Le garni rue de la Bourse (E-7 sur plan)

Publié le par DAN

Ce commerce, rue de la bourse, (E-7 sur plan rue Jules Siegfried), a connu plusieurs dirigeants. Sur la carte postale nous le voyons probablement avant 1914 d'après le nom du propriétaire, Madame Delhale*. Cette artère prit ce nom en 1878, la bourse du commerce étant située dans cette rue, (à l'emplacement de l'actuel casino). Avant cela elle eut une autre appellation, celle de rue de Bapaume et de la douane. Ce nom lui avait été donné en prévision de la construction d'une caserne de douane dans ce secteur. Son implantation, à cet endroit, fut abandonnée, au profit de la rue Casimir Delavigne.

Ce n'est qu'en 1922 que cette rue fut baptisé "Jules Siegfried", en hommage au député maire du Havre.

*Source archives municipales.

 


cafe-l12 Au 30 rue de la Bourse

 

 


Article 48 photo 2Le même endroit en 2012

 


Article 48 photo 5 Le mélange des deux époques. (une petite précision à propos de cette photo montage, si le garni était bien à cet emplacement, toutefois il empièterait plus sur la rue Jules Siegfried actuelle, cette dernière ayant été élargie lors de la reconstruction). Photos DAN.

 

 

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.

 

 



Commenter cet article

LERAT JACQUES 28/05/2012 15:19


BIEN LE BONJOUR ET UNE PETITE OBSERVATION AU SUJET DE CE CAFE 30 rue Jules  Siegfried à l'angle de la rue Fontenelle. La rue Fontenelle autrefois allait jusqu'au quai George V le 30 Rue
Jules Siegfried était situé ou se trouve le jardin d'enfant donc à l'angle opposé du débit de tabac ce dernier faisait des affaires en or lors des vides greniers organisés les 1er Mai par le
comité St François et alors que nous avions édité le recueil "Le Havre 50 Ans déja au bénéfice du comité de quartier il m'avait refusé d'en acheter un sous prétexte qu'il avait eu de grands frais
pour aménager son fond de commerce.Pas surprenant qu'il vous ai refusé de figurer sur la photo de sa boutique! J.L

DAN 28/05/2012 15:58



Bonjour monsieur Lerat. Voila qui change tout quant à l'emplacement de ce garni de la bourse, effectivement la rue Fontenelle allait jusqu'au quai Georges V, donc il faut que je rectifie mon
article et ma photo, mais avant cela je vais avec mes plans anciens venir vous voir afin de déterminer l'endroit exact de ce garni et, bien entendu, refaire ma photo, j'en profiterai pour
compléter ma présente réponse.
Alors à  bientôt monsieur Lerat ! 



Mr Yak 16/12/2011 12:05


Merci Dan, au travers cet article tu parles de ma famille. Cette dame est mon arrière grand tante ...

DAN 16/12/2011 12:15



Bonjour Yak. Alors là c'est extraordinaire ça ! Incroyable mais vrai pourrions-nous dire, je suis content d'avoir réveillé des souvenirs de famille au travers cet article, vraiment je ne
m'attendais pas à cela!
Merci pour ce commentaire et bonne journée Yak



Binchy 09/03/2010 00:21



Ca fait bizarre... mais c'est la vie... tout change !
Encore une très belle rétrospective.
Très bon mardi.
Amicalement.
Binchy.



DAN 09/03/2010 08:16


Bonjour Binchy. Tout change certes, mais là c'est un changement "forcé". Cette rue a été en partie  détruite, par les bombardement de 1944. Mais de toutes façons
elle aurait quand même changé devant "l'assaut" de la modernité !
Bonne journée Binchy


Joramy 08/03/2010 12:56


Salut Daniel, Me revoila de retour sur la Blogosphére Havraise après une longue absence =D
Bon je rattrape mon retard avec se petit commantaire ^^

Je suis toujour impressionner par la différence des emplacement des batîment dans le secteur du Casino.
Sinon bonne fin de journée Daniel ;)


DAN 08/03/2010 13:09


Bonjour Joramy. Heureux de te revoir parmi nous sur la "blogo".
Pour les emplacements des bâtiments, la reconstruction n'a pas toujours respecter les endroits au mètre près. Déjà bien content de retrouver, pour la plupart, nos rues dans leur ancien tracé
Ce fut un immense travail cette reconstruction, alors on peut admettre quelques petits "décalages".
Bonne journée "jeune ami"


Jacky 06/03/2010 20:42


Petit PS :

Après m'être laissé allé à vous raconter ma vie, Je pense que l'on devait bien manger dans cet établissement vu l'embonpoint des propriétaires.
Mais quel est ce jeune garçon en uniforme ?
La rue à été décalée il semblerait. Et d'après la fusion, le vélo est posé sur la vitrine ancienne enfin, je crois...

Voila en tout cas un travail assez remarquable encore une fois.

Merci Messieurs.



DAN 06/03/2010 21:16


On ne se laisse pas aller à raconter sa vie, on fait connaissance avec un ami .
Sinon le jeune garçon en uniforme pourrait être un facteur de la poste. J'ai plusieurs photographies avec ce type de personnage. Et dans tous les cas ils sont au contact avec soit, le courrier, la
poste ou bien on les voit distribuer les lettres.
Tu sais les superposition ne peuvent pas refléter la position très exacte des maisons , trottoirs et autres constructions. Déjà à cause des objectifs photographiques utilisés à l'époque, ceux-ci
n'ont rien à voir avec nos appareil modernes.
Alors il se peut qu'il y ai quelques différences de niveaux entre les photos. Je m'attache principalement à reconstituer les lieux tels qu'ils étaient, mais pas au millimètre près, pour ça, il
faudrait que j'utilise le même matériel qu'à l'époque, et que je me place au même endroit que le photographe. Et ça, aujourd'hui, ce n'est pas possible ne serait-ce à cause de la circulation
automobile.
Mais l'endroit est quand même rigoureusement le même !
Bon week-end Jacky


Jacky 06/03/2010 20:22


Bonsoir,

Je viens de lire les commentaires sur les cafés. Et moi je les aime ces cafés.
On y trouve encore des joueurs de cartes qui s'engueulent, des personnages perdus qui brulent leur foie dès potron minet. On y entends toutes sortes de musiques........
Et l'on retrouve les boiseries dans certains anciens cafés (le Funiculaire), Les pubs Irlandais, et les cafés à thème.
Mais ne vous méprenez pas, je les fréquente souvent, mais pas d'alcool avant 18H30.

A BIENTOT


DAN 06/03/2010 21:05


Je confirme Jacky, pas d'alcool avant 18h30, je suis bien placé pour le savoir
Quant au funiculaire, j'y ai un rendez-vous lundi prochain, ça devient notre "fief" avec Nicéphore !
Bon week-end Jacky


BernardH 05/03/2010 16:21


Bonjour Dan
Pour nuancer l'impression que pourrait donner le nombre important de cafés, notamment avant la 2nd guerre mondiale, il faut savoir que nos parents (j'ai 60 ans) et surtout nos grands parents
allaient au bistrot différemment. "L'apéro" se buvait rarement à la maison, mais plutôt au café "d'en bas" quand une occasion le justifiait. Ce n'est réellement qu'à partir des années 50 qu'il est
devenu très courant  d'avoir des bouteilles d'apéritif au domicile.
Cela dit, il est vrai que la pratique de l'alcoolisme était différente et axée davantage sur la consommation d'alcool au café dès le matin. Je me souviens avoir encore vu au début des années 70,
des rangées préparées de "petits sous" sur les bars (calva + café) qui attendaient dès 6 heures l'arrivée des travailleurs en route vers l'usine ou le port.
Le café c'était aussi la salle de jeu de carte, le siège social du club sportif avec sa collection de coupes...
Mais on y fabriquait aussi de belles cirrhoses...



DAN 05/03/2010 17:30



Bonsoir BernardH. Il est indéniable que ce type de commerce a joué un rôle social dans notre société. Je suis né dans un appartement situé au dessus d'un bistrot à
Sanvic (le bon conseil) et y j'aie vécu plus de 30 ans. Cet appartement avait des parties communes avec le voisin patron de ce bistrot.
De chez nous nous voyions la vie du ce bistrot s'y dérouler aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de jour et parfois de nuit. De plus, il était situé en face la place où se tenait 3 fois par
semaine le marché. C'est donc toute une tranche de vie pour moi. Les consommateurs se répartissaient dans toutes les classes sociales, bien, bien sûr, surtout dans celle des ouvriers et des
commerçants, mais pas seulement. Le consommateur de passage était le moins fréquent, les habitués constituant le principal de la clientèle.
Le bistrot servait aussi de local aux associations de fêtes de quartier ou autre. C'est ainsi que notre voisin organisait dans son bistrot, la venue des forains, avec manèges et cabanes
diverses.Au début des années 50 je me souviens que l'on voyait souvent ce panneau , sur certains établissements : "ICI ON PEUT APPORTER SON MANGER" Cela
incitait le consommateur à venir prendre une boisson, et manger son propre  "casse croûte".
Mais je constate que votre commentaire a "réveillé" mes souvenirs de jeunesse. Alors j'arrête là sinon j'y serais encore pendant longtemps.
Merci de votre passage et très bonne soirée !



Sandrine 04/03/2010 09:45


Toujours très émouvant ce genre de petit reportage , j adore !!!
Gros bisou


DAN 04/03/2010 10:58


Bonjour Sandrine. Merci pour ton passage ici qui nous fait troujours plaisir. Quant à l'émotion il faut que nous la ressentions nous même pour la transmettre, alors
tout est bien ainsi !
Bonne journée et grosse bizzzzzz Sandrine !


Jacques l'Ardéchois 04/03/2010 09:05


Du bon " travail " comme d'habitude... mais comme je sais que tu aimes ça...
c'est donc un formidable " plaisir " que tu partages avec nous ...
Rien que pour ça, je te dis : " merci Dan "...
 


DAN 04/03/2010 10:55


Salut mon bon Jacques. Merci pour le "boulot" en effet c'est est un et pas toujours facile. Aussi ça fait plaisir de voir qu'il plait et quand on nous laisse un petit
commentaire, ça nous récompense d'autant mieux.
Ton "travail" n'est pas mal non plus, il permet de nous remémorer certains souvenirs, ou alors de connaitre ton département d'une manière très agréable. On se complète finalement
Bonne journée Jacques, et le bonjour à Madame !


C@t 03/03/2010 00:09


L'architecture de l'époque avait plus d'allure et de relief qu'aujourd'hui !  J'espère que la patronne était plus aimable qu'elle n'y parait... Je ne connaissais pas le mot garni pour l'hôtel.
Bonne soirée DAN !


DAN 03/03/2010 08:00


Bonjour C@t. Je trouve également que l'architecture avait plus de relief autrefois, comme dit à Geo, je me demande jusqu'où va allez dans la simplification des
bâtiments construits, bien que, à mon avis, on aura du mal à faire plus moche qu'un cube avec des "trous" pour les portes et fenêtres, tel qu'on peu en voir aujourd'hui. Je sais que cela à un coût
de construire "beau", mais que penseront nos descendants de ce  style d'architecture si on continue dans cette voie ?
Quant au terme "garni" ce commerce est ainsi répertorié dans les annuaires de l'époque. Il désigne, selon Nicéphore, une chambre meublée louée au mois à des navigateurs.
@ + et bonne journée C@t 


Mr Yak 02/03/2010 21:23


A force de chercher le bon angle tu vas finir par te faire bousculer par une voiture. Soit prudent, on a pas besoin d'un martyre de la blogosphère   :)


DAN 02/03/2010 22:25


Salut Yak. T'inquiètes pas, je reste prudent même si je prends parfois quelques risques
C'est vrai que les bagnoles sont les plus grands obstacles pour faire mes photos, obstacles pour me placé au bon endroit et obstacles quand elles sont garées devant l'objet à photographier !
Et je ne tiens pas à finir "martyr" de la blogosphère,  eh oh, j'ai encore quelques toiles à peindre moi  ! 
@+ Yak


philzoc 02/03/2010 17:30


La qualité photographique de ta carte postale est impressionante ! Elle est de quelle année ?
J'adore tes fusions, on à l'impression de revoir ces gens d'une autre époque ressurgir dans nos rues !


DAN 02/03/2010 19:29



Bonsoir Philzoc. Bien que le cachet de la poste soit peu visible, il semblerait que ce soit aux alentours des années 1900-1914. Le registre du commerce Micaux
indique le nom de cette propriétaire en 1914 et les années précédentes. Donc on peut supposer qu'elle est de cette époque là, comme d'ailleurs la plupart des cartes postales anciennes.
N'oublions pas, toi qui est un bon photographe, qu'il utilisaient des "chambres" pour leurs prises de vues, L'objectif de ces appareils était très grand par rapport à nos APN modernes.
La qualité des ces cartes postales m'a toujours fascinée, sur certaines d'entre-elles on peut distinguer chaque barreau d'une grande grille.
J'aime bien remettre les personnes du passé dans le contexte moderne avec mes fusions, mais que diraient-ils de notre époque s'ils revenaient ??? 
Bonne soirée Philzoc



phyll 02/03/2010 13:08


une fois de plus le charme d'antan m'envahit !
et que dire de ces tenues vestimentaires !... là, on voit que nous sommes dans un quartiers d'affaires ! Et cette fontaine en bord de trottoir..."eau courante pour tous !" Pour finir, un tel
établissement dans ce quartier ne devait pas être à la portée de toutes...les bourses !!! ;o)
bonne journée mon pote !


DAN 02/03/2010 14:06



Salut "monpote" 
Ne te laisse pas envahir par le "charme d'antan", il y avait aussi, à cette époque, beaucoup de misère. Mais c'est vrai que si on compare  les deux époques, du point de vue vestimentaire, on
perd au change. Par contre du point de vue social, y'a pas photo comme dit l'autre !
Quant au coût d'un tel garni j'aimerais faire la comparaison avec un nuit chez Frascati qui coûtait 25 Frs environ. Faudrait savoir combien valait une nuit dans ce garni, mais là, c'est une autre
étude à faire.
Bonne journée ¨Phyll



LGV 02/03/2010 12:09


belle photo ! Combien avions nous de bars avant la reconstruction ? et après ?


DAN 02/03/2010 13:57


Salut Cédric. Justement ce matin en consultant les annuaires aux archives, j'ai remarqué que les brasseries, bistrots, café et autres débitants de boissons, était la
profession la plus représentée. Mais n'oublions pas en contrepartie de ce métier,  l'alcoolisme qui faisait des ravages à l'époque, surtout dans les milieux populaires.
Autres temps autres meurs !
Bonne journée Cédric !


JMH 02/03/2010 10:51


Bonjour Dan. Merci pour cette photo. La tenancière ressemblait à une véritable matrone.


DAN 02/03/2010 13:50


Bonjour Jean Michel. C'est vrai qu'elle n'a pas l'air "engageante" cette brave dame, mais à l'époque je suppose qu'il fallait de la poigne" pour tenir ce type
d'établissement  !
Bonne journée Jean-Michel !


François 02/03/2010 08:36


Salut Dan,

Belle photo !

Mon arrière-grand-père a du allé dans ce bar, il travaillait au journal rue Fontenelle.


DAN 02/03/2010 09:16


Bonjour François. Ah oui, c'est à deux pas du journal ce commerce, la plaque de la rue Fontenelle est visible sur la carte postale, il pouvait ainsi faire une pause
café, ou pause repas, au cours de sa journée !
Bonne journée François !


françoise 02/03/2010 08:31


Bonjour Dan, j'aime beaucoup ces commerces d'antan, plein de charme ! mais moins fonctionnel sans doute. Sur la photo d'aujourd'hui, ce qui est laid, ce sont les plots en ciment qui interdisent le
stationnement, ce n'est vraiment pas avenant ! ce qui est amusant c'est que la cabine téléphonique qui est une révolution par rapport à l'époque précédente, est presque devenue désuète, avec les
portables! Bonne lournée sous le soleil!


DAN 02/03/2010 09:11


Bonjour Françoise. Il n'y a pas que les plots qui soient laids, mais si n'étaient pas là, à coup sûr le trottoir serait envahit de voitures.
Ce commerce est plus fonctionnel sans doute, mais sans le charme d'antan évidemment.
Quant aux portables, ils changent notre vie, et bientôt il sera devenu nécessaire de faire des photos de cabines téléphoniques avant qu'elles ne disparaissent complètement. Ainsi va la vie !
Bonne journée Françoise, à bientôt j'espère


buddy2259 02/03/2010 07:05


Bonjour Dan, Petit à petit grâce à toi et l'ami Nicé nous pouvons découvrir l'histoire de différents quartiers du Havre racontée ma fois de fort belle manière et avec en bonus des photos et
cartes postales qui nous permettent de nous y retrouver .Félicitations à vous deux pour ce très joli boulot de recherches !


DAN 02/03/2010 07:51


Bonjour Buddy. C'est vrai,  c'est un  travail de recherche et de plus en plus difficile par moment. Nous essayons de faire des articles un peu fouillés à
tous points  de vue. Cela demande donc des recherches iconographiques d'une part, et accompagné de textes qu'il nous faut écrire d'autre part. Les archives ne nous sont pas toujours 
complète de ce point de vue, une étude sur le terrain est parfois nécessaire, et avec notre ville qui a été complètement détruite cela s'avère très difficile parfois.
Mais nous y arrivons quand même la preuve !
Bonne journée l'ami !