L'histoire des bourses au Havre. 3/3 (E-8 sur plan)

Publié le par DAN

En septembre 1944, la bourse sera atteinte par les bombes, fragilisée elle ne sera pas restaurée comme a pu l'être le muséum d'histoire naturelle. Mais avant qu'un nouveau bâtiment soit disponible pour les négociants, une construction provisoire conçue par M. Garapon architecte de la ville et M Saigot ingénieur des ponts-et-chaussées,  sera édifiée devant les ruines. Il faudra peu de temps, 61 jours, pour la réaliser avec des matériaux de récupération. Cette «nouvelle» bourse est inaugurée le 29 mars 1945.


A20P31La bourse après les bombardements, les alentours sont en cours de dégagement. Coll DAN. 



A20P31 (2014 -2 )Le même point de vue en 2014 mais pris côté sud du bassin du commerce. Photo DAN.


 


800 PPP (+=)La bourse provisoire construite devant les ruines de l'ancien édifice. Coll DAN.

 

 


bassin du commerce (+=)Le même point de vue en 2014. Photo DAN.

 

 Dès 1947 un concours est organisé auprès des architectes de la ville afin de construire un nouvel édifice. Un jury, composé du maire Pierre Voisin, d'Auguste Perret et des représentants de la chambre de commerce, choisira le projet des architectes Jean Louvet et René Déchenaud, leurs plans correspondant aux directives de Perret

Par la suite le projet fut sensiblement modifié par Otello Zavaroni qui simplifiera quelque peu les lignes de cette nouvelle bourse. Le 22 juillet 1957 le nouvel établissement est inauguré.

 

A8P76La bourse côté nord, avec le square Carnot devenu square Erignac en 1998. On remarque la fontaine en porcelaine de Sèvre qui sera détruite par une tempête en 1966. Coll DAN.


___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Merci de votre visite.

Commenter cet article

Makara 14/06/2014 23:45


Yoh


S'il y a peu de commentaire, c'est peut être à cause de la Coupe du Monde. J'ai failli d'oublier d'ailleurs ! Heureusement que ma compagne m'a parlé votre blog en me tirant les oreilles ! Ca fait
mal ! lol


 Je ne vais pas me repéter, la guerre détruit tout ! J'aurai préféré que Perret le garde plutot de le détruire. Bon, on ne peut pas refaire l'histoire !


J'ai pensé que le bassin qui est devant la Bourse était une piscine à ciel ouvert. D'ailleurs mes copains de quartier Danton et moi aimoins nager dans cet bassin dans la soirée quand il faisait
lourd et chaud. Alors comme ca, c'était un bassin pour les petit bateaux ??? Wooow je comprend mieux pourquoi les riverains nous ont "disputé" pour être gentil ! 


A propos cette bourse actuelle, avant qu'elle se transforme en Pasino, je la trouvais triste, je pense que c'est à cause la couleur, une espèce de noir grisatre verdatre... Aujourd'hui, je la
trouve plutot réussi avec la lumière et des fenêtres ! très beau design !


Dans 20 min, c'est Italia-Angleterre. Vivement que l'Italie batte Angleterre ! On sait pourquoi ! 


Passez bon Week end. 


Makara 

DAN 15/06/2014 00:04



Bonsoir Makara,
Je n'avais pas pensé à la coupe du monde de foot, mais c'est vrai que ça doit me retirer quelques visites, heureusement je ne publie qu'une fois par semaine.
Moi aussi j'aurais préféré que l'on garde ce bâtiment, mais d'après des témoins de l'époque il était vraiment dans un état lamentable et cela aurait coûté beaucoup d'argent et de temps pour le
remettre en état, et à cette époque on manquait des deux.
Et bien non, le petit bassin était fait pour faire naviguer les p'tits bateaux, mais je peux comprendre qu'à la faveur d'un été chaud il ait pu servir de piscine, garnement va


La transformation de la Bourse en casino est plutôt réussi compte tenu qu'étant classé UNESCO on ne pouvait pas faire n'importe quoi, et ma foi c'est aussi bien comme ça !
Italie-Angleterre ? Avanti italia non de d'la 
Bonne fin de semaine Makara !


 


 



l'père cantoche 14/06/2014 20:42


un ti 18ème, que diantre  !

DAN 14/06/2014 22:26



Que diantre m'enfin, merci les potavrais ça fait du bien de se sentir soutenu, bon aller rendez-vous demain matin pour les suites des aventures Havraises !
Bonne nuit Thierry et merci  ! 


 



phyll 14/06/2014 19:58


salut mon pote,


déçu de voir le "compteur à commentaires" bloqué à 16 !!!..... alors j'en rajoute un pour ne rien dire   sauf pour te souhaiter, ainsi qu'à M.J. une bonne soirée !!! 


à + poto !!   

DAN 14/06/2014 20:04



Salut mon pote,
Oui ça me fait un peu bizarre de voir mes visites et commentaires dégringoler comme ça, j'espère que ce sera passager sinon c'est un peu décourageant en effet. Mais bon je ne désespère pas de
remonter la pente quand même, en tous cas ton soutien me fait bougrement plaisir merci poto !
Alors bonne soirée à toi aussi et je ferai un bisou à M.J tout à l'heure de ta part.
@+ Phyll  et à bientôt j'espère



l'père cantoche 09/06/2014 20:56


Toujours aussi passionnant, mon bon Daniel...


La Bourse du Havre se faisait entendre dans le Monde entier... le Négoce Havrais triomphait sur tous les continents... Le Havre, place forte de l'économie...


Jacques Grieu a ecrit de fort belles pages sur cette grande aventure dans son livre " Le Havre de A à Z " , à lire et à relire  :


 


" En 1900 , c'est au pied de la passerelle, sur le bord du quai, que tout se passait, que les fortunes, les empires
se faisaient et se défaisaient. C'était là qu'au vu des cargaisons arrivant du Monde entier et découvertes sur place, tout se soupesait, se décidait, se contrôlait, s'échangeait et se négociait.
Financiers, spéculateurs, importateurs, courtiers, revendeurs, armateurs, négociants, tous les notables se devaient d'être là, sur le tas en somme. Seuls les politiques et la banque ( et
encore ) étaient à Paris. Avant la crise, la Bourse du Havre se faisait entendre dans le Monde entier avec sa promotion du Warrantage et du Marché à terme. Mais dés l'arrivée du télégraphe,
du câble, et surtout du téléphone, puis de la TSF, tout avait commencé à changer, à se déplacer insensiblement vers la capitale. Désormais, toutes les transactions pouvaient se prévoir, se
concrétiser, à Paris.


Le Havre progressivement et non sans ruades, retrouva son statut de simple ville provinciale. De vraie
Sous-Préfecture.


Cette délocalisation-là, à l'envers, n'était pas celle de la main-d'oeuvre, mais celle des têtes pensantes,
dirigeantes et décidantes repliées confortablement dans une capitale centralisatrice.


 


( " Le Havre de A à Z "


    de Jacques Grieu )


 


Bonne soirée, montigars, et à demain... 

DAN 09/06/2014 22:22



Bonsoir l'père cantoche,
Le Havre était en effet une place forte, l'histoire du bâtiment lui même l'illustre assez bien, en tous cas le récit de Jacques Grieu est très intéressant car il souligne le glissement progressif
du centre de décision du Havre vers Paris où tout se décide, ou se décidait.
Aujourd'hui avec internet c'est du monde entier que viennent et se prennent les décisions, on finit pas se demander QUI prend les décisions finalement,  tellement tout ceci est noyé dans la
masse des décideurs banquiers négociant et tutti quanti !
Bonne soirée à toi aussi et, bien sur, à demain Thierry !


PS : Comme il semble difficile de lire le lettrage bleu sur le fond gris venant de ton commentaire, je le retranscris tel quel ci-dessous :


" En 1900 , c'est au pied de la passerelle, sur le bord du quai, que tout se passait, que les
fortunes, les empires se faisaient et se défaisaient. C'était là qu'au vu des cargaisons arrivant du Monde entier et découvertes sur place, tout se soupesait, se décidait, se contrôlait,
s'échangeait et se négociait. Financiers, spéculateurs, importateurs, courtiers, revendeurs, armateurs, négociants, tous les notables se devaient d'être là, sur le tas en somme. Seuls les
politiques et la banque ( et encore ) étaient à Paris. Avant la crise, la Bourse du Havre se faisait entendre dans le Monde entier avec sa promotion du Warrantage et du Marché à terme. Mais
dés l'arrivée du télégraphe, du câble, et surtout du téléphone, puis de la TSF, tout avait commencé à changer, à se déplacer insensiblement vers la capitale. Désormais, toutes les transactions
pouvaient se prévoir, se concrétiser, à Paris.


Le Havre progressivement et non sans ruades, retrouva son statut de simple ville provinciale. De vraie
Sous-Préfecture.


Cette délocalisation-là, à l'envers, n'était pas celle de la main-d'oeuvre, mais celle des têtes
pensantes, dirigeantes et décidantes repliées confortablement dans une capitale centralisatrice.


 


( " Le Havre de A à Z "


    de Jacques Grieu )



Franciscopolis 09/06/2014 16:28


Salut Dan,


Encore un batiment du 19e disparu mais j'aime bien le nouveau trés année 50. Si cela t'interesse j'ai les plans remis à jour en 68 et 72 par l'architecte Dechenaud du 1e et 2nd étages.
Amicalement François

DAN 09/06/2014 16:40



Bonjour François,
Je ne te surprendrais pas en te disant que je préfère l'ancien , ceci dit comme il en fallait un
nouveau celui d'après-guerre est tout à fait estimable.
Quant aux plans bien sûr cela m'intéresse car sans doute serais-je amené à reparler de ce bâtiment, alors si j'ai des documents qui peuvent m'éclairer à ce sujet ils sont les bienvenus.
Alors, à bientôt François ? 


 



marcopolo76 09/06/2014 10:27


Salut Dan


Me voici de retour après quelques semaines au SOLEIL ...


Tu as encore déniché un bon article avec ta collection !


C'est vraiment dommage pour cette fameuse fontaine que j'aurai aimé prendre sous toutes ses formes ...


En ce qui concerne les bombardements cela restera sans réponses précises car les décisions étaient prises selon l'évolution des déplacements des troupes allemandes et surtout pour "tromper"
l'ennemi ... (ceci étant un avis personnel après avoir lu et regarder de nombreuses émissions )


A+

DAN 09/06/2014 10:42



Bonjour Marco,
Veinard, tu dois être tout bronzé maintenant


Oui c'est vraiment dommage que cette fontaine n'existe plus même si ce n'était pas franchement un chef-d'oeuvre, mais elle habillait plaisamment cette place. Aujourd'hui rien n'est venu la
remplacé et de ce fait cette place semble un peu vide.
Pour les bombardements comme moi tu as du regarder les nombreuses émissions consacrées au jour-J et autres faits de guerre, notamment de l'utilité des bombardements durant tout le conflit.
Dans ces émissions l'utilité des bombardements a été remis en cause. On verra à l'avenir ce qu'en diront les historiens et si ces actions de destruction sont toujours évoqué avec en ligne de mire
la libération de l'Europe ou simplement d'un manque d'imagination pour venir à bout de l'occupation allemande.
@+ Et bonne journée Marco!


 



jean michel 09/06/2014 09:28


Bonjour Dan


Pas grand chose à ajouter aux nombreux commentaires précédents.


Reportage complet et magnifique. Je passe juste pour t'encourager à continuer.


Bonne continuation l'ami


Jean michel L

DAN 09/06/2014 09:32



Bonjour Jean-Michel,
Merci pour ton soutiens, car en ce moment la fréquentation du blog est en chute libre, est-ce le fait que je commence à lasser ou que les beaux jours arrivent ? Toujours est-il que le soutien des
amis est toujours le bienvenu.
Merci Jean-Michel et très bonne journée ! 



tce76 08/06/2014 21:23


Bonsoir DAN


Tu as encore été dénicher un petit trésor en ce qui concerne cette construction provisoire. Pas besoin de préciser que j'en ignorais totalement son existence!


Merci donc d'enrichir mes connaissances sur ma ville.


Bonne fin de journée.

DAN 08/06/2014 22:42



Bonsoir Thierry,
La photo de la construction provisoire était l'élément qu'il me manquait pour finaliser cet article, car ce dernier était quasiment écrit depuis au moins 6 mois, me manquait cette illustration,
et c'est à force de recherches que je suis "tombé" sur cette photo, c'est un travail à faire au quotidien sinon on peut passer à côté.
Merci à toi pour ta fidélité et bonne fin de soirée Thierry !



Papy Scham 08/06/2014 21:08


Bonsoir Dan


Toujours ces foutus bombardements qui ont touché ces superbes immeubles. Encore une belle série de cartes postales pour clore cette passionnante histoire des Bourses. J'aime particulièrement le
parc... dommage pour la fontaine.


Bonne soirée et excellente semaine.


Amitiés: papy Scham

DAN 08/06/2014 22:36



Bonsoir Papy Scham,
Eh oui, toujours ces foutus bombardements, la ville a connu une étape décisive de son histoire avec la deuxième guerre mondiale, et ce ne fut pas la seule ville en France à avoir connu cette
fatalité.
Quant à la fontaine, ma foi c'est une moindre perte et si on voulait vraiment en refaire une identique il n'y a rien qui s'y opposerait hormis la question financière et savoir si ce serait un
souhait pour les havrais ?
Mes amitiés à toi aussi et bonne semaine Papy Scham ! 


 



Randonnée et Nature 08/06/2014 20:58


Nous prenons le train en marche sans avoir eu le temps de visualiser les précédents épisodes...
Cette bourse fonctionne-t-elle toujours ?
Dommage pour la porcelaine mais elle était trop élancée pourn résister aux coups de vents normands !
Amitiés. C&B

DAN 08/06/2014 22:28



Bonsoir C & B,
Ici pas de souci, on peut lire et commenter comme bon nous semble, donc vous pourrez reprendre cette histoire dès le début, et si une question vous vient et bien j'y répondrai comme je le fais
pour tous mes articles.
Le bâtiment de la dernière Bourse a été transformé en casino, sinon les transactions et négociations se font à la CCI Esplanade de l' €urope, à l'est du bassin Vauban.
Quant à la fontaine, vu sa fragilité, ça devait arriver un jour ou l'autre, surtout comme tu le dis, avec nos vents normands.
Bonne fin de soirée les amis !


 



phyll 08/06/2014 18:47


salut mon pote,


ahhh..... ce petit bassin évoqué plusieurs fois.... et comme tu le dis, les gamins d'aujourd'hui jouent à autre chose... mais nous, s'il existait encore, nous pourrions y retourner comme au bon
vieux temps !!! ...... " maman les p'tits bateaux....."


bonne soirée et à mardi poto !! 

DAN 08/06/2014 18:57



Salut mon pote,
tiens c'est vrai ça, on pourrait encore s'amuser en faisant naviguer nos petits voiliers, rappelles-toi le maquettiste retraité qui faisaient naviguer sa maquette de pousseux dans une exposition
à Sainte-Adresse, alors pourquoi pas nous, toi avec un pousseux et moi avec une péniche...


Bonne soirée Phyll et à mardi !


 


 



E.C. 08/06/2014 18:29


Bonsoir Dan:encore de belles photos;certes l'ancienne bourse était plus séduisante,mais,au moins,la construction de la nouvelle bourse,puis casino,n'est pas trop sombre ou de"couleur béton",comme
nous l'avions déjà dit en ce qui concerne la centrale de police ou l'école de musique...Elle ne dénote pas vraiment par rapport à l'ensemble du quartier,me semble-t-il.Quant à l'histoire de
cette bourse elle reste bien liée à celle du Havre.Merci encore et toutes mes amitiés.E.C.

DAN 08/06/2014 18:50



Bonsoir monsieur "C",
On a souvent critiqué Perret pour avoir construit la ville en béton, mais celui-ci est de couleur claire et légèrement rosée, au contraire du béton actuel qui est soit est nu et gris, soit dans
le meilleur des cas peint. Du point de vue architecture c'est avec l'équipe Perret et la municipalité que les plans ont été approuvé, il ne pouvait être question de déparer l'ensemble, car le
"maitre" veillait à sa cohérence.
La bourse est indissociable de l'histoire du Havre au même titre que son port, tout est lié.
Merci pour votre fédélité monsieur "C" et à bientôt peur être ? 


 



jeanpaul76 08/06/2014 17:45


Salut les amis


Une très belle histoire mais, pour finir à nos jours en casino il fallait le faire non ...


effectivement garder la façade mais, il y avait d'autres urgences .


Pour revenir au jardin et la magnifique fontaine ce n'était pas le lieu où mes parents m'emmenaient, par contre l'année de la tempête je m'en souviens très bien c'était l'année d'embauche où tu
sais ... 


rien à voir avec l'article mais, là je fais mon malin .


bravo les amis un article qui a payé, je voulais souligner même-ci c'était mieux avant, la reconstruction de ladite bourse n'est trop discordante dans le paysage en tous les cas 3 semaines de
bonheur


. bonne semaine

DAN 08/06/2014 18:02



 


Salut Jean-Paul,
Toutes les histoires ne finissent pas en chanson, la preuve.
Quant à garder la façade de ce bâtiment, je pense qu'à cette époque il n'y avait pas d'instance officielle pour sauvegarder ce qui aurait pu l'être. Seule une poignée de Havrais comme ceux des
amis de l'Ancien Havre avec Georges Priem, ont tout fait pour préserver certains bâtiments, mais la Bourse n'a  malheureusement pas échappé à la pioche des démolisseurs.


1966, moi c'est 4 ans plus tard que j'entrerais dans là où tu sais aussi


Les plans de la nouvelle Bourse devenu casino, ont été quelque peu remaniés afin de s'intégrer dans l'ensemble reconstruit du quai George V, et reconnaissons qu'il s'y intègre parfaitement.
Bonne fin de journée Jean-Paul !


 



Mousse 08/06/2014 12:08


Bonjour cher Dan,
Encore une jolie page avec de jolies photos, les anciennes resteront mes préférées, c'était de beaux bâtiments.
Décidément, le Havre n'a pas de chance, si ce ne sont pas les bombes, c'est les tempêtes qui détruisent ! C'est dommage pour cette jolie fontaine.
Merci cher Dan, c'est encore un régal pour les yeux.
Passe un beau dimanche, mes amitiés.

DAN 08/06/2014 12:14



Bonjour Mousse,
Merci. Eh oui, Le Havre n'a pas eu  de chance, ces bâtiments anciens que tu affectionnes ne sont plus là hélas.
J'espère néanmoins que cela ne t'empêchera pas de venir nous rendre une petite visite un de ces jours !


Mes amitiés et bon dimanche chère mousse !


 



eva baila 08/06/2014 10:33


Z'auraient pu garder la façade comme décor (comme pour les théâtres greco-romain) puisqu'elle était toujours debout.... Mais bon ! faut pas trop demander, surtout si les matériaux se faisaient
rares... Bon dimanche Dan ! 

DAN 08/06/2014 10:51



Bonjour Eva,
C'est vrai qu'avec la technique utilisée aujourd'hui, technique consistant à garder les vieilles façades pour construire du neuf derrière, elle aurait pu être employée ici. Mais l'époque était si
troublée et les havrais  manquant de tout et particulièrement de logements, les contemporains avaient alors autre chose à penser !
Bon dimanche Eva !



Gédé 08/06/2014 10:30


Bonjour,


Rien à ajouter à ce tour complet de l'histoire des bourses, simplement quelques souvenirs remis au dessus de la pile : le petit bassin, la fontaine... J'ai eu l'occasion de mettre les pieds à
l'intérieur de ce bâtiment pour quelques manifestations dans la configuration "chambre de commerce" et une fois dans la salle des machines à sous, une seule impression c'est froid et haut de
plafond. Mais quelle que soit sa destination, c'est toujours un lieu où l'argent change de poche...


Bon dimanche

DAN 08/06/2014 10:45



Salut Gédé,
Ce qui m'avait surpris à l'époque c'était de transformer cette bourse en casino ? Je pense qu'il n'était pas fait pour ça à mon avis. Sinon concernant le petit bassin il y a toute une génération
de mômes à le regretter, mais ça c'était avant, car maintenant pas certain que les enfants continueraient à venir faire naviguer des maquettes ici ?
Quant à l'idée comme quoi l'argent ne fait que changer de poche voila un excellent résumé de la destination du bâtiment !
Bon dimanche Gérard !  


 



FAH 08/06/2014 08:26


Bonjour Dan et Nicephore,


Ainsi que le dit Jean Michel la place devant la Bourse servait autrefois aux vide-greniers, mais qu'il y faisait froid ce jour-là! 


J'ai toujours aimé cette belle fontaine en Sèvres et ne manquais jamais d'aller l'admirer quand je passais par là. elle avait bien reçu quelques éclats, mais la tempête et le gel ont eu raison
d'elle.


Quant au bassin je suis bien d'accord avec Dan, Un peu d'eau faisait comme une respiration dans ce quartier sans grâce.


Bon dimanche à tous!


FAH

DAN 08/06/2014 08:44



Bonjour Françoise,
Comme il n'y a rien de définitif au Havre, peut être qu'un jour cette place retrouvera toute sa surface pour notre plus grand plaisir. Pour le bassin, là j'en suis moins sur, car faire naviguer
un petit voilier ne semble plus avoir les faveurs des plus jeunes.
J'ai connu aussi cette fontaine, une photo familiale me montre devant, mais je n'y faisais pas attention à cette époque, aujourd'hui il en serait tout autrement, à chaque âge ses plaisir et ses
intérêts...
Bon dimanche Françoise ! 


 



buddy2259 08/06/2014 03:33


Un troisième volet qui complète parfaitement l'histoire des bourses au Havre.Un joli travail de recherche et des documents pas courants permettent de mieux  comprendre les évènements
qui ont bouleversés la vie de cette si belle cité.J'aime bien la carte postale du square avec la fameuse fontaine en porcelaine hélàs disparue.


Bon dimanche Dan et Nicéphore.

DAN 08/06/2014 08:19



Bonjour Buddy,
J'ai eu la chance de pouvoir trouver à la fois les livres qui évoquent l'histoire de cette bourse, et les photos qui l'illustre. Je n'ai pas parlé de son fonctionnement interne car là je risquait
de lasser les lecteurs.
Quant à la carte postale illustrant la nouvelle Bourse je l'ai choisi du fait qu'elle montrait cette fameuse "asperge à Meyer" cadeau "empoisonné" que l'on fit au maire de l'époque.
Très bonne journée Buddy !


 



JMH 08/06/2014 01:57


Bonjour Dan et Nicephore.


Merci de nous ouvrir les portes de cette photothèque personnelle. Beaucoup le souligneront certainement mais on est, avec cet article, au coeur des commémorations de cette année 1944. Enfin, les
victimes civiles, notamment des bombardements, sont reconnues au plus haut niveau. Mais beaucoup reste encore à faire. 


Sur le plan de l'aménagement urbain cette zone est assez "bancale". La Nouvelle Bourse massive, majestueuse a toujours eu, à mon avis, un aménagement intérieur mal conçu, peu modulable. La
reconversion actuelle en casino ne me paraît d'ailleurs pas une réussite.La place devant a Bourse elle-même qui paraît sur carte postale immense a perdu désormais son caractère uni. C'est un
"travers havrais" des vingt dernières années : découper en parcelles une place, la remplir d'obstacles. Qu'il était agréable le vieux vide-grenier de la Bourse...


A propos de la reconstruction, je  crois que que les entreprises de travaux publics avaient des obligations de récupérer les matériaux des bâtiments ruinés. L'Administration, comme
d'habitude tâtillonne, considérait que telle surface détruite devait fournir tant de matériaux et pratiquait des contrôles. J'ai peu de détails à ce sujet. Cela semble s'être passé à Caen et
j'imagine qu'il en fut de même au Havre. Il y avait une guerre terrible entre les villes pour obtenir des matériaux pour la Reconstruction. C'était à qui aurait le plus d'influence politique pour
aller vite. Il y avait pénurie.


Des deux côtés de la Frontière il y avait des manques. je viens de lire que l'Allemagne souffrit d'un manque de wagons ferroviaires de passagers jusque dans les années 1970 ! Et jusque dans les
années 1990 la Pologne utilisait des locomotives de la Seconde Guerre mondiale !


 


Bon dimanche


Jean-Michel Harel 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

DAN 08/06/2014 08:11



Bonjour Jean-Michel,


Non seulement on évoque les victimes civiles , mais également les bombardements alliés qui furent pour le moins, très très imprécis et sur tous les fronts. Plusieurs émissions de télévision en on
parlé et sans réécrire l'histoire, on fini quand même par se demander si cette «stratégie» du bombardement à outrance était nécessaire et surtout efficace ?


J'ai connu l'intérieur de la bourse nouvelle, devenu casino, et en effet c'était «mal fichu» à l'intérieur. L'aménagement y était compliqué avec aucune cohérence. Pour le casino je ne sais ce
qu'il on fait car je ne suis jamais retourner de ces lieux depuis, hormis la brasserie qui est spacieuse et où l'on est pas table-à-table. Quant à la place elle même là encore c'est «la
bagnole » qui est gagnante, on se souvient du petit bassin qui l'ornait et où les enfants pouvaient faire naviguer les modèles réduits en restant à hauteur de la surface de l'eau. Alors
qu'ici on aurait pu avoir une espace très convivial, ce faisant il aurait fallu trouver un moyen pour garer toutes ces autos mais où ?


Je n'ai aucune information concernant la récupération des matériaux, aucune information autre que les témoignages de personnes ayant travaillé à cette récupération comme notre fidèle lecteur Otto
Graf.
Max Bengtsson a aussi évoqué ce travail dans ses livres, mais le côté administratif de cette récupération m'est inconnu, sans doute a-t-il fallu organiser ce ramassage afin qu'il n'y ait pas un
ramassage sauvage où l'un aurait obtenu plus que l'autre. C'est une affaire très intéressante et à étudier sans aucun doute.


Quant aux diverses pénuries, l'après-guerre nous offre tant d'exemple que, là aussi, une étude plus approfondi serait à faire.
Bon dimanche Jean-Michel !