Vous êtes "ICI" !

Publié le par DAN

 

Pour réaliser un "avant-après", il est indispensable d'avoir des repères bien précis. Difficile donc de situer dans le Havre actuel, les rues du Berry (aujourd'hui rue de Richelieu) et de la Mailleraye représentées sur cette carte postale du début du XXème siècle.

La recherche sur les plans de l'époque, plus le fait qu'elles se croisaient pour former un carrefour, m'ont permis de retrouver cet endroit.

Septembre 1944 est passé par là, aujourd'hui, rien ne subsiste de cette rue de la Mailleraye. Étant en diagonale par rapport aux autres artères, Auguste Perret l'a supprimée. Il reste néanmoins son tracé sud ouest situé dans le carré 4 & 5 G du plan. C'est aussi dans cette voie qu'il y avait la caserne des pompiers avant qu'ils ne s'installent rue d'Umé d'Aplemont en 1924.

Bien entendu pas moyen de faire des superpositions puisque rien n'a survécu. Alors j'ai imaginé les personnes de la carte postale revenant sur les lieux. Que penseraient-elles de ce que sont devenues ces rues ? Je vous laisse imaginer !


 

de la mailleraye et du berry 2La carte postale des rues de la Mailleraye et du Berry, du début du XX ème siècle.


  23 mai

La rue de la Mailleraye a disparue, la rue du Berry, de face,  est aujourd'hui rue de Richelieu.



caserne des poùpiers rue de la maillerayeLa caserne des pompiers rue de la Mailleraye.

 

 

 


Commenter cet article

Julian Putkowski 01/06/2011 12:18



Salutations de Londres,


 


Beaucoup de mercis de votre réponse plus instructive. Si possible, je voudrais employer une copie de cette carte postale dans un
livre que j'écris au sujet d'un meurtre qui s'est produit dans un appartement au No.4 rue Racine. La batiment était sur le coin de la rue Racine et de la rue Emile Zola, vis-à-vis de la vieille caserne de pompiers. Qui devrait j'entre en contact pour que la permission copie-t-elle cette
image ? En outre, j'ai été dit par l'archiviste que photographie de rue Racine (circa 1900-1920?) n'existe pas dans les archives de ville du Havre. Savez-vous des photographies qui ont survécu n'importe où ailleurs
?


 


Ayez un beau jour.


 


Julian



DAN 01/06/2011 12:40



Re-bonjour Julian. Vous pouvez utiliser cette carte postale car elle fait partie de ma collection, et ne necessite aucune demande particulière de son auteur, car ces
cartes postales font parties du domaine publique pour peu que l'on ai un exemplaire.
Les archives n'ont pas toujours tous les clichés que l'on recherche. Personnellement j'achète mes photos et cartes postales chez les particuliers, ou les commerçants
tels les brocanteurs. Ma propre collection est constituée de cartes achetées aux cours des années et de mes périgrinations, dans la France entière.
Quant aux photographes de cette époque d'avant guerre ou dayant vécu pendant la guerre, je ne saurais trop répondre à cette question, j'ai connu l'un d'entre eux (
F. Frenez), mais je n'en connais pas d'autre.
Merci de votre visite et bonne journée Julian  !



Julian Putkowski 01/06/2011 07:25



Bonjour,


La rue de Berry, ce'st aussi (prochainement) Rue Emile Zola, n'est pas?


Julian Putkowski



DAN 01/06/2011 08:58



Bonjour Julian. C'est tout à fait exact, le 17 juillet 1908 suite au transfert des cendres d'Émile Zola au Panthéon, la rue de Berry sera nommée Émile-Zola. Son
emplacement d'avant-guerre, correspond à l'actuelle rue Richelieu. Il faut bien admettre que c'est assez difficile de s'y reconnaitre entre les tracés des rues  d'avant guerre et ceux
d'aujourd'hui, sans compter les noms qui ont pu changé dans intervalle !
Merci de votre visite et très bonne journée Julian !



Caroline.K 09/07/2010 16:54



Bonjour Dan,


Cet exercice de comparaison demande un travail monstre, la passion surmonte tout et c'est un bel exemple à suivre.


Je me disais aussi qu'une rue entière semblait absente mais la hauteur du bâtiment a un peu semé le doute dans mon esprit jusqu'à ce que je lise le texte. Hé oui, en bonne fille d'images, je suis
happée par elles avant de plonger dans le texte.


Bon repos à vous


Caro



DAN 09/07/2010 17:51



Bonsoir Caroline. C'est exactement ça, un travail "monstre" . En
général il me faut deux à trois jours pour un article comme celui, mais ça peut aller jusqu'à trois à quatre semaines comme avec les articles sur les digues. Et je ne compte pas les articles en
préparations, qui demandent parfois de longues recherches aux archives. Eh oui quant on aime on ne compte pas le temps passé. Ma seule "récompense" étant les commentaires. Et j'aime faire voir le
Havre sous un autre jour et d'une autre manière que celui que l'on a l'habitude de voir.


Bonne soirée Caroline ! 



dan 04/07/2010 22:39



Ne regrettent-ils  pas d'être revenus sur les lieux ? Personnages égarés dans un environnement urbain qui ne leur ressemble plus.


Bonne semaine à vous deux.



DAN 04/07/2010 22:48



Salut DAN. A leur place c'est ce que je penserais. moi si j'allais dans leur époque j'aurais beaucoup de surprises aussi, et, qu'on le veille ou non, il me serait
difficile de me priver d'un "certain confort", bien que je peut m'en passer à l'occasion, mais tout le temps ça, je ne le pourrais certainement pas !


Bonne fin de soirée Dan !  



philzoc 02/06/2010 17:15



Oh, il y a du boulot pour nous faire cette superposition !Pour le reste je te crois sur parole, et je sais que tu ne publies que quand tu es sûr de tes infos . Alors, bravo encore une fois pour
ce flash back !!



DAN 02/06/2010 22:34



Bonsoir Philzoc. Oui du boulot comme tu le dis, mais peut être est-il moins difficile que les superpositions générales. Quant aux infos c'est vrai que je ne
publierais pas un article si je n'étais pas sûr de sa véracité, alors il se pourrait qu'un jour je me trompe et je serais le premier à le reconnaître, mais jusque là, tout va bien si je puis
dire.


Bonne fin de soirée Philzoc



dan 31/05/2010 15:22



A chaque fois, entre "avant" et "après", je ne peux m'empêcher de préférer "Avant" ! et pourtant pas question de refuser le progrès et ses améliorations incontournables, contestables ou
incontestables !


Bonne semaine.


Dan



DAN 31/05/2010 17:11



Bonjour Dan ! C'est aussi la réaction que j'ai de préférer l'avant de l'après, mais comme l'a dit Otto graf dans son commentaire tout n'était pas rose "avant"
l'hygiène n'était pas ce quelle est aujourd'hui, mais par contre les rapports humains étaient autres, peut être est-ce cela qui nous rend nostalgique et de cet "avant " ?


Bonne semaine DAN



Otto Graf 26/05/2010 22:03



Bien sûr, on peut parler d'odeurs, dans ce vieux quartier. D'odeurs fortes, même.


L'odeur de la mer, de la marée. L'odeur, aussi, des rigoles stagnantes grises pleines d'eaux sales descendant des étages, l'odeur des cours sans soleil avec la moisissure....mais
aussi  l'odeur de la tinette du vidangeur qui avait fort à faire dans la plupart de ces vieux immeubles.


C'est le revers de toutes les vieilles médailles, amis nostalgiques du Vieux Havre. L'odeur que vous avez dans la tête est dans ce cas mailleure que l'odeur que vous auriez eue alors
dans les narines !!!..........C'était pourtant cela aussi.


O.G.



DAN 26/05/2010 22:38



Bonsoir Otto graf. Eh oui  vous avez raison, c'est une facette du temps passé que l'on a tendance à oublier. Jeune j'ai connu ces "fameuses" tinettes" et celui
qui venait les vidanger avec son tombereau, un certain Auvrays dont la maison était rue Painlevé à Sanvic.


Mais tout comme les autres vieilles villes le Havre aurait certainement été réhabilité, modernisé comme a pu l'être une ville comme Honfleur. Mais c'est une
propension humaine que d'oublier les mauvais souvenirs comme les mauvaises odeurs. Nous vivons une période d'hygiène incomparable par rapport aux périodes passées, alors souvenons -nous en !
 


Bonne fin de soirée Otto graf !



buddy2259 25/05/2010 10:02



Heureux de retrouver tes reportages de qualités mon cher Dan,et quel plaisir que de pouvoir revivre grâce à toi l'histoire de cette belle cité.


Je dois maintenant parcourir tes reportages antérieurs...chouette !


Bonne journée l'ami !



DAN 25/05/2010 10:11



Aaaaah revoilà notre cher Buddy, bonjour l'ami. Je ne me ferais pas plus long car je te laisse rattraper ton "retard" de lecture des articles. Je te souhaite
également une excellente journée l'ami et à très bientôt j'espère !


@+ Buddy 



Didier 25/05/2010 09:02



En voyant cette carte postale du Havre, je me dis, et sans faire de passéisme ou je ne sais quoi sur une ville que je n'ai pu connaitre avant sa destruction. me dire qu'elle aurait subi au court
du temps des changements, mais aussi m'imaginer m'y promenant, au petit matin, la nuit, mes amours dans des chambres mansardées, me retrouvant dans un de ces somptueux appartements qui devaient
bien exister, bref quelque chose qui ne peut qu'être que de l'imaginaire.



DAN 25/05/2010 09:57



Bonjour Didier. Vas savoir si c'est complètement de l'imaginaire ? A-t-on une idée de la vie qui se déroulait dans ces rues anciennes du Havre ? La vie dans cette
partie de la ville se déroulait depuis plusieurs siècles, alors pourquoi n'aurait-elle pas été comme tu l'as imaginé ?


Quant aux appartements luxueux, tout comme aujourd'hui, ils étaient avenue Foch (à l'époque encore désigné sous le nom de Bld de Strasbourg).


Bonne journée Didier



Philib 24/05/2010 23:25



Salut les gas ! lol


Je comprends à la vue des images que ce soit difficile...  je préfèrais d'ailleurs l'architecture de l'époque !  quel dommage de perdre ainsi la trace de certains quartiers avec tous
leurs souvenirs !!!  mais bon...


Merci pour ce bon reportage et ce blog très intéressant, pourvu que ça dure ! hein, lol


bonne semaine à vous deux...



DAN 24/05/2010 23:36



Salut Philib. Cela va durer jusqu'en juillet déjà. De juillet à septembre "havrais-dire" ferme pour congé annuel. En plus des vacances, je vais continuer à peindre
en plein air pendant la belle saison au mois d'août. Ensuite à la rentrée je pourrais reprendre le "collier" car, ce blog demande un travail de recherche à différentes sources d'informations,
comme les archives municipales de Havre, mais aussi recherche sur le terrain même pour constater l'évolution des lieux étudiés.


Et comme tu dis quel dommage d'avoir perdu les traces du passé, quoique, avec les photos, on peut les reconstituer un peu.


Bonne fin de soirée Philib !



Roro 24/05/2010 12:01



Bienvenue dans la 4eme dimension !!! (musique stressante en fond)



DAN 24/05/2010 12:05



Salut Roro. Non pas stressante la sisique, musique nostalgique si tu veux, ou alors musique d'époque .


Mais c'est un peu ça la quatrième dimension, va falloir que je fasse attention de ne pas "tomber" dedans quand même ! 


Bonne journée Roro



boboce 24/05/2010 11:07



Salut DAN


Les deux casques sur l'entrée de la caserne de la carte postale, sont ils les mêmes que ceux à l'entrée de la caserne actuelle?


A+



DAN 24/05/2010 11:14



Salut Boboce. Oui, lors du transfert en 1924, ces casques ont été remis sur l'entrée de l'actuelle caserne. La question qui se pose maintenant est : vont-ils suivre
le déménagement prochain de cette caserne rue Stendhal à Bléville ? L'avenir nous le dira  !


Bonne journée Boboce, et je suppose que tu as fais "le plein" à la Ferté ! 



Francis 24/05/2010 09:26



C'est drôle, je n'ai pas vu tout de suite que les personnages avaient été rajoutés.


Ils ont fait un voyage dans le temps qui a du un peu les dérouter. C'est amusant ce petit montage, et bien triste ce quartier (parmis tant d'autres) qui a disparu.



DAN 24/05/2010 09:50



Salut Francis. Si la carte postale, où j'ai pris les personnages, avait été en couleur, tu n'aurais pas fait attention à eux sur ma photo alors ? 


N'empêche, moi c'est dans le sens inverse que j'aimerais bien faire le voyage, t'imagines revenir à cette époque avec un numérique autour du cou ? Bon ne rêvons pas
!!!


Bonne journée Francis,  et le bonjour à PLP !






jps 24/05/2010 09:04



Heureuse initiative que d'avoir planté tes petits bonhommes dans le décor sinon..personne..Curieuse époque que nous vivons là, des rues vides peuplées d'automobiles aussi statiques qu'immobiles
et qui pissent de l'huile..des rues mornes sans style aucun..M'enfin "Le Havre avance" comme ils disent..Mais peut-être vas-tu nous parler prochainement de la caserne des pompiers de William
Cargill ?


Amitiés parallèles...



DAN 24/05/2010 09:17



Salut jps. Cette photo de la rue de Richelieu a été prise de bonne heure , d'où l'absence de piétons, bien qu'à une heure plus tardive ils n'y en aurait pas eu
beaucoup plus. On a beau dire, beau faire, la mort des petits commerces en ville a vidé nos rues, et pas seulement au Havre. Aujourd'hui tout le monde se ruent au spermarracket, question d'époque
sans doute !


Quant à la caserne des pompiers de ce cher William, c'est dans les tiroirs. Il y a peu de temps j'ai pu pénétrer à l'intérieur et j'y ai même fait un 'cours
d'histoire" auprès des pompiers eux-mêmes qui ne connaissaient pas l'origine de leur caserne, normal, on ne peut être au feu et au moulin en même temps  


Bonne semaine jps !



eva baila 23/05/2010 14:24



Bonjour Dan, je ne connais pas Le Havre, c'est assez étonnant de voir comment tes photos accusent les changement architecturaux ! Quelle tristesse cette destruction massive due à la guerre...


Je reviendrai Dan, pour découvrir Le Havre... Bon dimanche à toi



DAN 23/05/2010 14:40



Bonjour Eva. Cette destruction les Havais de ma génération ne l'on toujours pas "digéré". De plus nos représentants  actuels s'ingénient à détruire ce qui reste
de l'ancien Havre ou du moins à ne pas le restaurer. Que nous restera-t-il dans quelques années ? ? Rouen par exemple à toujours sut garder son patrimoine el l'intégrant à l'architecture
actuelle, un bel exemple de la sœur Normande !


Bon dimanche Eva  !



jacky 23/05/2010 00:11



Bonsoir,


Eh oui quelle porche la caserne ..... Les fantômes se promènent de par les rues.


Mais le cheval dans les rues de nos jours a l'air bien fatigué et lui, serait surement très éffrayé par les voitures. Les gens de cette époque seraient certainement enthousiasmés par les voitures
mais dégoutés par les odeurs que nous même ne sentons plus par habitude.


A BIENTOT



DAN 23/05/2010 08:22



Salut Jacky. Voila une chose à laquelle je n'avais pas pensé, les odeurs, il est vrai qu'elles doivent être bien différentes de celles qu'ils "respiraient" à cette
époque. Aujourd'hui et de bon matin au bord de mer, l'aire du large doit être le même que celui que respiraient nos aïeux, enfin j'espère !


Bon dimanche Jacky



tce76 22/05/2010 21:35



Salut Dan


Je me doutais de ton commentaire sur mon post N&B du jour. Le ciel bleu était à mes yeux trop pur, et c'est pour ça que j'ai passé le cliché en N&B. Pour ce qui est de ton sujet, c'est
encore un joli travail de recherche. L'intégration des personnages dans la rue Richelieu actuelle est très bien faite.


Quant à la caserne, quelle entrée!



DAN 22/05/2010 23:17



Bonsoir Thierry. Eh oui que veux-tu, on ne peux pas empêcher un peintre de penser à la couleur, dans tous domaines d'ailleurs, et en photo particulièrement bien que
certain sujet passe mieux en N/B. Pour mon sujet du fait qu'il aurait été incompréhensible de faire une superposition, j'ai donc pensé  à "superposer" les personnages. Quant au travail de
recherche, ici il est relativement facile avec des bons plans, il y a d'autres sujets qui demandent beaucoup plus de recherche, mais il est encore trop tôt pour en parler.


Bon dimanche Thierry ! 



C@t 22/05/2010 11:34



Bonjour DAN, J'imagine aisément la surprise de ces personnes avec toutes ces voitures garées ou manquant de les renverser. Que penseraient-ils de l'architecture et de la disparition d'une section
de rue ? Bon week-end DAN.



DAN 22/05/2010 11:48



Bonjour C@t. Je n'ose imaginer ce qu'ils penseraient, surtout avec la "gouaille" et le franc-parler" que certains Havrais avaient dans ces époques là, le discours
serait susceptible d'être un peu "rude". Quant aux autos on ne saura jamais si cela les auraient émerveillé ou pas ?


Bon week-end C@t



geo 21/05/2010 23:26



Ces personnages fantômes qui hantent les rues du Havre, n'est-ce pas la réalitée ? Pour moi Le Havre d'avant guerre est toujours présent à travers les façades Perret. Et lorsque vous traversez
une rue, vous coupez peut être un ancien magasin, un ancien salon.


Deux mondes se superposent



DAN 22/05/2010 07:23



Bonjour Geo. Tu résumes bien mes impressions quand je me promène dans la ville, surtout dans les quartiers reconstruits, où je "sens" à chaque coin de rue, le Havre
disparu. Je ne peux m'empêcher de penser à ceux qui ont vécu dans ces lieux, qui y on aimé travaillé souffert. Tu as raison de dire qu'il y a deux mondes qui se superposent, et là, pas besoin
d'un logiciel photo pour ça !


Bon week-end Geo !



marcopolo76 21/05/2010 22:45



Encore une leçon de montage...très reussi ...sur que ces pauvres gens seraient  en danger de nos jours...!


Perret savait être directif dans ses tracets ...!


A+ l'ami


Marco



DAN 21/05/2010 22:55



Bonsoir Marco. Bien qu'il n'y avait pas beaucoup de circulation ce jour là, il ne fait jamais bon s'arrêter en pleine rue. Quant aux tracés, il fallait avoir une
bonne vision d'ensemble pour disposer les immeubles de cette façon. C'est le propre des grands architectes ça !


Bon week-end Marco !



JMH 21/05/2010 22:35



Merci pour ce montage très réussi.


Question : la personne qui conduit le cheval doit-elle ramasser les déjections de cet animal sous peine d'une amende de 35 euros ? 


 



DAN 21/05/2010 22:50



Bonsoir Jean-Michel. Ah ah ah  elle est bonne celle là, mais je pense qu'à l'époque certains jardiniers amateurs ramassaient le crottin de cheval excellent
engrais pour les jardins. D'ailleurs cette "tradition" a perdurer puisque j'ai l'ai bien connu à Sanvic où après guerre il y avait encore quelques chevaux, et le crottin était très apprécié d'un
de mes voisins !


Bon week-end Jean-Michel



Binchy 21/05/2010 22:09



Encore de MAGNIFIQUES AVANT/APRES ! Comme c'est bien ces rétrospectives ! J'aime beaucoup.


Très bon week-end de la Pentecôte.


Bisous.


Binchy.



DAN 21/05/2010 22:20



Bonsoir Binchy. Merci pour cette appréciation, et très bon week-end à vous aussi  !



phyll 21/05/2010 21:35



à GL:


désolé Gérard, mais cette année le thème sera "la ferme Normande" !! mais l'idée est à noter pour les années à venir !!



DAN 21/05/2010 22:18



Bon, vous verrez ça entre vous les amis hein , sinon c'est une bonne idée pour l'année
prochaine voila tout !


Bon week-end  !



gl 21/05/2010 19:28



Petite superposition sympa - Une idée pour Phyll s'il cherche l'originalité pour la prochaine fête du Perrey



DAN 21/05/2010 20:21



Bonsoir GL. Tiens c'est vrai ça, il n'y a sans doute  pas pensé, mais s'il vient lire les commentaires il verra le tiens et peut être que ça  lui
déclanchera des idées,  qui sait ?


Bon week-end GL !



jeff 21/05/2010 19:28



Très bonne trouvaille pour les personnages car leur transposition nous amène à comprendre la topographie des rues anciennes non perpendiculaires caractérisées à leur rencontre par des immeubles
en forme de proue de navire comme on en voit encore beaucoup au Havre à l'exemple de la rue Auguste Comte et de la rue Michelet avec leur point d'intersection donnant sur la rue Casimir
Delavigne. Des amis de mes parents habitaient un appartement à cet endroit et la géométrie de la pièce du séjour me semblait pour le moins curieuse.  Toutes les villes anciennes étaient
conçues de la sorte et même Paris et ses rues Haussmaniennes. Le centre Perret est à l'image des citées US organisé en blocs, excepté le bd François 1er qui le borde. Les américains avaient à
coup de bulldozer retracé des rues dans les monceaux de ruines en les organisant à l'image de celles de leurs villes, donnant, on peut l'imaginer, à Perret cette idée de porte Océane s'ouvrant
vers le nouveau monde. La rue montrée dans l'article est la rue Emile Zola comme on peut apercevoir le Lycée de la Porte Océane. Je viens rarement au Havre mais grâce à vos articles et à ceux
d'autres blogueurs je m'y promène souvent. Bonne continuation.



DAN 21/05/2010 20:18



Bonsoir Jeff. Auguste Perret a voulu très certainement éviter de reconstruire ces immeubles en pointe, d'où le remembrement du tracé des rues. Comme votre témoignage
le souligne, ce ne devait pas âtre facile à meubler. Il en est un autre d'immeuble rue Amiral Courbet dans le quartier de l'Eure, où le bout de l'immeuble est si étroit, qu'il ne doit pas faire
plus d'un mètre de large. Alors on peut dire ce que l'on veut de l'architecture Perret, mais la logique rationnelle de la construction l'emporte sur le côté esthétique général. Pour ceux habitant
ces immeubles c'est quand même l'essentiel et beaucoup plus pratique.


Bon week-end Jeff ! 


PS: Vous avez raison quant à la photo de la rue E. Zola, je l'ai changée et mis celle que je voulais pour illustrer cet article c'est à dire la rue de RICHELIEU.
Merci pour cette lecture attentive de mes articles et je renouvelle mon voeu de bon week-end !



LGV 21/05/2010 18:55



Effectivement, difficile de s'imaginer ! Ces pauvres gens auraient tôt fait de se faire renverser par une voiture aujourd'hui !



DAN 21/05/2010 20:05



Bonsoir Cédric. Comme je l'ai dis dans la précédente réponse, l'automobile aurait été sans doute une de des plus grande surprise à voir pour eux. C'est  vrai
qu'à l'époque marcher sur la chaussée ne représentait pas un danger, il n'est qu'à voir les nombreuses cartes postales où les gens déambules dans la rue. Mais aujourd'hui vu le nombre d'autos il
en serait tout autrement !


Bon week-end Cédric !



françoise 21/05/2010 18:45



Bonjour Dan, je trouve génial cette façon de procéder, c'est à dire de transférer  les personnages dans les lieux qui ont remplacé les anciens, pour montrer les différences de la
reconstruction ! bonne idée, il fallait y penser ! la voiture a remplacé la charette.Pour une fois, je trouve que la modernité l'emporte, à tous points de vue, facilité de vie, niveau de vie,
confort. Ce sont justement ces personnages qui ont changé de siècle qui le soulignent. On voit mieux dans le contexte moderne, la vie plus difficile, plus rude que   
menait  toute cette population. Ce n'est plus seulement l'architecture ni la disposition des lieux que tu nous montres aujourd'hui, mais aussi le changement de niveau de vie de la
population havraise, puisqu'il est question du Havre. Bon week-end Dan !



DAN 21/05/2010 20:00



Bonsoir Françoise. Il est certain que hormis le côté nostalgique, il fait meilleur vivre aujourd'hui qu'à cette époque, où le travail était plus rude. Moi même qui
n'ai pourtant pas vécu à cette période, bien entendu, je trouve qu'il y a une énorme différence de niveau de vie et de travail entre l'époque de ma jeunesse et l'époque actuelle. Alors pour ceux
ayant vécu au début du XX siècle  se devait être encore pire ! Et si ces personnages revenaient aujourd'hui,  l'automobile serait certainement un de leur plus grand étonnement
!


Bon week-end  Françoise



phyll 21/05/2010 18:42



Salut frangin,


bon, si j'ai bien compris, l'ancienne rue de la Malleraye se situait à l'époque du coté de l'actuelle place Albert René, où se trouvait la caserne, alors que de nos jours (là, j'en suis sûr)
cette rue se situe dans le quartier du Perrey dans laquelle on trouve le CRJS (Centre Régional de la Jeunesse et des Sports) tout près de chez moi ! (sans les personnages d'un autre temps ! à
part moi...peut être...)


encore un bel exemple ici de la redistribution des rues voulue par Auguste Perret !! Bravo "poto-fouineur" pour ton travail de recherche et de comparaison !!!


à bientôt !!


 



DAN 21/05/2010 19:49



Salut monpote. C'est la même rue Phyll, sauf que Perret n'a pas repris son tracé qui allait jusqu'à la rue Émile Zola qui, elle a été décalée vers le sud. L'ancienne
rue Zola étant devenue rue de Richelieu. Un brin compliqué tout ça je te l'accorde, mais il faut penser qu'à l'époque de la reconstruction ce devait être encore pire. Si tu es un des personnages
d'un autre temps, alors on est ensemble monpote !


Bonne soirée Phyll !






Joramy 21/05/2010 18:20



Sympa cette petite superposition



DAN 21/05/2010 19:39



Bonsoir Joramy. Merci pour le travail, jeune ami et content que cela te plaise. Bonne soirée Joramy