Chemins. Ensuite elle fut scindée en deux et sa partie Est devint Rue du Président Wilson en 1918. En 1963, elle sera raccourcie une fois encore dans sa partie Est depuis l'hôtel de ville pour former ce qui est aujourd'hui la rue Georges Braque (ce dernier séjourna au Havre de 1890 à 1905).


rue d'étretat (1)Le carrefour rue d'Etretat - Joseph Morlent au début du XXe siècle.
Coll DAN.

 


 

rue d'étretat (2)Le carrefour rue d'Etretat - Joseph Morlent en 2014. photo DAN.

******************************************

 

Rue de Bayonvillers.

 Ce chemin ouvert en 1929 a pris, en 1935, le nom d'un des trois villages de la Somme que les havrais étaient venus secourir au cours de la première guerre mondiale.

Les résidents de la rue de la cavée verte et des HBM (Habitations Bon Marché) auront avec cette nouvelle artère un accès direct vers la rue de Cronstadt. Dans cette dernière se trouvait la ligne du tramway qui, jusqu'en 1951 fera la navette entre ville haute et ville basse.
La rue de Bayonvilliers verra en 1965 la construction de l'église Sainte Jeanne d'Arc.


2BISLa rue de Bayonvillers au début des années 1950. Coll DAN.

 


Rue Bayonvilliers 2014 (1)Le même point de vue de la rue de Bayonvillers en 2014 avec l'église Sainte Jeanne d'Arc sur la droite de la photo. Photo DAN.

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.

Commenter cet article

buddy2259 27/05/2014 12:51


Lorsque j'étais au Lycée je prenais cette rue deux fois par jour arrêt de bus hauteur Lycée Jeanne d'Arc...lors de ma dernière visite j'ai fais à pied le même parcours depuis Sainte
Adresse jusqu'à l'Hôtel de ville, j'ai pu me rendre compte que bon nombre de magasins avaient mis la clé sous la porte dans certains secteurs de cette artère.


Merci pour ce reportage et les beaux documents qui y sont associés.


Bon après midi l'ami.

DAN 27/05/2014 13:03



Bonjour Buddy,
J'ai fais le même constat que toi à propos des commerces de la rue d'Etretat, la plupart sont maintenant fermés, la circulation y étant intense on peut comprendre que ces commerces s'installent
ailleurs.
D'ailleurs la propriétaire du magasin "Les Yeux d'Elsa"  m'avait fait cette réflexion que ses clients ne venaient plus chez elle à cause de cette circulation, mais aussi du manque de
parking, bref une rue que l'on aime bien mais qui devrait être revu, et pourquoi pas en faire une rue piétonne ?  Mais là c'est le problème du flux des autos ailleurs qui poserait problème,
bref, pas facile à notre époque de concilier bagnoles cet commerces !
Bon après-midi à toi aussi l'ami 


 



Françoise B. 27/04/2014 18:00


Bonjour Dan. De retour de vacances sous les Tropiques, je découvre la rue d'Etretat et la place deTourneville !!!!! toute mon enfance ! et l'arrêt de bus n°6 !l Née rue de la Cavée verte,
tout prés de la place Bayonvilliers, comme tu le sais, tu te doutes du plaisir que j'éprouve à revoir ces lieux de mon enfance et même la vieille église où l'on faisait sa communion, et la
pâtisserie Hérié où l'on allait parfois le dimanche acheter des gâteaux. Heureusement que les bombardements se sont arrêtés au cinema au carrefour de Cronstadt, tu n'aurais pas pu aller jouer
dans les décombres ! quand je pense au temps qu'il a fallu pour les déblayer, mais ce n'était probablement pas la priorité! je me souviens aussi de la fermeture de la ligne de tramway qui avait
un arrêt rue de Cronstadt. Comment va-ton faire, disait ma grand-mère, sans tramway, pour aller chercher du grain pour les poules dans une boutique située dans le haut de Sanvic, près de la
mairie, je crois. Puis on a vu les premiers bus arriver. En ce qui concerne la rue d'Etretat, j'ai aussi des souvenirs, puisque que je logeais avec mes parents, dans ma prime jeunesse, rue
Gabriel Monod au dernier étage d'un petit immeuble à moitié ébranlé par les bombardements. Il fallait faire les courses et lorsque ma mère rentrait de son travail, du côté de
l'Observatoire ( cela faisait un bout en vélo !!)on descendait la côte pour arriver au carrefour des quatre chemins et on savait qu'au retour la montée serait moins facile que la descente
!!parfois, mais très rarement j'avais le droit d'avoir un cornet, rempli de crème patissière, à la boulangerie qui faisait le coin. Plus tard, habitant de nouveau la Cavée verte, c'était la
descente à pied vers la plage avec les copines et jusqu'aux escaliers Joseph Morland. Et en fin d'aprés midi retour dans l'autre sens ! On n'avait pas peur de marcher .... Alors merci Dan pour
tous ces souvenirs et ces avant-aprés très instructifs.

DAN 27/04/2014 18:21



Bonsoir Françoise,
Tu dois être bronzée alors
Je vais encore te plonger dans notre enfance avec la photo ci-dessous, elle me représente avec un de mes frères sur la place Tourneville (à cette époque c'est ainsi qu'elle se nommait d'après des
documents officiels) et tes souvenirs sont identiques aux miens et pour cause.



Moi aussi j'ai toujours l'idée que les changements ont eu du mal à intervenir à
sanvic, sans doute comme tu le soulignes que ce n'était pas une priorité, et finalement j'en ai profité car quoi de mieux pour un garnement comme moi que ces terrains où je pouvait construire des
cabanes ?
Pour la rue d'Etretat je n'y allais pas souvent sauf à y passer parfois en nous rendant ou revenant de la plage, et nous faisions nos courses à pied tout comme toi, d'ailleurs il n'y avait pas 36
solutions pour éviter de dépenser notre argent, et ça faisait de nous d'excellent marcheur.
Merci pour ce témoignage Françoise, et bonne fin de journée !


 



Makara 23/04/2014 16:04


Yoh


Tiens, j'ai passé plusieurs fois la rue Bayonvilliers mais je n'ai jamais su le nom de cette église. Bon il faut remarquer qu'elle est discrête comme Eglise. J'aimerais bien de voir une nouvelle
ligne de Tramways passe par la Rue Cavée Verte, Rue Bayonvilliers, Rue de Cronstadt avant de descendre vers la ville basse par la Rue Lafaurie. Les stations de bus de Bayonvilliers sont très
prisé par les jeunes venu de 4 coins du Havre.


Bayonvilliers, c'est un petit village de la Somme, Mon collège a fait une sortie de visite scolaire pour l'histoire de la Der des Der, avant d'aller à Craonne, on a fait une halte à
Bayonvilliers. Place du Havre, tous près de l'Eglise, à l'honneur des soldats Havrais. Il y a un même une pancarte si je me souviens bien. C'est rare de voir le nom "Havre" est cité comme nom
d'une place à part Paris et Canada. 


Rue Etretat, je l'ai passé souvent quand je prenais le bus N°4 mais sans plus. Je la trouve étroite et difficile à l'heure de pointe. 


Bonne Semaine

DAN 23/04/2014 16:30



Bonjour Makara,
Sur la photo ancienne de la rue de Bayonvilliers, on peut voir l'ancienne église Sainte Jeanne d'Arc, c'est cette paroisse qui a été reconstruite rue de Bayonvilliers après démolition de la
première.
Je ne suis jamais allé à Bayonvilliers, il faudra qui j'y songe surtout si on y évoque le Havre et ses soldats.
La rue d'Etretat à l'heure de pointe, là ce n'est pas vraiment la bonne heure pour s'y promener, avec la rue Aristide Briand ce sont les deux rues où il est très difficile de circuler les heures
d'affluence.
Bonne semaine Makara !


 



Papy Scham 22/04/2014 20:44


Bonsoir Dan


Effectivement,les deux avant-après nous montrent que ces quartiers n'ont pas connu trop de changements. Quelques repères sont encore bien présents. La première carte est très sympa, le colleur
d'affiche sur sa petite échelle, les pubs, beaucoup de chevaux aussi, et dans tout ça la ligne de tramway. Une belle scène de rue. Bravo encore une fois pour ce partage.


Excellente soirée et bonne semaine.


Amitiés: papy Scham

DAN 22/04/2014 22:40



Bonsoir Papy Sham,
La carte représentant la rue d'Etretat est de celle que les collectionneurs affectionnent, du fait de ces scènes de rue. Quant à la deuxième ce n'est pas une carte postale mais une photo prise
par un particulier, et l'important pour moi est qu'elle représente mon quartier là où je suis né, et à ce titre elle a la valeur qu'aucune estimation ne pourra lui donner !
Bonne fin de soirée Papy Scham !


 



marcopolo76 22/04/2014 19:13


Bonsoir Dan et Nicé


La rue D'Etretat reste et restera pour moi une rue inoubliable , je l'ai tellement " montée et descendue" et cotoyé tous les commerçants de l'époque ...


 


 

DAN 22/04/2014 19:18



Bonsoir Marco,
Je comprends que tu y sois attaché, les rues que l'on emprunte souvent nous reste en mémoire, et si en plus on a fréquenté ses commerces c'est encore plus inoubliable !
Bonne fin de journée Marco !



otto graf 22/04/2014 11:22


 


 


Oui, Nicephore….restaurer n’est pas nettoyer par le vide.


Je pense comme vous que les Quartiers St François et Notre Dame auraient pu, avec un peu de chance, devenir de seconds Honfleur.
L’aurait-on voulu ? L’aurait-on pu ? Septembre 1944 a mis ces questions à terre….La brique d’après guerre de Saint François n’a pas relevé le défi.


Il est certain que la rue d’Etretat aurait besoin d’un grand coup de propre avec une restauration des façades, comme cela se fait dans
d’autres quartiers où l’on a éliminé le crêpi. Sortirait-on pour autant de la médiocrité architecturale ? Pas sûr ! N’empêche qu’on peut s’y trouver bien – les intervenants dans le blog
le disent ! – et y cultiver ses souvenirs de la descente vers la plage….Moi, mon premier souvenir, c’est le tram’ jaune  dans lequel j’étais et
qui montait vaillamment vers Sanvic…


Otto.

DAN 22/04/2014 11:39



Bonjour Otto,
Avant que Nicéphore ne réponde, je pense que le quartier Saint François de même que tout le front sud, depuis l'anse Notre Dame jusqu'à l'actuelle capitainerie, aurait pu être un "autre"
Honfleur. Georges Priem, photographe du Havre s'il en fut, qui faisait partie de l'association "les amis de vieux Havre" a tout fait, après guerre, pour conserver quelques monuments très
détériorés par la guerre. On lui doit la trame du quartier Saint François telle qu'elle est aujourd'hui et qui reprend dans ses grandes lignes l'ancienne.
Donc la rue d'Etretat pourrait être restaurée afin de garder une trace du Havre du XIXe siècle comme j'ai pu le préciser dans une de mes précédentes réponses.
Bonne journée Otto.


 



louis 21/04/2014 14:40


Salut. Pas le temps de lire aujourd'hui, je reviendrai.


Mais va voir ce site Lyonnais : "Lyon en 1700" Y'a des types qui sont en train de modeliser Lyon à cette époque. Enorme ! Dommage qu'ils ne te connaissent pas, ils mettraient en parrallelle les
vues d'aujourd'hui. Ce qui est plus passonnant.


http://lyon-en-1700.blogspot.fr/

DAN 21/04/2014 16:11



Salut Louis,
Ah oui quand même, c'est un sacré  boulot qu'ils ont fait, pas toujours simple à lire sur un écran, mais avec une iconographie très riche, et des textes très fouillés, du travail
d'historiens à n'en pas douter. Pour ça il faut être une équipe de copains avec chacun une spécialisation dans un domaine précis, moi je suis pratiquement seul et je ne maitrise pas tout loin
s'en faut.
Quant à mettre en parallèle le Lyon ancien et nouveau peut être que pour cette époque cela n'est pas possible ? En tous cas du travail de pro et c'est ce que j'aime.
Bonne fin de journée Louis ! 


 



E.C. 21/04/2014 09:29


Bonjour Dan,bien sûr la rue d'Etretat,qui curieusement n'a pas changé de nom, semble-t-il,reste pour moi le chemin de la plage en passant par les Gobelins:nous y passions ,avec les frères et
soeurs,tant de fois,que nous avons découvert les divers commerces ,puis leur fermeture;reste les souvenirs profondément ancrés!Merci et bonjour à Nicéphore.

DAN 21/04/2014 09:42



Bonjour monsieur "C",
C'est vrai qu'elle aurait pu prendre le nom d'un homme célèbre, mais il est des rues qui ne change pas de nom, celle-ci en est une.
Rares sont les havrais n'ayant pas de souvenirs de cette artère, et c'est compréhensible car quand on regarde un plan c'est une des seules voies avec la rue Lafaurie à monter vers la ville haute
avec une largeur suffisante. Inversement comme vous, on l'empruntait pour se rendre vers le bord de mer, de plus jusqu'à une période récente ses commerces étaient très nombreux, mais aujourd'hui
cette rue aurait besoin qu'on s'occupe d'elle.
Bonne journée monsieur "C"


 



otto graf 20/04/2014 23:02


 


 


OK Dan, pourquoi pas. Je n’ai pas de réponse.


Vous êtes un social-romantique (c’est si rare !).


Salut à vous,


Otto.

DAN 20/04/2014 23:19



Re Otto,
Un social romantique ! Pourquoi pas la formule me convient ma foi, car je suis un peu les deux,  saupoudré de réalisme aussi quand même  ! 
Merci otto et bonne nuit ! 



otto graf 20/04/2014 22:29


 


 


Je vais troubler ce concert de nostalgies admiratives…..


J’ai toujours pensé que cette rue, à partir du carrefour présenté ici, était une des plus banales, des plus « ordinaires »
de la ville avec, dans les années 70/80 des commerces éphémères, des boutiques montées avec 2 clous et 3 pointes, des bars minables, bref, de l’ assez misérable.


Je me dis évidemment qu’on peut aimer ça, non par pour ce que c’est, mais simplement parce que c’est ce qui reste d’une ville qui fut
autrement belle, ailleurs, et détruite, mais que l’on aime, malgré tout, puisqu’à cet endroit, elle entretient un souvenir et surtout le regard de ce qui fut.


Otto.

DAN et nicephore 20/04/2014 22:51



Bonsoir otto,
Evidement si on compare cette rue à certaines de celles disparues au Havre, comme on dit "y'a pas photo", mais si on y regarde d'un peu plus près, on comprend que c'est une rue construite certes
de bric et de broc, avec une architecture disparate, c'est à dire sans aucune concertation, mais finalement elle représente un aspect de l'urbanisme du Havre à jamais disparu, aujourd'hui où tout
est panifiés, contrôlés, ordonnés, agencés etc. Il suffirait de mettre au propre ses façades, d'y réguler ou interdire  la circulation et cette artère ne serait pas plus mal à vivre qu'une
autre, mais c'est vrai aussi que dans l'état actuel  elle n'invite pas à la promenade.
J'ai un ami qui y habite et ne voudrais pour rien au monde déménager, car l'esprit de quartier y règne encore, et dans une ville moderne c'est ce qui est le plus difficile à faire, car la
convivialité ne se décrète pas elle est ou n'est pas, et dans cette rue malgré tout elle est présente, alors à partir de là on pourrait faire quelque chose pour elle, c'est pas simple mais c'est
possible.
Bonne fin de soirée Otto !


 


Bonjour Otto, oui, il faut se garder évidemment de l'angelisme face à l'ancien. Rappelons la triste insalubrité des quartiers saint francois et notre dame
d'avant la guerre. Evidemment la méthode de restauration a peut-être été légèrement excessive ... 


Amicalement. NICEPHORE


 


 



phyll 20/04/2014 19:49


et oui....... d'ailleurs, c'est l'heure !!!!..... 

DAN 20/04/2014 19:53



Alors à la tienne mon pote



phyll 20/04/2014 17:37


salut mon pote et salut Nicé,


voici deux quartiers qui font un peu "partie" de ma vie car, comme tu le sais déjà, mes ex-beaux-parents tenaient dans les années 60 la crèmerie au 132 rue d'Etretat et à partir de 1970 ils
habitèrent rue René Basille (tout près de l'église Jeanne d'Arc)...... et c'est là qu'en 1973 j'ai rencontré celle qui allait devenir la mère de mes enfants !!!....


et vive le chocolat !!! 


à + poto !!

DAN ET NICEPHORE 20/04/2014 17:44



Salut mon pote,
Oui en effet la hasard de mes articles fait que j'évoque justement ces deux rues qui pour toi ont marqué ton existence et à plus d'un titre puisque aujourd'hui encore avec tes enfants elles
restent à jamais dans ta mémoire.
Quant au chocolat moi je connais un pote qui aime tout autre chose n'est-ce pas
Bonne fin d journée Phyll !


 


Salut Phyll, il est sur que l'évocation de lieux fréquentés dans le passé font resurgir de nombreux souvenirs. La rue rené basille justement, en ce qui me
concerne, me rappelle que j'allais rendre visite à ma grand mère paternelle qui y a habité à la fin de sa vie. La place bay.... (  DAN) ho pardon tourneville m'en rappelle d'autres datés aussi de 1973. Ha, nostalgie quand tu nous tiens ...
!


Bien amicalement à toi. NICEPHORE


Ah ah ah ah, ok, Nicé, tu t'es repris à temps





 



eva baila 20/04/2014 16:52


en effet, pas trop de changement dans ces quartiers... à part les tenues vestimentaires et les moyens de circuler ! J'espère que la rue d'Etretat conduit toujours à Etretat !  bon week-end de Pâques Dan (j'ai lu que tu ne crains pas le chocolat... tu as bien de la chance !...)

DAN 20/04/2014 17:39



Bonsoir Eva,
Pour une fois que je n'évoque pas les bombardements..., mais immanquablement on se dit que ces
rues ont été préservé de ceux-ci, c'est tout à fait la cas pour ces deux artères, bien que la guerre ne soit pas passée si loin d'elle.
En effet je ne crains pas le chocolat,et c'est heureux, car arrivé à un certain âge (ou un âge certain) les restrictions commencent à poindre à l'horizon, alors ma foi j'en profite "encore un
peu".
Bonne fin de journée Eva !


 



Randonnée et Nature 20/04/2014 14:41


"Froidure sociale" de 2014 contre convivialité de 1905 (date du cachet St Honorine)
"Y-a-pas photo" ! si j'ose...
Et Bayonvilliers ? Tiens, tiens...Cela me dit quelque chose et me rappelle de bonnes soirées.
Amitiés. Bernard

DAN 20/04/2014 17:32



Bonsoir C&B,
Ah oui effectivement cela doit de rappeler quelques souvenirs cette rue de Bayonvilliers.
La rue d'Etretat était vivante du fait de l'absence d'autos quant à la date c'est ton côté philatélique qui ressort, et je pense à toi parfois quand je décolle des timbres sur une carte ancienne,
timbre qui me cache une partie importante de la photo, mais n'étant pas collectionneur c'est ma fille qui en profite.
Bonne fin de journée C & B 



jeff 20/04/2014 14:32


 


Bayonvilliers, c'était le passage obligé du Trolley-Bus ligne 6 (la Gare-Bléville), ligne qui me menait chez mes grands-parents de Sanvic. Les trolley-bus avaient un couple impressionnant
permettant un démarrage rapide à pleine charge à la station rue Georges Lafaurie. Le Havre avec Jules Siegfried fut à l'origine des HBM de bonne qualité. Ces constructions existent aussi à
Soquence rue de Verdun, peut-être sont-elles contemporaines à celles de Bayonvilliers. La boulangerie pâtisserie chez « Hérié » ne semble plus exister.


Bon dimanche.


 

DAN 20/04/2014 17:24



Bonjour Jeff,
Je vois que l'on parle d'un pays de connaissance, car ici j'y ai passé plus de 30 années et du fait que j'habitais devant ce qui est appelée aujourd'hui la place Bayonvilliers mais en réalité
place Tourneville, je voyais tout ce paysage devant moi et j'ai souvenance du tramway passant rue de Cronstadt, et des trolleybus dont j'ai vu l'installation de poteaux et fils
d'alimentation.
C'est presque à la même époque que les HBM de la rue de Verdun ont été construit, ceux de la rue de la cavée verte l'ont été en 1934, et quant à la pÄtisserie Herié voici tout ce qu'il en reste
:



Bonne fin de journée jEFF


 



tce76 20/04/2014 14:11


Salut DAN


Concernant la rue d'Etretat, sans problème je préfère l'avant que l'après.


Pour Bayonvilliers, il n'y a quasiment pas de changement.


Bon dimanche de Pâques !

DAN 20/04/2014 17:14



Bonsoir Thierry,
Pour la rue de Bayonvilliers ce n'est qu'une apparence, car sur la droite de la photo actuelle il y a l'église et tout le groupe HLM dit Tourneville, alors qu'au temps de mon enfance ce n'était
que la campagne sans aucune rue et avec seulement des jardins bordant cette rue, mais c'est vrai que sur ces deux clichés la différence n'est pas flagrante.
Bonne fin de journée Thierry !



C@t 20/04/2014 12:54


Re boujou DAN


Tu as aussi de vieux articles de journaux ! Mais où ranges-tu tout ça ? ;-)


Je me doutais bien que les HBM étaient les "ancêtres" des HLM, mais je n'en avais jamais entendu parler...


Lorsque je parlais des autres commentaires, je voulais juste dire que mon souvenir était plutôt anodin par rapports aux autres. Je ne me permettrai pas de porter de jugements...


@ + DAN


 

DAN 20/04/2014 17:10



Re C@t,
Alors là, si tu voyais le B....l qu'il y a dans mon bureau tu te demanderais comment j'y entre sans chausse-pied.
Quand on lit plusieurs texte soi-disant anodins, on fini toujours par en dégager un enseignement, alors  tout compte fait il n'y a rien d'anodin c'est simplement qu'il faut le remettre dans
son contexte voila tout.
@+ C@t 


 



Mousse 20/04/2014 12:43


Bonjour cher Dan,


Tu te doutes que je ne connais pas le coin !


J'aime bien les vieilles photos.


Je trouve que la rue de Bayonvilliers n'a pas trop changé, elle s'est embellie.


Tu habites une belle ville, tu peux être fier !


Je te souhaite un bon dimanche et une bonne fête de Pâques.


Mes amitiés.

DAN 20/04/2014 17:04



Bonjour Mousse,
En publiant ces photos anciennes j'ai pensé à toi qui les aimes bien, et quant à la rue de Bayonvilliers tu as une image de mon enfance car c'est là qu'elle s'est déroulé et les terrains que tu
vois sur la droite sont ceux où avec les copains nous jouions, bref pour moi c'est plus qu'une photo ancienne.
Bonne fin de journée chère Mousse ! 



geo 20/04/2014 12:07


@Dan,


A Bruxelles, des trams se croisent dans des rues similaires à la rue d'Etretat, en cohabitation avec les voitures. 


exemple de Nice : https://fbexternal-a.akamaihd.net/safe_image.php?d=AQCuvttiBj2REvBo&w=210&h=210&url=http%3A%2F%2Ftdj.bqtt.net%2Fimages%2Ffabien%2FNice1%2FIMG_7394.jpg


 


https://fbexternal-a.akamaihd.net/safe_image.php?d=AQDOdeI2TDd6WyEe&w=210&h=210&url=http%3A%2F%2Ftdj.bqtt.net%2Fimages%2Ffabien%2FNice1%2F_thumb_IMG_7401.jpg.thumb


 


Exemple d'Angers:


 


http://nsa26.casimages.com/img/2011/05/20/11052012065441344.jpg


 


Exemple de Paris :


 


http://transports.urbains.free.fr/wp-content/images/La-Travers%C3%A9e-de-lIle-Saint-Denis-en-voirie-banalis%C3%A9e-photo-Philippe-Enrico-Attal.jpg


 


http://www.atelierslion.com/wp-content/uploads/2014/01/Villeneuve_-Tramway-3-bd.jpg


Exemple de Bruxelles (même gabarit qu'au Havre)http://maninblue1947.files.wordpress.com/2013/02/091-n-28112012morist81t97.jpg


 


 


 


 

DAN 20/04/2014 17:00



Bonjour Geo,
J'ai essayé d'ouvrir ces images, mais je n'y suis pas parvenu, toujours est-il que j'ai pu voir de moi même  que dans certaines  villes la cohabitation se passait bien, mais du fait que
je n'ai pas vu tes images peut être que dans les rues que tu cites n'y a-t-il pas de voitures stationnées, car si on devait faire passer un tramway dans la rue d'Etretat ce ne serait qu'à cette
condition qu'ils pourraient de nouveau rouler dans cette artère.
Bon dimanche geo ! 


 



C@t 20/04/2014 12:03


Boujou DAN


Enfin, voilà un quartier qui n'a pas été détruit, et où l'on retrouve les constructions d'antan, c'est rare ! Les 2 lieux sont identiques ! J'aime beaucoup le luminaire sur la première C.P.A.
rien à voir avec celui d'aujourd'hui... C'est vrai ça, que les gens pouvaient rester au milieu de la rue sans risquer de se faire renverser par un chauffard ! 


Je ne connaissais pas les HBM.


Le seul souvenir que j'ai, est la station Bayonvilliers, de la ligne de bus 5 que j'empruntais pour aller au lycée Porte-Océane. Pas grand-chose à voir avec les autres commentaires...


@ + DAN, bon dimanche !

DAN 20/04/2014 12:38



Boujou C@t,
Ce sont des luminaires qui se font encore quand la rue a un aspect "rétro", et ici il devrait s'en inspirer pour les refaire à l'identique.
Les HBM sont ce que sont les HLM d'aujourd'hui, des habitations à moindre coût pour loger les havrais.
Quant la station de bus 5, dans ma précédente réponse j'ai mis une coupure de presse relatant le déplacement de l'abri-bus afin que les deux lignes 5 et 6 aient un même abri.
Chacun commente comme il le souhaite C@t, je te remercie pour le tiens en te souhaitant un bon dimanche de pâques !


 


 



jeanpaul76 20/04/2014 11:40


Salut les amis


Un quartier un carrefour ou une rue connue de tous, géographiquement il se situe à la jonction de la ville basse et haute, les souvenirs sont nombreux soit pour y avoir habité ou plus simplement
des commerces clés je reconnais que les commerces ferment inlassablement même l'association des Bretons du Havre quel gâchis, entre la carte postale 1 et 2 un énorme contraste la première la
population est dominante la 2 même avec la couleur il y a de la tristesse aucune chaleur absence de vie .


Pour ce qui est le quartier de Bayonvillers c'était le point de contrôle à gauche j'avais tout faut je terminais à pied merde je me suis gouré de bus je devais forcément prendre le 5 pour aller à
mongteon, pas grave je terminais à pied .


Pour terminer ce quartier en espace piéton une idée non ! ou le Week-End et refaire quelques façades la honte de certains propriétaires


Voilà mes amis je vous souhaite de ne pas trop en manger du truc noir il faut bien réfléchir avant et surtout ne pas piocher dans le panier des petits.


Bon dimanche

DAN et NICEPHORE 20/04/2014 12:26



Bonjour Jean-Paul,
Oui j'ai vu que la boutique des bretons était fermé, mais chose étrange si des transformations de celle-ci sont en cours, il semblerait que les vitrines et les menuiseries soient conservés,
est-ce que cela veut dire que le prochain aménagement iles intégrerait ? Ce serait bien car c'est un exemple typique du travail de vitrine du début XXe siècle.
Concernant L'arrêt de bus de Bayonvilliers c'est en 1958 que la ligne 5 sera inaugurée avec un nouvel abri pour les deux lignes, 6 et 5, comme on peut le voir sur cette coupure de presse de
janvier de cette année là :

Oui, pourquoi pas une rue piétonne et définitive, on sait le succès de la fête de Saint Vincent où une partie de cette rue est piétonnière, alors pourquoi pas toute l'année ?
Pour ce qui concerne les "chose noires", là c'est à chacun de voir sa balance, personnellement je ne la regarde plus depuis longtemps


Bonne journée pascal Jean-Paul


 


Mais oui, encore une image qui surgit du passé.... cet abri était vert wagon, n'est ce pas Dan ?


Amicalement à toi Jean paul. NICEPHORE


 


 



Gédé 20/04/2014 10:29


Bonjour,


J'ai passé les 11 premières années de ma vie rue du Cdt Bicheray, mes grands parents habitaient en face et j'avais une cousine qui habitait passage Echoff (si cher au Père Cantoche). C'est dire
si cette évocation de la rue d'Etretat reveille en moi quelques souvenirs. Ceux-ci vont surtout du côté des commerçants où nous allions avec ma mère, quotidiennement, faire les courses car nous
n'avions pas de frigo et les hypermarchés n'avaient pas encor été inventés. Louédin, le boulanger, M. Prévost le boucher, et Malandain le charcutier (aux 2 sangliers) où ma tante venait donner un
coup de main le samedi matin pour tenir la caisse et aussi la librairie Goux et la pharmacie Foyer sans oublier M. et Mme Edouard (je crois) qui tenaient la mercerie. Maintenant, chaque fois que
je passe dans cette rue (où j'ai connu le tramway) je fais un coup de calgon en voyant la circulation bloquée et en pensant à tous ces commerces disparus et ces rideaux de fer qui ne se relèvent
plus jamais...


Bonjour de la Bretagne et joyeuse Pâques

DAN 20/04/2014 10:42



Bonjour Gédé,
Tu évoques toute une période où nous devions faire nos courses tous les jours si nous voulions des produits frais à manger, bien que n'habitant pas ce quartier à l'époque que tu évoques, dans le
mien c'était exactement la même chose avec ses petits commerces qui faisaient tout le charme des quartiers d'alors.
Moi aussi quand je passe dans cette rue je me dis que c'est dommage qu'elle ne soit pas piétonne, ça pourrait faire venir certains commerçants, et pour peu que l'on rénove les façades ça pourrait
devenir un quartier touristique dans le bon sens du terme !
Bon week-end en Bretagne Gérard !


 



boboce 20/04/2014 08:53


La rue d'Etretat et son quartier est l'un de mes préférés du Havre par son côté ancien.


On en revient à la discussion de la semaine dernière avec les voitures. D'autant à la reconstruction, on a pensé au voiture, que les lieux comme la rue d'Etretat ont été pensé à une époque où
s'était les voitures à chevaux qui circulaient. Harfleur, comme le centre ville de Rouen sont des lieux qui ont ce problème, de recevoir ces moyens de transport moderne dans une ville de plus de
500ans.


 


Bon dimanche


A+

DAN 20/04/2014 09:05



Salut boboce,
Tout comme moi tu aimes ce quartier pour son aspect ancien, c'est vrai qu'au Havre on en a pas beaucoup alors on s'attache à ce qui reste.
Ici dans cette rue la circulation ne devrait se faire que pour les riverains, mais comment canaliser le flux de véhicules et comment les diriger sur un autre axe afin de libérer cette artère ?
C'est un problème difficile qu'il n'est pas aisé de résoudre en peu de mots, car l'urbanisme ici est resté tel quel c'est à dire conçu sans automobile, alors peut être devrait-on revenir à cette
conception.
Bon dimanche de Pâques boboce  ! 


 



l'père cantoche 20/04/2014 08:26


Alors là, vous êtes dans le quartier de mes grands-parents maternels qui habitaient passage Eichoff, chers Dan et Nicéphore. Le passage Eichoff, qui existe toujours, prenait à gauche de la photo,
soit rue Joseph Morlent juste devant la charcuterie... " Aux deux sangliers " si ma mémoire est bonne. Charcuterie où je me rendais souvent en tenant la main de mon grand père Théo à la moustache
fournie. J'adorais mon grand-père, survivant de Verdun, médaillé de la légion d'honneur et dont je ne cesserai jusqu'à la fin de ma vie de vénerer la mémoire. Le Passage Eichoff
débouchait au Sud sur la rue de l'Alma. Ce quartier de la rue d'Etretat évoque donc pour moi des souvenirs très émouvants. La " Librairie Goux " tenue par la Maman et sa fille était un lieu où je
me rendais souvent à mon adolescence poussé sans doute déjà à cette époque par ma passion pour la Littérature. De ce fait, cette Librairie de la rue d'Etretat, qui n'existe plus aujourd'hui,
n'est sans doute pas étrangère à ma carrière future dans l'Edition.


Quartier Saint Vincent, quartier de mon enfance...et devenu, par un hasard heureux, quartier de ma retraite... boucle bouclée  ??


Quartier Bayonvilliers dont l'évocation doit t'émouvoir, à ton tour, cher Dan.


La maison de ton enfance que je ne vois pas sur tes photos un peu trop dirigées vers l'Est... un petit poil, plus à l'ouest et on la voyait, n'est ce pas.


Deux jolis reportages qui nous ramènent dans nos vies antérieures aujourd'hui mémorisées dans des cartes postales, comme tu le disais si poétiquement dans l'un de tes précédents
commentaires.


Joyeuses Paques, chers Dan et Nicéphore et à tous les Amis qui passent par ici. 

DAN 20/04/2014 08:48



Bonjour l'père cantoche,
Ce quartier, (un de ceux que je préfère) a gardé les traces de son passé, qu'il ait gardé les empreintes de ta jeunesse ne m'étonne pas car aussitôt que l'occasion se présente tu évoques tes
nombreux souvenirs attachés à ce quartier. Tu as eu la chance d'avoir un grand père revenu de cette grande guerre le mien y est resté hélas, et je comprends fort bien les souvenirs qu'on peut
garder d'un tel aïeul ayant vécu à cette époque.
Je me suis rendu aussi passage Eichoff le jour où j'ai pris mes photos, et cet endroit a beaucoup changé car en lieu et place du parking il y avait il n'y a pas longtemps des petites
constructions, mais surtout je pense à ce qu'il y avait ici avant guerre, et j'aimerai en trouver quelques photos, mais patience ça viendra. En tous cas mon article t'as fait revenir en mémoire
beaucoup de souvenirs, et c'est vrai qu'on vit avec eux, ainsi cette rue de Bayonvilliers que j'ai connu dans cet état sans construction aucune, et tu as raison la photo aurait été prises un peu
plus sur la gauche j'aurais pu y voir ma maison natale, décidément cet article réveille en nous bien des souvenirs d'enfance !
Bon dimanche Thierry ainsi qu'à Martine ! 


 



G.L. 20/04/2014 07:42


Avant, plein de piétons sur les rues - Après les voitures ont pris place.  Pour une fois, peu de changements dans les constructions.

DAN ET NICEPHORE 20/04/2014 08:22



Bonjour Gérard,
C'est la première chose qui saute aux yeux en regardant la carte postale, le fait que les gens et surtout les enfants se promènent sur la chaussée, difficile d'imaginer la même chose aujourd'hui.
Quand aux destructions il n'y en a pas eu ici mais comme on dit ils ont senti le vent du boulet quand même !
Bon dimanche Gérard ! 


Oui le rasoir de la guillotine est passé très près pour ce quartier en septembre 44, les bombardiers anglais ayant fait demi-tour voyant que leur objectif était
déjà occupé par leurs troupes au sol. D'ailleurs, la limite entre l'ancien et le reconstruit se voit très nettement de nos jours lorsque qu'on parcourt la quartier à pied. Amicalement.
NICEPHORE


 



JMH 20/04/2014 00:46


Bonsoir


Si on comprend bien, la rue d'Etretat a été torturée. On l'a raccourcie !


On remarque les rails du tramway sur la photo et on se dit qu'ils avaient un vrai réseau à l'époque. Monter les côtes facilement avec un transport en commun pratique... On a l'impression d'un
éternel recommencement. Cela devrait inspirer la modestie aux aménageurs ! 


Le nom de chemins indique bien entendu le caractère ancien et champêtrre de ces secteurs. La rue d'Etretat serait à mettre en valeur. On espère que les promoteurs ne détruiront pas ce quartier.
Si un jour on voit un article de presse " Saint-Vincent, le quartier de l'avenir" vous pouvez vous dire que les pelleteuses ne tarderont pas... 


A propos de Braque on précisera que la maison de sa famille est toujours face à la mer, à la plage, en face du parking et non loin des frites de notre Victor.


Jean-Michel Harel ( je mets mon nom car il y un Jean-Michel lecteur aussi de ton blog!)


Bonne soirée


 


 


 


 


 

DAN 20/04/2014 08:18



Bonjour Jean-Michel,
Cette rue comme beaucoup d'autres, pensons au boulevard de Strasbourg à ses débuts, a été tronçonnée afin de rendre hommage aux hommes célèbre, la rue d'Etretat n'a pas échappé à cet usage.
Le tramway n'avait pas trop de difficulté à circuler dans les rues havraises, peu ou pas de voitures particulières ne venaient entraver sa marche, aujourd'hui le problème de la cohabitation entre
ces deux modes de déplacement est toujours d'actualité, et franchement je ne vois pas les nouveaux tramways passé par cette rue à moins de l'interdire complètement à tout autre moyen de transport
individuels ou non.
Ce quartier aurait besoin d'être mis en valeur, j'y suis retourné dernièrement pour faire mes photos et le fait qu'elle soit à circulation dans ses deux sens complique la tache, mais c'est une
rue essentielle entre le centre ville et les hauteurs du Havre, difficile de déplacer ce flux sur une autre artère dans l'état actuel des choses.
En effet la maison du 42 rue Champlain est celle de son père peintre industriel au Havre, pour les lecteurs qui ne le connaitraient pas la voici :



Quant à " l'autre " jean-Michel, c'est un lecteur lui aussi très sympathique que j'ai rencontré cette semaine, et heureusement je puis voir lequel de vous deux fait le commentaire sinon j'aurais
pu faire un impair, mais maintenant que je vous connais tous les deux je sais que vous ne m'en auriez pas voulu.
Bon dimanche Jean-Michel !