Garage Maillard - Chauveau

Publié le par DAN

Au 199 boulevard de Strasbourg, (D-10 sur le plan) se tenait une station service aujourd'hui disparue . A l'origine, en 1911, on trouvait le garage "Maillard", puis, en 1922, "Chauveau". Ce bâtiment a été conçu par l'architecte Havrais William Cargill. Ci-dessous, son dessin, nous montre le projet original, et les photos, les différentes enseignes des propriétaires. Comme tant d'autres, ce bâtiment a subi les bombardements anglais, ici celui d'avril 1942.

PS: googoo nous a envoyé une photo de la station service, je l'ai mise en bas de l'article.


199 Bld (5)Le projet de William Cargill.

 


garage Maillard ALGLe garage Maillard au 199 boulevard de strasbourg.



199 Bld (1)Le 199 boulevard de strasbours en 2010.



199 Bld (2)La fusion des deux photos.



199 Bld (3)Le garage Chauveau au temps de son activité.



199 Bld (4)Le garage Chauveau après le bombardement de 1942.


garageDe Googoo mac fly cette photo du temps de la station service.


____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Merci de votre visite.

 


Commenter cet article

Didier 22/02/2010 08:45


Et je me demande(il suffit de vérifier l'adresse sur la pub) si on ne trouvait pas de l'essence "AZUR" au 199bd de Strasbourg


DAN 22/02/2010 10:12


Bonjour Didier. J'ai perdu ma photo faite il y a une semaine sur cette pub, malgré tout si je me rappelle bien, l'adresse était au 167 Bld de Strasbourg. Cette adresse
correspond actuellement à un chantier de construction là où il y avait le magasin "Mobilier de France". Donc il se pourrait qu'avant ce marchand de meubles, il y eu la station AZUR.
Je retournerais refaire une photo de cette pub, car je suis "mauvais" de l'avoir égaré.
Bonne journée Didier !


phyll 19/02/2010 03:04


à Otto, et les autres,
bon là, on est un peu hors sujet mais à l'époque où je naviguais sur les pousseurs (de 69 à 75), j'avais un collègue (matelot, comme moi) qui avant chaque relève (tous les 7 jours) "
radiotéléphonnait " à un central de "taxis Bretons" pour trouver des compagnons de route pour rentrer sur Paimpol...et il était, je me souviens, très pointilleux sur le sujet car un
peu...radin...
voilà, je ferme cette parenthèse (sinon tels que nous sommes, on y passe la nuit...voir plus !!!)
et pour finir (!) c'est ça qu'il y a de bien dans tes articles mon pote ! ça nous emmène dans plein de directions ...et de souvenirs !!! ,o)  


DAN 19/02/2010 08:38


Salut "monpote". Je pense que Otto Graf va lire ton commentaire, qui confirme ce qu'il a dit, et avec toi, on en a un autre aspect avec les mariniers.
Quant à discuter entre nous, hola la, c'est la place sur mon blog qui ferait défaut
Bonne journée "Phyllmonpoto"


Otto Graf 19/02/2010 00:39


Rectif.
Mille excuses...il se fait tard. Vous avez écrit Hangar et j'ai répondu Hareng.
Ceci dit, je n'ai pas connu de hangars où l'on entreposait le hareng, pas plus qu'un nommé Hareng faisant l'autocar.
A +
O.G.


DAN 19/02/2010 08:34


Bien pour moi il est tôt et je n'avais pas vu ce deuxième message auquel j'ai répondu dans le premier.
Voir des harengs dans un hangar en rang dans une gare sans crier gare je me garde bien de regarder !
Hola, il est tôt mais quand même
Bonne journée Otto Graf  !!


Otto Graf 19/02/2010 00:28



Harang, sauf erreur, est un nom du coin (décidément !). Je ne me souviens pas de ce nom en transport de voyageurs. Mais je
connnais bien l'autre nom, que j'aurais pu vous citer : Arcangioli (il me semble bien que la terminaison est :  GI-oli). Il desservait l'arrondissement du Havre, pas au-delà, sf erreur
de ma part.
En somme, on avait le choix.
A cette époque, la libre entreprise n'avait pas encore permis aux plus gros de boulotter les petits. Ainsi va notre monde dit de "libre concurrence".
D'accord pour votre définition de la côte : ça se tient !....
Mais d'Albâtre, c'est plus mineral, plus poétique, plus mystérieux. Par contre, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je n'ai jamais  trouvé ce titre très motivant pour le touriste
de base. Un peu froid, comme le galet.
Continuez à nous sortir de chouettes sujets...Ca fait fonctionner les neurones des lecteurs,
Bonne nuit !
O.G.


 



DAN 19/02/2010 08:29


Bonjour Otto. Pour la terminaison du nom c'est bien ARCANGIOLI
Ayant travaillé à Renault Sandouville, grosse entreprise à l'époque réclamant une nombreuse main d'œuvre, celle-ci étaient réparti un peu partout aussi bien en Seine Maritime, l'Eure ou le
Calvados. Il y avait de ce fait, beaucoup de compagnies de transport dont celles que je vous ai cité (il me semble que la compagnie de Fécamp se nommait HANGUAR ou HANGAR ?), mais peu importe. J'ai
donc connu et pris beaucoup de ces cars qui se répartissaient le travail entre les différentes zones desservies.
De plus j'avais des amis chauffeur, maintenant en retraite, qui travaillaient dans ces différentes compagnies.
Par contre je ne me souviens plus du nom de cette compagnie "sans chauffeur attitré" puisque que les véhicules étaient conduit par certains des ouvrier de l'usine, qui, après leur travail,
reprenaient le volant pour reconduire les employés chez eux. Bien sûr ces cars restaient toutes la durée de l'équipe sur le parking de l'usine.
Si je me souviens bien le nom de cette compagnise était libellé avec trois ou quatre initiales.
Quant à la "libre concurrence", quel que soit le domaine où elle s'applique aujourd'hui, personnellement je trouve que c'est une mauvaise chose, mais il serait trop long, ici, de développer mon
argumentaire, aussi je vous souhaite une excellente journée.
A bientôt Otto Graf  !  


Otto Graf 18/02/2010 21:58



Je réponds ici au n° 4 – Jeff.


…….


En effet, on appelait + communément « cars gris » les cars Alcover. Pour les distinguer des « marron » C.N.A et
« blancs » C.R.A.


Ces Alcover avaient bonne présentation sous leur carrosserie grise bien entretenue.


(Alcover est un nom espagnol, catalan, je crois, et il y aurait à gratter de ce côté là !).


Les compagnies régionales travaillaient, en utilisant leurs véhicules ordinaires, le marché touristique, très occasionnellement.
C’était un plus. Pas question de cars de luxe spécialisés, non rentables.


L’expression « côte salée » n’était pas très répandue. Elle tient (ou tenait), je suppose, à la salinité de la mer, une mer
rude, plus qu’à l’exploitation du hareng qui n’est salé qu’après traitement…C’est à vérifier.


La côte est évidemment plus connue sous le nom de « Côte d’Albâtre », une côte minérale, en somme, et avant toute chose, du
Havre jusqu’à Saint-Valery sur Somme, qui est un nom qui invite à la découverte et à laquelle s’attache une part d’inconnu, de mystère. Plus rébarbative qu’accueillante. Plus sauvage que facile,
contrairement aux appellations de « Côte d’Azur » ou « Côte d’Amour » invitant au farniente sans surprise.


Revenant aux « missions spéciales » savez-vous qu’il existait jusque dans les années 70-75 des véhicules appelés au Havre
« Taxis bretons » ? Ces voitures de tourisme chargeaient des navigateurs débarqués au Havre et se rendant au pays, très généralement dans les « Côtes d’Armor ». Ce moyen
était plus rapide et moins coûteux que la SNCF à condition de l’utiliser à plusieurs….


Allez !………..a plus. Quand on parle du Havre, les sujets sont inépuisables !………….



DAN 18/02/2010 22:50


Bonsoir Otto graf. et bien dites donc, je vous embauche tout de suite moi pour faire une rubrique dans "havrais-dire"
Toujours à propos de car vous devez connaitre les cars Hangars et Arcangoli ? Je ne suis pas sur de l'orthographe ? Ces deux compagnies sont très connu pour notre génération.
Pour alcover c'est un nom de ville catalane, mais aussi un nom d'acteur, et également d'un poète. Bref, les "alcover" ne manquent pas.
Il n'y avait pas que le Hareng qui était salé, la morue également, sauf qu'elle l'était sur les bateaux de pêches directement. Comme il y avait beaucoup de port de pêche le long de la manche , à
commencer par Fécamp, il ne serait pas étonnant que cette appellation de côte salée vienne en partie de là.
La côte d'albâtre n'a pas grand chose à voir avec les côtes plus touristiques et plus facile d'accès. Cette côte est faite en grande partie de falaises infranchissables, donc vous avez raison plus
rude et sauvage.
Parler du Havre, me prendrait des heures moi aussi, les sujets sont inépuisables et c'est tant mieux car avec ce blog j'ai besoin de "matière première". Alors @ plus Otto  ! 



geo 18/02/2010 19:40


Pour répondre à François, ce garage à été bombardé une première fois au début de la guerre comme le prouvent les photos de l'article de Dan. En 1944, le quartier de la Gare à été touché à plusieurs
reprises par des bombardements lourds qui ont détruit la moitié du quartier. Ce garage tout comme l'immeuble à gauche, ont très certainement été totalement détruit en 44.


DAN 18/02/2010 20:00


Bonsoir Geo. Merci pour ce supplément d'information à ce sujet, Je pense que François lira ce commentaire.
Quant à moi, j'ai en effet plusieurs photos montrant ce quartier fortement bombardé.
Mais je ne sais pas si ce garage a complètement disparu en 1944, ou suite à ce bombardement de 1942. Tu en sais beaucoup plus que moi à ce sujet !
Bonne soirée Geo ! 


jps 18/02/2010 09:47


http://navrais.blogspot.com/2009/11/societe-amicale.html
Pour Jeff..mon beau-père était président de cette asso.. rigolo le hasard...


DAN 18/02/2010 10:29


Salut JPS, comme on dit, le hasard fait bien les choses, quant à l'asso, je n'ai pas réussi à ouvrir le lien, je ne suis vraiment pas doué à ce sujet
@+ J-P  !


Jany 18/02/2010 09:44


Des garages qui avaient plus d allure que la plupart de nos garages actuels qui ne sont que des batimants en parpaing recouvert de tole...Bon c est l époque qui veut ça,c est comme les
magasins....Bonne journée


DAN 18/02/2010 10:25


Bonjour Jany. Comme tu le dis, c'est l'époque qui veut ça. N'oublions pas que nous étions au début de l'ère automobile, et que celle-ci s'adressait à des personnes
aisées ayant les moyens de s'en procurer à prix fort. Alors il fallait "attirer cette clientèle de luxe dans un bâtiment luxueux.
Bonne journée Jany ! 


Jeff 18/02/2010 00:58


Bravo à Otto Graf pour l'acuité de son témoignage et merci de m'avoir rappelé les cies CNA et Alcover. Un de mes grands-pères, était membre des "Enfants du Calvados" et cette association avait
recours aux services des cars Alcover pour ses déplacements en basse Normandie. Juste une autre anecdote, dans la famille il y eut un chauffeur des Car Gris qui avant guerre assurait la ligne Le
Havre Fécamp par le littoral qu'il appelait la "côte salée". Je n'ai jamais su si ce qualificatif de salée appartenait au jargon des chauffeurs, une façon élégante de dire la côte de la soif (les
bistrots jalonnaient le trajet), ou simplement pour rappeler que Fécamp était le grand port Normand de pêche aux harengs et à la morue ou enfin etait-ce juste une expression bien Havraise pour
nommer la côte d'Albâtre ? Oui un reportage sur la gare routière semble être une excellente idée.


DAN 18/02/2010 08:32


Bonjour Jeff. Voila une anecdote sur les chauffeurs de car qui ne manque pas de sel (je ne pouvais pas passer à côté )
Si ce car passait par la rue Guillemard, appelé "rue de la soif" cette appellation se comprend mieux.
Le nom de "côte d'Albâtre" vient du fait que du Havre à Cayeux-sur-mer la côte est constituée de falaise de craie. Mais je ne pense pas que ce soit typiquement Havrais.
Quant au reportage sur les gares routières, (anciennes et modernes) je vais m'y atteler mais pas tout de suite car, pour l'instant, je n'ai aucun élément pour l'illustrer.
Je vous souhaite une bonne journée  Jeff ! 


geo 17/02/2010 22:59


Magnifique reportage. Je passe tous les jours devant et je me désole de voir cette "dent creuse" en plein centre-ville. Je ne comprends pas cet oubli des promoteurs alors que le terrain est
libre ?

Bref, je ne sais pas si tu l'à déjà remarqué, mais le garage Maillard possède encore une pub sur un pignon d'immeuble, Boulevard Albert Ier. On peut encore voir les lettres indiquant l'adresse.
Cette pub est également visible en plus claire sur le Tome II du livre de JP Dubosc (Le Havre 1940-1944) vers la fin dans le chapitre "Le Havre en ruines".


DAN 17/02/2010 23:23


Bonsoir Geo. Le terrain est libre, mais est-il complètement viabilisé au vu de ce qu'il y avait auparavant ? Ce n'est peut être qu'une question de sécurité, mais on
finira bien par boucher cette dent creuse.
Pour la photo du livre des Dubosc je l'ai vu et quant à la publicité toujours en place sans doute veux-tu parler de celle-ci  !
Bonne fin de soirée Geo et merci pour ton commentaire !


Yannick B. 17/02/2010 22:19


Qu'est ce que j'aurais aimé vivre à cette époque pour connaitre ce type de bâtisse, elles avaient beaucoup de charme. Cette architecture rapelle un peu celle des petites villes américaines au début
du XXème Siècle, type Main Street lorsque j'ai fais mes séries sur Disneyland Paris.
Sinon pour ce qui est de la station Esso, je m'en souviens bien, tout comme je me souviens celle qu'il y avait boulevard Albert 1er (Total il me semble).


DAN 17/02/2010 22:33


Bonsoir Yannick. J'ai presque envie de dire "'bienvenu au club", car, avec l'ami Phyll, lui et moi ont auraient bien aimé vivre, ou, tout du moins, voir ce qu'était
le début du XXème siècle.
Quant à la station de carburant du boulevard Albert 1er elle a connu différentes marque de distribution, et je dois dire que je ne me souviens plus de la dernière en date, mais, ça doit se
retrouver facilement.
Bonne fin de soirée Yannick  !


C@t 17/02/2010 20:02


Bonsoir, un beau bâtiment pour un garage ! Les voitures étaient mises en valeur dans un tel lieu, alors qu'aujourd'hui même les voitures de grandes marques doivent se contenter de constructions
modernes et simples. Qui était ce William Cargill, son nom à consonance britannique, m'a intéressée,  j'ai fait quelques recherches mais en vain ! Merci à Nicéphone pour son article sur les
voitures. Bonne soirée à vous deux. 


DAN 17/02/2010 20:17


Bonsoir C@t. Voici en résumé, ce que je peux te dire sur William Cargill :
Né au Havre le 15 septembre 1864 dans une famille fixée dans la ville depuis deux générations ; il obtient son diplôme d'architecte en 1893, exerce au Havre de 1894 à 1919 et s'installe à Paris à
partir de 1920. Ses principales réalisations Havraises sont la chapelle du couvent des Ursulines dans le quartier des Ormeaux, le chœur de l'église Sainte-Anne, la caserne des pompiers, des
immeubles tels le 89 boulevard de Strasbourg pour la Compagnie Générale Transatlantique, le 16 rue Jules Lecesne, le 131 boulevard de Strasbourg, les Galeries du Havre édifiées en 1911 et anéanties
sous les bombardements de 1944.
Tout ici n'est pas dit sur cet homme qui a marqué la ville. Ce sera d'ailleurs pour moi l'occasion de faire un, voir, plusieurs articles sur lui, car ses œuvres sont encore bien présentes
aujourd'hui.
Bonne soirée C@t !








jps 17/02/2010 13:00


La fameuse station Esso du boulevard de Strasbourg..Oui,oui, mais j'ignorais la présence d'un garage avant guerre..trop jeune, sans doute. L'histoire du Havre se dévoile peu à peu, au rythme
d'articles peaufinés, intéressants. Merci aussi aux intervenants avec photos et commentaires, on ne se lasse pas d'apprendre..Beau travail que vous nous servez là..Ah si j'étais moins con...
Amitiés garagiennes...


DAN 17/02/2010 13:52


Salut J-P. Si tu crois que ça fait longtemps que je connais ce garage... Tout comme toi je découvre petit à petit l'histoire du Havre, car chaque article est pour
moi l'occasion de m'y replonger.
La fouille des archives est une source presque inépuisable pour qui sait chercher, ils me permettent de "peaufiner"mes articles, comme tu dis.
Maintenant faudrais que tu m'expliques ta phrase "Ah si j'étais moins...etc. "Car j'avoue ne pas la comprendre ?
A bientôt de te relire J-P


Manulder 16/02/2010 23:45


Je me rappel de cette station service qui se trouvait pratiquement en face de la gendarmerie. elle a été détruite et effectivement rien depuis. dommage pour une avenue comme le boulevard de
strasbourg.
manu


DAN 16/02/2010 23:53


Bonsoir Manulder. Sans doute est-ce pour raison de sécurité que cet endroit est encore en friche. Les cuves de carburants n'ont pas été enlevé, ni "dépollué" ce qui
rend ce terrain, pour le moment, impropre à la construction.
Mais faisons "confiance" aux promoteurs qui, sans doute, voit là un bon investissement à faire.
Bonne nuit manulder


tce76 16/02/2010 21:37


Je verrais bien une telle batisse implantée de nos jours dans certaines rues de St François, abritant un véritable spécialiste de la rétromobile que nous n'avons plus au Havre.


DAN 16/02/2010 21:47


Bonsoir Thierry. Pourquoi pas ! Ce serait sympa de voir ça, il y aurait certainement de belles photos à faire
Si cela pouvait donner des idées à certains de nos lecteurs ce serait encore mieux, évidement pas avec une telle maison, ça coûterait trop cher, mais l'idée est bonne !
Bonne fin de soirée Thierry !


Otto Graf 16/02/2010 21:07


Je vais vous mettre un peu plus au parfum, Jeff

Dans mon enfance havraise (avant 1939) il y avait plusieurs compagnies se partageant le marché :
- Alcover, qui désservait Fécamp.
- la CNA, qui desservait le Pays de Caux et Rouen, par la Seine.
- la CRA (cie rouennaise d'autobus) avec ses cars de couleur blanche qui desservait le même réseau que la CNA, du moins, à partir du Havre. Il me
semble bien me souvenir que les cars de cette Cie étaient de marque américaine, alors que la CNA roulait avec Citroen.
Dans mon souvenir les relations sur LH-Rouen étaient fréquentes. A Saint Romain, les cars s'arrêtaient à l'Hotel du Havre, (tenu par le Père Prevel) faisant face à l'école et pensionnat
public,


DAN 16/02/2010 21:43


Formidable ça, vous me donnez une idée d'article avec les autocars. Reste à savoir si des photos ont été prises sur ce sujet ?
Moi j'ai une photo du garage C.N.A. boulevard de Strasbourg et c'est tout.
Et votre commentaire pourrait être le début de cet article. Alors je garde ça en mémoire.
Bonne fin de soirée !
(maintenant si jeff veut prendre la parole.... )


Binchy 16/02/2010 20:13


Tout change... "tout disparaît..." reparaît... autrement... le temps est en perpétuel mouvement...
Ca fait drôle... de voir ces photos !
Très bonne soirée.
Bises.
Binchy.


DAN ET NICEPHORE 16/02/2010 20:19


Bonsoir Binchy. Eh oui c'est la vie comme on dit ! Tout change, mais ici j'aurais bien aimé que ça ne changea point. les architectures anciennes sont tellement
agréables à regarder, mais bon, faut vivre avec son temps n'est-ce pas !
Bonne soirée Binchy ! 

Excellente réflexion philosophique, Binchy, sur le temps qui passe, sur les goûts qui changent avec les époques. Lire ci-après, extrait d'une pétition des artistes contre la tour eiffel, datant de
1887 :
... La ville de Paris va-t-elle donc s'associer plus longtemps aux baroques, aux mercantiles imaginations d'un constructeur de machines, pour s'enlaidir irréparablement et se déshonorer ?
Car la tour Eiffel, dont la commerciale Amérique elle-même ne voudrait pas, c'est, n'en doutez pas, le déshonneur de Paris. Chacun le sent, chacun le dit, chacun s'en afflige profondément, et nous
ne sommes qu'un faible écho de l'opinion universelle, si légitimement alarmée. Enfin lorsque les étrangers viendront visiter notre Exposition, ils s'écrieront, étonnés : " Quoi ? C'est cette
horreur que les Français ont trouvée pour nous donner une idée de leur goût si fort vanté ? " ...
On croit rêver ... !


marcopolo76 16/02/2010 19:38


Un sacré beau batiment que ce Grand garage du boulevard avec un style neo -normand , d'après les cartes postales..!
Dommage qu'il n'est pas survécu aux bombardements , j'aurais été comme Phyll plutôt en admiration de l'architecture que des voitures...
Marco   


DAN 16/02/2010 19:43


Salut Marco. Bon si je comprends bien on peut aller faire un tour tous les trois avec nos APN en bandoulière puisqu'on aime les mêmes choses.
Je pourrais ainsi vous faire voir tous les bâtiments de Cargill encore debout aujourd'hui !
Bonne soirée Marco !


Jeff 16/02/2010 18:34


Sur une des photos on peut voir sur le fronton du bâtiment un gros logo constitué des lettres P et L entrelacées indiquant que ce garage distribuait les automobiles Panhard et Levassor. Sur le Bd
de Strasbourg il y avait aussi la gare routière qui me fascinait par ses verrières et par les destinations qu'elle désservait, Deauville, Fécamp etc. Elle était occupée par deux compagnies, la
société des Cars Gris dont les autocars circulaient dans le pays de caux et sur la côte d'albâtre et la société des Courriers Normands aux autocars de couleur beige avec des bandes vertes qui nous
transportaient vers le Calvados. Cette gare routière existe-elle encore à présent ? je ne vis plus au Havre pour le savoir.


DAN 16/02/2010 19:12


Bonsoir Jeff. Je me souviens bien des ces compagnies d'autocars sur le boulevard de Strasbourg.
Avec mes parents nous prenions le car pour aller à la Cerlangue où mes frères étaient en "colo" là bas.
Quant à la gare routière regardez la réponse que j'ai faite à Otto Graff, j'y ai mis une photo de l'emplacement de cette gare routière qui n'existe plus. Elle est maintenant rue Charles Lafitte que
vous pouvez apercevoir sur la ligne des carrés D et E,  12 sur le plan en page d'accueil.
Bonne soirée Jeff


philzoc 16/02/2010 18:32


Il avait vraiment fière allure le batiment d'origine de ce garage !
Je tenais aussi à te remercier pour ton super commentaire pour ma dernière photo :-)


DAN 16/02/2010 19:02


Salut Philzoc. A propos de mon commentaire, comme dit la chanson "si la photo est bonne ........."
L'allure de ce bâtiment n'a rien à voir avec les garages actuels, il est vrai qu'ici c'était plus un local de vente qu'un garage proprement dit, n'empêche je ne vois pas aujourd'hui qu'on puisse
faire appel à un grand architecte pour construire un garage.
Bonne soirée Philzoc !


phyll 16/02/2010 16:28


salut monpote,
de belles réactions émotionnelles sur cet article !! Il est vrai que si ce garage existait encore je passerais plus de temps à admirer l'architecture que les modèles d'autos en exposition !!
actuellement, je pense que si ce site est toujours en friches c'est (comme tu le souligne) à cause d'un problème de dépollution (cuves enterrées, terre probablement polluée, etc...)ce qui engendre
un coût très élevé avant de pouvoir entreprendre une nouvelle construction !! C'est vrai aussi que cet endroit fait "tache" (comme le dit GL) mais cela nous donne un peu de répit avant d'y voir un
bâtiment sans âme !!!
à+ ,o)


DAN 16/02/2010 16:38


Salut "monpote". C'est du "Cargill" et comme je suis "fan" aussi de cet architecte je serais avec toi pour admirer ce bâtiment pas tout à fait comme les autres.
S'agissant du problème de "dépollution", je pensais qu'un "simple" comblement des trous où étaient les cuves aurait suffit ? Mais faut croire que non. En attendant il aurait pu, au moins, 
mettre un peu de pelouse en surface, mais bon...
A l'avenir hélas comme déjà dit, je crains que ça ne devienne un simple immeuble carré ou rectangulaire peut importe.
@ + Phyll  !


Otto Graf 16/02/2010 14:34


Merci à tous les intervenants ! C'est sympathique.
Puisque nous parlons - occasionnellement et presque par effraction - du style "bains de mer" êtes vous allés sur le font de mer de 80.Mers-les-Bains ? C'est 1900 au XXI ème Siècle !
Ce front de mer a été heureusement et respectueusement réhabilité ces dernières années, y compris ses rues adjacentes, et donne une idée précise de ce qu'étaient ces villas dans la
civilisation urbaine de l'époque et qui - je ne sais pourquoi - m'ont toujours fait penser au Havre du XIX ème d'antan....
Bien plus que Deauville...et, sur un autre plan - celui de l'ancienneté -  autant que Honfleur dont la vieille ville correspond aux quartiers les plus anciens du Havre disparu.
Ah ! Nostalgies.........


DAN 16/02/2010 15:08


........quand tu nous tiens, eh oui je suis comme vous un peu nostalgique des demeures anciennes. Sans connaître Mers-les-bains, je connais d'autres petites villes
plus au nord comme wimereux, où les maisons sont aussi de ce style "bain de mer".et sont très bien conservées. Il faut bien dire, pour le Havre, que la guerre n'a pas favorisé la conservations de
ces maison stylées.
Mais les bombes ne sont pas seulement la cause de leur disparition. Certains de nos élus en ont démolies quelques-une délibérément. Elles avaient échappée aux bombes, ce qui prouve que la bêtise et l'ignorance peuvent aussi causer des ravages !
@+ Otto graf !


LGV 16/02/2010 13:15


Je suis peut-être réactionaire mais je trouve tout de même que le style "bain de mer" est toujours mieux que le style actuel. Même si j'aime beaucoup les grandes baies vitrées j'afectionne encore
plus les décorations inutiles qui prouve que l'utile n'est pas le plus important...
Je me rapelle de la station et j'aurai aimé que naturellement ce bâtiment continue sont histoire et finisse loueur réparateur de vélos...


DAN 16/02/2010 14:24


Bonjour Cédric. Y' a pas de raison de passer pour un "réac" parce qu'on préfère les styles anciens. Moi aussi je préfère les styles ancien, voir même "antiques"
alors je passe pour quoi dans ce cas ?
Mais le plus important , pour moi, dans ce que tu as écrit, c'est à propos de l'inutile, là je suis pleinement d'accord avec toi. Imaginons si nos "ancêtres n'avaient pas aimé "l'inutile", il y a
beaucoup de monuments qui n'existeraient pas.
Qui sait si cet endroit ne verras pas un jour un loueur de vélos en lieu et place 
Mais je crains, une fois de plus, qu'ils ne construisent un "beau" parallélépipède rectangle un point c'est tout !
Bonne journée Cédric !  


Nicéphore 16/02/2010 11:43


Otto (quel nom prédestiné pour un  spécialiste de la chose ! ) a raison (méa culpa ) Rosengart était bien un spécialiste de petite voiture, pas pas uniquement :


Rosengart est une marque automobile française créée par Lucien Rosengart. Son entreprise créée en 1905 fut d'abord spécialisée dans la petite mécanique et l'éclairage pour
cycles, canots à moteur et automobiles. Très ingénieux, il invente le Baby-foot et dépose plus de 120 brevets dont un lié au lancement des obus. En 1914 il met
au point une fusée lance-obus qui, commandée par l'état, lui permet de construire d'importantes usines à Paris et Saint-Brieuc. Il s'associe avec Citroën et ses usines
sortiront jusqu'à 100 000 fusées par jour.


En 1927, avec l'ingénieur Jules Salomon, il décide de se lancer dans la construction automobile. Pour cela il achète la licence de l'Austin Seven anglaise de 1923. C'est fin 1928 qu'il présente ainsi son premier modèle, la LR2 qui en est donc la
copie.







Rosengart LR2




Par une promotion habile, la LR2, que l'on pourrait qualifier de «voiturette», eut autant de succès que sa sœur anglaise plusieurs années auparavant.


Conduite par François Lecot, un véhicule de série parcourt quotidiennement 900 kilomètres durant plus de trois mois et demi, soit 100 000 kilomètres, sans incident majeur. Dans le même temps, la
LR2 se classe 80 fois première dans les 81 épreuves sportives auxquelles elle participe.







Rosengart LR4N




Dès 1931, sous le nom de LR4, des modifications la différencièrent de l'anglaise et sa robustesse fut démontrée par plusieurs
raids de longue distance. Ce modèle durera jusque dans les années 1950 en conservant toujours l'empattement court
de 2,20 mètres.


En 1938, c'est la LR4N 4CV dont les caractéristiques principales sont :


moteur 4 cylindres en ligne 747 cm³ - 19 chevaux à 3 800 tr/min, soupapes latérales


allumage par batterie et bobine

refroidissement par thermosiphon


essieu avant rigide


boîte à 3 rapports et marche AR


frein mécanique sur les 4 roues

Longueur 3,53 mètres - Largeur 1,27 mètre - poids : 670 kilogrammes



Modèles d'après guerre [modifier]


Supertrahuit (1948)

Vivor (1950)

Robor (1950)

Labor (1950)

Ariette (1951)

Ariette fourgonnette (1952)

Artisane (1952)

Sagaie (1953) avec le moteur de la Panhard Dyna X




DAN 16/02/2010 11:47


Bon, je vous laisse entre-vous !  


Otto Graf 16/02/2010 11:11


Ce bâtiment n'était pas vraiment d'une architecture de style inoubliable !!!....
Plutôt un témoignage assez dans le genre "bains de mer"..
Question : s'agirait-il ultérieurement du garage des cars C.N.A ?
Une petite rectif' pour un intervenant : Rosengart n'était pas une marque de luxe. Plutôt un spécialiste de la petite voiture.


DAN 16/02/2010 11:35


Bonjour Otto graf. C'est vrai qu'ici ce n'est pas un chef-d'œuvre de Cargill. Il a fait mieux auparavant, notamment à coté du palais de justice. Ce bâtiment
s'inscrit tout à fait dans l'architecture "bain de mer, il n'est qu'à voir les demeures restantes sur le bord de mer pour s'en convaincre.
Pour "Rosengart" je laisse ça aux spécialiste de l'automobile.
Quant au garage de la Compagnie, Normande d'Autobus (C.N.A.); il était situé un tout petit peu plus vers la mer, en face la rue du 129ème RI (à peu près). Maintenant il y a ceci à la place 
:

Bonne journée Otto Graf !


gl 16/02/2010 09:14


Un batiment original qui ne semblait pas avoir sa place à coté des bâtiments limitrophes dont le style est différent. Celui ci a t'il été construit avant ou après les autres ?
Par contre cette friche fait vraiement tache sur le boulevard - il serait temps qu'un projet voit le jour ici.


DAN 16/02/2010 09:38


Bonjour GL. Le Garage conçu par Cargill, est postérieur aux immeubles qui l'entoure. Ceux ci sont certainement de la fin du XIX (à confirmer)
Et tout ce qu'a fait Cargill est différent de ce qui se faisait à son époque, c'est d'ailleurs une des raisons pourquoi on arrive à reconnaître son style. J'en reparlerais ici même, car cet
architecte Havrais à été très prolifique.
Pour l'emplacement actuel, je me demande si le fait que c'était une station service avec, obligatoirement des cuves de carburants, n'est pas étranger à cet "immobilisme du lieu.
L'avenir nous dira ce qu'il adviendra de cet emplacement, mais j'aurais déjà mon "avant"
Bonne journée GL !


François 16/02/2010 08:38


Salut Dan,

Il me semble que ce batiment aurait pu être sauvegardé !

Je ne sais pas si un nouvel immeuble va être construit à son emplacement.

Toutes ces superbes photos font-elles partie de ta collection ?

Amicalement

François


DAN 16/02/2010 08:44


Bonjour François Moi non plus je ne sais ca qu'il y aura là plus tard. Et ce qui m'étonne d'ailleurs, c'est  que cet emplacement n'ait pas fait la convoitise
d'un promoteur ?
Pour les photos seules celles du garage Maillard et du bombardement ont été scanées dans un de mes livres, les autres font parti de ma collection.
Bonne journée François !


Nicéphore 16/02/2010 08:17


Bonjour à tous,
On peut noter les marques automobiles, aujourd'hui disparues, que ce garage représentait : PL (Panhard et Levassor) Unic (ils construisaient des véhicules de tourisme avant guerre) Rosenguard
(marque de luxe) et Talbot, sigle réapparut un instant dans les années 80 et de nouveau éteint. Au début du 20ème siècle, près de 3000 constructeurs automobiles français se partageaient le marché
!


DAN 16/02/2010 08:38


Bonjour "nicé, et merci pour ces précisions @+


buddy2259 16/02/2010 07:34



Bonjour Dan,
Heureusement tes photos et  tes cartes postales m'aide à m'y retrouver,mais je dois dire que la station service dont tu parles je ne m'en souviens plus.
Merci de me rafraichir la mémoire!!!
J'ai encore ce matin passé avec ce joli cours d'histoire  un bon moment sur le blog de Dan et Nicéphore,je te souhaite une bonne journée et mes salutations à l'homme de l'ombre
(Nicé)



DAN et NICEPHORE 16/02/2010 08:06


Bonjour Buddy.Ce qui est dommage c'est que je n'ai pas retrouvé de photo sur cette station service qui était à cet emplacement il n'y a pas si longtemps encore. A
croire qu'il est plus facile de trouver des photos anciennes plutôt que des photos des années 80.
Quant à l'homme de l'ombre il œuvre peut être à l'abri des regards mais son travail est très efficace , et comme il n'est pas sans lire les commentaires, il lira tes salutations.
Bonne journée Buddy.

Mes salutations à toi également Buddy !
Nicephore